17 février 2009

La dictée n'est pas magique

Chers amis réactionnaires,

lorsque vous évoquez les ravages du pédagogisme en terre de France, c'est toujours en pleurant sur l'orthographe bancale des joueurs de Plaiystéchionne.
Seulement, ne voyez-vous pas qu'on vous emmène là où on a envie que vous alliez?
Les dictées de 1920 organisées en place publique, avec à la clef des zéros par milliers, sont le chiffon rouge sur lequel vous vous précipitez tête baissée.
Car si l'orthographe DOIT être maîtrisé, pardonnez-moi de vous dire qu'il n'a jamais modifié d'un iota la pensée d'un peuple et a fortiori de ses élites.
Alors, rêvez moins de Richelieu Vitrificator, souvenez-vous d'Alcofribas Nasier et essayons de sauver le véritable trésor national: l'apprentissage de la pensée cartésienne.

Car au lieu de rester bloqué sur la forme, il serait temps de penser au fond, et ça rime avec dissertation. (D'ailleurs, les pécores qui remarquent les fautes sans prendre connaissance du contenu me sont hautement suspects, les voilà prévenus).

Etudiant, j'avais eu l'occasion de donner quelques cours préparatoires au bac de français à une jeune Allemande fraîchement débarquée... Eh bien la Teutonne était incapable de comprendre le jeu mental qu'exige la thèse/antithèse/synthèse. Parce qu'en Teutonnie on voulait savoir ce qu'elle pensait ex nihilo du sujet. Ici on s'en fout (enfin on s'en fichait) de lire les assertions ineptes d'une gamine, rédactionnées n'importe comment... à l'émotion.

Ce qui comptait, c'était la METHODE! La progression codifiée d'une réflexion, justifiée par les propos de ceux qui valent mieux que SOI!

C'était là que l'élite française apprenait l' humilité, la complexité... la pensée.
C'était le cadeau que le collège unique aurait pu offrir à la masse.


Seulement, ce genre de formation risque de créer une génération à l'ego malpensant, qui ne consomme guère que du papier...
Alors on a préféré l'homo festivus merkatifié: produit unique fabriqué à la chaîne, condamné à ne jamais dépasser la thèse... La fameuse pensée unique , dont cette société du bonheur l'a gavé et appris à se satisfaire.
Bon gré, mal gré d'ailleurs, car commencer à développer une pensée critique c'est se rapprocher au pire de la prison, au mieux de la relégation sociale (à ce propos,vous croyez que ça m'amuse d'avoir à porter un costume de lapin devant mon PC?).

Bref, avoir la possibilité d'appréhender une pensée radicalement opposée à la sienne, ça s'apprend!
Savoir écouter et lire des gens de "l'autre bord", avoir la capacité à trouver du bon là où la nullité est patente (cf.Beboper - son sport favori) et vice-versa, voilà les qualités d'un honnête homme.
Que Words me patafiole, mais avoir une orthographe exacte ne servira à rien pour en finir avec la doxa des bienfaiteurs de l'humanité!(cf.Gluckchnard)

Obliger un gamin à faire une thèse/antithèse/synthèse sur l'utilité de l'art, la mise à mort de son prochain ou le flan aux pruneaux, croyez-moi, ça dérouille plus les synapses que de savoir si on écrit imbécillité avec un L ou deux L...

Seulement voilà... Pour ça il faut des profs qui sont eux-mêmes des honnêtes hommes et pas des sectaires.... Pas cette soldatesque du spontanéisme et des pédagogies participatives qu'essayent de vomir les IUFM depuis 20 ans. Je dis "essayent", parce qu'il semblerait que les derniers sortis de cette machine à humilier le bon sens et l'intelligence ne soient pas les plus enclins à prendre la relève des pédagoleries.

_ Et tous les autres? Les vieux cons de 68 et leurs créatures? On ne va tout de même pas les piquer? Meirieux aussi a le droit de vivre!

Certes... Calmons-nous... Si Darcos parvenait d'abord à les recycler en dictaphones...
Il sauverait de la peste pédagolgique des milliers de jeunes cerveaux disponibles.


