6 novembre 2014

La révolte des produits

Antibarrages, Rémi Fraisse, dreadlocks
Bal chez les antibarrages : un mort
Ça a chicoté à Nantes, Rennes, Toulouse, un peu Paris – zont pas pu à Paris : curieusement, c’est plus aisé d’arrêter des dreadloquedus que des kaï-kaï dans les manif étudiantes.

L’extrême gauche attaque. Agite. Une entreprise de séduction à coup de défonce de mobilier urbain - fait pour ça comme dirait l’autre, être foncedé. Rémi Fraisse est mort ; les punkàchiens sont en deuil. Les politiques dénoncent leur violence extrême. Extrême car lynchant de l’abribus comme si ça défilait à la Gay Pride ou la Techno Parade. Extrême car trinquant avec les CRS à coup de Molotov cocktail. Extrême car foulant au pied la démocratie. Sauf que la démocratie, justement... On l’a retrouvée nue dans la rue, des propos incohérents plein la bouche ; manifestement, victime d’actes de torture, de barbarie, probablement violée par tous les orifices, en mode GangBang.

A propos du barrage du Tarn, les politiques : « Ils contestent un projet voté par tous les élus locaux, un projet adoubé par le suffrage universel. » Ou encore : « Ces gens contestent tout projet, pourtant nécessaire à l’avenir de la France. » Tralala dans l’air. « Ils contestent un projet voté par tous les élus locaux, un projet adoubé par le suffrage universel. » Ah ? Mais c’est tout le contraire d’un gage de probité ça. Plutôt le gage d’une corruption totale. Si on peut à coup sûr regretter que les Rémi Fraisse et consorts ressemblent, tout sauf à leurs dreads défendant, à des caricatures vivantes, la réponse du système, comme toujours, pue la mort. Et une grenade offensive dans ton cul, une. Mais qui ose parler de violence extrême ? Ceux qui dégoupillent des armes de guerre ?



L'Etat rastarockette* gratis
Bien sûr, l’extrême gauche écolo, avec ses miliciens mal peignés, habillés en chanvre, fous de la déesse chlorophylle, recherchent peut-être l’accident. L’accident pour toute tactique de communication ? Ils prendraient tous les risques pour qu’il subvienne ? Leur objectif secret ? En vue de l'exploitation virale dans l’organisme médiatique d’une émotion, de préférable une violente, parce que sauver des arbres, ça suffit pas à réveiller trois consciences ? Ça joue à la guérilla, et ça chiale quand ça réplique à coup de grenade offensive ?! L’extrême gauche, extrêmement attardée ? Peut-être, mais elle est là. Sur le terrain. Dans le Tarn, à Notre-Dame-des-Landes. Le système aura beau clouer sur la croix médiatique nos punkàchiens et rastarocketter dans tous les sens, il n’est plus en mesure de cacher sa misère. Alors qu’à la moindre pluie c’est Vaison-la-Romaine de la Bretagne au Sud de la France, en 2014, on donne encore le feu vert à des projets de barrage. Vigilance citoyenne orange. Tant qu’il restera quelque chose à niquer. Et l’or bleu ? Connaît pas. Tant qu’il restera du Coca colique…

En attendant l'alerte rouge
En 2014, après un déferlement de catas tendant à démontrer que quand l’homme touche à l’environnement, c’est la merde, alors que la fin du monde se produit quelque part tous les jours, les élus locaux continuent à voter à l’unanimité pour la déconstruction totale de l’environnement. Après un bref examen du projet par Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, on apprend : « Toutes les possibilités alternatives n’ont pas été étudiées comme le stipule la loi. » Sans blague ? C’est comme la bonne vieille farce de la participation du public à l’élaboration des documents d’urbanisme. C’est comme la bonne vieille mascarade farandolesque du respect des droits de l’exproprié. Celle-là, racontez-la donc à Philippe Layat, cet agriculteur victime de collectivisation de ses terres ancestrales pour cause de construction d’un grand stade à Lyon. Panem et circenses. Si vis pacem, para bellum…

