23 juillet 2008

Babeth vs Natacha









Le CGB ouvre une nouvelle série d'articles intitulés "Cultural Clash" ou la confrontation de deux figures intellectuelles/ médiatiques voire celle de 2 thématiques brulantes ...

Une fois n'est pas coutume au CGB, nous allons commencer par les Dames avec le match Elisabeth Lévy la causeuse contre Natacha Polony la néorépublicaine... ou le choc des anciennes contre les modernes!




A ma gauche, nous avons la papesse du politiquement incorrect, la contemptrice en chef d'Homo festivus, l'empêcheuse de penser en rond... j'ai nommé Élisabeth Lévy.

A ma droite, nous avons la socialiste orwellienne, la néorépublicaine bouffeuse de féministes à la mord-moi-le-noeud, le hussard de la Ve République... Natacha Polony.

A priori, beaucoup de choses semblent rapprocher les deux donzelles: même éditeur (J-C Lattès), même engagement auprès de Jean-Pierre Chevènement en 2002 (Babeth avec la fondation du 2 mars et Natacha en tant que candidate aux législatives et membre actif du Pôle républicain), même patron qui les a repérées (Jean-François Kahn), même bourse littéraire (Bourse Cioran), mêmes influences intellectuelles (Jean-Claude Michéa, Philippe Muray, Christopher Lasch).

Et pourtant... car il y a un pourtant, on a l'impression que Natacha et Babeth ne s'entendent pas... Babeth après avoir enterré ses illusions républicaines en 2002/2003 et sabordé la Fondation du 2 mars (ou Marc Bloch) s'est réfugiée dans l'antimodernisme et a inventé la critique des médias conservatrice via le site Causeur qu'elle partage avec des vieilles gloires du pasquaïsme (Basile de Koch) et la branche souverainiste de feu la fondation.

De 11 ans sa cadette, Natacha n'est pas passée par les affres de la gauche caviar (Globe Hebdo) comme Babeth et ne semble pas avoir jeté aux orties la profession de foi de la fondation du 2 mars:

"L'indignation ne suffit pas. Seul le travail intellectuel, garant d'une réflexion rigoureuse et indépendante, permettra de penser les mutations que vit notre civilisation et de replacer l'idée d'intérêt général au cœur du débat public et l'action politique."

Natacha Polony à l'instar de Julien Landfried fait partie de ces nouveaux républicains straight qui gardent "leurs fondamentaux" pour mieux attaquer de front la globalisation et la culture du narcissisme. En moins de 5 ans, cette agrégée de lettres classiques a autant commis d'ouvrages que Babeth sur son seul nom (Babeth étant spécialiste des livres écrits à 4 mains) attaquant de front les pédagogistes dogmatiques à la Meirieu (Nos enfants gâchés) ou les féministes en peau de lapin comme Agacinski (L'Homme est l'avenir de la femme).

Babeth, depuis la disparition de feu Philippe Muray et sa brouille avec Taguieff s'est mise sous le patronage d'Alain Finkielkraut... Oubliant les injonctions à la République et au Peuple (on se souviendra du dernier grand colloque de la Fondation du 2 mars en novembre 2003 "l'Espace de l'impossible" qui avait lieu dans les palaces de Deauville... l'idéal pour parler à la "common decency"), Babeth cultive désormais un aristocratisme tout camusien dans son causeur et s'amuse à interviewer quelques anciens amis comme Jean Clair, Marcel Gauchet, Philippe Raynaud, Peter Sloterdijk, Jean-Claude Michéa pour Le Point.

Tricarde dans la plupart des médias (France-Cul, France 3, RTL) Elisabeth Lévy n'a pu vendre son personnage volcanique, effronté et un brin provocateur sexuellement que cinq années avant d'être mise au placard par le système médiacrate. Certains pensent déjà à Natacha dans le rôle de la Passionaria républicaine, espérons qu'elle ne se fera pas étriller comme son illustre consœur/rivale.

Verdict du CGB: malgré sa "jeunesse" Natacha s'avère plus "technique" (plume ciselée, culture impeccable) dans la lutte... contrairement à Babeth, hargneuse et puncheuse ( invectives et mauvaise préparation des dossiers) qui s'est finalement essoufflée au point d'être instrumentalisée par ceux qu'elle combattait.





19 commentaires:

  1. Je vote Natacha... pour la qualité de ses arguments!

    RépondreSupprimer
  2. La présentatrice de direct 8 est une tête à claque. C'est vraiment énervant les imbéciles qui passent leurs temps à couper la parole à leurs invités. Natacha ne peut pas construire son discours sans que la cruche l'interrompt c'est vraiment agaçant.

    RépondreSupprimer
  3. On a maintenant des lecteurs sous stupéfiant !
    J'aime bien les deux et la difficulté du choix est enquiquinante. Je vote quand même pour Babeth que je connais mieux grâce à son émission de radio.
    Cela dit, l’idée d’un « Cultural clash » est bonne, mais je préférais que ce soit sur un même thème que sur le parcours de personnalités intellectuelles.

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai ça, Reune essaye de nous fâcher avec le peu de gens respectable qui reste dans les médias. Salaud!

    RépondreSupprimer
  5. woody woodfucker23 juillet 2008 à 20:25

    Le discours de polony me plait bien;elle est jeune,pas trop moche pour une intello et assez convaincante...j'vais donc miser sur elle!

