7 juin 2013

Au Théâtre Hier Soir

Bientôt près de chez vous


Au théâtre hier soir, un jeune homme est tombé, puis au moment où les acteurs revinrent sur scène pour saluer le public, il n'a pu se relever. Au théâtre hier soir, un figurant est mort pour que les habituels premiers rôles puissent aujourd'hui venir jouir de toute la lumière, onctueusement fardés.  « The show must go on ». Telle est la loi du spectacle. Après entracte, il va pouvoir renaître. Et ça s'annonce grandiose.

Ils pensaient le tenir dès l'an dernier, au moment de la tuerie de Toulouse, mais la joie fut de courte durée : le meurtrier se révélait islamiste. « Putain, je suis dégoûté que ce soit pas un nazi » tweetait du fond du cœur un journaliste du Nouvel Observateur. Cette fois, il n'y aura pas d'erreur, ils le tiennent leur nazi, la bête au ventre toujours fécond, le retour aux heures les plus sombres et sa victime expiatoire. Ils vont se déchaîner, tout le monde en veut sa part. En tête de file, Le Nouvel Obs qui en moins de 24 heures s'est déjà fendu de plusieurs dizaines d'articles sur le sujet. Libé, l'Express, Le Point... Les politiques ne sont pas en reste : un tel fond en larmes et en direct sur les plateaux TV, un autre promet « de tailler en pièce de façon démocratique les mouvements néo-nazis ». Bernard Debré démontrera son égal état de mort cérébrale en incriminant les jeux vidéos hyper-violents. Pendant que les députés observent un temps de recueillement et d'indignation à l'Assemblée Nationale, les chaînes d'infos se finissent à la main et éjaculent en jets continus. Obligés depuis plusieurs mois de supporter les manifs pour tous, les veilleurs, le désintérêt de moins en moins poli pour les gesticulations antiracistes, ils vont pouvoir reprendre la main et fermer quelques gueules au passage. En langage de communication, on appellera ça faire preuve de pédagogie. Nous assistons en direct à la naissance d'un symbole.

Pourtant au-delà de la tristesse légitime de voir mourir un garçon à peine majeur, quel symbole moins conséquent et moins caractéristique pour la société française que la mort en pleine représentation d'un intermittent du spectacle antifasciste ?
Antifas, chasseurs de skins, « pas de quartier pour les fachos », et leur pendant JNR sont un seul et même microcosme, les uns ne pouvant exister sans les autres. Mêmes tenues (ils se sont retrouvés sur le lieu de vente d'une marque prisée des Rude Boys des deux camps et de Joseph Macé-Scaron), même coupe de cheveux, même amour de la scansion de slogans débiles, même goût pour la baston. On se cherche, on se trouve, des insultes sont échangées, un coup part, cette fois l'adversaire ne se relèvera pas et même si celui qui a porté le coup est d'extrême droite, difficile de voir là la marque du crime fasciste. Au final, on se retrouve avec une bagarre entre bandes rivales qui tourne au drame. Mais en dehors de ce petit monde très occupé à se rejouer la guerre d'Espagne, quelle est la réalité de la menace fasciste ? A peu près aussi grande que le risque de voir le drapeau de la CNT flotter sur les ruines de l'Elysée. C'est Lionel Jospin, l'ancien chef de file du parti socialiste qui avait fini par cracher le morceau en 2007. Pour lui, en France,« tout antifascisme était du théâtre » expliquait-il à Alain Finkielkraut. Une pièce de théâtre grassement subventionnée et largement promue, mais en aucun cas gratuite.

Bien sûr, le théâtre antifasciste entretenu depuis des décennies a une finalité, il assoit le magistère moral de la gauche dans la société et permet à l'occasion de chaque scrutin local de se taper sur les cuisses devant la face de carême de tel ou tel représentant de l'UMP battu dans une triangulaire au nom du sacro-saint pacte républicain. Il a servi à vitrifier tout un pan du débat public (identité, immigration, nation, sécurité), ou aide le Front de Gauche à se donner des airs de résistant et non pas de simple réservoir de voix du PS (engagement de Mélenchon à Hénin-Beaumont, encadrement actuellement des manifs « spontanées » en hommage à Clément Méric). Plus intéressant est sa capacité à s'auto-régénérer quand tout semble le condamner : la défaite de Lionel Jospin au premier tour 2002 face à Jean-Marie Le Pen (fasciste officiel de la mitterrandie) n'entraîne pas la fin de la mascarade mais une quinzaine anti-fasciste d'entre deux tours plus virulente que jamais. La mort d'un jeune homme aujourd'hui n'appelle pas à un retour à la raison mais à un déchaînement médiatique qui ne sera stoppé que par l'heureuse arrivée des vacances d'été.