La juste et préalable indemnisation de la procédure d'expropriation, un plug anal légal
Objectif profit. On veut construire un barrage à Sivens pour un regroupement d’agriculteurs en mal d’agriculture intensive et de chimères à multiples chiffres sur le chéquos. On veut raser une forêt de plus pour la barbarie, la mal bouffe, la botte écrasant la bouche du vivant.
« Ces gens contestent tout projet, pourtant nécessaire à l’avenir de la France. »

Effectivement, d’ailleurs France 2 nous instruisait récemment sur la bonne portance du marché chinois de la consommation de viande. Une courbe exponentielle. Un Eldoradholocauste nouveau. Tous les capitalistes du pis attendent la vague pour dérouler. Le tsunami reconnaitra les siens. Les fermes des 1 000 vaches sont les mamelles de la France ! L’avidité transforme, mutile l’environnement. Ils veulent construire des barrages. Nous voulons vivre libre, tranquille, et mondialiser le village. Leur urgence ? C’est l’olympiade monde, la compette globale pour tous, tous les jours. Le développement c’est de l’argent. C'est-à-dire du bitume, du béton, du caveau quoi. 
Derrick laitier
La vision du développement de nos élites, on la connaît. Elle a prouvé toute son inanité depuis longtemps, tout son caractère suicidaire. La musique d’ambiance sociétale a beau chanter les louanges de la prise de conscience globale, du développement durable, et des normes de haute qualité environnementale, la catastrophe avance. Truisme : la mondialisation de la catastrophe, c’est la catastrophe mondialisée. Ils ont tué Rémi Fraisse, mais c’est la mort de tous qu’ils programment. Que sommes-nous pour eux ? Des produits. Des périssables. A la poubelle !  

Le Tree est l'avenir de la forêt
* rastarocketter : jeter des grenades offensives sur des militants écolos à dreadlocks. 

 

33 commentaires:

  1. ha ouais, moi j'aime bien les plans d'eau.
    en Espagne ils en ont fait de partout et une fois au dessus de Teruel je me suis baigné dans un lac de barrage. il y avait même le village englouti avec son clocher qui dépasse. l'eau était super... heu j'espère que je vous énerve pas.

    RépondreSupprimer
  2. @ anonyme de 13h37 6 novembre
    As tu entendu sonner le clocher englouti ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le clocher était pas englouti et les panou-panou avait du embarquer les cloches avant de se faire virer.
      la route se prolongeait sous la flotte. un petit village de montagne venait juste d'être noyé... pour ceux qui ont lu enfant "le hameau englouti" j'en ai bien assez dit.
      et bonjour à Carine. Paco

      Supprimer
  3. d'habitude CGB c'est drôle, là on a l'impression de lire une chronique à la moraline de chez libé ou le nouvel obs.

    RépondreSupprimer
  4. Robert Marchenoir9 novembre 2014 à 19:04

    Quelle enfilade de clichés gauchistes !

    Ceux qui dégoupillent des armes de guerre.

    Une grenade offensive n'est pas une arme de guerre. Elle est exclusivement destinée au maintien de l'ordre. Il est excessivement difficile de tuer avec une grenade offensive. D'ailleurs, on peut tuer avec un bâton, une batte de base-ball, ou même à coups de pied et à mains nues.

    En fait, il y a beaucoup plus de gens qui se font tuer par des délinquants à mains nues que de gens qui meurent à cause de grenades offensives tirées par les forces de l'ordre.

    Mais bon, ça s'appelle "grenade", et c'est "offensif", alors on recycle le vocabulaire des médias que l'on vomit par ailleurs, et ça devient une "arme de guerre", expression journalistique stupide s'il en est.

    La police est armée de pistolets, qui sont des "armes de guerre", je suppose, puisqu'on en trouve aussi chez les soldats. C'est quoi, votre idée ? Désarmer la police ? Heureusement que la police est armée, et avec des armes susceptibles de tuer. Cela permet de tenir en respect les malfaisants, et, à l'occasion, de sauver des vies. Vos vies.

    Il faudrait des pages et des pages pour réfuter les âneries grandiloquentes qui composent ce texte.

