2 mai 2009

La critique pour les nuls



En ces temps de Zemmour /Nauleau, il n’est plus possible de parler de la critique à table sans tomber sur un fâcheux pour qui les choses ne sont pas claires. Tantôt, on a droit à une réaction offusquée de ce que les « critiques » se croient tout permis, qu’ils osent dire qu’un film est une grosse merde alors que, paraît-il, nous devons juste nous autoriser un pudique « je n’aime pas », ou un « cela ne me semble pas très opportun ». Tantôt, nous tombons sur un authentique rebelle pour qui les artistes « se prennent pour des chais pas quoi », pour qui Mozart est un homme comme un autre, et qui soutient qu’on devrait arrêter de penser qu’un artiste mérite plus de considération qu’un fabricant de casseroles. J’ai récemment été pris à partie (courtoisement) par un copain qui déteste le couple Zemmour / Naulleau, et qui me reprochait de cautionner les privautés qu’ils prennent avec des gens qui « ne font que leur boulot ». Oui, ce sincère croit que Francis Lalanne ne fait que son boulot, et qu’à ce titre, on doit le respecter… Evidemment, j’ai le plus grand mépris pour la notion de respect, du moins l’acception maffieuse qui est ici en jeu.

Ainsi, on devrait respecter une connasse parce que son émission est regardée par cent millions de personnes, comme on respecte un parrain qui peut te foutre cinquante contrats au cul. Question de puissance, pouah ! Ou nous devrions être respectueux par esprit égalitariste forcené, ou relativisme absolu : Cali et Bartok sont tout aussi respectables l’un que l’autre puisqu’il font leur truc sincèrement, entend-on dire parfois, incrédules, abattus et inconsolables. Le relativisme est un poison qui a parfaite apparence de sirop : cet avatar du déconstructivisme pose que tout se vaut, Hervé Vilar ou Michel Ange, pourvu qu’il y ait des gens pour s’y intéresser. Or, les "gens" sont tous égaux entre eux, donc... Si l’on suivait logiquement cette pente fatale, on pourrait sans doute conclure qu’Hitler et Saint François d’Assise « se valent », et ne sont séparés que par des nuances d’appréciations toutes personnelles…
Mais passons aux choses sérieuses. Le monde est ainsi fait que des individus cultivés et exigeants sont amenés à débattre avec des rustres pensant que le grand Journal de Canal + est un sommet d’insolence. Evidemment, quand on ignore jusqu’à l’existence de Léon Bloy, par exemple, un animateur télé qui dit merde peut passer pour un fieffé rebelle. Quand on n’a jamais vu un film des Marx Brothers, on peut se régaler des Ch’tis… Pour toute personne normale, il est inconcevable d’affirmer que Madame Bovary est un roman à l’eau de rose, que la Joconde est un barbouillis enfantin ou que le Taj Mahal déshonorerait un périph’. Pour un gros con, pour un barbare, c’est très exactement l’inverse ! Or, les barbares ont aujourd’hui la parole, ils ne la monopolisent pas encore totalement mais, étant conçus pour l’outrance et le gueulement, ce sont eux qui sont le plus entendus. Ainsi, le désordre des choses se met progressivement en place.
Pourtant, les choses ne se valent pas. L’égalité n’est qu’une valeur morale, sans rapport avec le réel. Qu’un journaliste asticote un chanteur pour adolescentes est une bonne chose, le signe que ce type de chanteurs n’est pas encore tout-puissant en France. Mais qu’un autre compare le Château d’Argol à une marque de dentifrice serait une pure barbarie. Oui, d’un côté, on peut s’amuser d’un chantouilleur mineur qui gagne des millions en se prenant pour un as, de l’autre, on doit ménager un authentique artiste, dont on peut ne pas apprécier l’œuvre, mais qui impose naturellement le respect par l’ampleur, la nouveauté et la valeur de son travail. Les choses de l’art n’ont aucun rapport avec les positions idéologiques, et dans une époque qui tend (heureusement) à assurer une certaine égalité entre les hommes, il faut quand même se résoudre à considérer l’œuvre de Chaplin supérieure à celle d’Eric et Ramzy, à tous points de vue. On n'a jamais autant parlé de culture qu'en cette époque soumise entièrement aux ignorants. C'est parce qu'on confond culture et sous-culture, voire sous-sous culture, voire sous-sous-sous culture. Si l'on osait un brin de sincérité, un soupçon de lucidité, on avouerait que ce qui est proposé au plus grand nombre appartient à cette dernière catégorie, et c'est marre! Qu'on utilise le même mot "d'artiste" pour désigner Haendel, Palladio et Olivia Ruiz m'a toujours paru extrêmement significatif de cette grande lâcheté moderne...
Pour conclure, cette vidéo, magnifique exemple de ce que peut être un artiste : pas cool, cassant, injuste, blessé, hautain, désespéré et sublime. Aucun rapport avec Francis Lalanne.