Enfin il sert à donner à l'opinion l'autorisation et le sens de ses indignations en montant en épingle des actes isolés et minoritaires (actes antisémites, islamophobes, homophobes) pour en faire des outils de questionnement et de remise en cause de la société. Ainsi, aujourd'hui la mort d'un « antifa » au cours d'une bagarre (ce qui arrive toutes les X décennies) fera sens, on va s'interroger sur « ces courants de haine qui traversent la société française », ce drame va mobiliser les politiques et les intellectuels alors que, dans le même temps, la mort d'un élève ingénieur pour « une histoire de cigarette refusée » (ce qui arrive plusieurs fois par an) restera un banal fait divers. Quelque chose de triste bien sûr, mais que voulez-vous, c'est la faute à la fatalité, vous savez ce que c'était l'insécurité sous Louis XIV ? Organisez donc une marche blanche. Mourir pour une cigarette, pour un simple regard, pour avoir doublé la mauvaise voiture, pour avoir photographié un lampadaire, pour avoir demandé à un groupe de jeunes de faire moins de bruit ne fait pas se déplacer les ministres de la république ou n'éveille aucune compassion médiatique. Ces faits sont actés comme normaux, comme des fatalités susceptibles d'arriver. Elles ne doivent en aucun cas faire sens, ouvrir sur une réflexion plus générale. Une telle thématique, concernant la majorité des citoyens, pourrait bien réveiller en eux leurs instincts les plus vils comme vouloir vivre en paix et en sécurité par exemple et ça c'est très mauvais car...car c'est une thématique fasciste bien sûr !
Alors continuons à nous occuper et à alimenter le théâtre. Pour le théâtre hier soir, ce jeune homme est mort, personne n'ira cracher sur sa tombe, mais nombreux sont ceux qui n'ont pas fini d'y danser.

Attention mesdames et messieurs dans un instant on va commencer...

60 commentaires:

  1. Soldes tragiques.

    Sinon quelqu'un a remarqué le jeune homme (http://www.lefigaro.fr/photos/2013/06/06/01013-20130606ARTFIG00746-paris-sous-le-choc-apres-la-mort-de-clement-meric.php) qui porte un t-shirt "Clément à jamais l'un des nôtres" ?

    "MERDE c'est trop horrible faut que j'aille faire un t-shirt !!"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est ce que je me suis dit... Les t-shirts étaient prêts, ils attendaient juste un nom...

      Supprimer
  2. Plus jamais ça ! Nous demandons l'interdiction des ventes privées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout, il faudrait que cet événement soit l'occasion d'une vraie réflexion de fond sur la dangerosité des potelets en métal qui ont poussés comme des champignons sous l'ère Delanoe. Une table ronde citoyenne serait bienvenue. Ne faisons toutefois pas d'amalgame avec l'ensemble du mobilier urbain qui ne pose aucun problème.

      Supprimer
    2. Merci de ne pas sigmatiser les potelets en métal. Ces potelets sont les véritables victimes de ce triste incident, à cause de la discrimination sur les plans économiques et sociologiques dont ils sont l'objet. Les potelets en métal sont une réelle chance pour la diversité du mobilier urbain. Ils en sont même l'avenir.

      Supprimer
    3. Quant aux raisons qui ont poussé à la mise en place de ces potelets, comme par exemple l'utilisation abusive et généralisée des voitures béliers volées, gageons que c'est uniquement pour faire barrage aux fascistes d'extrême droite.

      Supprimer
    4. L'association "Touche pas à mon Potelet" veillera et dénoncera tout amalgame nauséabond qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Plus jamais ça. Nous sommes tous des enfants de potelets.

      Supprimer
    5. Les potelets, c'est juste à l'usage des clients du Queen qui n'ont pas trouvé de partenaire, malgré leurs efforts méritoires.
      Donc faut les laisser ! Ils font partie de Paris et de sa vie nocturne, moi j'dis.

