12 novembre 2013

Tranche de vie. Les médecins ces humanistes qui s'ignorent

Hello my name is Dr. Greenthumb
I'd like to tell you just where I'm from
Il y a quelques années, la vie de Madame Durand a basculé dans un sketch de Pierre Desproges. C'est au détour de quelques examens de routine qu'à son tour elle a eu le privilège d'entendre le médecin s’exclamer "Putaing, c'est le cancereuh !". Depuis elle a appris à coexisté assez peu pacifiquement avec ce nouvel hôte. Les querelles de voisinage sont toujours les pires des conflits, autant dire que c'est à celui qui aura la peau de l'autre en premier. Et vas-y que je te métastase dès que t'as le dos tourné - toi, tu perds rien pour attendre à la prochaine chimio.
Madame Durand est devenue cliente privilégiée de l'industrie pharmaceutique. Elle a sa carte, elle aimerait bien se désengager mais les techniques commerciales sont redoutablement efficaces. Quand ce n'est pas une visite de contrôle, c'est une biopsie si ce n'est pas un scanner, quand à sauter une pillule de temps en temps, n'y pensez même pas. C'est tout le PIB qui s'en ressentirait. En ces temps de crise chacun fait ce qu'il peut pour faire tourner l'économie nationale.
Madame Durand a même une conseillère clientèle attitrée, la même depuis 30 ans. Avant on appelait ça un médecin de famille, on lui faisait confiance mais les temps ont bien changé.

Dernièrement un des nombreux spécialistes dont Madame Durand a le plaisir de financer l'extension de la piscine est parti à la retraite. C'est l'occasion de sacrifier au plaisir de la première consultation avec un jeune confrère. Celui-ci en profite pour contrôler le profil de Madame Durand (celui qui est dans l'ordinateur, le médical, autant dire son meilleur) et pointe immédiatement un médicament en particulier. Comme on ne sait pas trop comment s'attrape ce genre de merdes nous avons préféré en oublier le nom, on ne sait jamais. Nous l’appellerons le Glanduril.
-Je vois que vous êtes sous Glanduril, qui vous a prescrit ce médicament ?
-c'est mon médecin de famille, docteur.
-Étonnant. C'est connu depuis longtemps, ce médicament ne présente que des désavantages. Le moindre n'est pas son prix, il coûte 140 euros le comprimé. De plus il est extrêmement nocif pour votre santé et vos dents. A moyen terme, il endommage irrémédiablement la mâchoire. Il fait partie de ces médicaments dont on dit qu'il vous soigne d'un côté pour mieux vous tuer de l'autre.

Effectivement, depuis quelques temps, Madame Durand rencontre de gros problèmes avec ses dents. Elles cassent les unes après les autres, sans prévenir et elle a de plus en plus de mal à les faire soigner. Conséquence de 6 ans de lutte à plein temps contre la maladie, elle se retrouve aujourd'hui à la CMU et le dentiste (ainsi que le dentiste suivant) refuse maintenant de la prendre en rendez-vous. Comme il lui a expliqué la dernière fois avant de partir en vacances "les soins s’arrêteront ici, Madame Durand. Je ne vous recevrais plus. Moi, les CMU ça ne m'intéresse pas." Elle a juste eu le temps de remettre sa perruque droite avant de quitter le cabinet. C'est un problème de plus en plus courant parait-il, de nombreux spécialistes refusent de soigner les malades qui se retrouvent à la CMU. Un problème qui pourrait bien intéresser nos belles associations progressistes quand elles auront terminé de faire les testings indispensables à l'entrée des boites de nuit, qui elle est un droit inaliénable.

Le jeune médecin reprend :
-Votre médecin de famille ne le sait peut-être pas mais il existe le Metastadinol (nom d'emprunt) qui est fabriqué par un autre labo et qui a le double avantage de couter 5 fois moins cher et de n'avoir aucun effet secondaire. N'hésitez pas à demander de changer la prescription à votre prochaine visite, cela vous soulagera.
Ah j'oubliais, ça fera tant.

