19 décembre 2008

Burn before reading

Fucking a...

Les frères Coen comptent parmi les plus épatants cinéastes de notre époque, tout le monde est d’accord là-dessus. Dans la douzaine de films qu’ils ont derrière eux, on ne trouve pas de mauvais film. Certains sont moins bons que d’autres, plusieurs sont des chefs d’œuvre, d’autres sont simplement de très bons films, dont le moins bon de tous serait encore capable de susciter enthousiasme délirant et poussée de chauvinisme s’il avait été pensé et pondu par un cinéaste de chez nous.
Des critiques ont traité par le mépris leur « Ladykillers », coupable probablement de n’être qu’une pure comédie (genre mineur, tout Molière en témoigne). Sous la plume d’un demeuré, j’ai même lu qu’ils avaient, à cette occasion, « touché le fond »… alors qu’on aurait probablement bombardé Chevalier de la Légion d’honneur en moins de trois jours le français capable de s’approcher de ce genre de fond-là. Pour tout dire, je les considère comme de très grands cinéastes, de très grands techniciens, parmi les meilleurs de notre époque, capables de finesse et d’intelligence en conservant une forme populaire, et j’attends toujours leur prochain film avec une impatience fébrile.
Qui se souvient d’Edwin Moses ? C’était un coureur de 400 mètres haies du début des années 80, le meilleur. Sa foulée était unique, surprenante, impériale : entre les haies, il était le seul homme au monde à pouvoir n’en faire que treize, et cet avantage lui permit d’être invaincu pendant près de dix ans. Pourtant, alors que je le pensais tout simplement invincible (j’étais bien jeune), que j’avais toute confiance en lui pour me fournir un modèle héroïque quasi éternel, il fut battu par un dégueulasse un jour de 1987. Il foira. C’est ce qui vient d’arriver aux frères Coen. Burn after reading est à la fois un film des frères Coen ET un film mauvais : en ce sens, il est unique.
L’histoire, on s’en fout. Elle repose sur un quiproquo, le truc le plus vieux et parmi les plus efficaces pour faire marrer les gens, elle n’est pas en cause. Il est totalement inutile de se casser le tronc à chercher une histoire originale ou complexe pour réussir un film : je rappelle que The big Lebowski raconte l’histoire d’un mec à qui on a simplement volé un tapis… Mais Burn after reading est dans une tout autre catégorie, celle des films drôles qui ne font rire personne. Le rythme est atrocement lent : pour une histoire à rebondissements, c’est louche. La mise en place de l’histoire n’en finit pas, on passe des quarts d’heure à enculer les mouches. Le spectateur bienveillant se dit chouette, ils sont en train de me fignoler une histoire de dingue, ils prennent un peu leur temps au début pour me surprendre ensuite, et là, alors, ça va chauffer, hou la la ! Mais le temps passe et rien n’arrive. On attend les répliques qui font mouche, les situations non seulement drôles, mais coeniquement drôles, avec ce style, cette précision, cette cruauté, ce coup d’œil des Coen, et surtout ce rythme habituellement parfait, qui ici est absent. L’humour, c’est de l’intelligence qui a le sens du rythme (©Beboper. Tous droits réservés pour tous pays, y compris le 9-3). C’est ce précieux dosage de retenue, de lenteur et d’accélération immédiate qui surprend, qui révèle ce qui n’apparaissait pas et arrache le rire en un instant, là, paf ! A l’écrit ou à l’oral, il s’agit toujours d’une surprise. Rien n’est plus foireux qu’un truc qu’on « voit venir », qu’on devine. Même si on peut parfois rire par anticipation, si on peut jubiler d’avance, le rire vient pour libérer la tension produite par le changement de rythme, par la surprise, il n’éclate qu’à l’acmée et, pour une fraction de seconde d’inattention, il est réduit à rien. Autour d’une bonne table où l’on parle, où l’on s’apostrophe joyeusement, on rencontre parfois des gens trop hésitants ou trop timides pour dire le mot qu’il faut à l’instant exact où il peut être furieusement drôle et qui s’humilient eux-mêmes en essayant de le placer malgré tout, malgré que le moment soit passé, à contre temps. Comme dans un solo de guitare, ce n’est pas ce qu’on dit qui est en jeu, c’est comment on le dit, sous quel rythme.
Les frangins Coen ont donc (provisoirement) perdu le sens du rythme. Ils ont étalé sur deux plombes une succession de scènes moyennes, sans relief, et ils endorment les salles. Ils ont perdu (provisoirement) ce génie de créer des personnages forts, des rôles d’anthologie - le coiffeur (Barber), la flic enceinte (Fargo), Walter Sobchak (Lebowski), et tant d’autres. Les acteurs eux-mêmes apparaissent tous très en dessous de leur niveau habituel (Brad Pitt n’est pas convaincant, pour la première fois peut-être ; Clooney est insignifiant, Malkovich pue l’esprit de sérieux, Frances Mc Dormand semble avoir été bridée). Certes, l’histoire peut être qualifié de loufoque, et je pressens qu’une foule de ballots vont la décrire comme ça, mais ça ne garantie pas du tout qu’on ne s’y emmerde pas considérablement. L’affaire Clearstream aussi, c’est loufoque, mais ça te fait rire, toi ?

