15 décembre 2008

Le média-training

4 commentaires:

  1. Il n'y a pas seulement l'argumentation, le ton, le placement qui est travaillé, il y a aussi les fausses "petites phrases" spontanées que l' intervenant connaît par cœur et qu'il replacera ou pas (c'est pour ça qu'il en ingurgite un paquet).

    Ces "petites phrases" sont en réalité des slogans millimétrés (des heures de boulot).
    Les communicants sont persuadés que la majorité des "gens" ne retiendront, au fond, uniquement que ces petits slogans programmatiques (et ils n'ont pas tort).
    Si c'est un débat, des batteries de petits missiles dialectiques seront usinés à l'avance.

    Et ensuite, il ne faut pas oublier non plus que le grand jeu de ce trio microcosmique de tocards - communicants/politiques/journalistes -
    va être ensuite de faire le bilan du passage média, de noter la prestation ou le duel sur l'air du "kikagagné?".

    RépondreSupprimer
  2. @ K
    " Une phrase qui s’adresse au public ne devrait jamais compter plus de seize mots et une seule idée. " Bernays.

    RépondreSupprimer
  3. Si on croit sur parole l'intervenant, "tout est préparé, tout est millimétré et(...) tout ça dure des heures, des journées".
    On se demande donc, après ça, comment certains peuvent encore être aussi mauvais!

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?