    France 2 nous instruisait récemment sur la bonne portance du marché chinois de la consommation de viande. Une courbe exponentielle. Un Eldoradholocauste nouveau.

    D'aaaaaccord. Donc, les Chinois sortent de la pauvreté, ils veulent manger de la viande comme nous, eh bien non, ils n'ont pas le droit : c'est un Eldoradolhocauste. Vouloir manger du boeuf, c'est nazi, c'est pareil que la Shoah.

    La mondialisation de la catastrophe, c’est la catastrophe mondialisée.

    Mais en revanche :

    Nous voulons vivre libre, tranquille, et mondialiser le village.

    D'un côté la mondialisation c'est l'horreur, de l'autre côté nous on veut mondialiser. Mais différemment, tu vois. Nous, ça sera la bonne mondialisation. La mondialisation communiste, je suppose. Merci, mais sans façons : on nous a déjà fait le coup. "Mondialiser le village" : de l'art de sortir des formules ronflantes qui ne veulent rien dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marchenoir fait une fois de plus étalage de son ignorance. La grenade offensive est une arme de guerre, et elle est utilisée par les attaquants qui courent en terrain libre vers les positions ennemies consolidées par des trous d'hommes, tranchées et fortins. Lorsqu'elle tombe dans un de ces espaces confinés, la grenade offensive est mortelle par la surpression qu'elle provoque. Si l'assaillant manque son jet, il ne risque presque rien puisqu'elle explose en terrain libre.

      Supprimer
    2. C'est con à dire mais Marchenoir a quand même raison. Je suis désolé les gars mais parler d'Eldoradolhocauste ça fait flipper.

      Qui sont ces écolos qui veulent nous empêcher de manger de la viande ? J'aime pas du tout leur optique, même si elle est pleine de bons sentiments à la base (on le sait que ce sont des "gens gentils", on le sait!).

      Quand on a écrit il y a bien longtemps dans un livre, dit "sacré", que Dieu avait donné les bêtes aux hommes pour qu'ils les nourrissent et qu'ils les mangent (en analogie avec Dieu lui-même - ou la Nature - qui, en quelque sorte, nourrit les hommes dans un premier temps pour leur reprendre leur vie ensuite), on ne l'a pas tant écrit pour qu'on se pose la question de savoir si c'était ontologiquement vrai (la bonne blague !), mais pour régler arbitrairement cette question épineuse une bonne fois pour toute. Car c'est une question très épineuse... pour les aveugles et les sourds, je vais quand même prendre la peine de développer pourquoi.

      Qui sont les gens qui identifient la chair humaine à la chair animale ? Les écolos qui pointent du doigt "l'eldoradholocauste", d'accord... mais il y a aussi les anthropophages, et puis les esclavagistes, et puis ceux qui vendent des morceaux de foetus et des gamètes aux industries pharmaceutiques... Et puis tous les gars qui se cherchent une excuse morale pour ne pas respecter la vie du gros bourgeois, du chasseur, du droitard, de la flicaille, de l'obèse, du "gros con"... parce que si le gros bourgeois est un viandard qui fait tuer des veaux de lait pour manger des escalopes et parquer des cochons dans des camps pour faire de l'andouille, alors la logique écolo végétarienne autorise en quelque sorte qu'on lui fasse la même chose... Cela va beaucoup, beaucoup trop loin à mon goût !

      Y'a des "amis de la nature" qui me font vraiment rire (de mépris). Ce sont les "amis de la nature" qui défendent la nature avec des valeurs humanistes... mais qui ne se sont jamais posé la question suivante : lorsqu'on /défend la nature/, est-ce qu'on défend oui ou non les /lois de la nature/ ?

      Parce que la loi de la nature, c'est Darwin, c'est la jungle, c'est la loi du Lion, de l'Ours et du Loup, c'est la chaîne alimentaire, c'est la grêle, c'est la sécheresse, ce sont les nuées ardents, les astéroïdes et les supervolcans... Autant dire : la loi du plus fort, la loi de la nécessité, la loi de la fatalité... en un mot comme en cent, l'absence de justice.