39 commentaires:

  1. Je trouve que c'est l'un des sujets les plus admirable que j'ai lu sur le CGB.

    Une vraie fraîcheur de l'esprit.

    Le problème c'est que le raisonnement est la forme et non le fond.

    Le fond ce sont les arguments qu'il convient d'avancer pour donner de la consistance à un raisonnement.

    Lorsque tu évoque la Forme de l'orthographe, je pense plus a des petites procédures indispensable d'expression. Mais je ne suis pas un maître dans l'art procédurier.

    RépondreSupprimer
  2. Ohlala... Merci anonyme... mais... Tu es pris de boisson non?
    Ou bien une overdose de révisions juridiques?

    RépondreSupprimer
  3. Moi je dis que le texte est truffé de fautes d'orthographe...

    Quoi, je suis un "pécore" ?

    Analphabète !!!!

    Clarence, ses enfants feront comme ceux de Jean-François Copé, ils émigreront !

    RépondreSupprimer
  4. Tu sais qu'en écrivant ça je savais déjà qu'un zouave me ferait le coup...

    Les enfants Copé se sont barrés? C'est les eugénistes qui vont faire la fête en apprenant la nouvelle.

    RépondreSupprimer
  5. "Les enfants Copé se sont barrés? C'est les eugénistes qui vont faire la fête en apprenant la nouvelle."

    Les eugénistes rigoleront moins quand les écoles de la république seront peuplés de sauvageons imitation "9-3" ! Et là, vaudrait mieux oublier l'idée de FOND, autant que la FORME !

    Clarence, il pense donner des cours d'auto-défense à Bégaudeau

    RépondreSupprimer
  6. On enverra le commissaire Kouacy! http://www.fdesouche.com/articles/25779

    N'empêche que la bonne vieille dissertation par thèse/antithèse/synthèse, joyau de notre patrimoine, se fait sodomiser au gravillon par les pédagos Ils ont inventé un tas de méthodes merdiques qui évitent de pratiquer le salutaire salto mental.
    Aux armes!!

    RépondreSupprimer
  7. Le QCM est notre horizon...
    C'est une excellent question, l'orthographe. Plusieurs hypothèses:

    1) c'est le premier contact avec une discipline, un souvenir qui voisine en général avec 7x8=56. C'est au prix de cette première exigence, minimale, qu'on peut envisager ensuite de passer au plus sérieux.

    2) c'est l'importance de la langue que l'on transmet, plus ou consciemment. De même que lorsque l'on assène aux mômes que le vers c'est beau, que la grammaire ne se négocie pas, que la lecture c'est important. Tout ce qui fait le prestige de la discipline (oula, ça fait longtemps que j'ai plus été au lycée). Voire même, au delà, la beauté, l'unité et la permanence du pays (un pays fédéral comme l'Allemagne, dont l'unité géographique, historique,... relève de l'évidence n'a pas ce rapport à sa langue - au demeurant hideuse, pouf pouf, mais non -, à l'orthographe sans cesse réformée).

    3) techniquement, si on lâche sur l'orthographe, la tendance est d'écrire phonétiquement. Outre que ça diminue beaucoup les possibilités de combinatoire entre les lettres, ça augmente le risque d'homophonie. Tout ceci limite un peu les possibilités de discussion à la française.

    RépondreSupprimer
  8. Bon... l'expression condescendante de "discussion à la française" n'incite pas au dialogue...
    Je n'ai pas dit non plus qu'il fallait "lâcher" l'orthographe, mais il ne faut pas oublier ce qui est vraiment en péril.
    Cette fixette orthographique est au goût du jour parce que c'est un des rares objectifs éducatifs assez facile à atteindre et quantifier.
    Jamais un texte écrit sans fautes ne relèvera le niveau d'un pouillème (et si j'étais méchant, j'en profiterais pour dire "voir commentaire ci-dessus").

