28 juin 2019

Chaleur coupable


Pas plus que vous et moi, la vague de chaleur n'est innocente. D'ailleurs, les spécialistes s'accordent à dire que ce n'est pas une vague, c'est un nouveau régime. Désormais, l'Europe est une terre de grandes chaleurs, son climat bientôt ne sera plus défini comme "tempéré". La canicule s'installe ici chez elle.


Il n'en fallait pas plus pour que les indigénistes les plus attentifs dénoncent ce qu'il faut bien appeler par son nom : une appropriation climatique. "La chaleur est une valeur essentiellement africaine. Depuis la nuit des temps, il fait chaud sous les cocotiers et froid sous les marronniers ! Nous, Association Renoi.e Non à l’Appropriation Climatique (ARNAC), dénonçons l’appropriation climatique blanche de la canicule, qui est un bien historiquement africain.
Nous réclamons
1- la reconnaissance de la chaleur estivale comme Valeur africo-genrée
2- l’arrêt de l’appropriation climatique en cours
3- la reconnaissance de cette appropriation climatique comme crime contre l’Humanité Noir.e
4- l’indemnisation des victim.es et la fin de la domination occidentalo-météorologique.


(Le comité de soutien à l'ARNAC organise un défilé protestatoire non-mixte devant la préfecture de Paris, avec tambours guinéens, flûtes maliennes, saxo burkinabés et trombones zaïrois.
Tous.es.tes ensembl.es à 17 heures pour faire entendre notre hymne Il fé plus cho qu’à Bamako !)

7 commentaires:

  1. Alors si y a de la musique africaine en plus de l écriture inclusive, moi je dis : vive l'ARNAC, et vive.nt la.les canicule.s

    RépondreSupprimer
  2. Ces canicules n’emballent !

    RépondreSupprimer
  3. canicule, cule, cule cule s'en allait sur le chemin
    ce faisant elle rencontre, contre ,contre contre un jeune et beau galant
    voudrais tu que je te cule gentille canicule?
    après , à vous de trouver
    pour l'appropriation climatique, c'est vrai
    qu'ils reprennent leurs ciels sans nuages et leurs bleds improbables sans ruisseaux
    notons quand même qu'il y a des saisons des pluies chez nos amis noirs et aussi frêres humains ( qui vivront après nous, sur le plan statistique s'entend)
    le problème majeur vient de là
    car ça aide à la prolifération des bestioles en tout genre
    je résume
    chaud plus humide égale prolifération
    en gros, la planète ne court pas à sa perte par désertification, elle y court par prolifération
    par hyperprolifération devrait on dire
    nous allons rentrer dans une nouvelle ère carbonifère avec des forets immenses comme celles que l'on découvre dans les mines de charbon, des fougères arborescentes de plusieurs mètres, des araucarias et des prêles ( végétaux démontables mais pas remontables)
    chez moi ça commence, parfois je fauche des fougères qui dépassent les deux mètres de haut
    mutantes? adaptées aux conditions locales ?( dans l'armorique la plus occidentale, battues par les embruns, on viendra me bassiner avec la réchauffure de la climatance) le fait est que d'ici quelques myons d'années, ça assurera le renouveau de l'ère industrielle aux rescapés de l'humanité ( nous ressembleront ils encore? ne seront ils pas tous éteints dans des conflits stériles déclenchés par la bêtise des ventres pleins? y a des risques)

    RépondreSupprimer