17 juillet 2008

Le combat des chefs : Sarkosy Vs Le Pen

Point de repos pour le nouveau président de l’union neuneuropéenne. Après les remontrances du Papa Schultz verdoyant et ex-révolutionnaire libertaire qui considère que même la moutarde à l’ancienne à une connotation rétrograde donc constitue forcément un « condiment fasciste », voilà que notre antéchrist national lance sa fourche imprégnée de curare et crache ses flammes dévorantes en direction du vénérable administrateur en CDD de la nouvelle Babylone désunie.
Le vieux routier des autoroutes mal famées de la politique y met toute sa hargne et se défoule, par la même occasion, de toutes ces années de diabolisations, de procès et de polémiques spectacles.
La réponse non argumentée de Nainboléon sera à la hauteur de ses habitudes juvéniles, à peu près de ce niveau : Gna gna gna !




L'Amphisbène : le blason de Sarkosy

19 commentaires:

  1. Cohn Bendit n'aura pas volé son passage a la guillotine.

    RépondreSupprimer
  2. Face à la pourriture qui s'amuse des féroces banalités qu'énonce Le Pen, que peut-on faire ?

    Rire des effets du bulldozer moderniste, qu'est-ce que cela leur apporte à ces cyniques ?

    Je suis de plus en plus convaincu que Le Pen, par la seule répulsion qu'impose son aura médiatique de "Satan" de service, contribue justement à ridiculiser les constats énoncés dans son brillant discours.

    Comment ces fonctionnaires subversifs pourraient-ils rire du tableau que Le Pen dresse d'un monde déjà détruit s'il était le fait d'un individu sans histoires qui ne se soit pas fourvoyé dans les histoires de petits fours et autres blagues déplaisantes que la machine à diaboliser récupère si facilement pour museler tout ses opposants ?

    Ce qui fait peur à ce système et à ses zélateurs, c'est précisément l'inverse du pantin diabolique qu'ils peuvent ressortir à tout va quand ils se sentent menacés, et dont Le Pen est le plus triste exemple en France.

    Si la baudruche du "fascisme" se dégonflait une bonne fois pour toute, que deviendrait leur légitimité, à ces cuistres du politiquement correct ?

    Comment toutes leurs mesures grotesques, qui ne peuvent même plus être qualifiées de crimes tant leur promoteurs atteint de psychose progressiste aïgue transpirent l'irresponsabilité, trouveraient encore preneur parmi la masse lobotomisée s'il n'avaient plus le fétiche de la bête immonde à ressortir pour légitimer leur règne absurde ?

    Si le discours avait été prononcé par un socialiste, Cohn Bendit aurait-il rigolé ? La guillotine pour lui c'est aussi gentillet qu'innaproprié, visez plutôt l'internement en pédo-psychiatrie ou le retour à la maternelle.

    RépondreSupprimer
  3. "Si le discours avait été prononcé par un socialiste, Cohn Bendit aurait-il rigolé ?"

    non, il aurait huer parceque c'est un homme discipliné.

    "Si la baudruche du "fascisme" se dégonflait une bonne fois pour toute, que deviendrait leur légitimité, à ces cuistres du politiquement correct ?"

    Remplace le mot "fascisme" par "chambre à gaz" et t'as tout bon Charles-Albert.

    RépondreSupprimer
  4. Il s'est pissé dessus là!
    Quel discours d'anthologie, on dirait une tragédie grecque! Sûr que dans quelques siècles on ressortira ces diatribes enflammées, on les jouera même au théâtre!!!

    RépondreSupprimer
  5. Mets-nous une petite illustration de l'amphisbène Para!

    RépondreSupprimer
  6. La voix se feit chevrotante. Pierre Maguelon aurait surement des revues passionantes a lui prêter.

    RépondreSupprimer
  7. Bon discours à mon humble avis. Par ailleurs, quel est l'étrange blason avec le dragon à deux têtes qui orne cette note ?

    RépondreSupprimer
  8. Eh bien ça c'est la meilleure!
    Jean-Marie Le Pen lit mon blog, et de surcroît me plagie.
    L'amphisbène, j'en avais parlé avant lui, figurez-vous.
    Si je lui intente un procès, je serai peut-être, qui sait, décoré de la légion d'honneur...

    RépondreSupprimer
  9. "non, il aurait huer parceque c'est un homme discipliné."

    C'est tout l'intérêt de la chose, passer de la rigolade à la colère. Peut-on faire de la politique si l'on fait rire les gens en "parlant vrai" comme Le Pen ?

    RépondreSupprimer
  10. Ce qui les fait rire, c'est le rapport de force. Cohn Bendit et compagnie savent qu'ils sont largement en supériorité numérique dans les institutions et rigolent en voyant le petit village gaulois s'égosiller pour résister tant bien que mal.

    Bref, Cohn Bendit peut rigoler parce qu'il est planqué a Bruxelles entouré de ses semblables.

    RépondreSupprimer
  11. Ils savent que Le Pen a raison, mais ils sont surs d'eux et croient avoir déja gagné. Donc il se foutent de sa gueule.

    RépondreSupprimer
  12. Le Pen est bon car là il ne joue pas la comédie. Il en serait presque attendrissant.

    Surtout quand on voit les autres petits crevés rigoler du petit vieux qui fait sous lui en public.

    En effet, ce n'est même pas le contenu qui les fait se tordre car pour eux ce discours est tellement étranger à leur réalité qu'il est totalement transparent.

    Non, ce qui les fait marrer c'est le spectacle d'un vieux essoufflé éructant son discours.

    A ça y a rien à dire ou à faire si ce n'est leurs têtes au bout d'une pique.

    RépondreSupprimer
  13. Ça peut être aussi une posture, une petite astuce comportementale pour décrédibiliser un adversaire. J'ai remarqué que Philippe Val, dans des débats télévisés, fait souvent des mimiques de dégouts lorsque les idées sont contraires aux siennes. Il ne faut pas oublier que pas mal de politicards sont de vieux briscard rompu aux techniques de communication.

    RépondreSupprimer
  14. Bande de chochottes, vous voudriez quoi, que Cohn Bendit se lève, au garde à vous, et applaudisse le cyclope? Vous voudriez qu'ils se passe la savonnette sous la douche?

    RépondreSupprimer
  15. oué ce serait un bon début.

    RépondreSupprimer
  16. Pas la savonette : Cohn Bendit est pédophile par gérontophile.

    RépondreSupprimer
  17. Je m'insurge, si tu le lis bien, se sont les enfants qui l'obligent... Voui Môôssieur!

    RépondreSupprimer
  18. Arrêtez, ce n'est qu'un pauvre homme qui a la nostalgie des années collèges et qui se croient encore djeunz ! :)

    Puis Le Pen n'a rien compris !
    Il devrait plutôt se taire que raconter des banales vérités ...
    Et le business alors ?

    Décidément ce Le Pen est un pauvre gars frustré et aigri tiens.
    Et vlan !

    Agni

    RépondreSupprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Annonce Gogole: Faites de l'argent rapide et facile. Formation manager globe trotter sous 24h

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?