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Analogie parfaite de cette mascarade avec le théatre.
      Néanmoins je crois que la fange de gauche, de l'ump (lachons nous)aux antifas, joue cette fois ci vraiment avec le feu.
      Les points de non retour éxistent, les masses critiques sociales sont une réalité et même si les français sont très (très) lent à la détente, la gauche a un sens inné pour l'aveuglement, un don pour l'incapacité à voir à long-terme.
      Loin du parisiannisme (les bozos de la manif de st michel ne représentent qu'eux mêmes) et de sa faune puante de partialité mensongère, le petit peuple de province encaisse sans brancher et paie ses impôts tout en bouillonnant. La manif pour tous en est un des signes car à l'évidence ce qui a fait déplacer les foules en car dépassait de très loin la lutte contre la petite frange d'homos voulant jouer au papa et à la maman. C'était un appel au secours mais aussi un avertissement aux guignols d'en haut.
      On pourrait être surpris dans les années à venir des capacités de Roger et de Kevin à se transformer en antifas de droite.

      Supprimer
  4. Un grand texte. Vous synthétisez l'affaire à merveille.

    (votre texte sera encore mieux si vous corrigez :
    magister -> magistère
    il assoie -> il assoit
    Un point ici : "plus virulente que jamais[,] la mort d'un jeune homme
    fait-divers -> fait divers).

    Des étourderies, car votre style est acéré et vos phrases ciselées.

    Encore bravo.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ce texte qui remet les choses dans leur contexte.
    Malheureusement, ceci ne sera reconnu certainement par personnes!

    RépondreSupprimer
  6. De la dangerosité du mobilier urbain à Paris.

    RépondreSupprimer
  7. Il faut engager la responsabilité de la Mairie de Paris, et de son maire, coupables d'avoir planté des plots métalliques mortels un peu partout dans la ville.

    RépondreSupprimer
  8. De l'hystérie communicationnelle orientée idéologiquement, les "journalistes ne sont que des metteurs en scène" servant cyniquement l'idéologie mondialiste qui nous détruit tous.

    Furieux du succès de la manif pour tous, ils tentent par tous les mensonges possibles de discréditer les opposants au régime, ou plutôt ceux qui menacent leurs petits arrangements.

    Ils invoquent l'amalgame quand ça les arrange et le pratique outrancièrement quand le coupable n'est pas de leur bord.

    Un étudiant ingénieur a été tué hier par un arabe pour lui avoir refusé une cigarette, silence radio, pas d'amalgame bien sûr...

    Ce sont des charognes tout juste bonnes à organiser la curée pour lles politicards de tout poil, pour les PDg, pour les artistes.

    Cette imposture a assez duré.

    Personne pour préciser que quand on vient agresser des personnes avec des barres de fer, il faut être prêt à en assumer les risques. L'agresseur a chèrement payé, les victimes se sont défendues.

    Les journalistes doivent PAYER pour la haine qu'ils ont déversé sur d'honnêtes gens et la souffrance qu'ils provoquent à force de propager le mensonge.

    RépondreSupprimer
  9. On est nombreux à penser comme ça. A constater certaines évidences sur le mobilier et l'éclairage que nos politiques peuvent faire !

    RépondreSupprimer
  10. Il est évident que si c'était le skinhead qui avait été tué maladroitement, le tout aurait été classé dans "fait divers". Toutefois je suis certain que la clique de Mélenchon aurait fêté l’événement :)

    RépondreSupprimer
  11. "Pourtant au-delà de la tristesse légitime de voir mourir un garçon à peine majeur". Pour ma part, aucune tristesse. Ce petit révolté de pacotille, fils de grands bourgeois de gauche, était programmé par l’éducation nationale pour venir nous emmerder dans quinze ans comme directeur de cabinet d'un quelconque ministère. 18 ans, toutes ses dents, il est déclaré en état de mort cérébrale un 5 juin 2013. En fait, rien de grave, son encéphalogramme était à plat depuis plus longtemps, on peut tirer la chasse. Et grâce à canard WC, ça sent même pas mauvais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je n'aurais pas dis mieux

      Supprimer
    2. Il serait interessant de connaitre le profil social des mechants,ce n'est sans doute pas des enfants de bourgeois.

      Supprimer
  12. un article sur le point indique qu'un témoin a dit a la police que ce sont les jeunes de l’extrême gauche qui ont commencé en disant que ces skins ne devraient pas être en vie. la plupart de ces skins ne sont pas politisés, mais suivent une mode...j'en connais... Ce sont des jeunes qui se cherchent ( je ne parle évidemment pas des politisés)- ces jeunes ne voulaient pas se battre et ont demandé l'appui d'un vigile pour sortir sans dégâts...mais les FG sont rentrés dans le tas pour en découdre...