Quelques jours plus tard, à l'occasion du renouvellement payant de son ordonnance, Madame Durand retourne chez son médecin généraliste. La même depuis 30 ans.
-Dites docteur, l'autre jour un de vos jeunes confrères m'a mise en garde contre le Glanduril.
-Ah bon, que vous a-t-il dit ?
-Qu'il était responsable de mes problèmes de dents et qu'il risquait de me détruire la mâchoire.
-Effectivement, il a raison. C'est connu d'ailleurs.
-Il a aussi dit que son coût était très élevé et qu'il existe aujourd'hui le Metastadinol qui coûte 5 fois moins cher et qui ne présente absolument aucun danger.
-Absolument ! Très bon médicament.
-Mais docteur, vous le saviez alors ?
-Bien sûr...
-Et vous m'avez quand même prescrit du Glanduril en connaissance de cause ?
-Comme vous avez pu le constater...
-Docteur, à partir de maintenant j'exige que vous me prescriviez du Metastadinol.
-Si vous insistez.
La prestation commerciale continue et comme à son habitude la doctoresse concrétise l'acte d'achat. Au moment de quitter le cabinet, alors que celle-ci la raccompagne jusqu'à la porte, Madame Durand jette un coup d’œil sur sa nouvelle ordonnance :
-Mais docteur, vous m'avez à nouveau prescrit du Glanduril !
-Effectivement, Madame Durand. Bonne journée, Madame Durand et à la prochaine fois. On l'aura ce cancer.



----
Bien que tout ceci soit authentique à 100%, nous informons notre aimable lectorat que ces cascades sont effectuées par des professionnels. Pour la préservation de votre intégrité mentale comme physique, nous vous enjoignons à ne pas les reproduire chez vous ainsi qu'à mettre de grands coups de latte au prochain sermenteur d'Hypocrate que vous croiserez.

7 commentaires:

  1. Les médecins sont des curés obscurantistes doublés de saloperies d'épiciers...

    RépondreSupprimer
  2. faudra prévoir un article sur l'enculerie généralisée des Mutuelles.

    RépondreSupprimer
  3. ...et ils sont de plus en plus cons, leur cursus en fait d'aimables techniciens sans aucune épaisseur intellectuelle, avec une absence totale de début de commencement de connaissance épistémologique. Donc, de plus en plus "open" aux trucs pour charlatans genre PNL, ésotérisme, et paradoxalement sur fond de scientisme débridé,
    Bref, méfiance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "De plus en plus open aux trucs de charlatans genre PNL"
      Oui, mais j'ai l'impression que ça pénètre surtout par les stages et autres séminaires de formation sur les cadres et administratifs en milieu hospitalier.
      Là dans le cas de Madame Durand, je crois qu'on a surtout affaire à un médecin un peu trop open aux voyages et incitations des visiteurs commerciaux des gros labos.

      Supprimer
    2. Assez d’accord avec K… Je pense que leur mode de sélection favorise les besogneux à fiches plutôt que les génies du diagnostic. En revanche, je ne sais pas s’ils sont si ouverts que ça aux nouvelles pratiques plus ou moins ésotériques et en tout cas dénuées de tout fondement scientifique. Je croyais que ces machins étaient réservés à tous les névrosés qui veulent faire l’économie d’un vrai cursus universitaire tout en croyant savoir tout sur tout parce qu’ils ont lu 2 ou 3 bouquins du rayon « Développement Personnel » de la FNAC du coin.

      Supprimer
  4. je veux bien reprendre ça:faudra prévoir un article sur l'enculerie généralisée des Mutuelles
    beaucoup à dire , pas que la MNEF

    RépondreSupprimer
  5. En France, le service de la santé devient vraiment digne d'un hôpital humanitaire en fait. Putain en Province, je vous souhaite pas de tomber malade.
    En fait, plus on paye d'impôts, plus le service public disparaît. Mmm, ça mijote ça mijote, et ça commence à sentir bon...

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?