2 janvier 2012

La religion du vote


Quand on considère les croyances, les religions et autres superstitions, il est de coutume d’observer un ton neutre et de garder pour soi les éventuelles plaisanteries que les buissons ardents, des tapis volants et autres ressuscitations inspirent. L’homme sérieux est sommé de retenir le fou rire et l’envie de pleurer qui, immanquablement, lui montent aux yeux. Seul l’athée militant peut se permettre de persifler et d'exprimer le mépris qu’il porte aux choses de la foi, et encore, en s'en excusant. L’homme d’études, l’homme pondéré, qui peut être croyant lui-même par ailleurs, doit donc s’en tenir aux faits (tâche impossible en matière de surnaturel, mais passons) ! En revanche, quand il a posé son stylo et qu’il parle librement, le même historien sérieux se laissera volontiers aller à quelques blagues sur les vieilles religions romaine, gauloise, les croyances de l’Océanie ou celles de l’Egypte antique, avec leur fatras d’idées bizarres, leurs mythes si contraires à l’évidence des faits qu’on se demande bien, quelques milliers d’années plus tard, comment les Anciens en arrivèrent là. Pourtant, si ces gens revenaient parmi nous, s’en trouverait-il un seul pour croire, comme nous le faisons, au mythe que représente une élection présidentielle ?

Aux temps heureux de l’avant-chiraquisme, les Présidentielles se succédaient tous les sept ans. Ça nous laissait le temps de souffler et ça permettait une chose que les temps modernes ont aboli : le travail dans la durée. Le zapping ayant gagné tous les aspects de la vie, on s’étonne même qu’on ait octroyé cinq longues années pour un mandat de Président de la République : six mois auraient tout aussi bien fait l’affaire. Enfin, nous voici donc soumis au rythme effréné qu’un pays pantelant s’est choisi pour donner l’illusion de l’énergie. Et « ça marche » ! Sitôt qu’une élection pointe (c'est-à-dire presque tout le temps), les journaux se remettent à vendre leur papier, les émissions bourgeonnent, les commentaires prolifèrent, la machine redémarre. Pour que l’illusion soit complète, en effet, il est nécessaire de ne pas lésiner sur les moyens. Tout est fait pour que chacun croie, contre toute évidence, qu’une ère nouvelle est proche et qu’il suffit d’un papier glissé un dimanche dans une boîte pour la faire advenir. Tu votes, on s’occupe du reste ! C’est simple, c’est pratique, c’est la démocratie. C'est le programme 2012.
Bien sûr, si l’on excepte les très jeunes gens, les débiles profonds et les trous du cul, nous avons tous déjà constaté que cela est faux. C’est que nous n’en sommes plus à notre première élection présidentielle : nous sommes donc en mesure de savoir, aussi sûrement que n’importe quel praticien de la vie, qu’une élection ne change rien au gigantesque bordel qu’est devenu la politique à l’échelle mondiale. Déjà, au niveau d’une municipalité, quand un maire réussit à changer les horaires de ramassage des ordures, qu’il a semé ses trois ronds-points et son lotissement « les Lilas, les Genêts », c’est inespéré. Et encore, les maires ne sortant pas tous des mêmes écoles, n’étant standardisés ni par la com ni par la chirurgie plastique, il y a beaucoup plus de chances de trouver une position originale et une idée neuve chez un maire de village que chez un Président de la République. Malgré cela, on continue de nous vendre l’élection d’un président comme une chose essentielle, un tournant historique, une épiphanie réclamant non seulement notre bulletin mais aussi notre attention, notre temps, notre adhésion, notre enthousiasme et bientôt notre amour. Il se trouve même des gredins pour réclamer un vote obligatoire, comme dans ces pays dégueulasses où un droit synonyme de liberté est maquillé en devoir sous peine de prison !

