30 mars 2012

Kad Merad, POURQUOI ?

Nous apprenons avec effarement que le corps de Kad Merad a été finalement inhumé dans le carré musulman d’un cimetière de Toulouse, suite au refus des autorités algériennes d’accueillir la dépouille de l’auteur des tueries sur son sol.
Kad Merad, Français d’origine algérienne, après une brillante carrière d’humoriste sur la chaine de télévision Comédie et au cinéma, dont le plus gros succès reste à ce jour « Bienvenue chez les Ch’alafistes », a revendiqué les sept meurtres de Toulouse et de Montauban au nom d’Al-Quaïda, mais les enquêteurs de la DCRI pensent qu’il s’est auto-radicalisé et auto-ridiculisé.
Bien que nous ne savons pour l’heure ce qui a bien pu se passer dans la tête de notre rigolo national, nous pouvons tout de même établir une chronologie des événements antécédent aux actes sanglants de Kad Merad.
C’est début 2010 que Kad Merad sombre dans l’enfer de l’alcool et de la drogue. Depuis déjà quelque temps, Kad Merad prend conscience qu’il enchaine films de merde sur films de merde, des sous comédies qui ne font marrer que les scénaristes. C’est à cette période qu’il a l’impression de n’être plus qu’un clown de plateau de télévision et que d'avoir une répartie spontanéiste pour seul talent ne suffit guère à devenir un grand comique, tels que le furent Louis de Funès, Bourvil, le petit Grégory et Fernandel. Kad le vit de plus en plus mal, jusqu’au jour où il rencontre Jean-Luc Delarue qui lui conseille de se ressourcer sur la terre de ses ancêtres et d’y faire le point, comme il l’a fait lui-même dans la boite de nuit « Le Baron ». Ce qui serait le moyen le plus efficace de se sortir de la lente tourmente de l’enfer de l’alcool, de la drogue, des putes, des plateaux télé de Denisot, d'Arthur et de Michel Drucker.
C’est en octobre 2010 que Kad Merad débarque à Alger, décidé une bonne fois pour toutes de relancer sa vie sur les bons rails, sans tunnel sinusien sur le trajet. Et là, c’est le DRRRÂÂÂÂÂMMME ! Ce qui devait être un parcours initiatique libérateur se révèlera une implacable descente au sein du plus noir des enfers, au tréfond des plus sombres ténèbres empuantis qu’ça craint grave la mort, dans la plus effroyable demeure du sheitan qu’est le genre de mec à t’accueillir avec des couteaux de boucher dans le dos, dans le royaume des ombres malveillantes, spectres d’anciens SS, qu’aucune lueur d’espoir ne peut atteindre. Ne dit-on pas que l’enfer est pavé de bonnes intentions ? Hein, DSK ?!
Kad Merad, un peu perdu dans l’Alger mythique de son enfance, rencontre fortuitement le plus abject des personnages, Mahmoud Shakal, un salafiste à la jonction de différents réseaux groupusculaires islamistes. Le Shakal à l’odeur alléché lui tint à peu près ce langage :
- Toutes ces putes occidentales, cette cocaïne d’infidèles et cet alcool de croisés que tu t’es envoyé, pauvre nouille, c’est de la merde ! La meilleure des cames, c’est Allah ! Le trip suprême ! La défonce divine, c’est le djihad ! Si t’en as marre de ta petite vie minable de bourgeois francaoui, rejoins donc les soldats d’Allah ! Offre soumise à conditions selon le stock de kalashs disponible.
- Ok, ça me tente ! Hé ? Tu la connais la blague de l’islamiste barbu qui a confondu le Mollah du coin avec la chatte touffue de sa femme ?
- Je vais te donner une adresse à Kandahar en Afghanistan et tu demanderas à voir Abdul Amal Ôbaba de ma part. Il te prendra en charge pour rallier le Waziristan du Nord dans les zones tribales du Pakistan. Là-bas, tu deviendras un vrai soldat d’Allah et ensuite tu rentreras en France en attendant tes ordres.
- Parfait ! Et tu l’as connais la blague de l’islamiste barbu qui a sodomisé un cochon qui dormait sous un drap noir en pensant que c’était sa femme en burka ?

Kad Merad au Waziristan du Nord. C'est le seul accoutrement qui lui paraissait plausible pour ressembler à un salafiste.