      J'ai deux citations à votre service, d'un auteur célèbre que je ne nommerai pas, pour illustrer ce paradigme "épineux" :

      "La nature ne fait point meilleur. Elle est une leçon d’endurcissement. L’humanité se désapprendrait si elle n’avait sous les yeux que ce spectacle de fatalité, ce circulus de dévorement où tout est à la force, où il n’est d’autre justice que la nécessité ; où du plus petit au plus grand des animaux, du plus noble au plus vil, la vie de l’un vit de la mort de l’autre."

      "La vérité de la vie, c'est la vie bestiale : les choses sont ainsi arrangées que tout homme qui essaye d'en sortir paye cela par de continuels tourments, une série non interrompue de coups d'épingles et de coups de poignards."

      Méfiez-vous de ceux qui prétendent que la vie n'est pas ainsi faite, qui vous font croire qu'il n'y a rien de "bestial" en eux, ou bien que tout ce qui est bestial est bon et "mignon", car ces gens cachent des monstres - en eux-mêmes et en autrui.

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir10 novembre 2014 à 16:20

      Marchenoir fait une fois de plus étalage de son ignorance. La grenade offensive est une arme de guerre, et elle est utilisée par les attaquants qui courent en terrain libre vers les positions ennemies consolidées par des trous d'hommes, tranchées et fortins.

      Mon Dieu, que de conneries étalées d'un air satisfait... C'est la science-Wikipédia, je suppose ? Merci de nous indiquer dans quelles guerres contemporaines "les attaquants courent en terrain libre vers les positions ennemies consolidées par des trous d'hommes, tranchées et fortins".

      Lorsqu'elle tombe dans un de ces espaces confinés, la grenade offensive est mortelle par la surpression qu'elle provoque.

      Oui, mon général. Et en maintien de l'ordre, on n'est pas en espace confiné. D'où la dotation des gendarmes mobiles en grenades offensives. Qui sont utilisées depuis une cinquantaine d'années, et qui ont dû faire un ou deux morts durant tout ce temps. Autrement dit, ce sont des armes exceptionnellement sûres pour cet usage.

      Faut-il rappeler que les manifestants ont utilisé des cocktails Molotov, qui, eux, sont d'authentiques armes de guerre, ayant été inventés pour la guerre de partisans contre les tanks ? En fait, face à une foule qui jette des cocktails Molotov, la police a moralement le droit de tirer : c'est une tentative de meurtre. Elle ne le fait pas, parce que l'Etat est particulièrement complaisant face au lobby gauchiste.

      Mais la logique que vous utilisez est, sans surprise, la logique antisémite : de même que les Juifs n'ont pas le droit de se défendre quand ils sont agressés, de même les policiers, lorsqu'ils répliquent en légitime défense, sont accusés d'être les agresseurs.

      Supprimer
    4. Ça se passe comme ça dans tous les combats urbains, donc encore de nos jours.
      Au point que c'est la même grenade qui est utilisée dans les deux cas : les assaillants l'utilisent comme je l'ai décrit, et les défenseurs lui enfilent son manchon métallique à fragmentation avant de la balancer à l'extérieur.
      Tout le monde n'est pas limité comme vous à wikipédé.

      Supprimer
    5. "les assaillants l'utilisent comme je l'ai décrit, et les défenseurs lui enfilent son manchon métallique à fragmentation avant de la balancer à l'extérieur."

      Gnééé ? Vous ne faites pas une confusion avec les bouchons allumeurs des fois ?
      A.g.

      Supprimer
    6. Ceux qui ont déjà lancé au moins une grenade militaire dans leur vie savent que j'ai raison, les autres sont des charlots.