S’il s’agissait de choisir entre des personnes réellement antagonistes et des programmes opposés, par exemple s’il fallait trancher entre le communisme coréen, la charia et le reaganisme, je comprendrais les passions. S’il y avait donc un réel danger que les choses changent, que les règles soient bouleversées, que des mesures radicales soient prises, on pourrait se chicaner entre partisans. Mais départager des clones énarques entre eux, voyons… Arbitrer entre un candidat qui veut « plus d’Europe », un qui en veut « encore plus », un troisième qui promet « le changement pour tous et l’avenir pour chacun » et celui qui veut « faire du bien à la planète »… Qu’un tel challenge soulève encore l’intérêt du peuple paraîtra aussi baroque aux historiens du XXIII ème siècle que le panthéon maya l’est à nos yeux. Et que ces historiens futurs ne s’y trompent pas : les abstentionnistes expriment plus la passivité des blasés que le refus lucide de ceux qui contestent. Médiatiquement parlant, il n’y a d’ailleurs plus de place pour ceux qui refusent la comédie du vote, nulle part ils ne peuvent faire valoir leurs arguments ni surtout exposer leur exemple. En attendant la criminalisation.

L’exemple du Printemps arabe, après tant d’autres, nous en montre l’exemple : un système qui verrouille trop l’opposition ne laisse pas d’autre alternative que l’émeute, la violence, le coup d’Etat, la révolution. De doctes politologues nous expliquent que ces systèmes sont finalement fragiles et ne peuvent perdurer que par l’augmentation conjuguée du mensonge et de la contrainte. Du haut de notre supériorité démocratique, nous vivons pourtant nous aussi dans un système qui a réduit à presque rien les possibilités de changement radical en son sein, et qui emploie toutes ses ressources de propagande à rendre inaudibles les voix discordantes. Le prochain Printemps sera peut-être plus surprenant encore que le dernier en date...
Au début de la Troisième république, nous n’en n’étions pas encore là, et le texte ci-dessous, paru dans Le Figaro en 1888, pourra permettre de juger quels progrès ont été faits depuis par notre indépassable démocratie.


« Une chose m’étonne prodigieusement, j’oserai dire qu’elle me stupéfie, c’est qu’à l’heure scientifique où j’écris, après les innombrables expériences, après les scandales journaliers, il puisse exister encore dans notre chère France (comme ils disent à la Commission du budget) un électeur, un seul électeur, cet animal irrationnel, inorganique, hallucinant, qui consente à se déranger de ses affaires, de ses rêves ou de ses plaisirs, pour voter en faveur de quelqu’un ou de quelque chose. […] Surtout, souviens-toi que l’homme qui sollicite tes suffrages est, de ce fait, un malhonnête homme, parce qu’en échange de la situation et de la fortune où tu le pousses, il te promet un tas de choses merveilleuses qu’il ne te donnera pas et qu’il n’est d’ailleurs pas en son pouvoir de te donner. [...] Les moutons vont à l’abattoir. Ils ne disent rien, et ils n’espèrent rien. Mais du moins ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l’électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des Révolutions pour conquérir ce droit. »

