24 août 2013

Il n'y aura pas de représentation à Marignane (Au théâtre hier soir, suite)


Barrez-vous, y a plus de spectacle !


Audio du débat sur RTL consacré à l'affaire Jacques Blondel, retraité de 61 ans, mort assassiné pour avoir voulu s'interposer au cours d'un braquage à Marignane le 22 août 2013.



Florilège d'interventions des polémistes :
Le seul fait que ça fasse débat montre à quel point on est dans une confusion totale des valeurs, la lutte contre l'insécurité, contre ce genre de fait divers effectivement tragique, fait qu'on érige en héros un homme qui a cherché à s'interposer, on est là dans une confusion complète (...)
Se prendre tout à coup pour Rambo... cet homme était certainement très sympathique et sans doute courageux, mais de là à en faire un héros un peu politique, d'une époque, là je trouve que c'est du délire. Il faut revenir à un peu de sénérité (...) La responsabilité des journalistes et des politiques est de lever le pied là-dessus.
 Olivier Picard (journaliste et chroniqueur au Nouvel Obs)

 Cet homme n'aurait pas fait ça, il ne serait pas mort et ces 2 petits voyoux qui avaient braqué un bureau de tabac minable ne seraient pas devenus des assassins.(...)

 Ce que je veux dire, c'est qu'il n'a pas été abattu de sang-froid. Il a été abattu par deux petits voyoux absolument minables qui avaient braqué un bar tabac minable et qui se sont vus aller en taule parce qu'une espèce de dingue avec un bébé dans sa voiture était accroché au fusil. (...) Il n'aurait pas bougé, il ne serait pas mort, on n'en parlerait pas.

Politiquement, je pense que Manuel Valls, qui a raison globalement, joue avec les lignes et les frontières en érigeant en héros, même s'il est infiniment respectable et pitoyable, un homme qui agit comme il ne faut pas agir, ne serait ce que pour se préserver soi-même et les siens.
Claude Askolovitch (journaliste à Bein Sports et Marianne)

Il est descendu de sa voiture avec dans une main une batte de Baseball et dans l'autre une bombe lacrymo, ça n'est quand même pas n'importe qui qui a cet équipement dans sa voiture. Alors soit ça veut dire qu'il était d'un naturel un peu vindicatif soit qu'il vivait dans un quartier où il était soumis à une forte pression.
Philippe Bailly (conseiller en communication)

Bientôt, avec vous, la victime va être coupable.
Jean-Claude Dassier (journaliste à Valeurs Actuelles)

Ce type, ce monsieur, est infiniment pitoyable parce qu'il est mort. Tu ne peux pas l'ériger en exemple. Il laisse une veuve et des orphelins et il a transformé des petits voyous merdeux en assassins, c'est un gachis terrible.
Claude Askolovitch (journaliste à Bein Sports et Marianne)

------------------

Vous comprenez bien qu'il serait particulièrement malvenu qu'il y ait une minute de silence à l'assemblée à la mémoire de cet homme comme on a pu le voir au lendemain de l'affaire Meric.
A propos de cette affaire nous avions écrit ICI que ce malheureux jeune homme était mort par et pour le théâtre, que la loupe grossissante mise sur ce genre d' affaire servait d'étouffoir face à la juste colère qui monte un peu partout et qui n'a rien à voir avec le folklore fascistes/antifascistes qui doit concerner quelques centaines de personnes qui ont trop de temps libre. Nous maintenons plus que jamais.

Que nous dit le journaliste Olivier Picard concernant l'affaire de Marignane ? Que "La responsabilité des journalistes et des politiques est de lever le pied là-dessus", hors de question de transformer cet homme en "héros politique", en "héros d'une époque". Cette affaire ne doit en aucun cas faire sens, il n'y aura pas de Génération Blondel comme il y avait eu une Génération Méric fantasmée à la une de Libé, il n'y aura pas de nouveau héros.

Nous pouvons, nous avons pour devoir même, de crier tout notre saoul dans de grandes manifestations pour ou contre de grandes idéologies abstraites, pour des slogans ronflants, des causes lointaines. Résistance, indignation, tout ce que vous voulez, on peut même aller jusqu'à mourir pour ou contre elles, les grandes causes font les beaux cadavres. Mais pour le concret, au quotidien, dans le réel, il n'y a pas de place pour une réaction des citoyens, ce n'est pas noble, mieux vaut se préserver, penser à ses proches et à sa famille, tout ce que vous y gagneriez serait de vous faire traiter de "pitoyable" par le premier Askolovitch venu ou de désespérer le Nouvel Obs. Vous ne préférez pas manifester pour les sans papiers ? C'est une très belle cause vous savez.