    RépondreSupprimer
  6. Je vote Natasha parce qu'elle a de gros seins.

    RépondreSupprimer
  7. Nos lecteurs ont le gout sûr, je suis d'accord avec Woody, Hank et Auberon!

    RépondreSupprimer
  8. Quelqu'un pour bidouiller un système de sondage en vue des clashs à venir, que les préférences s'affichent en temps réel ? J'aurais par exemple choisi l'option "Babeth aurait dû lacher la clope en 1978", ou bien "Je karchérise Direct 8 & j'emballe Polony", entre autres choses. Avec des couleurs ludiques & citoyennes pour chacune des propositions...schnell SCHNELL !

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour ces deux portraits. Je connaissais Elysabeth Levy mais pas Natasha Polony. J'avais du lire des articles d'elle sans trop faire attention à sa signature.

    J'espère que tu vas continuer ces portraits.

    RépondreSupprimer
  10. La première vidéo est morte donc je jugerai de mémoire, Babeth = Harpie, Natacha = Elfe. Donc je vote Natacha.

    Cependant j'ai bien écouté la seconde vidéo et son discour de conquérante associé à sa morphologie m'a rappelé ce petit article tiré de la section science du magazine Element n°124 :

    ------------------------------------
    "En comparant la taille des femmes ayant donné naissance à des jumeaux ou des triplés avec la taille moyenne des femmes aux Etats-unis, Gary Steinman, du long Island Jewish Medical Center de New York, a constaté que les femmes à la taille la plus élevée sont aussi celles qui ont le plus de chances d'avoir des grosses multiples. Cette observation ext corroborée âr le fait que les pays où les femmes sont les plus grandes sont aussi ceux où l'on enregistre le taux le plus élevé de grossesses multiples. La cause en est le facteur de croissance proche de l'insuline (IGF), une protéine produite par le foie en réponse à l'hormone de croissance, qui favorise la croissance osseuse
    et exerce aussi un effet stimulant
    sur l'ovulation.

    Cependant, les femmes à la taille la plus élevée sont aussi celles qui attachent le plus d'importance à leur carrière professionnelle, s'engagent le plus volontiers dans la compétition sociale et, de ce fait, ont le moins d'enfants. Une autre enquête menée en Angleterre, aux Etats-unis, en Australie et au Canada, par denis Deady, de l'université de stirling, et Miriam Law Smith, de l'univeristé de St Andrews, auprés de 1220 femmes agées de 20 à 45 ans, à cherché à étudier le rapport entre la taille, qui dépend des hormones sexxuelles (moins il y a d'oestrogène dans le corps et plus la taille est élevée), et le profil psychologique. Elle a confirmé que les femmes de taille plus élevée que la moyenne ont tendance à avoir une personnalité plus "masculine" et moins "maternelle" que les autres. C'est également chez elles que, statistiquement , la première maternité est la plus tardive et que le quotient intellectuel (QI) est le plus élevé.
    L'explication traditionnelle selon laquelle les femmes auraient d'autant plus de difficultés à trouver un partenaire qu'elles sont plus grandes est donc reformulée par les auteurs de l'enquête, qui préfèrent souligner que les femmes de grande taille ont un taux de testostérone plus élevé, ce qui leur confère un caractère plus "masculin". Plus les femmes sont petites et plus elles ont au contraire tendance à valoriser la vie au foyer et à cantonner leurs ambitions dans le domaine reproductif.

    (sources:Journal of Reproductive Medecine, septembre 2006; Personnality and Individual Differences, octobre 2005)."
    -----------------------------------

    Donc, si j'étais langue de pute je pourrait émettre l'hypothèse que c'est la morphologie de Natacha qui parle de conquête quand pour d'autres - légèrement plus basses du cul il est vrai - c'est les ovaires qui parlent de reproduction :D

    Angle intéressant de la critique du féminisme quand jusqu'à Présent
    Dieu (soral) ne nous parlait que de déterminisme de classe.

    Et sinon, c'est quoi une "quiche" dans le sens où natacha l'emploit dans la vidéo ?

    RépondreSupprimer
  11. C'est bon, la première vidéo remarche.

    J'aimais bien les décolletés plongeant de babeth dans culture et condescendance. Je dirais qu'elle a quand même plus de chien.
    Cependant, je maintiens mon vote en faveur de natacha qui hante les nuits dont mes draps se souviennent.

    RépondreSupprimer
  12. Le côté négligé (rock'n'roll ?) de Babeth m'excite.

    RépondreSupprimer
  13. "Vers la féminisation" est quand même LA référence. Le bouquin il est carré, angles droits, net et sans bavure.

    RépondreSupprimer
  14. La quiche c'est la nana dont rêve tout mec bien portant: bonne, sexuellement active mais pas trop sinon c'est une salope, gentille et un petit peu cultivée (pas trop, sinon, elle ferait de l'ombre à l'homme).

    RépondreSupprimer
  15. Babeth interviewant Gauchet sur Causeur? En êtes-vous si sûr? A moins que ce ne soit pour Le Point.

    RépondreSupprimer
  16. Je vote Elisabeth, et un certain membre du CGB devrait en faire autant, s'il ne tient pas à être privé de fraises Tagada.

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?