2 avril 2010

Macéo Parker au Casino de Paris : mouemf


Ouais mouemf… On aurait aimé titrer Sax Machine, malheureusement Maceo Parker, ancien saxophoniste des JB’s et de Funkadelic, pigiste de Prince, a 66 berges. Trop rien à dire sur ce concert : une formation de pro sur scène, tout était bien en place, bien huilé, en somme frustrant et chiant comme la pluie, avec un groove quasiment omniabsent.



Maceo Parker 012
envoyé par Culturalgangbang. - Regardez plus de clips, en HD !


Maceo est certes à créditer d’une belle performance, car à son âge, c’est une prestation plus que correcte dont il a gratifié le public de blancs-becs venu nombreux pour rendre hommage à sa légende, un public de singes lobotomisés, qui n’a pas manqué une occasion hier de se ridiculiser en s’extasiant de manière grotesque au moindre solo de plus de 4 notes. Ah, Maceo a bien toujours ce touché et cette mélodie chaude quand il trouve le souffle, oui, mais il est hors d’haleine.
Bilan de la soirée : des musiciens cachetonneurs, qui ont fait le strict minimum (mais on n’allait pas demander au tromboniste et au trompettiste de voler la vedette à leur boss), et un Maceo Parker à définitivement enterrer dès maintenant dans le Hall of Fame de la soul et du p-funk.
La horn d’abondance de Maceo Parker c’est du passé. Pourtant, y’a dix ans, les standards des JB’s n’étaient pas encore de la vulgaire variété calibrée main stream. Un concert totalement soul-ant. To the bridge ! Que je m’y jette dans cette Seine…


Maceo Parker 013
envoyé par Culturalgangbang. - Regardez la dernière sélection musicale.

Le seul moment groovy du concert

2 commentaires:

  1. J'ai bien aimé la nana en avant première, une jolie petite gueule...

    RépondreSupprimer
  2. Y'a dix ans...

    La dernière fois que j'ai vu Macéo sur scène, c'était il y a précisément onze ans. A Londres, dans un petit club, accompagné de son fils.

    Je suis sorti avant la fin ; chiant à mourir et d'un grotesque qui donnait raison aux vieux poncifs racistes les plus banals. L'attitude négroïde qui prenait le pas sur la musicalité, et ce, en permanence pendant 2h30.

    Des solos (inter)minables en penta de 12 minutes chaque pendant les quels on se fait chier et entrecoupés d'éructations dignes des plus mauvais films de will smith 'Yo, Whos' da man yo ???!'

    Et d'attendre que le public scande en réponse incantatoire 'MACEO !!!'

    Les amerloques appellent cela 'attitude' : un terme presqu'exclusivement réservé aux 'niggers' et 'whiggers', ce qui ne surprendra personne, je crois... *



    * à part les anencéphales



    MPS

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?