    RépondreSupprimer
  9. HonoreTaGenitrice17 février 2009 à 09:26

    commentaire censuré sous le billet de lbdd et écrit avant la lecture ce ce billet :

    au lieu de chier des bulles avec vos envolées lyriques regardez plutôt a qui profite le crime. qui a intérêt a avoir des consommateur dociles et crétins ? qui a intérêt a ce qu'il gobe tout le discours des nos braves hommes politiques ? qui a intérêt a gommer leur esprit critique naturel ?
    pourquoi la suce en cours est-elle toujours mieux récompense que le travail, en somme pourquoi les relations sont toujours privilégiées au mérite ?
    votre texte ne comporte peut-être aucune faute d'orthographe mais moi je lui met zéro. votre constat tout le monde l'a déjà fait. par contre les raisons profondes, des qu'on touche au pouvoir et a l'interdit et bien vous fermez sagement votre gueule. du bon finkielkrote en somme. mais ne vous en faites pas vous aurez droit au médias pour jouer votre numéro de pleureuse et si vous êtes gay et juif c'est le jackpot. une place a vie dans les médias pour jouer dans la grande comédie francaise (ou vous aurez la chance de cotoyer bernard kouchmerde, BHL, xavier bertrand etc...). vous pourrez faire vos envolées lyriques a volonté et vous épargnerez soigneusement de parler de la seule chose qui compte dans ce bas-monde : le pouvoir.
    bon voila j'ai laisser volontairement et involontairement des fautes dans mon commentaire, que vous prendrez plaisir a corriger je n'en doute pas, car sinon je doute que vous ayez matière a répondre. ce qui est inquiétant ce n'est pas l'orthographe, c'est l'absence de pensée et d'esprit critique (le vrai hein pas votre branlette intellectuelle).

    donc plutôt d'accord avec le billet de K

    RépondreSupprimer
  10. "l'orthographe n'a jamais modifié d'un iota la pensée d'un peuple et à fortiori de ses élites "
    les maths non plus
    l'histoire non plus
    la géo non plus
    la grammaire non plus
    les sciences nat non plus
    etc.etc.etc.
    Il est vrai que l'on peut vivre avec une jambe en moins , la perte d'un oeil, l'ablation des testicules ou après une lobotomie mais bon ..çé ti pa mieu d'aitre o conplai ??

    RépondreSupprimer
  11. Le fond, c'est la forme. Tout compte. Ceci dit, vous avez pas toujours pratiqué la gentilhommerie intellectuelle à fond, avec Millie ou Monsterleaw par exemple... ;)

    RépondreSupprimer
  12. "Ceci dit, vous avez pas toujours pratiqué la gentilhommerie intellectuelle à fond, avec Millie ou Monsterleaw par exemple..."

    Ah non, pas d'accord, moi j'avais posté un billet spécial dédicace à la demoiselle qui fut malheureusement mal compris. Et Monster, c'est mon pote, qu'on s'appelle même régulièrement !

    Tiens d'ailleurs, Millie, c'est l'illustration concrète du billet de Kroulik, le lapin démoniaque: De la forme en veux-tu en voilà, du fond, non merci (ou alors, incompréhensible aux profanes de la kabbale).

    Clarence, il ne jure que par Moundir

    RépondreSupprimer
  13. Ben c'est ce que je dis: vous l'avez pratiqué, mais pas toujours à fond. :p

    Certains ont brisé des lances avec courtoisie, d'autres ont rapidement cédé à des raisonnements moins nobles (du genre pour Millie "j'aime pas son lyrisme donc c'est de la merde" ou pour Monster "ferme-là petit con du Hamas"...)

    RépondreSupprimer
  14. Monster, c'était pitoyable de lieux communs et d'incultures et Millie, avant d'être lyrique, était abscon.

    RépondreSupprimer
  15. La thèse/antithèse/synthèse de grand papa ce n'est pas de la "gentilhommerie intellectuelle" ou des "discussion à la française"...
    Je ne veux pas qu'on transforme les écoles en salon de thé. Pas plus que je ne conteste la nécessité d'avoir une orthographe impeccable.
    Et même si bis repetita placent... marre de me répéter.

    RépondreSupprimer
  16. J'approuve les grandes lignes de ton texte.