La vérité c'est qu'ils ont peur. 

Non pas peur de la violence économique ou de celle des voyous, celles-ci sont systémiques et ils en sont protégés. Ils ont une peur bleue de la masse, de la réaction des beaufs, des silencieux, des odieux normaux et des braves cocus, ceux qui pour l'instant se contentent de grogner en bout de table le dimanche au cours des repas de famille, dans les commentaires des journaux en ligne ou pour les plus courageux d'entre eux, qui se vident tous les 5 ans dans les urnes. La majorité silencieuse, celle sur la docilité de laquelle tout le système repose, encore trop ignorante de son pouvoir de nuisance et qui risquerait de réagir par identification à la victime du jour. Ce n'est pas le principe républicain bafoué qui leur fait peur dans la notion de citoyens réactifs, se regroupant ou se faisant justice eux-mêmes. C'est l'étape suivante, celle où tout s'écroule devant la furie et où mieux vaut courir vite, ce à quoi on n'est plus trop habitué quand on bosse pour une chaine  sportive qatarie. L'étape qui sonne la fin du théâtre.

A propos de théâtre, le Parti Socialiste, parait-il au pouvoir depuis un peu plus d'un an, se retrouve à La Rochelle pour sa traditionnelle université d'été. Le thème principal de la manifestation ne sera ni l'insécurité ni la crise économique, trop simple, trop concret. Cette université d'été sera donc placée sous le signe de l'impérative lutte contre le Front National. Une lutte entamée il y a déjà trente ans et qui tarde à porter ses fruits. Belle programmation qui laisse espérer toutes les audaces. Si nous ne l'avions pas déjà vu, certain que nous aurions commandé des places.
Les décors seront-ils de Roger Harth et les costumes de Donald Cardwell ?

30 commentaires:

  1. C'est à dire que le concret "ne fait pas partie des débats de la rentrée" comme a rappelé récemment Najat.

    RépondreSupprimer
  2. C'est peut-être la faute du barman qui a provoqué l'envie des braqueurs en travaillant honnêtement ?

    RépondreSupprimer
  3. roger Harth, Donal Cardwell !!! Pourtant j'ai cru entendre que deux coups.

    RépondreSupprimer
  4. Il n'y a que sur le CGB qu'on érige en héros des individus qui se promènent avec des battes dans leur coffre.
    Plutôt que d'insulter Claude Askolovitch (qui a l'audace de remettre les fous furieux de votre espèce a leur place), vous feriez mieux de vous interroger sur les raisons qui ont poussé ces deux personnes à commettre un braquage : exclusion sociale, chômage, crise économique, hyper-libéralisme (dont votre ami Jean-Marie Le Pen fut l'un des tenants)...
    Ratonner les opprimés, encore une spécialité de l'extrême droite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « exclusion sociale, chômage, crise économique, hyper-libéralisme »

      Si c'était un concours de patinage artistique, je vous mettrais 4 sur 5. Vous avez réussi quatre belles figures mais il en manque une importante : les discriminations. Comment avez-vous pu ?

      Supprimer
    2. ça marche si le sieur Blondel est un noir ton discours prémâché ? Sans rire alerta, t'es un juge inscrit au syndicat de la magistrature ou tu plaisantes ?

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir24 août 2013 à 16:12

      Le plus drôle est que le sieur Blondel est effectivement un Noir, et que ce n'est peut-être pas étranger aux éloges officiels dont il fut l'objet...

      http://www.fdesouche.com/400337-marignane-13-un-sexagenaire-tue-par-balles-pour-avoir-tente-dempecher-un-braquage

      Un flic qui fait le quart de la moitié de ce qu'il a fait (renverser volontairement des racailles en scooter avec sa voiture) est aussitôt stigmatisé par sa hiérarchie.

      Supprimer
    4. @Marchenoir, je pense que Valls s'est dit qu'il pourrait tranquillement surfer sur l'affaire pour se mettre en avant, la qualité "diversifiée" de la victime le rendant intouchable et difficilement amalgamable avec le Front National. C'était un mauvais calcul.