    C'est triste qu'il y ait eu un mort, mais le copain de ce jeune qui a poussé le groupe a attaquer et qui était très virulent aux dire du vigile devrait lui aussi passer devant la justice car il est coupable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pfff, les témoignages reçus à chaud (ceux d'un témoin anonyme et ceux des vigiles) ont été vite mis aux oubliettes de la presse d'état...

      Supprimer
  13. Le jeune homme et la mort
    http://www.lejournaldepersonne.com/2013/06/le-jeune-homme-et-la-mort/ ‎
    Intérieur - Extérieur nuit... dans une grande rue au havre... une jeune fille a été assassinée au pied de son immeuble. Elle a hurlé à la mort, pendant longtemps très longtemps avant de succomber à ses blessures. 83 voisins ont entendu les hurlements de la jeune fille, et nul n'a jugé utile de prévenir la police, 83 témoins qui ont fait la sourde oreille avant de refuser de témoigner.
    Pire : ils n'ont même pas reconnus les faits. Non assistance à personne en danger...
    Où est la fiction ? Où est la réalité ?
    On en sait quelque chose en France. Que le pire n'est pas l'atrocité du forfait mais la lâcheté des témoins... ça me rappelle quelque chose... certaines dénonciations involontaires, certaines amnésies volontaires sous l'occupation... c'est du passé... mais ça me préoccupe...
    Lorsque j'ai appris il y a quelques minutes la nouvelle de la mort de ce jeune homme, je n'ai pas pu m'empêcher de faire le rapprochement avec le livre noir de notre histoire.
    Il est mort et tout son pays en est témoin. Battu et abattu pour parti pris, nous n'étions peut être pas là pour voler à son secours mais nous sommes là pour dénoncer cet acte de barbarie.
    Plus de gauche, ni droite. Ni moyens, ni extrêmes tout le pays doit faire bloc et protester d'une même voix.
    Tous ceux qui ne lèvent pas le doigt, on peut les tenir pour responsables au même titre que les coupables de ce drame abominable... chef d'œuvre de tous les minables.
    Car ce n'est pas un jeune homme qu'on vient d'assassiner mais la France, la conscience de la France, ma confiance dans la France.
    Qu'on le veuille ou non c'est notre liberté qui est aujourd'hui en deuil!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes une ordure ou un imbécile (pourquoi pas les deux...)

      Supprimer
    2. J'ai rien compris.

      Supprimer
    3. Si vous êtes psy j'ai extrême-ment peur pour vos patients.
      Dénoncez vous immédiatement à la police de manu le chimique.

      Supprimer
    4. manu le chimique... j'en ris encore, excellent, je vous la pique ;-))

      Supprimer
    5. "Assassiner", mais .... C'est du manuel valls ça !! Non, pas assassiné, mort au cours d'une bagarre qu'il a lui même provoqué.

      Supprimer
    6. Vous n'avez donc pas peur du ridicule... Le pays doit faire bloc ... Oui ça c'est clair, mais en attendant il y a quand même eu 51% de français qui se sont fait bernés et combien percutent ? La France n'a jamais été autant divisée que sous flamby le mou, 1er du nom. Et tout ce qu'il nous pond accentue la division. Ce gouvernement sera, à n'en plus douter, l'étincelle qu'il fallait pour mettre le feu à notre société. Et il est à redouter que des affrontements comme celui qui a coûté la vie à ce jeune extrémiste de gauche se multiplient sous peu. Les collabos d'aujourd'hui se cachent sous le torchon de la bien-pensance et du politiquement correct, qui veut que les racailles soient protégées car victimes du système. Je suis fauché moi aussi, je vais voler et agresser, car les antifas et autres socialos mélenconesques viendront à mon secours, au risque de se prendre un gros pain dans les dents et de ne pas s'en remettre... Mais que dis je ? Non, je suis blanc, ça ne leur conviendra pas !

      Supprimer
    7. Sans rire, ma petite dame,vous êtes bien jolie, mais vos partis pris grandiloquents me font penser à une caricature de la comédie française façon "inconnus":

      http://www.dailymotion.com/video/x26j0b_les-inconnus-le-theatre_fun#.UbNiXOdA2So

      "C'est le dernier modèèèèèle de cheeez Christiaaaaan Lacrôôôôââââh!"

