22 septembre 2016

Les Gau... les Gogos... les Gaulois !


Il faudrait être tombé bien bas pour se mettre à commenter les déclarations, les petites et grosses phrases de monsieur Sharkozy. Il faudrait être tombé encore plus bas pour commenter les réactions des journalistes à ces mêmes phrases, ou celles de Vélo-Bêle-qui-s'aime, d'Alain Jupet et consorts. Il paraît même que Myriam Elle-Khomriz (oui!) a dit quelque chose au sujet des Gaulois : qu'elle profite bien du micro qu'on lui tend encore, car son nom tombera inexorablement dans l'oubli, pour n'être plus associé dans la mémoire collective qu'à la plus calamiteuse loi de ces trente dernières années. Elle-Khomriz a un truc à dire sur les Gaulois, putindmerd, et on ne le savait pas !!



Non, nous ne sommes pas tombé si bas. Ces cons-là peuvent y aller sans retenue, à leur habitude, nous ne nous intéressons plus à leurs balnaves. Pour toute personne qui a des yeux pour voir, une tête pour relier les choses entre elles, une mémoire pour ne pas les oublier, et un cœur pour juger, ces coquins-là ne méritent que le coup de soulier. Un bon gros coup de tatane dans le figne !

Mais des Gaulois, il se fait que nous en parlions, justement, ici-même en octobre 2007, pour en dire ce que les journalistes et les peigne-culs ne veulent toujours pas entendre. C'est d'ailleurs un peu pour ça qu'on le faisait, et que nous continuons. Alors on vous le repasse... Les journalistes qui, aujourd'hui plus encore qu'hier, se vantent de ne pas croire à "nos ancêtres les Gaulois" pour mieux croire, à grands coups de conscience, à "nos ancêtres les immigrés" ! Choisis ton camp, eh couillon !

Ça se présentait comme ça.