Octave Mirbeau – La grève des électeurs. 1888


Pour le texte complet,

"Une chose m’étonne prodigieusement, j’oserai dire qu’elle me stupéfie, c’est qu’à l’heure scientifique où j’écris, après les innombrables expériences, après les scandales journaliers, il puisse exister encore dans notre chère France (comme ils disent à la Commission du budget) un électeur, un seul électeur, cet animal irrationnel, inorganique, hallucinant, qui consente à se déranger de ses affaires, de ses rêves ou de ses plaisirs, pour voter en faveur de quelqu’un ou de quelque chose.
Quand on réfléchit un seul instant, ce surprenant phénomène n’est-il pas
fait pour dérouter les philosophies les plus subtiles et confondre la raison ?
Où est-il le Balzac qui nous donnera la physiologie de l’électeur moderne ?
Et le Charcot qui nous expliquera l’anatomie et les mentalités de cet
incurable dément ?
Nous l’attendons.
Je comprends qu’un escroc trouve toujours des actionnaires, la Censure des défenseurs, l’Opéra-Comique des dilettanti, le Constitutionnel des abonnés, M. Carnot des peintres qui célèbrent sa triomphale et rigide entrée dans une cité languedocienne; je comprends M. Chantavoine s’obstinant à chercher des rimes; je comprends tout.
Mais qu’un député, ou un sénateur, ou un président de République, ou n’importe lequel parmi tous les étranges farceurs qui réclament une fonction élective, quelle qu’elle soit, trouve un électeur, c’est-à-dire l’être irrêvé, le martyr improbable, qui vous nourrit de son pain, vous vêt de sa laine, vous engraisse de sa chair, vous enrichit de son argent, avec la seule perspective de recevoir, en échange de ces prodigalités, des coups de trique sur la nuque, des coups de pied au derrière, quand ce n’est pas des coups de fusil dans la poitrine, en vérité, cela dépasse les notions déjà pas mal pessimistes que je m’étais faites jusqu’ici de la sottise humaine, en général, et de la sottise française en particulier, notre chère et immortelle sottise, â chauvin !
Il est bien entendu que je parle ici de l’électeur averti, convaincu, de l’électeur théoricien, de celui qui s’imagine, le pauvre diable, faire acte de citoyen libre, étaler sa souveraineté, exprimer ses opinions, imposer — ô folie admirable et déconcertante — des programmes politiques et des revendications sociales ; et non point de l’électeur "« qui la connaît » et qui s’en moque, de celui qui ne voit dans « les résultats de sa toute-puissance » qu’une rigolade à la charcuterie monarchiste, ou une ribote au vin républicain.
Sa souveraineté à celui-là, c’est de se pocharder aux frais du suffrage universel. Il est dans le vrai, car cela seul lui importe, et il n’a cure du reste. Il sait ce qu’il fait.
Mais les autres ?
Ah ! oui, les autres ! Les sérieux, les austères, lespeuple souverain, ceux-là qui sentent une ivresse les gagner lorsqu’ils se regardent et se disent : « Je suis électeur! Rien ne se fait que par moi. Je suis la base de la société moderne. Par ma volonté, Floque fait des lois auxquelles sont astreints trente-six millions d’hommes, et Baudry d’Asson aussi, et Pierre Alype également. » Comment y en a- t-il encore de cet acabit ? Comment, si entêtés, si orgueilleux, si paradoxaux qu’ils soient, n’ont-ils pas été, depuis longtemps, découragés et honteux de leur œuvre ?
Comment peut-il arriver qu’il se rencontre quelque part, même dans le fond des landes perdues de la Bretagne, même dans les inaccessibles cavernes des Cévennes et des Pyrénées, un bonhomme assez stupide, assez déraisonnable, assez aveugle à ce qui se voit, assez sourd à ce qui se dit, pour voter bleu, blanc ou rouge, sans que rien l’y oblige, sans qu’on le paye ou sans qu’on le soûle ?
À quel sentiment baroque, à quelle mystérieuse suggestion peut bien obéir ce bipède pensant, doué d’une volonté, à ce qu’on prétend, et qui s’en va, fier de son droit, assuré qu’il accomplit un devoir, déposer dans une boîte électorale quelconque un quelconque bulletin, peu importe le nom qu’il ait écrit dessus... Qu’est-ce qu’il doit bien se dire, en dedans de soi, qui justifie ou seulement qui explique cet acte extravagant ? Qu’est-ce qu’il espère ?
