16 juillet 2008

Dissidence antimoderne


Dans son étude de l'anthropogenèse du néant moderniste, le CGB a relevé que les symptômes de la grande parade étaient déjà visibles par des dissidents issus de l'archipel du Goulag comme Andrei Tarkovski (idole du Stalkère) horrifié dans les années 70 par l'absence de liberté intérieure de nos mornes plaines démocratico-libérales:

« En Occident, tout le monde a ses droits; mais dans un sens intérieur, spirituel, il existe sans doute davantage de liberté en Union Soviétique. Plus je séjourne en Occident, plus je constate que l'homme a perdu sa liberté intérieure. »

4 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Salaud, mal orthographier Tarkovski! Tu seras condamné à voir à la suite l'ensemble des films tirés des romans d'Alexandre Jardin !

    RépondreSupprimer
  3. Le problème, c'est que l'homme qui parle a probablement une "vie intérieure" hors du commun... ça relativise peut-être un peu le constat. En tous cas, je ne suis pas sûr que le capitalisme ait fait plus que le communisme pour démolir la vie intérieure de ses sujets , mais il a fait plus efficace...

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?