11 commentaires:

  1. Ben merde Beboper : t'es en accord avec les critiques ciné de pas mal de canards. Moi qui pensais qu'ils n'écrivaient jamais que des conneries...

    RépondreSupprimer
  2. Putain, Bebop... Tu es un Dieu!

    Edwin Moses, mes premiers souvenirs d'athlétisme, j'en pleure.

    Les frères Coen n'ont pas su tenir le rythme.

    RépondreSupprimer
  3. Ben moi, pour moi, moi, les frères Coen c'est des films mous (sauf The Big L), passablement chiants, très politiquement correct, gentillets, pour ne pas dire niaiseux (O'brother), pour ne pas dire non plus un tantinet cliché, peu surprenant en fait.

    Je perçois donc cette amourache comme assez surprenante de la part du CGB, elle illustre bien, finalement, un penchant petit-bourgeois qui vous vaudrait bien une quinzaine de "redressement" dans un Loa-gaï du Sichuan.

    RépondreSupprimer
  4. Tout le monde a droit à son coup de mou. Les frères Coen, à trop enchainer les tournages, n'échappent pas à la règle.

    Par contre, tu me surprends Bebop', t'as pas trouvé ça marrant l'affaire Clearstream ?

    Clarence, vitteloni

    RépondreSupprimer
  5. Cela dit, l'idée qu'il puisse exister une "League of Morons" laisse songeur...
    Et je trouve que ce film a le mérite de soulever le problème.

    RépondreSupprimer
  6. Genial ce film! Ca fait 5 fois que je le vois!

    - Jesus fucking Christ! What do we learn, Palmer?
    - I dont know sir.
    - I dont fucking know either.
    - I guess we learn not to do it again.
    - I'm fucked if I know what we did.
    - Yes sir, its hard to say.
    - Jesus fucking Christ!

    RépondreSupprimer
  7. Je ne savais pas que tu sévissais ici , Beboper. Maintenant je comprends mieux que Vendredi ait dit que CGB était le seul site a avoir rendu hommage au grand Fagen, tu devais être dans les parages. Bon à part ça on va pas finasser, articles excellent et déprimant, je voulais y aller ce W-E . J'attendrai le dvd. Cela dit, je considère que The Barber est un mauvais film, mais quand je le dis en public, on me jette des pierres. Il faut dire que je ne fréquente personne qui n'adule pas les frères Coen.
    Je crois que c'est Moses qui a gagné une course de très haut niveau en remetttant sa chaussure en place entre deux haies. Juantorena était fabuleux aussi. Et dire que nous , coté mémoire hurdlique, on n'a que ces huitres de Drut et Caristan
    Bises,
    Marc

    RépondreSupprimer
  8. Je suis certain que Fagen n'a pas aimé le dernier film des Coen. CER-TAIN !
    Quant à Edwin Moses, faut pas pousser: il a gagné un championnat du monde avec un lacet défait, c'est déjà bien joli!

    RépondreSupprimer
  9. On trouve des tas de bouquins ,de pièces de théatre ou de peintures qui nous emmènent au fin fond de l'ennuie ... et tant mieux ... certains d'entre eux sont de véritables chefs d'oeuvres et d'autres sont des croutes bien evidemment et alors... apprenez donc à vous ennuyer un peu ,ça ne vous fera aucun mal...

    Pour en revenu à Burrn after reading (qui est loin d'être le film le plus emmerdant de l'histoire) je trouve qu'il manie au mieux la piste et la contrepiste , l'histoire secondaire et la sous-histoire secondaire, le jeu de genre et de non-genre... Bref, y est orchestré un "sans queue ni tête" savoureux à la fois dans l'histoire, dans l'image et dans le rythme ... et l'ennuie ou plutôt ce rythme incertain et inhabituel y est pour beaucoup

    C'est vrai qu'il était tout à fait ambitieux de construire un film "sans queue ni tête" ... par définition !!! et cela est quand même réussit...

    RépondreSupprimer
  10. On trouve des tas de bouquins ,de pièces de théatre ou de peintures qui nous emmènent au fin fond de l'ennuie ... et tant mieux ... certains d'entre eux sont de véritables chefs d'oeuvres et d'autres sont des croutes bien evidemment et alors... apprenez donc à vous ennuyer un peu ,ça ne vous fera aucun mal...

    Pour en revenu à Burrn after reading (qui est loin d'être le film le plus emmerdant de l'histoire) je trouve qu'il manie au mieux la piste et la contrepiste , l'histoire secondaire et la sous-histoire secondaire, le jeu de genre et de non-genre... Bref, y est orchestré un "sans queue ni tête" savoureux à la fois dans l'histoire, dans l'image et dans le rythme ... et l'ennuie ou plutôt ce rythme incertain et inhabituel y est pour beaucoup

    C'est vrai qu'il était tout à fait ambitieux de construire un film "sans queue ni tête" ... par définition !!! et cela est quand même réussit...

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?