      Supprimer
    7. Ben justement...
      Et je crois que vous n'avez pas tout compris de ce que vous avez peut-être vu il y a bien longtemps parce que courir en terrain libre, à la bayonette peut-être...comment dire.
      On utilise bien les mêmes bouchons allumeurs pour les différents types de grenades, ceux sont eux qui déclenchent l'explosion et déterminent la durée écoulée avant celle-ci, une fois armée par dégoupillage. Certains peuvent être propulsif pour augmenter la distance de lancé. Ceux si sont bien stockés et transportés séparément du corps des différentes grenades, contenant elle même de l'explosif, pour éviter des dommages trop importants du fait du nombre en cas d'incident ou de défectuosité. A ce sujet petit remerciement au passage aux enculés communistes des usines d'armements françaises qui sabotaient les dit bouchons allumeurs pour exploser prématurément. Parenthèse fermée.
      Par contre, ils sont assemblés bien avant l'utilisation. On imagine mal le type avoir à visser un explosif dans un autre, en plein combat, pour ensuite la dégoupiller et finalement la lancer.
      A.g.

      Supprimer
    8. Que devient Céline Dion ?

      Supprimer
    9. "à la bayonette peut-être"
      Vous employez les mêmes méthodes que Marchenoir : déformer les propos avant d'y répondre...et traverser la rue pour attaquer l'immeuble d'en face, c'est courir en terrain libre. Bref, discuter avec vous est une perte de temps.

      Supprimer
    10. "et traverser la rue pour attaquer l'immeuble d'en face, c'est courir en terrain libre"

      Ouiiii... bien sur !! Oui, oui. On attaque un immeuble. En traversant la rue en courant. En évitant les trous d hommes dans le bitume et la tranchée dans le trottoir puisque vous les évoquiez. Allez, sans baïonnette, mais la grenade a la main. Et ca se passe très bien car les gars en face vous laissent approcher ou sinon vous avez plein de bonhommes pour recommencer si ils sont un peu joueurs.
      Intéressant. Intéressant parce qu'il n'y a pas trop de propos à déformer en fait. Vous évoquez des procédures tactiques complètement obsolètes.
      Vous avez raison, arrêtez vous là va...
      A.g.

      Supprimer
  5. C'est curieux, certains commentateurs sont tellement anti-gauchistes ( et loin de moi l'idée de les blâmer là dessus ), qu'ils ne veulent pas voir l'efficacité de l'action entreprise par ces "punkàchiens". Même si je déteste ces individus, il faut quand même reconnaître qu'ils ont réussis à arrêter ( temporairement, du moins ) la construction de ce barrage. De même pour l'aéroport de Nantes. Messieurs Marchenoir et Paco, si vous voulez voir un projet foireux dès le départ, avec graissage de patte d'élus locaux, et qui n'a été contesté par personne ( ou contesté mollement, comme l'ont fait les types de la confédération paysanne à propos du barrage de Sivens, justement ), tapez Hub port de Boulogne-sur-mer sur Google. Vous verrez, c'est édifiant !
    Denis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir10 novembre 2014 à 16:23

      Même si je déteste ces individus, il faut quand même reconnaître qu'ils ont réussis à arrêter ( temporairement, du moins ) la construction de ce barrage.

      Mais pourquoi diable faudrait-il arrêter la construction de ce barrage ?

      Si vous voulez voir un projet foireux dès le départ, avec graissage de patte d'élus locaux, et qui n'a été contesté par personne ( ou contesté mollement, comme l'ont fait les types de la confédération paysanne à propos du barrage de Sivens, justement ), tapez Hub port de Boulogne-sur-mer sur Google. Vous verrez, c'est édifiant !

      Boulogne-sur-mer est dans le Tarn ?

      Supprimer
    2. On vous retourne la question, l'ami
      Pourquoi diable faudrait il construire un barrage ?
      Les études d'utilité et d'impact ont été bidonnees et saloppees de a à z, même en arrosant comme la hollande, une terre d'élevage deviendra jamais la Beauce, et pour finir, les zosialoppes ont ripouille là dedans comme en corse
      Peut être faut il effectivement le construire, ce barrage, pour prouver la connerie des zelus de ce bord là ( mais on fait confiance à l'autre bord pour être aussi con) la façon dont les normes/règlements/recommandations ne sont là QUE pour le populo, vouzemoi en sommes lorsque vous voulez rajouter un cabanon à outils derrière chez vous

      Supprimer
  6. ça devait arriver...Rue89 vous a piraté...