30 commentaires:

  1. "magnifique exemple de ce que peut être un artiste"

    La différence entre les grands artistes et les autres, c'est qu'ils peuvent se permettre ce genre de choses. Ce n'est d'ailleurs pas propre aux artistes. Il en va de même dans la maffia, au boulot, au bistrot ou à la maison.

    RépondreSupprimer
  2. Au CGB, les arguments de bon sens :

    1) c'est fait pour se perdre en route
    2) ça va directement à la poubelle
    3) ...éventuellement quand on rien d'autre sous la main

    (Autant de réponses que vous le souhaitez)

    RépondreSupprimer
  3. Bebop, une seule chose manque à cet article, une petite piqûre de rappel à destination des gros cons qui ignorent ce que fut la critique...
    Des citations de Baudelaire critique (ou des Goncourt... à coté de Jules et Edmond, Naulleau est une petite groupie policée).

    RépondreSupprimer
  4. "à coté de Jules et Edmond, Naulleau est une petite groupie policée"

    Pas seulement à coté Jules et Edmond, mais aussi de Gérard, Marceline, Marcel, Raymond, Isa, Cindy, Kevin, Brigitte, Mouloud, Aîcha, Sacha, David, etc... Bref pas mal de monde quand même.

    RépondreSupprimer
  5. Quand on parle de gros con...

    RépondreSupprimer
  6. Dire que Naulleau est en dessous de tout, suffit donc à passer pour un con. Mais vous Monsieur, comment vous qualifier ?

    RépondreSupprimer
  7. Dites donc Anonyme de 13h55, c'est quoi cette discrimination envers les Asiatiques?
    Pas un seul prénom asiatique ne figure dans votre liste...
    Et puis, vous êtes bien familier avec Isabelle....

    RépondreSupprimer
  8. "petite groupie policée" c'est être "en dessous de tout"?

    Toujours aussi limité... Je te le répète, barre-toi. Tu es malheureux ici.
    Va écouter le professeur Jacquard, mais n'essaie rien de plus consistant, ça pourrait te tuer... Quoique... Adibou peut-être?

    RépondreSupprimer
  9. Oui c'est vrai, à vrai dire ce n'est pas vraiment un oubli, j'avais bien pensé à Kim, mais j'avais peur de prêter à confusion.

    "vous êtes bien familier avec Isabelle"

    Certes..

    RépondreSupprimer
  10. "petite groupie policée" c'est être "en dessous de tout"? "

    Je ne comprend pas votre question, sans doute avaez vous tourné la chose à votre façon

    "Toujours aussi limité..."

    Toujours aussi charmant !

    "Jacquard"

    C'est un ami à vous ?

    "Malheureux ici"

    Vous lisez dans les lignes de la main ?

    RépondreSupprimer
  11. http://www.wat.tv/video/adibou-pourquoi-ai-faim-9ghg_9ni2_.html

    pas plus d'une fois par jour.

    RépondreSupprimer
  12. "Adibou"

    Merci, je ne connaissais pas, je regarderais ça avec mes enfants à l'occasion. Je vous raconterais

    RépondreSupprimer
  13. Ah non, c'est bien trop stupide pour des enfants.

    RépondreSupprimer
  14. Et pourquoi les enfants n'auraient-il pas droit eux aussi à quelques moments de relâchement ?

    RépondreSupprimer
  15. En ce moment, les mômes sont accrocs aux Zinzins de l'espace.

    http://www.youtube.com/watch?v=y_8T_7vYwfw

    RépondreSupprimer
  16. Deux textes sur le sujet, ce sont deux textes de trop. Bien que je sois d'accord sur le fond avec Potiron et Beboper.
    Cependant, vous avez sûrement mieux à faire les gars que de gâcher ainsi votre énergie neuroniquetout.
    En plus, au passage, vous faites du couple Zémou-Nullot, les champions d'une intelligence lucide, éclairée, je trouve ça vraiment dommage. C'est comme si vous les adoubiez dans la fonction de votre représentation à la télé. Mais ces tapins ne représentent qu'eux bordel de merde !
    Une idée de détournement photo : ce sont des corbeaux du PAF, petits charognards qui se repaissent de la médiocrité médiatique, soit Heckel et Jeckel. De bien drôles de héros de la contestation.
    Hého, les mecs : ils bossent chez Laurent Ruquier !
    Hého, les mecs, faudrait arrêter de regarder ces conneries à la téloche !

    RépondreSupprimer
  17. Malheureusement, -K- tu es naïf. Il est évident que le Sieur de la vidéo est un Artiste Surdoué (je pèse le "Surdoué" qui a un sens profond). Mais ce sont là des cas uniques et rares, et tout le monde ne peut pas être comme ça (il ne peut y avoir que des Pascal, des Mozart, des Galois ou des Baudelaire).
    Ces gens sont tellement brillants qu'ils ne peuvent être qu'incompris (localement en tout cas), je suis d'accord là-dessus.
    Mais pitié, n'en fait pas une généralité, ce n'est pas parce qu'on voit à la tv que des débiles que tu dois cracher comme un sac sur des types qui essaient de sauver la chose (ex: Naulleau).
    Alors d'un extrême à l'autre il y a tout un monde, je te demande d'ouvrir les yeux et de hiérarchiser un peu mieux la créativité.