      Supprimer
    8. C 'est rien , c'est une théatreuse ratée qui fait son show ^partout ou c'est possible ,elle cherche désespérément un peu de célébrité !!

      Supprimer
    9. Vous parlez dans le vent, les p'tits mectons.
      Elle poste à la chaîne sur beaucoup de blogs et ne revient pas lire les commentaires.

      Supprimer
    10. « Oh mad'moiselle ! Tu parles avec ton boule mais t'es chère charmante tavu ? »

      Supprimer
  14. Staline au séminaire: 45 000 000 de morts
    Méric au cimetière: 1 mort (et encore, l'aspect demi-portion n'a échappé à personne).

    RépondreSupprimer
  15. Eh ben... n'habitant plus en France, je ne passe plus devant les kiosques à journaux. J'avais loupé Libé...

    C'est effarant. Merci Gabriel pour l'article, et la comparaison plus que pertinente avec l'Affaire Merah.

    On sentait vraiment de la jouissance dans les cris de trépané du type qui voulait foutre NKM dehors...

    RépondreSupprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  17. Un vigile présent lors du drame atteste que l'un des camarades du jeune étudiant mort sous les coups des skinheads a provoqué l'altercation.

    Les enquêteurs poursuivent leurs investigations sur la mort de Clément Méric afin d'établir les responsabilités dans l'altercation qui a opposé mercredi soir des militants d'extrême droite et d'extrême gauche à la sortie d'une vente privée Fred Perry, rue de Caumartin à Paris. Ils ont à leur disposition les images des caméras de surveillance, les déclarations des suspects ainsi que les témoignages de ceux qui étaient présents lors du drame.

    Un vigile présent sur les lieux du drame est qualifié de témoin "principal" par les policiers. L'homme met en cause les quatre militants du groupuscule antifasciste auquel appartenait la victime, et plus particulièrement l'un d'entre eux. Selon ce témoignage, ce garçon, très remonté, avait des gants de boxe dans son sac et a incité les autres à se battre contre les skinheads, qui, toujours selon le vigile, cherchaient plutôt à éviter l'affrontement et à partir discrètement.

    Tué d'un coup de poing

    Le témoin a précisé que Clément Méric aurait déclaré à propos des skinheads : "Ce sont des gens qui ne devraient même pas être vivants." Il maintient toutefois que le jeune étudiant n'était pas le meneur, et que si son camarade ne l'avait pas poussé à se battre, rien ne serait arrivé.

    Selon RTL, l'autopsie a révélé que c'est un coup reçu en plein visage qui a tué le jeune garçon. Les médecins écartent donc que la cause de la mort soit due à un choc après sa chute. Les suspects qui ont reconnu l'avoir frappé ont nié avoir utilisé un poing américain.

    RépondreSupprimer
  18. Gabriel, le truc du supplément vacances, c'est un photomontage ou ils sont assez con pour faire ça?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'image qui illustre l'article c'est une capture d'écran du site de Libé.
      100% authentique.

      Supprimer
    2. La vache. ça a un côté "mort d'un résistant, avec dans ce numéro une voiture miniature à monter vous même".

      Supprimer
    3. Clément Méric, ils en font en live le Guy Moquet du XXIème siècle.
      Romantisme ultra oblige (rapport à la Une de Libé, la photo choisie), c'est aussi devenu le (John) Rimbaud de l'antifascisme, le Che Guevarra de Sciences Po.

      Supprimer
    4. Mais quoi de mieux comme acte militant contre "ce pays moisi où l'on étouffe sous la menace de la peste brune au ventre fécond etc" (TM)que de partir en exil politique en allant se faire éclater la rondelle à Marrakech ou trouver une bite à pattes au Sénégal en mode "citoyen du monde" ? Moi, j'dis, un vrai pied de nez impertinent à tous les bas de front (national).

      Supprimer
    5. Ils vont sûrement rebaptiser un amphi de Sc-Po:
      Amphithéâtre Clément Méric, mort contre le fascisme,l'homophobie et le racisme français.

      Ca vous a une de ces gueules !