***


Nos ancêtres les Gaulois

Le Galate mourant. IIIème siècle av. J.C

On aurait pu dire nos ancêtres les Romains, nos ancêtres les Germains, nos ancêtres les Francs, le problème reste le même. Je m’explique.
Depuis pas mal d’années, on se moque de la formule qui m’a servi de titre au prétexte qu’elle est fausse, simplificatrice et, par-dessus tout, qu’il y a dans les écoles de France beaucoup d’enfants dont les ancêtres NE SONT PAS des Gaulois. C’est une erreur fondamentale ou, au mieux, un malentendu.
Quand on apprenait aux gosses que leurs ancêtres étaient des Gaulois, on ne prétendait pas faire la généalogie précise de chacun d’entre eux. Cent mille écoliers ont forcément cent mille généalogies différentes. Par cette formule, on prétendait dire qu’EN TANT QUE FRANÇAIS (c'est-à-dire membres de la Nation), nous avons des ancêtres, dont les Gaulois, ceux qui habitèrent ce pays il y a plus de vingt siècles, et qui continuèrent d’ailleurs de le faire, sous d’autres appellations (croyez pas qu’ils ont soudain disparu en tant qu’individus). Les ancêtres des Français actuels, d’un point de vue territorial, sont les Gaulois, et tous les autres peuples qui ont successivement campé ici. Historiquement, la formule est incomplète, fausse, réductrice, elle s’apparente au mythe, oui, mais il ne faut pas se tromper sur ce qu’elle signifie profondément. Elle s’adresse à chaque petit citoyen actuel en lui disant que ce pays existe depuis un paquet d’années en tant que tel, que des gens y ont vécu, comme nous le faisons aujourd’hui, et ces gens-là sont forcément nos ancêtres. Pas génétiquement, pas ethniquement, mais « nationalement ».
En tant que Français, je me sens tout à fait descendant des Romains, par exemple et entre autres. Je suis né à Lyon, à un kilomètre du théâtre antique, et je ne vois pas pourquoi je refuserais cet héritage. Parce que mes parents ne viennent pas de Rome ? mais ce serait un hors sujet complet ! Et que signifie, à l’échelle de l’Histoire, l’origine des parents d’un pauvre type comme moi ? Celui qui, en tant qu’individu, veut en savoir plus long sur ses ascendants a toujours la possibilité de faire des recherches généalogiques. Ce n’est quand même pas l’école qui va se charger de ça, et pour chacun d’entre nous en plus !
La question tourne en réalité autour de ce qu’on appelle une Nation. Sans être forcément « nationaliste », on ne peut pas faire l’impasse sur le fait que nous vivons dans un système appelé Nation. La Nation française repose sur ce qu’on appelle une communauté de destin. En clair, qu’on soit Savoyard, Piémontais, Polonais, Togolais (c'est-à-dire qu’on soit originaire d’un « ailleurs » plus ou moins lointain), on accepte de partager son destin avec les autres membres de la nation à partir du moment où on devient « français ». Ça ne signifie pas que notre arbre généalogique personnel soit subitement modifié, ça veut dire qu’on ne parle plus de ça, ou que ce n’est pas le sujet. Gambetta ou Mac Mahon, ou Bonaparte, ont des noms qui fleurent bon l’étranger, ce qui ne les empêche pas de faire partie de l’Histoire et de la nation françaises.
Prétendre que l’école doit apprendre aux enfants dont les parents viennent d’Afrique ou d’Asie que leurs ancêtres sont les Béninois ou les Cambodgiens, par exemple, revient à introduire une idée ethnique dans un système qui veut justement dépasser cette question archaïque. On ne peut pas à la fois être universaliste, vouloir abolir les différences de traitement selon l’origine « ethnico raciale » des citoyens, et ne parler que de leur origine ethnico raciale, à tous moments et dès l’école primaire ! Faire partie de la Nation, c’est faire théoriquement COMME SI les ethnies n’existaient pas. Ça paraît gonflé, mais c’est exactement ça. Et dans tous les pays où on ne fait pas ça, les problèmes se traduisent toujours en termes ethniques (un peu comme on commence à le faire en France depuis quelque temps). La merde. D’ailleurs, si on extrapole la situation actuelle des échanges entre les peuples, on peut prédire qu’au bout de quelques siècles de mélanges et de migrations intenses, les ethnies proprement dites disparaîtront. Autant ne pas se fier à cette réalité changeante…
Je propose d’ailleurs aux lecteurs de cet article de faire un petit exercice, pour que chacun puisse relativiser la notion de racines, autrefois exclusivement réservée aux poireaux, aux pissenlits, aux platanes et autres molaires, mais qu’on entend évoquer à tout bout de champ, sous prétexte d’exactitude. Voilà :
Chacun d’entre nous a deux parents (réels, génétiquement parlant), quatre grands-parents, huit arrière grands-parents, etc. Si on considère qu’il y a une génération tous les 25 ans, nous avons quatre générations par siècle. Un gosse né en l’an 2000 a donc sur un siècle 2 parents + 4 grands-parents + 8 arrière grands-parents +16 arrière arrière grands-parents ascendants, c'est-à-dire trente personnes qui ont fait génétiquement qu’il existe. Sur un siècle donc, 2 exposant 4 ascendants. Si on veut remonter jusqu’en l’an 1500, ce qui n’est pas de la haute antiquité, nous avons 2 exposant 20 ancêtres, c'est-à-dire 16 777 216 gugusses ! Que celui qui croit connaître ses ancêtres vienne me donner les noms de ces millions de papys, pour voir ! et leur ethnie, leurs opinions, leur religion, le pays où ils ont vécu, et s’ils avaient les yeux verts !
Non, on voit par un simple calcul que les limites de notions comme origines, racines, race, ethnie, sont vite atteintes : il s’agit pour une grande part d’un MYTHE auquel on se raccroche (genre « ma famille vient de Bretagne », qui signifie souvent que les grands-parents viennent de là-bas, au mieux qu’on a fait des recherches et qu’on a trouvé des noms sur quelques centaines d’années, des noms le plus souvent masculins, ce qui exclut mathématiquement des millions d’ancêtres féminins, et qui de toutes façons ne remontent pas bien loin si on considère que chacun d’entre nous à forcément des ascendants depuis des millénaires !). Et ce mythe est le plus fragile qui soit, pour peu qu’on y réfléchisse : un individu issu d’un peuple très homogène, par exemple un Japonais, qui fait un enfant avec un individu issu d’un peuple hétérogène, Américain, Français, Turc, Colombien, etc. produit donc immédiatement un enfant dont l’origine ethnique se perd pour moitié dans le labyrinthe du temps et des hasards, c'est-à-dire un enfant qui n’a plus d’ethnie proprement dite. C’est fini. Or c’est qui nous arrive à tous, ou ce qui nous arrivera à travers nos enfants.
La question des ancêtres d’un individu est donc une question privée qui touche à la croyance, à la représentation, au mythe. L’école ne peut pas en parler, sinon pour en rappeler justement les limites. Elle doit en revanche apprendre à ses jeunes citoyens que les gens qui vécurent ici furent successivement des Gaulois, des Romains, etc. Simplement l’histoire du pays, merde !
A cette liste, nos descendants dans deux siècles ajouteront probablement des Vietnamiens, des Turcs, des Marocains, des Portugais, etc. c'est-à-dire que la liste sera tellement longue qu’elle perdra peut-être à leurs yeux tout sens.