    RépondreSupprimer
  7. Je désire apporter ma pierre à l'édifice fangeux de ce débat de merde: j'ai rien pigé à l'article et Marchenoir me fait chier, donc je suis de l'opinion de tout le monde, un peu. Et bonne branle!

    RépondreSupprimer
  8. Gentlemen, au lieu de faire assaut de savoirs sur les avantages comparés de la grenade offensive et du manche à couilles, revenez un peu au seul débat qui vaille la peine : ce barrage est-il autre chose qu'une immense enculade ? Avertissement : ceux qui répondraient non à cette question risquent fort de se faire traiter d'ignares. Mais il n'est pas si grave d'être ignare : les livres, les émissions de radio, les documents, les conversations et même les forums du CGB sont là pour vous faire quitter ce statut ridicule.

    Ceci dit, répondons ensemble à cette question, mes frères : trouvez-vous normal, sain et peu suspect que la société chargée des études et qui a recommandé de faire un barrage (la SACG) soit aussi celle à qui revient la mise en œuvre des travaux, et qui gérera les ressources en eau plus tard ? Ils font donc les recommandations, et bénéficient de leurs propres recommandations. C’est tellement gros qu’on se croirait dans un film d’Yves Boisset !
    Le déficit en eau a été calculé en 2001, aboutissant à la nécessité de faire un barrage de 1,5 millions de mètres cubes. Mais, entre 2000 et 2014, les surfaces irriguées ont baissé de moitié. A votre avis, la CACG a-t-elle révisé ses calculs ? Non. On reste toujours à 1,5 millions de mètres cubes, alors que le déficit actuel laisse penser à la nécessité d’avoir un barrage entre 300 et 400 000 mètres cubes seulement.

    Des choses curieuses comme celles-ci, le dossier en est rempli. La question qui se pose, notamment aux gens comme monsieur Marchenoir, est celle-ci : votre haine des gauchistes vous entraînerait-elle à prétendre qu'ils ont tort, quoi qu'ils disent ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que ce soit la même société qui gère la mise en œuvre des travaux, et qui gérera les ressources en eau plus tard, ça sent bon le capitalisme de connivence.
      Mais si on dit qu'un barrage serait utile, discuter de sa capacité au-dessous d'un facteur 10, c'est du branlage de nouille, tant il y a de paramètres variables dans un tel projet.
      Donc toute cette discussion est à côté de la plaque. Désolé.

      Supprimer
    2. Si les politrouks locaux et nationaux pouvaient fomenter aut' chose que de monstrueuses enculades, ça se saurait
      L'affaire est donc entendue
      Il s'agit maintenant d'aller jusqu'au bout de la connerie et de le construire pour que la faillitte apparaisse au grand jour
      Il faudra aussi inscrire le nom des crétins qui ont autorisé et usé de leur pouvoir pour édifier ce pataquès
      Et pour nddl ,pareil

      Assez curieusement, on retrouve TOUJOURS les mêmes partis politrouks

      Supprimer
    3. J'ai du mal à comprendre votre raisonnement.
      En 2001 on estime le besoin à 1, 5 millions de M cube.
      Comme il n'y a pas barrage, en 14 ans, la surface est divisée par 2 et sans connaître la fluctuation de la ressource sur la période, abondance ou pénurie, il faudrait toujours retenir 400 000 manquants actuellement. Correct ?
      Mais c'est bien les surfaces de 2001 qui sont recherchées, on est d'accord ?
      Donc au moins le double, le tout sans écarter une expansion éventuelle.
      La sur dimension du projet m'est moins évidente du coup.
      Après j'ai cru comprendre que la cacg était une société d économie mixte, de facto, les intérêts publiques et privés sont liés. La stricte séparation n a jamais été d'ailleurs un gage de pureté (lyonnaise des eaux...)
      Je n ai pas dit que c était une bonne chose.
      Après la question que moi je me pose c'est pourquoi les cocktails molotovs ne terminent ils pas leurs trajectoires sur les élus ou les actionnaires ?
      A.g.