      Supprimer
    6. kobus van cleef10 juin 2013 à 22:44

      J'aurais plutôt suggéré une voie publique
      'Rue Clement Meric''
      Non,une rue, pour un petitou,un pitchoun,une crevette comme ça, c'est un peu trop
      Disons....une il impasse ?
      Impasse Clément Meric.... ça a de la gueule

      Supprimer
  19. Olivier DEVALEZ8 juin 2013 à 01:26

    Ca faisait longtemps qu'on n'avait plus eu de "Tube de l'Eté 80, Bologne-Münich-Copernic", "Tube de l'Eté 90, Germon-Carpentras". Sont-ils en train de nous en préparer un nouveau, genre "Tube de l'Eté 2013, Caumartin-JNR" ? Je crains que Clément Méric n'ait pas une carrière aussi longue et internationale que la Lambada. Il va leur falloir revoir leur partition...

    RépondreSupprimer
  20. Un bloc intelligent! Bon, je vais devoir jouer au "facho", je m'explique, dans ma ville natale : Cannes, hier, rassemblement en mémoire de Clément MERIC par toute la gauche locale (ps, ps, et d'autres)d'un cinquantaine de personnes) DEVANT LE MONUMENT AUX MORT!
    Il se trouve que le nom de mon grand père et de mon grand oncle y sont gravés avec la mention MORT POUR LA FRANCE (1940) ... ces gens là sont des usurpateurs, des menteurs ... un monument aux morts est dédié aux soldats morts pour la France ...et Clément MERIC n'est pas mort pour la France, il est mort pour une marque de blouson.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. alleï , on pourra dire une fois
      "soldes tragiques chez fred perry
      un mort "

      Supprimer
  21. Pour l'instant, il n'y a pas "d'assassins".
    On part vers UN individu qui va être jugé pour homicide involontaire.
    Pour l'instant, ill n'y a pas de poing américains, du moins du coté de l'extrême droite (je mets un doute légitime puisque on trouve facilement sur internet des photos de camarades de Clément Méric qui porte ouvertement ce type d'outil).
    Ce que l'on a, factuellement, pour l'instant, ce sont deux groupes de personnes qui partagent des valeurs communes (la violence politique), qui se sont bagarrés devant un lieu de vente.
    Laissons la justice (et les journalistes, car je ne fais plus confiance a une justice qui a un mur des cons) répondre à ces questions:
    - pourquoi la BAC qui est venu 15 mns avant sur le lieu de vente n'a pas trouvé d'armes sur les fachos de gauche ou les fachos de droite ?
    - pourquoi BFM relève que sur la page facebook d'un des fascistes de gauche, il était annoncé que les "antifas" feraient une descente sur la vente fred perry pour casser du faf ?
    - que penser des déclarations de méric "les skins ne méritent même pas de vivre " peu avant la bagarre
    - pourquoi des méchants skins d’extrême droite qui avaient envie d'en découdre ont appelé ce même vigile pour annoncer qu'ils étaient menacés par les fachos rouge ?
    Il y a pour le moins quelques interrogations a avoir sans cracher sur la tombe de quiconque.
    Pour ma part, j'ai peu d'empathie pour tous les individus qui pratiquent la violence armée en bande, la chasse à l'autre, l'appel au meurtre.
    Bref, peu d'empathie pour les fas ou les antifas.
    Contrairement a mélenchon, valls, belkacem, ayrault, qui vit et prospère mains dans la main avec le fascisme d'extreme gauche. D'ailleurs, les mêmes qui sont derrière méric ont aussi défendre cantat quand il eût battu à mort Marie Trintignant. Toujours ce deux poids deux mesures des gauchos.

    RépondreSupprimer
  22. Dans le même sens, mon grand-père fut un républicain espagnol - je trouve bizarre qu'ils se fassent tous mouiller aujourd'hui en utilisant son "no pasaran". En 1937, cela voulait vraiment dire quelque chose...

    RépondreSupprimer
  23. Bravo pour cet article!

    A quand une révolution du bon sens dans notre pays?

    RépondreSupprimer
  24. Puisqu'on considère Méric comme victime du fascisme, pourquoi on ne pourrait pas en considérer tant d'autres comme victimes du multiculturalisme (if you know what i mean...) ?