21 commentaires:

  1. Tres interessant, mais a mon humble avis, on pourrait aussi regarder un peu la genetique, et en particulier ceci : http://www.eupedia.com/europe/Haplogroup_R1b_Y-DNA.shtml
    qui est a la base genetique des europeens de l'ouest, pour faire bref et en langage courant.Tous les concepts de racem ethnie, etc>, sont des concepts issus du XIXe sicecle et/ou des sciences humaines, donc ils sont inadequats, meme s'ils sont toujours utilises.

    RépondreSupprimer
  2. La question ethnique est archaïque, mais elle est aussi furieusement contemporaine. Elle revient toujours au moment où on croit pouvoir s'en débarrasser, et aucun peuple n'a jamais pu en faire l'impasse.

    RépondreSupprimer
  3. Si les Gaulois ne sont les ancêtres de personne et si ces Celtes vivant en Gaule (oui, parce qu'il est désormais criminel d'employer le mot Gaulois sous prétexte que César et les Romains les désignaient ainsi, donc d'un point de vue extérieur...) n'ont pas eu de descendance, alors quoi ? Ils se sont tout à coup volatilisés de l'Histoire ? Partis sur Mars ?
    C'est purement et simplement une forme très subtile de révisionnisme, mais un révisionnisme politiquement correct, acceptée par des historiens militants, orientés très clairement à gauche et totalement conforme à l'air du temps. Avec le sous-entendus multiculturel qui fait passer les invasions de jadis pour des simples "migrations", mot d'ailleurs impropre, comme si les peuples étaient des oiseaux qui migrent.

    RépondreSupprimer
  4. Salaud !
    Je viens de me prendre un de ces vertiges.
    Moi qui pensais frimer en enseignant à mes jeunes ouailles que leurs ancêtres ne ressemblaient pas exactement aux chimpanzés, mais qu'en remontant plus loin certains devaient bien ressembler à nos actuels vers d'eau.
    Voilà qu'en cinq siècle (l'âge de mon nom), j'ai quelques ancêtres de côté, et surtout pas mal de couillons devant être de la famille. Dans le sens de la réflexion, la racine devient obsolète et la géographie intéressante ; dans un autre sens (opposé ou complémentaire ?), je me sens bêtement frère de plein de couillons. Peut-être jusqu'à l'humanité... j'écris mon vertige en direct et tout ceci reste à déterminer.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  5. révisionnisme apodictique, en effet ; allez donc faire le onzième chez Rue89, cher Be-bobo-per ; votre article, teinté de récentisme, ne ferait pas tâche non plus chez Terra Nova : des envies de promotion ? Décevant...
    FC

    RépondreSupprimer
  6. Je suis l'anonyme du 25 septembre. DOnc résumons, "nos ancêtres les gaulois" est une approximation positiviste, à mon avis pas si méchante, mais dire que les Européens de l'Ouest se définissent par une sur-présence de l'Haplogroup_R1b_Y- est une vérité scientifique pour l'instant non-contredite. Pour ceux que cela intéresse de connaître la ou les populations génétiques d'appartenance de ses ancêtres, consulter par exmeple le site de l'entreprise 23andme. Se basant sur un échantillon de votre ADN (salive), cette entreprise (sérieuse) vous dira pour faire court s'il y avait des congolais parmi vos ancêtres. Voir aussi le livre classique "Geogenetics" de Eske Willerslev.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A supposer que tous ces tests voient valables et établissent VRAIMENT que vous avez un millième de gène d'africain du nord dans les dix millions de types qui culbutèrent vos dix millions de grands-mères : qu'est-ce que ça change ? Je veux dire concrètement, pour vous, pour votre image personnelle ou votre comportement quotidien ou votre rapport au pays où vous vivez, dans votre rapport à vos voisins et dans celui que vous entretenez avec le bon Dieu, qu'est-ce que ça putain de change ?
      Peut-on dire à la fois dire que l'homme est un animal culturel (et social), ET que l'ADN d'un ascendant du IVème siècle le détermine de façon significative ?