    Mais je trouve quand même qu'une bonne maîtrise de la langue est essentiel pour la compréhension, et je ne parle pas la de points d'orthographe mais de compréhension . Comment être capable d'énoncer une pensée critique et constructive quand on utilise un langage qui ne va pas être compris par son interlocuteur? J'ai eu la chance de faire ma primaire jusqu'en 5eme dans le privé catholique. Quand je suis arrivé en 5eme dans le public, j'ai vu les dégâts de la méthode globale. J'ai vu des gens me demander en plein début de contrôle de français "comment on écrit français?". J'ai vu aussi les incroyable fautes de compréhension pendant leurs lectures a voix haute, par exemple lire "malin" mais répéter "marin" ou "machin", et ce plusieurs fois par page.

    Donc oui je suis globalement d'accord, mais encore faut il être capable de comprendre un texte pour être capable de raisonner dessus. Quand je communique par mail ou SMS avec des gens de mon âge, je dois relire plusieurs fois avant de saisir le sens de ce que l'ont me dit. Je pense pas qu'un gamin de 18 ans qui sort aujourd'hui du public français ait compris ne serait ce que la moitié des écrivains qu'il avait au programme. Alors lui expliquer le concept thèse/antithèse/synthèse? Bof.
    Pour sauver la pensée française, encore faut il que toute pensée n'ait pas disparu.

    Mais je sors peut être plus récemment que toi de cette machine ignoble qu'est l'Education National (d'ailleurs, j'ai un oncle proff, qui n'interroge ses élèves QUE par QCM, mais ceci est une autre histoire) et donc je suis beaucoup moins optimiste que toi.

    RépondreSupprimer
  17. Oh, je ne suis pas optimiste...

    "j'ai vu les dégâts de la méthode globale"... non, tu as rencontré des illettrés qui n'avaient jamais mis le nez dans un livre, c'est tout. La lecture est une gymnastique, plus tu lis et plus ça devient naturel de lire et donc de comprendre un texte.

    J'ai appris avec la méthodes globale personnellement. La tenir responsable de mon orthographe vacillante? Comme cela serait commode.

    D'ailleurs c'est la mode en ce moment, les gamins ont trouvé un prétexte à leurs fôtes! Ils se victimisent encore "c'est pas de ma faute, c'est la méchante métodglobal"...
    Et les parents de dire "ooooh, le pauvre".

    RépondreSupprimer
  18. Très bon article, K!
    Mais ouiiiii, les fanas de l'orthographe oublient souvent qu'en ce domaine, les déficiences constatées ne sont qu'une conséquence des lacunes plus profondes, touchant à la méthode, à l'art de réfléchir, d'analyser, de comparer, de proposer ou de conclure. A force de dire qu'il vaut mieux une tête bien faite qu'une tête bien pleine, on a des collections de têtes qui ne sont ni pleines, ni faites. Et si je reconnais volontiers que j'ai tendance à trouver du "bon" là où il n'y en a pas toujours, c'est que j'ai intégré réellement la variable "doute" à ma méthode d'analyse (c'est un grand mot, trop grand). D'ailleurs, on pourrait dire que la méthode globale a aussi des qualités: un dialogue socratique, c'est un peu de la méthode globale, non? On laisse le novice s'exprimer (traduction: dire sa grosse connerie), puis on le questionne, on lui suggère des chemins qui devront l'amener à réviser son jugement hâtif, c'est à dire à l'essentiel: considérer que d'autres points de vue sont possibles, et qu'ils sont souvent bien solides. Evidemment, ça ne marche bien que si l'on sait poser les bonnes questions, si l'on n'a pas peur de l'élève, de ses parents, de la morale, de Paul Amar, de la Halde, du rabbin Khomeiny ou du de l'ayatollah Jean-Paul Pape!
    La notion centrale du problème, à mon avis, c'est ce que tu dis : "C'était là que l'élite française apprenait l' humilité, la complexité... la pensée." T'imagines une école qui dirait aux ados d'aujourd'hui qu'ils doivent être humbles, qu'ils doivent lire avec respect les grandes oeuvres, etc? Qui en a encore quelque chose à foutre? entre les partisans du Marché (pour qui ces vieux trucs sont inutiles aux échanges marchands) et les maniaques de la révolte, ou du politique (qui sont eux-mêmes équipés d'une pensée-réflexe binaire, classant les bons et les méchants de part et d'autre d'une ligne passant par leur fion), les jeunes qui "échappent" à tout ça sont très peu nombreux, et d'autant plus méritants. Et il y en a, notamment sur ce blog.

