8 décembre 2008

Va-te faire voir chez les grecs!




Chers lecteurs, vous n'êtes pas sans savoir que le CGB opère depuis Exarchia (le repaire des brigands et des anarchistes) à Athènes afin de distiller ses mauvaises pensées...

A ceux qui seraient tentés de faire un parallèle stupide, les émeutes en Grèce ne sont ni mai 68, ni octobre 2005.


La génération 600 euros (salaire minimum Grec) est en train de marquer les esprits médiacratiques ("pourvu que les nôtres ne fassent pas de même"). Contrairement à leurs homologues des banlieues françaises, les "jeunes" grecs opèrent en plein centre-ville et s'en prennent directement aux lieux symboliques du pouvoir politique(Commissariat, Ministères) ou économique (Banques)... pire c'est l'œil du cyclone lui-même, la télévision, qui s'est vu dans l'obligation de cesser ses funestes programmes.

Les grecs sont un peuple éminemment politique et les consanguins de Fdesouche prouvent une fois de plus leur indigence intellectuelle en ne voyant que dans ces émeutes qu'une révolte gauchiste ("Ma bonne dame du temps des Colonels c'était bien mieux... Et puis cette église orthodoxe quelle probité!"). C'est bien à un front du refus auquel nous avons affaire : refus de la modernisation du pays (la Grèce avec le Portugal possède une proportion très forte d'emploi agricole), refus du sacrifice d'une jeunesse "low-cost", refus d'un détricotage du droit du travail (la définition grecque du licenciement collectif est l'une des plus strictes du monde)... c'est paradoxalement contre la fin du modèle "familiariste" grec que nos jeunes anarchistes (marxistes, libertaires ou chrétiens) se battent avec fougue.

Ils sont les enfants de personne et se méfient comme de la peste des médias, en particulier des charognards français ( le groupe "Conspiration des cellules de feu" a ainsi déposé une bombe devant le siège de l'AFP à Athènes en soutien à Julien Coupat)... Irrécupérables vous dis-je, irrécupérables!!! Pas un Bruno Julliard, pas une Julie Coudry (cette femme publique qui s'est recasée dans une agence cogérée par le Medef et la CFDT) à se mettre sous la dent, diantre!

Plusieurs évènements cette année ont mis le feu aux poudres hellènes: d'abord un scandale au ministère grec de la Culture (sic) pour une sombre histoire de DVD pornographique avec une secrétaire et un "petit" détournement des fonds européens, ensuite les malversations financières de l'Eglise orthodoxe et bien sûr la bavure contre le jeune Alexandros Grigoropoulos.

La grève générale avec le renfort des syndicats GSEE et ADEDY est pour demain, les émeutes grecques seraient-elles un prélude à un nouvel embrasement mondialisé?


11 commentaires:

  1. Comme tu le dis Beboper!

    Hellas trois fois Hellas!

    RépondreSupprimer
  2. Oh que tu es mauvaise Lang avec le beau Julliard!
    Je place beaucoup d'espoirs en ce garçon sensible.
    Une petite initiation à l'art contempourien et il sera le digne successeur de Jack.

    Tu ne voudrais quand même pas qu'il lance des pavés sur France télévision, se serait un matricide!

    RépondreSupprimer
  3. Il est malheureusement à craindre que la conscience politique des français ne soit déjà en état de mort clinique. La disparition du PCF à l'ancienne mode (ai vu hier une émission là-dessus sur LCP), quoiqu'on puisse penser du communisme soviêtique, a fait beaucoup de mal à la culture politique de notre pays. Alors je pense que ces braves petits hoplites se retrouveront seuls. Shame on us!

    RépondreSupprimer
  4. Oui, vraiment "mauvaise Lang" avec Bruno. D'autant qu'il est parti s'attaquer tout seul à l'un des "lieux symboliques du pouvoir politique" : l'Hôtel de ville de Paris...

    RépondreSupprimer
  5. Bruno Julliard dit "le hardi"...