Kad Merad revient en France en septembre 2011, changé à jamais. Il s’établit à Toulouse et laisse son passé de comique à deux dinars loin derrière lui. Ses desseins sont désormais tout autre. Son ancien ami et colistier, Olivier, en témoigne. « Je l’ai appelé en octobre dernier, inquiet de son absence prolongée. Il m’a dit qu’il était en mission pour Allah et qu’on entendrait bientôt parler de lui. J’ai cru à un nouveau concept de sketch et lui ai proposé aussitôt quelques idées, puis sèchement il m’a demandé si je le prenais pour un comique. Sur le moment, je n’ai pas su quoi lui répondre. Puis, je lui ai demandé s’il connaissait de nouvelles blagues sur les islamistes barbus, comme ça, pour détendre l’atmosphère. Il est rentré dans une fureur noire et m’a dit que les islamistes étaient de saints hommes et de fiers combattants, qu’ils ne prennent pas des mollahs pour les chattes touffues de leurs femmes et qu’ils n’enculent pas des cochons à burka, puis a raccroché. J’étais abasourdi ».
La suite des événements, nous la connaissons toute.
Kad Merad, étoile filante tombée dans la plus lugubre obscurité, papillon aux ailes brulées par la lumière trop vive du show-business, n’a pu s’envoyer, avant de mourir, un dernier rail, mais un dernier RAID pour la route.

8 commentaires:

  1. Un texte subtil, servi par une syntaxe de champion (The CGB Literary Supplement)

    RépondreSupprimer
  2. Cadeau !

    Après le huminn' de quincy Jones , j'espère que ça vous plaira !

    http://www.youtube.com/watch?v=T0LDIxfHXTI&feature=youtube_gdata_player

    Si le lien marche pas , taper " Donald byrd , elijah ". Sur Google .

    De rien , tout le plaisir est pour moi .

    RépondreSupprimer
  3. Toujours entrain de jouer aux juifs ? ça va les trous d'uc, la communauté vous en demande pas tant , vous pouvez respirer sans faire dans l'allégeance aussi misérable . C'est tout vous ça : qu'est ce qu'ils ne feraient pas ces suce-shylok pour montrer à quel point ils sont convenables et respectueux de l'Ordre.

    Contribuables! votards ! suce-rabbins! sous-juifs! patrick Bruel !étrons sortis tout droit du vieux fion wiesellien !enculés!

    Vous risquez rien , vous êtes tellement juifards: les gros nez vous pousse, le regard torve vous défigure odieusement vos faces de craies, ça dégouline du peuple-élu de partout!

    Qu'ils crèvent ces franch-trouillards ,merde !

    otto weininger

    RépondreSupprimer
  4. Arrête de faire ton Céline, t'es ridicule. Il n'y a aucune imagination dans tes invectives.
    ça fait la deuxième fois que je te le dis.

    RépondreSupprimer
  5. Ou alors écrit un "Voyage au bout de la nuit" et un "Mort à crédit" avant de venir casser les nouilles.

    RépondreSupprimer
  6. La particularité du citron empapaoute les reptiliens.

    RépondreSupprimer
  7. Kad Merad ne m'a jamais trop fait rire. Humour potache bas de gamme, un peu pipi-caca à la Chabat , "bof...", idem pour son comparse de l'époque, Olivier.

    Sorti de Oui FM, ils animaient l'émission "Le Rock And Roll Circus", à l'époque j'attendais avec impatience l'émission qui suivait, "Maurice C'est La Nuit" (1992) .
    Maurice, personnage radio très atypique pour l'époque - j'avais 22 ans à cet âge là on est encore impressionné par peu de chose, mais bon c'était quand même des bons moments de radio- avant qu'il ne se fourvoie chez Skyrock.

    Faut dire que la pauvreté des programmes de la bande FM…hein ! entre Foune Radio avec le débile Difool et son doc, Skyrock, NRJ , on est gâté.

    ps: Est-ce que mon commentaire refoule de la goule ? :)

    RépondreSupprimer
  8. kobus van cleef2 avril 2012 à 13:57

    s'il fallait punir de mort par balle tous les films de merde qui nous polluent le quotidien , hein
    justice pour kahd merad !
    en plus , hein, c'est les produc' d'anal plusse qui ramassent la monnaie , hein
    nous autres , spectateurs télévisuels sommes les futurs kahd merad de demain
    fermez pas le robinet à divertissements sinon ça va chier !
    panem et circenses , bordel !
    ET CIRCENSES
    pigé ?

    RépondreSupprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?