    RépondreSupprimer
  19. D'ailleurs, plus le temps passe, et moins y a de vieux qui en réchappent également... :p

    RépondreSupprimer
  20. Disons que l'orthographe a quelque chose des gammes : avant de jouer comme Monk ou Horowitz il faut pianoter longtemps, mais connaître son solfège ne fait pas tout.

    Tout en bas les gras imbéciles qui jouent clairement faux, au milieu les morues orangées qui donnent des cours de solfège au conservatoire de région, et tout en haut les artistes, à qui reprocher fautes d'orthographes ou dissonnances relève d'un pur esprit d'apothicaire.

    L'orthographisme, comme le respect maniaque des partitions, est la vertu des rédacteurs de cartes routières ou autre almanach Vermot, tout à fait en dessous de la Lettre.

    RépondreSupprimer
  21. Je pense plutôt à un développement parallèle. Tu peux maîtriser la forme et pas le fond et vice-versa.
    Toute l'imposture consiste justement à faire croire qu'en se préoccupant uniquement de la forme, le fond suivra.

    RépondreSupprimer
  22. Je dirais un inter-développement parallèle. Avoir du vocabulaire par exemple fait rentrer des concepts inédits dans la caboche. Maîtriser l'orthographe est bon signe, cela prouve que l'on a "compris" le gros de la machine linguistique française, donc que l'on a un peu utilisé ses neurones...

    On ne peut pas avoir une orthographe réellement pourrie (hors dyslexie) si l'on a un minimum travaillé en cours de français (orthographe mais aussi grammaire, analyse de textes...) et lu quelques bouquins. Tout ça est formateur d'esprit critique.

    RépondreSupprimer
  23. "On ne peut pas avoir une orthographe réellement pourrie (hors dyslexie) si l'on a un minimum travaillé en cours de français"

    En es-tu vraiment certain?
    Il y a des élèves qui rattrapent leur moyenne plombée par les interros de grammaire/ortho avec des rédactions truffées de fautes et vice versa... "Travailler en cours de français" ce n'est pas toujours apprendre à penser.
    Et si on veux parler du secondaire, combien d'élèves de lettres se plantent magistralement en dissertation générale et compensent avec des matières plus "scolaires" (latin, linguistique orientée syntaxe etc..)

    RépondreSupprimer
  24. Sauf que l'orthographe, ce n'est pas qu'une forme, c'est aussi un raisonnement, c'est aussi le fait d'avoir lu un mot savant qui permet de l'écrire de façon correcte ultérieurement. La lecture améliore l'orthographe, c'est indubitable pour qui lit.
    Le fait de se concentrer sur les lacunes en orthographe, c'est peut-être parce que justement le contenu est de plus en plus médiocre (immonde même), et que pour ne pas trop donner de vertiges aux bons parents on leur dit qu'il y a des problèmes d'orthographe au lieu d'avouer qu'il y a des problèmes de compréhension voire d'intelligence.
    J'exagère certainement, alors nuançons, il existe des élèves intelligents avec une orthographe pitoyable, un sur combien...

    RépondreSupprimer
  25. "La lecture améliore l'orthographe, c'est indubitable pour qui lit."

    Tu m'aurais dit le vocabulaire ok... mais l'orthographe... J'ai rencontré dans ma vie une ribambelle de personnes à l'orthographe irréprochable qui n'avaient quasiment jamais lu UN livre en entier, à part les "profils d'une œuvre".
    Ils devaient avoir 500 mots de vocabulaire et savaient parfaitement les orthographier.