      Supprimer
    2. Ben, oui...mais bon, comme vous êtes un vilain petit relativiste, vous ne croyez manifestement pas a l'aspect transcendantal d'une civilisation, ou d'un peuple. Bon, ok, je vois : vous êtes comme vos pairs de la Troisième, un rousseauiste pur jus qui croit que l'homme naît bon et que c'est la société qui le corrompt alors que c'est très exactement l'inverse... Il est donc logique effectivement que vous puissiez croire également au mythe du bon sauvage, transposable tel quel dans n’importe quelle société, alors pourquoi pas la notre. C’est bien ce qui se passe aujourd’hui grâce à vos amis de Terra Nova dont le but est autant de saper les bases de notre société pour mieux la remplacer que de renouveler un stock épuisé d’électeurs. Quant à savoir si chacun d’entre nous possèderait un gène ramassé dans la périphérie de Poitiers vers 732, effectivement on s’en fout. Mais vous vous servez de ce détail pour étayer votre argumentaire et imposer votre point de vue : réviser le passé, nier l’héritage civilisationnel d’un peuple, ici sur une éventuelle unité ethnique afin de nous faire croire que tout ça, c’est juste dans le cœur, dans la tête, eh brother... Pourtant, oui, Monsieur Beboper, notre civilisation ne s’est pas construite sur un mythe, et encore moins notre pays. Vous confondez la France bi-millénaire et l’équipe de France de foot 98. Méthode classique de trotskiste...
      FC

      Supprimer
    3. Nan mais vraiment, je ne m'en remets pas (attention, trollage laudatif), on est bien le fruit du buisson, et non de la lignée. Tout le monde le dit, mais de l'intuitionner... grâce à de la statistique qui plus est.

      Supprimer
    4. FC, vos critiques sont à la limite du ridicule et du pathétique; Soit vous n'avez rien lu des quelques centaines de textes que j'ai péniblement pondu ici, soit vous êtes d'une mauvaise foi débordante, soit vous êtes mon créancier inconnu et cherchez à me pourrir le quotidien jusqu'à ce que je vous ai remboursé vos piécettes, soit vous êtes bouché façon étanche. Trotskyste et terra-noviste, rousseauiste, le bon sauvage et tout le tremblement : mais bordel de merde, quand cesserez-vous de dire des conneries? Attaquez-moi sur autre chose, ce ne sont pas les faiblesses qui me manquent, mais là, vous êtes tellement à côté du trou qu'on dirait un triste con qui essaye de se faire passer pour un âne. Et qui y réussit fort bien.
      A part ça, bonne journée !

      Supprimer
    5. l'insulte semble être votre point Godwin à vous... A côté du trou ? Si vous connaissiez mon handicap au golf, vous éviteriez cette allégorie déplacée ; je suis forcément "d'une mauvaise foi débordante" puisque je ne partage pas votre point de vue...pour les piécettes, je prends.
      FC

      Supprimer
    6. Jamais vu autant de foutoir dans une caboche...
      C'est quoi votre théorie à vous, FC ? C'est qu'on est tous ethniquement issus des Gaulois sauf les immigrés qui nous proviennent depuis les années 60 ?

      Et au passage, racontez-moi un peu à quoi ressemble "l'aspect transcendantal d'une civilisation".

      Supprimer
    7. J’ai dit ça ? Non, bien sûr, c’est l’interprétation que vous en faites, la transformant en jugement lourd d’insinuation et suggérant la confusion mentale...Les méthodes de Léon, quoi... J’ai juste osé, oh crime, critiquer votre petit pote sur son explication foireuse de la notion d’ethnie qu’il exécute sans filet grâce à une analyse statistique et mathématique, vous savez, la même qui avait fait dire à Céline Dion qu’elle descendait de Charlemagne. Une valeur fiable donc, un mantra idéologique visiblement indiscutable , vue vos réactions...Quand à la transcendance d’une civilisation, je l’explique mieux devant une bonne raclette.

      Supprimer
    8. La confusion mentale, je n'y avais pas encore songé mais maintenant que vous le dites... Voir dans le CGB un nid de trotskistes, c'est tout de même pas commun.

