24 décembre 2008

Merry Antéchristmas !


Que neNietzsche à tout !

"Les convictions sont des prisons. Cela ne voit pas assez loin, cela ne voit pas de haut ; mais pour avoir son mot à dire sur la valeur et la non-valeur, il faut avoir cinq cents convictions au-dessous de soi, derrière soi...
Un esprit qui veut quelque chose de grand, et qui en veut aussi les moyens, est nécessairement un sceptique. Pour être fort, il faut être libre de toute conviction, savoir regarder librement... (...)

La grande passion use et mésuse des convictions, elle ne s'y soumet pas - elle se sait souveraine. - Inversement, le besoin de foi, le besoin d'un oui et d'un non absolus, quels qu'ils soient, (...) est un besoin propre à la faiblesse.
Le croyant, le "crédule" de toute espèce, est nécessairement un homme dépendant - un homme incapable de se prendre lui-même pour fin, et qui, de lui-même, ne peut se donner de fins. Le "croyant" ne s'appartient pas, il ne peut être qu'un moyen, il faut qu'il soit utilisé, il a besoin de quelqu'un qui l'utilise.
Son instinct honore plus que tout une morale de renoncement à soi : tout l'y conduit, sa prudence, son expérience, sa vanité. Toute espèce de foi est déjà une forme d'abdication, d'auto-aliénation... Si l'on considère à quel point dans leur écrasante majorité, les hommes ont besoin d'un régulateur extérieur qui les lie et les fixe, à quel point la contrainte, ou au sens le plus haut, la servitude est la seule et l'ultime condition dans laquelle prospère l'homme faible de volonté, et surtout la femme, on aura compris du même coup la conviction, la "foi"...
C'est ce qui tient lieu d'épine dorsale à "l'homme de conviction". Ne pas voir bien des choses, n'être sur aucun point sans préjugés, être résolument partial, avoir pour toutes les valeurs une optique stricte et contraignante - c'est à cette seule condition que peut subsister une telle espèce d'hommes. Mais, par là, elle est l'opposé, l'antagoniste de l'homme véridique - de la vérité...
Le croyant n'est pas libre de répondre en conscience à la question "vrai" ou "faux" : être honnête en cela serait immédiatement sa perte.
La limitation pathologique de son optique fait de l'homme convaincu un fanatique - Savonarole, Luther, Rousseau, Robespierre, Saint-Simon -, l'antithèse de l'esprit vigoureux et affranchi. Mais l'imposante gesticulation de ces esprits malades, de ces épileptiques de l'entendement agit sur la grande masse, - les fanatiques sont pittoresques, l'humanité aime mieux voir des gestes qu'écouter des arguments... (...)

Les convictions sont des adversaires plus dangereux de la vérité que les mensonges."

14 commentaires:

  1. Un texte qui devrait faire plaisir à Zemmour, Soral, Seba, Nabe, Dieudonné, le camp du bien et pratiquement tout le monde en fait.

    RépondreSupprimer
  2. Vos tartes sont-elles prêtes, Paracelse? :)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai vaguement le d'avoir déjà lu ce texte, mais où ? Peut-on avoir une référence plus précise de où il se trouve dans le corpus nietzschéen ?

    RépondreSupprimer
  4. L'Antéchrist ! Suis à la bourre...
    Joyeux à tous !

    RépondreSupprimer
  5. Le problème avec le mec Nietzsche, c'est que tu crois avoir eu une idée, tu as pondu un aphorisme dont tu es fier, tu le laisse traîner par ci par là histoire de permettre aux autres de t'admirer, ha, ha, tu le places parfois dans une conversation (et là, tu marques des points) et soudain PAF, tu tombes sur un texte de Nietzsche qui dit systématiquement la même chose, mais en mieux!
    C'est le problème avec les Allemands en général: très envahissants.

    RépondreSupprimer
  6. Hé les mimiles, pourriez-vous laisser Nietzsche tranquille, il n'a pas mérité ça !

    RépondreSupprimer
  7. Nietzsche a survécu à la récupération par Hitler, Deleuze et même toute la clique de Jean Daniel; il n'en est plus à cela près.

    RépondreSupprimer
  8. Je vous laisse sans problème le Friedrich apologue de l'Islam ! Les idolâtres ne présentent jamais que fébrilité et inculture crasse.
    @Beboper : Nietzsche détestait les allemands. Il était lui-même polonais.

    RépondreSupprimer
  9. "Hé les mimiles"

    Les indigènes contre-attaquent !

    RépondreSupprimer
  10. Nietzsche polonais? Pas assez cul-béni cul-béniste pour qu'une telle assertion soit vraie, m'enfin il y en a déjà qui soutiennent mordicus que Mozart était un black, alors tout est possible.

    XD

    RépondreSupprimer
  11. Et alors? Black et Polak, c'est possib' !
    Nietzsche avait du sang black, mec: on comprend mieux "danser la vie"...

    @ Lé(s)tat :Nietzsche détestait les philosophes,bien qu'il en fût un lui-même ;-)

    RépondreSupprimer
  12. @Beboper: oui après tout, Nietzsche devait être polonais. On devine alors ce qu'il désigne par "ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort".

    RépondreSupprimer
  13. Mes amis, vous voulez pas me laisser la philosophie ? Histoire qu'on ne soit pas trop ridicule ?

    "Nietzsche détestait les allemands" est une assertion assez malheureuse.

    Sinon tout vient en effet de l'Antichrist, paragraphe 54 plus précisement, 55 pour la dernière phrase qui est une reprise de Humain trop Humain, aphorisme 483 du Tome I :

    "483.
    Feinde der Wahrheit. - Ueberzeugungen sind gefährlichere Feinde der Wahrheit, als Lügen."

    Peut-être dirais-je quelque chose là-dessus, mais ça risque d'être long donc bon...

    RépondreSupprimer
  14. ""Nietzsche détestait les allemands" est une assertion assez malheureuse."
    il le serine à longueur de pages dans ecce omo et l'antéchrist...

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?