18 janvier 2019

Rire cruellement


Tombeau pour une touriste innocente est un court et célèbre texte de Philippe Murray. Il me semble qu'il avait été mis en musique et même chanté par l'auteur, si je ne m'abuse.
Ici, le son est moyen, l'image quasi nulle mais le texte est rendu encore plus hilarant par la lecture de Luchini. Il a une façon de dire "Il faut exiger sans cesse et sans ambages la transparence totale dedans l'étiquetage" qui renforce dix fois l'effet recherché. Un acteur, ça sert à ça. On rit, on ricane, on rit cruellement, c'est terrible. C'est dans ce genre d'exercice qu'on comprend qu'il faut dire un gros merde à ceux qui, voulant introduire une morale de patronage laïc dans l'usage de l'humour, voudraient qu'on ne rigolât que dans la justice, qu'on ne se moquât de personne, qu'on ne plaisantât que de soi-même, qu'on ne blessât jamais ce connard d'Autrui. Pan ! Murray rit et se moque et démolit une touriste innocente partie se faire décapiter dans un pays où rode l'islamiste post-moderne. Qui dit mieux ?
Comme Luchini caviarde quelque peu le texte, le voici en entier.

Tombeau pour une touriste innocente

16 janvier 2019

Sérotonine : l'entretien rêvé


Michel : Alors les gars, vous en avez pensé quoi ?

Beboper : Hein, de quoi ?

Michel : Mon nouveau roman, vous l’avez trouvé comment ?

Xix : Nan !

Michel : Quoi « nan » ?

Xix : Nan Michel, on veut pas en parler !

Michel : Ben quoi, y’avait pas assez de cul ? Tenez, j'ai amené une bouteille et trois verres, histoire de causer un peu.

Xix : On veut pas en parler de Sérotonine ! Entre nous à la rigueur, en conciliabule, mais pas dans un article ! On serait forcé d'en dire un peu de mal et ça, ça nous emmerde ! Parce qu’on t’aime bien par dans l’coin.

Michel : Ah oui, c’est raté à ce point-là ? (Il ouvre la bouteille, se sert un verre, distribue les deux autres mais nos deux cégébistes les repoussent d'un revers de la main.) 

Xix : Non, raté pas à ce point-là justement ! C’est pour ça que tu fais chier ! Y’a évidemment des morceaux de bravoure, des personnages éternels, des esclaffades sonores, gutturales, qui te sortent de la poitrine au détour d’une fin de phrase inattendue… Ta Camille, elle est magnifique, ton aristo paysan, il est vivant comme pour de vrai… Tu fais chier Michel !

12 janvier 2019

Benjamin Griveaux - Portrait insignifiant


VIGILANT !

Griveaux : l'avant-garde metrosexuelle du Bien (Cravate Dior for men, chaussures Berlutti sur mesure, chemise en soie Gucci, costume Bleu nuit Jonas et Cie - "comme le Président, les gars"!) - France, début du XXIe siècle, Exposition du Louvre : "Les panoplies macronistes" (c)





Benjamin Griveaux - une petite tête mal faite de Bibi Fricotin, un sourire toujours satisfait aux lèvres -, a de la chance : il n'a jamais travaillé. Un vrai travail, entendons-nous, hein ! Tourneur-fraiseur, boulanger, électricien OQ2, assistante maternelle. Non. Rien de tout ça. Dans son monde, ce genre de métier concret n'existe pas. A force de chance, de pistons et de petites conspirations, Benjamin a en effet été jusqu'au bout de son ambition... pour lui-même.

7 janvier 2019

6 janvier 2019

Houellebecq ou le flapisme




Lyrisme de Houellebecq



...ça y est, tout le monde s'ébroue, de la France d'en haut à celle du bas - à part les Niortais, puisque le Maître dézingue leur cité. C'est comme pour le Beaujolais : le nouveau Houellebecq vient de sortir... Le Max Pecas de la littérature française, le Mishima de la débandade nous livre son nouvel opus - comme d'habitude un malin mélange de Weltanshauung décliniste, façon Oswald Spengler, d'esthétisme de série-B et d'un peu de porno hors-norme (ce coup-ci, c'est la zoophilie).

3 janvier 2019

L'année 2018 n'a jamais existé.


Nous vivons des temps épuisants. Chaque jour apporte la confirmation qu’il est pire que le précédent, et que rien n’inversera plus la tendance. Chaque année, quand vient l’heure du bilan, il semble qu’un pas de plus a été fait dans la mauvaise direction. Toujours plus de précarité sociale, toujours plus d’Europe, toujours plus de normes, toujours plus d’interdits moralisants, toujours plus de droits opposables au monde entier, toujours plus d’Emmanuel Macron, toujours plus de pubs, de ronds-points, de chômage de masse, de loisirs mortifères, d’attentats, de « tout-numérique », de supermarchés, de télé-cauchemar, de violence ordinaire, de laideur proliférante, de mensonge médiatique, de vagues de misère/migrants, d’associations flicaillonnes, de séparatisme culturel, de guerre au vivant, de ceintures à serrer, de délires sociétaux, toujours plus d’informations, de smartphones, d’alertes-info, de flash-info, de connexions à haut débit et toujours plus d’ignorance.