16 août 2008

Le ciel européen va nous tomber sur la tête



Le Parlement européen, temple de la religion de la "concurrence pure et non faussée", de la "rentabilité maximale", de la "course au profit", et de "l'amputation des dépenses publiques", vient de découvrir les conséquences de cette idéologie folle. Le plafond de l'hémicycle du Parlement à Strasbourg s'est effondré, comme s'était effondré le plafond d'un des bâtiments de Roissy, comme s'effondrera, un de ces jours, la verrière du Parlement européen à Bruxelles qui s'est déjà fissurée, parce que, chaque fois, la même cause est en action dans des appels d'offres où la multinationale gagnante est toujours celle qui emploie le moins de personnel, le moins qualifié, avec les matériaux les meilleur marché, les délais les plus raccourcis, dans le total mépris de la sécurité. Puisque la loi est celle de la rentabilité.

Les députés européens viennent de recevoir là une leçon sans frais. À la différence des 14 803 papys et mamies de l'été 2003, ayant payé, eux, de leur vie, lors de la canicule, les conséquences de cette idéologie criminelle du tout marché, de l'économisme débridé et de l'ultra libéralisme sauvage qui a empêché et empêche toujours les maisons de retraite d'avoir les personnels nécessaires et les équipements indispensables. Puisque, là encore, au nom de la rentabilité, les dépenses publiques sont amputées.

Ce n'est pas que le plafond du Parlement européen qui s'est effondré. Ce sont les hôpitaux publics, les équipements ferroviaires, le maillage du pays en services publics, les laboratoires de recherche, les universités françaises ensevelies dans les profondeurs du classement de Shanghai et l'économie de l'Europe où la croissance, elle aussi, s'effondre parce que partout et toujours l'ultra libéralisme et la main invisible d'Adam Smith font "la misère des nations".

Communiqué de presse de Jean-Claude MARTINEZ
Député européen, vice-président du Front National


7 commentaires:

  1. Ce serait tombé sur quels députés européens, s'ils avaient été présents ?

    RépondreSupprimer
  2. Apparemment sur la partie gauche de l'hémicycle. Je ne sais pas si c’est comme l’Assemblée nationale française, mais si c’est le cas, donc la gauche européenne. N’allons pas trop loin dans cette réflexion pour cause d’envie de…

    RépondreSupprimer
  3. Merde alors y a même plus besoin de se casser le cul à y foutre le feu comme au Reichtag?


    Faut dire qu'avec l'extrême droite qu'on a, heureusement que les plafond font le boulot tout seuls.

    RépondreSupprimer
  4. Peut-être que cet incident va leur faire cesser la de migrer tous les mois du parlement de Bruxelles à celui de Strasbourg, ce qui cause un énorme gaspillage d'argent, de temps et d'énergie.

    RépondreSupprimer
  5. "Ce n'est pas que le plafond du Parlement européen qui s'est effondré. Ce sont les hôpitaux publics [...], les universités françaises ensevelies dans les profondeurs du classement de Shanghai et l'économie de l'Europe où la croissance, elle aussi, s'effondre parce que partout et toujours l'ultra libéralisme et la main invisible d'Adam Smith font "la misère des nations"."

    Droit dans ses bottes, droit dans sa connerie, le Martinez. Si c'est le libéralisme qui fait la misère des nations, comment se fait-il que les universités au top du classement de Shangaï soient américaines?

    Si c'est le libéralisme qui fait la misère des nations, comment se fait-il que l'Afrique n'arrive pas à sortir de la pauvreté, alors que la plupart de ses gouvernements sont marqués du sceau du socialisme, de l'étatisme, du fonctionnariat, de la corruption, de la préférence ethnique, de la dictature, et de la main pas du tout invisible du parti au pouvoir dans la gueule de la population récalcitrante (et dans ses poches quand elle en a) ?

    Avec de telles pointures politiques, on comprend les scores fabuleux de l'extrême-droite française.

    RépondreSupprimer
  6. L'illustre Bob Marchenoir traine ses guêtres sur le CGB et nous livre sa pensée revelienne (cf réflexions sur l'Afrique)

    C'est probablement pour s'encanailler...

    RépondreSupprimer
  7. Pour m'encanailler? Vous êtes totalement à côté de la plaque, Monsieur René.

    D'abord parce que je traîne souvent mes guêtres sur le CGB, même si je n'en informe pas toujours les populations. Ensuite parce je les traîne encore plus souvent dans des endroits autrement mal famés. Enfin parce que je vais partout, d'un bord à l'autre de l'échiquier politique.

    Donc je ne sais trop quels sont vos sous-entendus, ni de quel côté se situe, pour vous, le "canaille" et le "non-canaille". Croyez bien, cela dit, que je m'en désintéresse passablement.

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?