Car enfin, pour consentir à se donner des maîtres avides qui le grugent et qui l’assomment, il faut qu’il se dise et qu’il espère quelque chose d’extraordinaire que nous ne soupçonnons pas. Il faut que, par de puissantes déviations cérébrales, les idées de député correspondent en lui à des idées de science, de justice, de dévouement, de travail et de probité ; il faut que dans les noms seuls de Barbe et de Baihaut, non moins que dans ceux de Rouvier et de Wilson, il découvre une magie spéciale et qu’il voie, au travers d’un mirage, fleurir et s’épanouir dans Vergoin et dans Hubbard, des promesses de bonheur futur et de soulagement immédiat.
Et c’est cela qui est véritablement effrayant.
Rien ne lui sert de leçon, ni les comédies les plus burlesques, ni les plus sinistres tragédies.
Voilà pourtant de longs siècles que le monde dure, que les sociétés se déroulent et se succèdent, pareilles les unes aux autres, qu’un fait unique domine toutes les histoires : la protection aux grands, l’écrasement aux petits. Il ne peut arriver à comprendre qu’il n’a qu’une raison d’être historique, c’est de payer pour un tas de choses dont il ne jouira jamais, et de mourir pour des combinaisons politiques qui ne le regardent point.
Que lui importe que ce soit Pierre ou Jean qui lui demande son argent et qui lui prenne la vie, puisqu’il est obligé de se dépouiller de l’un, et de donner l’autre ?
Eh bien ! non. Entre ses voleurs et ses bourreaux, il a des préférences, et il vote pour les plus rapaces et les plus féroces.
Il a voté hier, il votera demain, il votera toujours.
Les moutons vont à l’abattoir. Ils ne se disent rien, eux, et ils n’espèrent rien. Mais du moins ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera, et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l’électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des Révolutions pour conquérir ce droit.
Ô bon électeur, inexprimable imbécile, pauvre hère, si, au lieu de te laisser prendre aux rengaines absurdes que te débitent chaque matin, pour un sou, les journaux grands ou petits, bleus ou noirs, blancs ou rouges, et qui sont payés pour avoir ta peau; si, au lieu de croire aux chimériques flatteries dont on caresse ta vanité, dont on entoure ta lamentable souveraineté en guenilles, si, au lieu de t’arrêter, éternel badaud, devant les lourdes duperies des programmes; si tu lisais parfois, au coin du feu, Schopenhauer et Max Nordau, deux philosophes qui en savent long sur tes maitres et sur toi, peut-être apprendrais-tu des choses étonnantes et utiles.
Peut-être aussi, après les avoir lus, serais-tu moins empressé à revêtir ton air grave et ta belle redingote, à courir ensuite vers les urnes homicides où, quelque nom que tu mettes, tu mets d’avance le nom de ton plus mortel ennemi. Ils te diraient, en connaisseurs d’humanité, que la politique est un abominable mensonge, que tout y est à l’envers du bon sens, de la justice et du droit, et que tu n’as rien à y voir, toi dont le compte est réglé au grand livre des destinées humaines.
Rêve après cela, si tu veux, des paradis de lumières et de parfums, des fraternités impossibles, des bonheurs irréels. C’est bon de rêver, et cela calme la souffrance. Mais ne mêle jamais l’homme à ton rêve, car là où est l’homme, là est la douleur, la haine et le meurtre. Surtout, souviens-toi que l’homme qui sollicite tes suffrages est, de ce fait, un malhonnête homme, parce qu’en échange de la situation et de la fortune où tu le pousses, il te promet un tas de choses merveilleuses qu’il ne te donnera pas et qu’il n’est pas d’ailleurs, en son pouvoir de te donner. L’homme que tu élèves ne représente ni ta misère, ni tes aspirations, ni rien de toi; il ne représente que ses propres passions et ses propres intérêts, lesquels sont contraires aux tiens. Pour te réconforter et ranimer des espérances qui seraient vite déçues, ne va pas t’imaginer que le spectacle navrant auquel tu assistes aujourd’hui est particulier à une époque ou à un régime, et que cela passera.
Toutes les époques se valent, et aussi tous les régimes, c’est-à-dire qu’ils ne valent rien. Donc, rentre chez toi, bonhomme, et fais la grève du suffrage universel. Tu n’as rien à y perdre, je t’en réponds ; et cela pourra t’amuser quelque temps. Sur le seuil de ta porte, fermée aux quémandeurs d’aumônes politiques, tu regarderas défiler la bagarre, en fumant silencieusement ta pipe.
Et s’il existe, en un endroit ignoré, un honnête homme capable de te gouverner et de t’aimer, ne le regrette pas. Il serait trop jaloux de sa dignité pour se mêler à la lutte fangeuse des partis, trop fier pour tenir de toi un mandat que tu n’accordes jamais qu’à l’audace cynique, à l’insulte et au mensonge.
Je te l’ai dit, bonhomme, rentre chez toi et fais la grève. "