    RépondreSupprimer
  18. "Qu’un journaliste asticote un chanteur pour adolescentes est une bonne chose, le signe que ce type de chanteurs n’est pas encore tout-puissant en France."

    Désolé, mais je ne comprends pas que vous puissiez réellement penser cela Beboper.
    Le fait qu'il soit à la télé est suffisant et nécessaire pour affirmer qu'il est déjà tout-puissant. L'artiste médiatisé est adoubé. Il remplit une double fonction de divertissement et de casseur d'art, en prenant notamment la place d'éventuels réels artistes, de fait, cantonnés à la clandestinité, jusqu'au moment, éventuel de leur intégration médiatique suite à un effet de buzzz.
    Zeymour, Naulleau, c'est de l'excès médiatique en tube. C'est pour cela que vous regardez tous cette émission, pas pour apprendre que Cali est un chanteur de merde.
    Vous en voulez du scandale. Vous voulez pouvoir vous passionner. C'est quoi ce délire là ?

    RépondreSupprimer
  19. Et attendez , ce soir y a Saccomano (je suis pas sur de l'orthographe). Si les deux petits démons n'ont pas apprécié sa nouvelle oeuvre, ça risque d'être un beau dialogue de sourds comme la semaine dernière vu la prétention d'Eugène.
    (Sérieusement avez-vu déjà vu plus immodeste que ce mec?!)

    RépondreSupprimer
  20. Plus racoleur en tous cas, rarement. Avec sa voix qui part faussement spontanément dans le suraigüe pour faire bander les cons à ce grand acteur... stratagème qu'il a d'ailleurs tranquillement confessé.
    Beurk.

    RépondreSupprimer
  21. Un doute m'assaille soudain, vous ne seriez pas, de près ou de loin, entrain de nous parler de ce fameux jeu utilisant un ballon (référentiel bondissant si vraiment vous préférez) ?

    RépondreSupprimer
  22. Putain, qu'est-ce que je me suis fait chier en regardant Ruquier ce soir. Il aurait dû réinviter Lalanne.

    RépondreSupprimer
  23. @ Para

    Z'auriez mieux fait de lire du Guy Tribord.

    RépondreSupprimer
  24. Certainement. Là, je vais me mater un Johnnie Toe en continuant de suivre la partie de ping-pong entre K et Al.

    RépondreSupprimer
  25. Partie amicale... J'ai même mis le Concerto Pour hautbois de Domenico... ça risque de se terminer au hammam encore cette histoire... surtout que le jeune chibrax a fait son apparition... on le connait.

    RépondreSupprimer
  26. Exilé est sorti en DVD en Europe, Paracelse ?

    RépondreSupprimer
  27. Il sortira au mois de juin.

    http://www.alapage.com/-/Fiche/DVDVideo/1007593/DVD/exile-johnnie-to.htm?fulltext=exilé&id=231381240179761&donnee_appel=ALAPAGE

    RépondreSupprimer
  28. A Guy Tribord: halte ! j'ai dû m'exprimer mal. Pour moi, les Naulleau Zemmour sont de piètres acteurs qui ne font pas partie de mon monde. La chose intéressante, c'est de voir quel CHOC une phrase de ces tièdes chroniqueurs peut déclencher dans la France moisie et risible où nous vivons. C'est seulement pour relever ça que je les cite (et je précise que je n'ai plus de télé depuis la fin des années 80).
    A Guy Mique : les artistes "clandestins", crois-moi, je connais un peu. Et ils ne regardent pas tous en direction des medias de masse en triquant. En dehors de la télé, il existe encore un pays réel, avec des gens qui se déplacent pour voir jouer d'autres gens sur scène. Tu as certainement raison de considérer les artistes télévisés "tout-puissants", mais toute cette variété qu'un temps: demande à un mec de 20 ans qui était Richard Anthony... Tandis que si tu parles de Brassens, ou de Brel, ou de Gainsbourg, tu as des chances que leurs noms ne soient pas encore totalement oubliés. La puissance des médiocres est indécente, mais passagère.

    RépondreSupprimer
  29. @ Bebop

    Les Guy, c'est comme les gay, les Goïms et les Golem, y en a jamais que pour eux... Et l'anonyme moyen qui se lève de bonne heure, il peut attendre des plombes qu'on s'occupe de lui. Pu de la gueule ou quoi ? Non mais c'est vrai à la fin. Elles nous font braire ces minorités visibles... Prennent toutes la place...

    RépondreSupprimer
  30. Je lis votre article un peu tard, et je me dois de laisser tout de même un bref commentaire.
    Votre analyse ne résout rien ! Pourquoi quelque chose serait beau et pourquoi quelque chose ne le serait pas ? Comment attribuer une valeur artistique à une création ?

    En fin de compte, vous ne vous livrez qu'à un jeu primaire qui consiste à séparer le bien du mauvais, et à tirer sur le mauvais pour l'enfoncer un peu plus.

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?