      Supprimer
    4. Celui qui prend les coups, dans une manif, c'est rarement le ministre. C'est le CRS parce qu'il est là pour ça. Tu aimerais bien coincer le décisionnaire et ses lunettes d'énarque mais voilà, il t'envoie des malabars équipés et tu es contraint de te rabattre dessus.

      Pour ceux qui ont envie de comprendre les éléments de l'affaire, voici un lien intéressant http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-territoires-sans-menagement-2-sauvegarde-de-la-zone-humide-du-testet-2014-11- Et en passant, l'argument de la mise à jour des données est un argument "en plus", c'est à dire: même en prenant comme hypothèse que ce barrage est utile, il faudrait à tout le moins actualiser les études qui datent de 14 ans, et qui aboutissent à des conclusions démenties depuis par les faits

      Après, il reste des gens étranges qui ne trouvent pas étonnant qu'on puisse être juge et partie dans une affaire de marché public (le statut de SEM ne change rien au principe, renseignez-vous merde). Bon, eh bien quand tout cela aura été bousillé par la justice, et que même la ménagère de 50 ans abonnée à TF1 sera au parfum, ils seront encore les derniers à s'étonner, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise de mieux ?

      Supprimer
    5. JAZZMAN : justement, certains prétendent dur comme fer que ce barrage est INUTILE. Comme Notre Dame des Landes.
      Donc cette discussion est tout autre chose qu'un branlage de nouilles. Je renvoie ceux qui sont curieux vers "Le Petit Livre noir des grands projets inutiles"

      Supprimer
    6. BEBOPER : Si le barrage est inutile, il ne fallait pas parler de son sur-dimensionnement comme tu l'as fait.
      Ça ressemble à "je ne t'ai pas emprunté ton seau, et en plus il était troué".

      Supprimer
  9. Commentaire 1: "Si vous voulez voir un projet foireux dès le départ, avec graissage de patte d'élus locaux"
    Un des angles principaux extrait de ce commentaire, celui de la connivence et des passes-droits, est un grand classique des opposants en tous genres à n'importe quel aménagement, on voit ça même pour des petites constructions dans nos patelins paumés, du style "c'est le cousin de monsieur le maire qui va faire le ravalement de la salle des fêtes"... en fouinant on arrive toujours a trouver quelque chose qui n'a pas été fait dans les règles de l'art.

    Commentaire 2: "même en arrosant comme la hollande, une terre d'élevage deviendra jamais la Beauce"

    Je résume: La Haute-Normandie fut une terre céréalière avnt de devenir une terre d'élevage bovin du fait de sa proximité avec le marché parisien et est en train de redevenir un grenier à céréales car les éleveurs ne résistent pas à la concurrence internationale. Et il pleut toujours autant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1) Si c'est un grand classique, ça signifie que c'est dérisoire ? C'est cela qu'il faut comprendre de ton extravagant raisonnement, BERET ?
      2) Il pleut en Haute Normandie. On est sur la même ligne. Bien sûr qu'on peut faire pousser du maïs sur d'anciennes terres d'élevage, on peut presque en faire pousser place Concorde, en y mettant les produits idoines. La question est : est-ce utile putaindmerd !

      Supprimer
  10. il FAUT faire ce put1 de barrage pour arroser du put1 de maïs pour donner a bouffer aux vaches dans des put1 de fermes bétonnées sur plusieurs étages éclairées par des put1 d'ampoules eco ou a des poules dites fermières qui n'ont jamais vu la lumière du jour.

    Les gauchos ont raison de défendre leur pays pour une fois.

    RépondreSupprimer
  11. Oui enfin gauchistes, c'est vite dit, y'a les gars de Rebellion et du Mouvement d'action Sociale aussi sur place.

    Mais pas les soraliens, ils sont trop occupés à jouer à SuperMario:
    http://www.lesinrocks.com/inrocks.tv/alain-soral-devant-super-mario-bros-ca-pourrait-bien-ressembler-a-ca/

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?