      Supprimer
    9. FC : l'insulte, sombre noeud, n'est pas du tout mon point Godwin (qu'est-ce que cela peut bien signifier ? Je passe mon tour), l'insulte est ma seconde nature (http://beboper.blogspot.fr/2014/12/lart-menace-de-linsulte.html ). Je suis insultophile et insultographe. Insulte partage la même racine que "assaut" : je monte au front des bas du front, je les insulte eux et leur prétention, eux et leur imbécillité, comme je monte à l'assaut des sots.
      Je ne vois aucune raison de ne pas vous insulter, vous qui insultez l'esprit de synthèse et le simple respect des mots. Vous bafouillez, vous bredouillez, vous flatulez de la bouche, vous faites moi! moi! avec le doigt en l'air (après vous l'avoir fourré dans l'oeil)pour qu'on vous aperçoive du fond de votre classe de cancres. Votre baragouin se retourne contre vous : c'est ce que vous recherchez, masochiste enflure, vous débitez les plus grasses conneries pour jouir du flots d'insultes qu'elles déclenchent : eh bien jouissez, et foutez-moi le camp.(Ceci est ma dernière réponse à ce con, et c'est signé : un trotskiste bobo juif pédé)

      Supprimer
    10. Oui, hein, il était grand temps de vous démasquer. Ceci étant dit, je trouve vos réactions surprenantes. Lecteur assidu du CGB depuis plusieurs années, j’apprécie énormément le ton satirique mais toujours juste de vos articles, et particulièrement ceux de Beboper ainsi que les vôtres, sans oublier votre excellent essai sur la “restriction durable”. Mais là, tout-à-coup, une critique qui ne vous plaît pas ou que vous considérez comme inepte et vous tombez le masque : l’ironie vous devient étrangère, la contestation tellement insupportable quelle ne mérite que l’insulte (cette spiritualité des bas de plafond), altérant la qualité de vos réflexions pourtant si subtiles d’ordinaire. Le regretté Jean-Pierre Coffe, s’il était encore de ce monde, vous dirait que cet article, “c’est de la merrrrrde !!!”. Je me contenterai de dire qu’il est mauvais, puant, sommaire et restrictif, conforme à la pensée actuelle qui fait table rase de tout le passé, favorisant le Temps récent pour mieux enterrer le Temps long, celui qui vous expliquerait, par exemple, la transcendance civilisationnelle, ou bien qu’une unité ethnique en est non seulement l’origine, mais la garante jusqu’à ce que l’ami Beboper (je fais des efforts, hein...) décide que c’était mal, nauséabond et mathématiquement improbable. C’est comme si il nous expliquait qu’avant l’Ordonnance de Villers-Cotterêts, et ben y avait pas d’habitant en Françoisie. La France d’aujourd’hui n’est pas le fruit de ce melting-pot imaginaire, fantasmé par les progressistes qui vomissent tout ce qui n’est pas marxiste. On croirait cet article écrit par Monsieur Noiriel himself, Gégé pour les intimes. Avouez que c’est déstabilisant de lire ça sur le CGB, non ? Vous avez dérapé, ça arrive à tout le monde, sauf que là, c’est dans la merde, et vous insistez au risque de passer pour ce que vous n’êtes pas.
      FC

      Supprimer
    11. tu as oublié "jeune", Simon

      Supprimer
  7. Ces imbéciles se contredisent en plus :

    http://www.lepoint.fr/politique/nos-ancetres-les-gaulois-une-invention-de-la-renaissance-20-09-2016-2069904_20.php
    http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/nos-ancetres-les-gaulois-c-est-une-invention-romaine-explique-un-historien-7784935920
    http://www.la-croix.com/Culture/Actualite/Quand-le-XIXe-siecle-inventait-nos-ancetres-les-Gaulois-2014-08-05-1188248

    Pêle mêle, les Gaulois seraient
    1) une invention de César
    2) une invention de la Renaissance
    3) une invention de l'école de la IIIème République

    Faudrait savoir quand même !

    RépondreSupprimer
  8. On a fait des prélèvements sanguins sur les citoyens habitants un bourg de Basse Bretagne près de Quimper Corentin, malgré les cris d'orfraie de nombreux bien pensants.
    On a étudié l'ADN des citoyens, et conclu qu'ils étaient de la même ethnie que ... les Gallois. Malgré six cents ans d'histoire, les papys ont transmis leur gènes d'origine.

    Paraît-il qu'il y aurait quelques Viking qui se seraient mêlés aux Gaéliques. On n'a pas trouvé trace des ... Gaulois, du tout.

    Je suis fiers d'être Breizouuu !

    RépondreSupprimer
  9. et fier d'être inculte aussi ? ou incultouuu si tu préfères ?...

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?