    RépondreSupprimer
  26. Nota bene: je trouve assez désolant que le débat sous ce billet soit parasité (encore une fois) par des "défenseurs" de l'orthographe façon mutins de Panurges... puisque je ne l'ai pas attaquée cette sacro-sainte orthographe!

    Je n'ai absolument pas écrit qu'il ne fallait pas l'enseigner ou que c'était inutile, je dis juste qu'il y a urgence à défendre un exercice bien précis qui fait partie du patrimoine culturel des collèges, des lycées, des universités et qui est menacé par des pédagos n'ayant de cesse de lui ôter tout son sens tellement la pensée unique s'accommode mal de ce genre de gymnastique intellectuelle.

    RépondreSupprimer
  27. -K-, je relève ce merveilleux paralogisme : "J'ai rencontré dans ma vie une ribambelle de personnes à l'orthographe irréprochable qui n'avaient quasiment jamais lu UN livre en entier". On ne peut pas démonter l'argument que "lire améliore l'orthographe" par la remise en cause de "avoir une orthographe irréprochable nécessite d'avoir lu" !

    Autre point : dans ton affirmation "Tu peux maîtriser la forme et pas le fond et vice-versa", je rejette ce "vice-versa", surtout lorsqu'il semble être justifié, dans un autre paralogisme, par "Toute l'imposture consiste justement à faire croire qu'en se préoccupant uniquement de la forme, le fond suivra.".

    Je ne sais pas pour l'orthographe, mais va falloir reprendre quelques notions de logique...

    lolo, méchant comme Clarence

    RépondreSupprimer
  28. Tiens, un pédant parlureur...

    Pour le premier "paralogisme", disons que "Lire n'améliorera pas forcément l'orthographe", ça te va?

    Pour ton deuxième "paralogisme", je ne vois pas où est le problème, mais je suis un si naïf falsificateur idiot...

    Alors écoute moi bien Trissotin, comme tu l'as gentiment relevé, tu vas m'expliquer, j'adore apprendre. je t'écoute.

    RépondreSupprimer
  29. Fais attention, dire de quelqu'un qu'il a fait un paralogisme alors que ce n'est est pas un, c'est un paralogisme.

    RépondreSupprimer
  30. Que lire améliore l'orthographe sans avoir à y penser, ça me parait une évidence. C'est comme les dates en Histoire: quand on se passionne pour un sujet, on finit par les connaitre par coeur sans avoir cherché à les retenir.

    RépondreSupprimer
  31. Des explications ? C'est plus grave que ce que je pensais ! (ouais, je sais, c'est super facile... mais j'aime bien !)

    Je retourne chez Clarence : au moins, là bas, on peut s'insulter en tout mauvaise foi sans être inquiété de représaille. On s'y fait traiter de "pédé", pas de "pédant". Non mais !

    Salope ! On se reverra !

    RépondreSupprimer
  32. On lit et hop automatiquement on ne fait plus de fautes ? Et ça marche pour tout le monde? Chouette!

    Bon, Trissotin, explique mon deuxième paralogisme et qu'on en finisse avec ça.

    RépondreSupprimer
  33. Trissotin, tu ne t'en tireras pas comme ça!! Paralogiste!!

    RépondreSupprimer
  34. Youpi !!!!! Tous chez moi !!!!!

    On va tourner un film gay sur l'orthographe !

    Clarence, prof' de langue au Japon

    RépondreSupprimer
  35. Avec ton Japonais décoloré aux dents pourries?
    Dis lui de sucer en priorité Lolo, ça lui apprendra... J'ai déjà les dialogues:
    "Tu aimes ça hein paralogiste! Aaah!! par Darii et Barbara, je jouiiis"

    RépondreSupprimer
  36. "Dis lui de sucer en priorité Lolo, ça lui apprendra..."

    C'est une idée...

    Mais j'avais imaginé un autre scénario, un truc sur le paralologisme. Enfin au pire je sais qui contacter pour les dialogues...

    Kroulik, futur répétiteur de François Sagat ?

    Clarence, lui, il produit la "SAL ECRITURE"

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?