14 septembre 2008

Bien culotté depuis la maternelle


Bernard Tapie à propos de son préjudice moral

8 commentaires:

  1. Il était plus drôle quand il chantait avec l'autre mollusque sous tranxène.

    RépondreSupprimer
  2. Tapie - Poujade même combat :D

    RépondreSupprimer
  3. Impayable Nanard... toujours en haut de l'affiche.

    Que pareil margoulin puisse encore pérorer et faire chialer dans les chaumières est un signe indiscutable de la décrépitude de notre époque...

    Ah! pour la jactance, il s'y entend le Nanard...

    RépondreSupprimer
  4. Nanard sévèrement burné!!:-)))
    ce type est incroyable. Il ne m'aurait jamais rien vendu car dans le bizness j'en ai rencontré des gens de sa race (mais des tout-petits à côté) et je les ai tjs reniflé très tôt mais je dois dire, bien que me situant à l'opposé de sa moralité, qu'il m'intéresse au plus haut point en tant que phénomène humain.
    Et puis ça fait tjs plaisir quand il remet à sa place toute cette mafia de politocards, de journaleux, de petits juges gauchistes enfin toute la vermine qui représente cet Etat que je vomis et qui ruine notre pays.

    Homme Libre

    RépondreSupprimer
  5. Il lui sera malgré tout beaucoup pardonné pour avoir avancé de rudes et justes sentences comme celle-ci, culbutant du même coup la phraséologie hypocrite des braques qui dominent (les degauche comme les dedroite) :

    Ce qu'on appelle "études" n'est que l'activité consistant à ingurgiter n'importe quoi pour le vomir ensuite avec un air satisfait.
    Ceux qui s'appellent entre eux "les étudiants" sont cette catégorie de producteurs-consommateurs à qui on a promis une vie de merde et qui demandent à participer à ce grandiose projet.

    Le style, c'est l'homme. Nanard n'aime pas les mange-merde ce en quoi il a parfaitement raison.

    Je ne peux m'empêcher de rapprocher ces propos de ceux de Jacques Mesrine :

    J'avais pris l'habitude de regarder autour de moi, d'observer ceux que je côtoyais dans la rue, dans le métro, au petit restaurant où je prenais mes repas le midi. Qu'avais-je vu ? Des gueules tristes, des regards fatigués, des individus usés par le travail ma payé, mais obligés de le faire pour survivre, et pour s'offrir le strict minimum.(...)Des êtres connaissant leur avenir puisque n'en ayant plus. Des robots exploités. des soumis, des vaincus, des esclaves du réveille-matin. J'en faisais partie par obligation, mais je me sentais étranger à ces gens-là. Je n'acceptais pas que ma vie soit réglée d'avance ou décidée par d'autres.

    RépondreSupprimer
  6. Tapie, c'est un marchand du même nom, un Berlusconi doublement raté, en politique et en buisiness. Ses prestations de theatre elles aussi ratées font quand même de lui l'acteur le mieux payé du monde. Même Balzac n'aurait pas osé ça, la France est un pays for-mi-da-ble...

    RépondreSupprimer
  7. Tapie est ce qu'il est, mais je suis content quand il remet a leur place toutes ces merdes répugnantes de l'état jacobin, ce jus de chiotte et cette justice qui pue la merde et qui détruit inlassablement et méthodiquement les forces vives de notre pays.

    RépondreSupprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?