      Supprimer
    5. Alerta Alerta, ces deux jeunes voyous n'ont agi pour aucune autre raison que celle de gagner de l'argent facilement. Il suffit d'habiter une cité pour le savoir, mais ce ne doit pas être votre cas. Alors continuez à dormir tranquillement, bercé dans vos illusions... mais le réveil sera dur.

      Supprimer
    6. Alerta, tu m'en apprends de ces trucs ! Je ne savais pas qu'on était d'extrême-droite et qu'il y avait des opprimés en France.

      Supprimer
    7. Alerta alerta..?.. L'Alerta alerta du clan Mc Kenzie ?

      Supprimer
    8. alerta alerta "éxcellent" troll professionnelle ,ou excellent connard professionnelle tendance gauchiasse bien liquide, a voir

      Supprimer
  5. Question sérieuse . Alerta c est un fake?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très certainement, ou alors sa place est à l'université. Dans un bocal.

      Supprimer
    2. un bel exemple de methode ecossaise en action, a en juger par les commentaires. je regrette juste qu'aucun abruti edulcoré passant la par hasard n'ait mordu a la perche... ou tendu l'hamecon, je ne sais plus tres bien

      Supprimer
    3. kobus van cleef26 août 2013 à 10:56

      Non, non, c'est une écossaise

      Supprimer
  6. Donc la vraie tragédie, c'est que deux types qui s'étaient contentés de braquer un tabac sont maintenant des assassins. Et ça, c'est la faute de Jacques Blondel : c'est pour ainsi dire lui qui a appuyé sur la gâchette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, tu es maintenant mûr pour donner ton avis à la radio ou à la tv.

      Supprimer
    2. Non, il n'est pas tout à fait mur pour donner son avis ; il faut aussi qu'il rajoute que le bureau de tabac qui a été braqué est "minable". Ben ouais.

      Supprimer
    3. À noter d'ailleurs qu'il utilise le même adjectif pour décrire le tabac et les braqueurs.

      Supprimer
    4. Et que ce bureau de tabac, esthétiquement, nous rappelle les heures les plus brunes de notre histoire.

      Supprimer
    5. kobus van cleef26 août 2013 à 11:22

      C'était peut être un café d'Amsterdam, savez, les cafés bruns, car les murs sont recouverts de crasse due à la fumée de tabaque ( en turcoman ''tatoun'')
      D'où l'appellation ( et non la fellation) ''het swarze café'' , le café noir...

      Supprimer
  7. Moi je suit d'accore avec alerta alerta : ce montage grossiers est la pour une nouvelles foit stigmatisez les musulmans issut des quartiers de la diversités des zones sensible populaire et provoquet le conflit de civilisation dans le plus pur intérêt de l'état d'Israel...tout ça sent le false flag et ce blondel matou l'air d'être un agent sionistes...d'ailleurs, ou est le cadavre ? Ça ne m'etonnerais pas qu'il est été transporté vers Jérusalem...j'attends de voir l'entretien du mois de Alain Soral pour me faire un avis sur cette affaire qui sent le coup montez à plein nez...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seber, il n'y aura plus d'entretien mensuel d'Alain Soral. Il vient de se reconvertir en vendeur/démonstrateur itinérant de coupes menstruelles made in france et 100% hallal.

      Supprimer
    2. « ce blondel matou l'air d'être un agent sionistes »

      Matou ? Comme un matou ?

      Supprimer
  8. Vous avez rien pigé , c'est un coup du MOSSAD , rien que le nom Blondel pour un métisse est un preuve évidente de manip , vous imaginez un blanc s'apeller Noir , Michel par exemple ? ou un noir s'apeller Blanc, Eric par exemple ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dommage qu'il ait disparu de la scène, je l'aimais bien Eric Blanc.

      Supprimer
  9. Blondel a toujours été un syndicaliste vindicatif empêchant les travailleurs de faire le métier consciencieusement.

    RépondreSupprimer
  10. kobus van cleef26 août 2013 à 11:19

    Les garcus, si vous m'aimez, faites en sorte qu'aucun Askolovitch ne prenne la parole le jour de ma mort
    Dans le genre''mourir deux fois'',on fait pas pire...

    RépondreSupprimer
  11. Belle compil' que je lis un peu tard, mais beau résumé de l'état de la société française.
    Prière de ne pas hurler quand on vous égorge et de ne pas salir le tapis.

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?