    RépondreSupprimer
  25. L'homicide VOLONTAIRE est requis contre un jeune de 20 ans, Esteban, que certains journaux qualifie d'ailleurs d' HOMME de 20 ans, histoire de ne pas créer d'amalgame avec ceux qui bénéficie de ce qualificatif et l'indulgence qui va avec, jusqu'à plus de trente ans.
    Pourtant, nous apprenons par la voix du procureur que c'est bien le groupe antifa qui a provoqué puis a informé les skins qu'ils les attendaient en bas, pas pour faire la causette bien entendu.
    Les jeunes skin menacés ont alors fait appel à la sécurité. A priori, il n'y aurait pas de poing américain, car cela n'est pas mentionné. Bref, rien ne ressemble à un homicide volontaire mais plutôt à l'obligation pour un groupe pas-très-comme-il-faut d'en découdre avec une bande bien-sous-tous-rapports-politiquement-corrects qui veut vous régler votre compte.

    Pour Esteban, oui, son compte est bon. Il a toute l'institution contre lui. Et même les gardiens de prison risquent, sur ordre, de ne pas lui faire de cadeau dans le choix de ses compagnons de cellule quand il s'en prendra pour peut être 15 ans fermes.

    En conclution, Esteban n'aura pas le droit à la vraie justice mais à celle du mur des cons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour le moment c'est pas un verdict...
      Mais Ayrault l'a annoncé alors pas de surprise : le système s'est mis en mode taillage en pièces, coup de poing américain dans la gueule.
      Présomption d'innocence, séparation des pouvoirs, tout ça ce sont des principes démocratiques apparemment suspendus (Vals a de suite parlé d'assassinat politique ; le truc à Ayoub est déjà en voie de dissolution). Mais on comprend qu'on les suspende tandis que le pays vit un authentique état de siège face aux fascistes (voir la courbe dite de Xix !!!). De là à parler d'expédition punitive ou de justice de salut public, il n'y a qu'un pas ; ben voilà on l'a fait le pas.
      Effectivement on a l'air de parler d'une bagarre participative (consentie de part et d'autre, voire plus recherchée par un camp que l'autre) ; apparemment y'a pas de coup de poing US, arme plutôt censée stopper net un adversaire que le tuer ; mais bien sûr on peut mourir d'un mauvais coup de poing dans la vie...
      C'est aussi vrai qu'on parle d'une bagarre entre gamins (19 et 20 ans) qui voulaient jouer à l'activisme politique (habillés en Fred Perry) qui a malheureusement mal tourné.
      Bon, l'un a droit à l'amour hystérisé de la société (c'est John Rimbaud, érigée en icône du bien) et l'autre est un monstre, forcément, et là, on voit bien que le traitement médiatique joue la rupture totale d'empathie (c'est Esteban).
      Après, un Golgoth qui frappe full force un sandwich SNCF, rhalala, j'ai envie de lui décerner les lauriers Fred Perry de la connerie ; mais bon quand t'es en mode combat de rue, t'as des cases qui s'éteignent fatalement : état émotionnel zone rouge, perturbation des sens, terra incognita cognitive si t'as pas d'expérience. Bref, vaste sujet...

      Supprimer
  26. Un skin-head, qu'il soit d'extrême droite (G.U.D. par exemple) ou d'extrême gauche (SCALP, Re-Flex ou autre) est dangereux parce que généralement costaud (en général, on les recrute par rapport à ça), il savent se battre (ils ont leur propre club de combat), et ils n'ont surtout rien d'autre qu'un haricot dans le crane, et sont donc incontrôlable et partent au quart de tour. Ce jeune homme avait pour habitude de les provoquer par gout du risque, comme tous ces malade des sports extrêmes qui recherchent toujours plus haut, plus loin et plus vite, jusqu'à ce que les lois de la physique l'emporte sur leurs réflexes.

    RépondreSupprimer
  27. Solennellement, je pose la question : pourquoi n'y a t il que des blancs dans les regroupements antifascistes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, c'était peut-être vrai dans ce cas précis (encore que « blanc » est une notion relative... cela peut inclure des musulmans, berbères, persans ou turcs par exemple, ou des juifs), mais jetez donc un œil à ces photos de 2009 d'un clash entre le British National Party et Unite Against Fascism (financé par le Parti « conservateur » britannique...) : http://www.dailymail.co.uk/news/article-1205263/Police-arrest-31-demonstration-Islamic-fundamentalism.html . Là, pas de doute.

      Supprimer
  28. " Chambré verbalement " est l'euphémisme employé en boucle par les médias pour déresponsabiliser les nantifas.

    RépondreSupprimer
  29. Les soldes chez Fred Perry doivent être vraiment intéressantes pour provoquer tant d'émois, ça doit être du -50% au moins... Vais y aller m'acheter un marcel moi.

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?