    Sur Julie coudry et don assoce promedef la Manu:

    http://elyseesarkosy.canalblog.com/archives/2008/11/08/11286803.html

    RépondreSupprimer
  6. Intéressant article. Vous nous expliquez avec plus de détails ce que les médias évoquent succinctement.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai pas très bien saisi le propos de l'article, s'agit-il d'un pastiche ironique d'Indymedia ?

    RépondreSupprimer
  8. Articles et vidéos

    http://www.dailymotion.com/video/x7qbz4_grce-hommage-alex_news

    Revue de presse

    http://ctx-n-flrs.zikforum.com/ici-on-discute-de-tout-et-de-rien-f2/cellule-invisible-revue-de-presse-t5437.htm

    RépondreSupprimer
  9. Babouche-toi le nez ça va chier14 février 2009 à 01:38

    Je vais oser un parallèle ultra tendancieux, mais bon allons-y.

    La France était jusqu'à peu un des pays les plus politisés au monde. (ça remonte même aux gaulois pour les amateurs, dixit césar et d'autres textes ne les brossant pourtant pas vraiment dans le sens du poil) La politique (l'idéologie politique plutôt) était partout, dans les bistrots, les dîners mondains, les repas de famille, à l'école, au cinoche, partout vous dis-je !

    Maintenant ça régresse sec, l'idéologie a crevé et pour ceux que le monde environnant intéresse encore deux positions ultra-majoritaires : la France doit évoluer (multiculturalisme subventionné, machine étatique à sabrer, européisation progressiste...) bref, l'Empire, les gentils. Grande minorité en croissance, tendance plutôt jeune travailleur.
    A l'inverse, les "c'était mieux avant" sentent confusément que ça foire de manière exponentielle mais n'ont pas d'opinions cohérentes (plus d'idéologie pour les aider, TF1 et les gratuits pour les enfoncer) et se font niquer à chaque fois (Sarko Imperator précoce en est la parfaite incarnation). Ce sont les méchants. Souvent vieux, c'est la petite majorité en perte de vitesse.


    merde je vais être long...

    Mais il y a surtout les "j'en ai rien à branler nature" qui contrairement à la pub ne sont ni anars ésthètes ni punks à crêtes mais bien des vrais jeunes de chez TF1, racaillons, tektonikeurs et j'en passe.

    Ce qui se passe en Grèce est le fait de jeunes merdaillons anar-cocos, qui aujourd'hui disparaissent vitesse grand V du territoire national, pour cause...
    D'immigration. La Grèce a un fort apport de pop étrangère depuis la fin des années 80. Nous avons donc 15 ans d'avance en la matière ce qui, entre la natalité de ceux présents sur le territoire et la masse du flux de ceux qui continuent d'arriver, n'est vraiment pas rien . Je suis persuadé que si la France s'était trouvée dans la même situation que la Grèce en 1995 des évènements de la sorte auraient eu lieu.
    J'ai assisté à une partie du spectacle de la Bastille le soir de l'élection de Sarko, dernier grand morceau de bravoure révolutionnaire française et il est clair que "les forces vives de la nation", en gros les énervés prompts à l'action sont des fils d'immigrés en immense majorité, n'ont aucune culture politique et que ceux qui en ont un peu (franchouillards coco-anars) et veulent faire du grabuge les suivent plutôt que d'être isolés et peu nombreux voir de se faire défoncer par ceux-ci en cas de rencontre.

    Résultat au lieu de péter les banques ils piquent des baskets en vitrine à la première occaz. Difficile d'admettre que ça ne nuit pas quelque peu à l'image de la rébellion juvénile.

    J'étais un petit anar dans ma jeunesse et mes illusions quand à la défense de nos amis extra-européens se sont vite confrontées au fait que la moitié d'entre eux voulait me défoncer car je ne m'habillais pas en jogging de marque mondialiste et l'autre n'aspirait qu'à devenir un citoyen-consommateur, si possible coopté en hauteur par deux-trois lois anti-racistes...

    Voilà une fine analyse racialo-sociologique (voire soralo-michéenne pour les plus coquins) de la comparaison Grèce-France dans le cadre des récentes émeutes.

    merci, de rien. (applaudissements du public ébahi, fellations en coulisse)

    RépondreSupprimer
  10. Hé oui, on ne peut pas lutter contre "les enfants de la télé".

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?