Le Figaro, 28 novembre 1888

13 commentaires:

  1. là , là , c'est effectivement de la baise à l'état pur
    chimiquement pur
    pas un mot à ajouter
    voyons si le figamonde voudrait le rééditer?

    RépondreSupprimer
  2. Texte magnifique. Merci de nous le faire partager.

    RépondreSupprimer
  3. Eh beh... Le Figaro a bien changé, et dans un sens qui donne encore plus raison à Mirabeau. L'élection précédente, j'avais voté Le Pen. Puisqu'il ne risquait pas de gagner, c'est bien qu'il le méritait au moins un peu plus. C'était une sorte de Don Quichotte ombrageux et vaguement totalitaire, encore un humain. Marine peut gagner, elle n'aura jamais mon vote. Plus personne, d'ailleurs. T'façon, depuis Lisbonne, on voit bien qu'ils n'ont pas besoin de nous. Ils n'auraient aucune honte à se déclarer élus alors même qu'il n'y aurait eu que 20% de participation. Priver les bourreaux de cette joie de recevoir le soutien de leurs victimes est peut-être le dernier acte un tantinet politique qu'il nous reste. Et écouter Chouard.

    RépondreSupprimer
  4. looool c'est mirbeau et pas mirabeau !

    RépondreSupprimer
  5. Ah, Octave, un de mes écrivains préférés. Dont vous pous pouvez télécharger l'œuvre gratos sur leboucher.com.

    Ceci-dit, la société française a quand même un peu évolué depuis Mirbeau, donc affirmer "élections, piège à cons" me semble un peu facile. Personnellement, j'aime bien la période de la présidentielle, et le folklore bon-enfant qui l'entoure. Je crois qu'il ne faut pas non-plus se berner et en attendre de miracles. Je ne pense pas qu'un peuple qui espère qu'un "homme providentiel" puisse apparaître un jour pour sauver le pays mérite justement d'être sauvé. Un grand peuple doit savoir prendre son destin lui-même.

    RépondreSupprimer
  6. @k
    le cul sur une chaise....
    ("ami , il vient un moment où
    les femmes , les mères ,les soeurs
    ont besoin qu'un homme les baise
    le cul sur une chaise"
    vieille chanson de salle de garde d'internat)

    RépondreSupprimer
  7. « en échange de la situation et de la fortune où tu le pousses, il te promet un tas de choses merveilleuses qu’il ne te donnera pas et qu’il n’est pas d’ailleurs, en son pouvoir de te donner »

    C'est la phrase la plus importante de cet article, et elle n'est malheureusement pas toujours bien comprise. Il n'est pas du pouvoir d'un « élu » de nous donner ce contre quoi il a sollicité notre suffrage parce que... il n'a pas la réalité du pouvoir. C'était moins vrai en 1888, mais depuis, avec l'extension ininterrompue de l'État-Providence, la conduite des affaires de l'État est devenue trop complexe pour un élu. Elle est donc l'affaire des technocrates et des ingénieurs sociaux, qui ne sont pas élus et se maintiennent au pouvoir quelle que soit la « majorité ».

    Ce que l'on peut reprocher à Sarkozy, ce n'est pas de ne pas avoir fait ce que ses électeurs attendaient de lui, puisque leurs attentes étaient infondées : il n'a jamais eu la réalité du pouvoir.

    Ce qu'on peut lui reprocher, c'est d'avoir fait croire qu'il l'avait.

    Je parle de Sarkozy, là, mais ce serait exactement la même chose si Marine Le Pen était élue. Quoi qu'il arrive, ce seront les bureaucrates à Paris, à Bruxelles, à Washington, à New York, qui conserveront la réalité du pouvoir.

    Mieux vaut donc s'abstenir, histoire de ne pas permettre aux clowns électoraux de faire croire qu'ils ont une « légétimité »...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au fait : http://criticusleblog.blogspot.fr/2013/08/de-linutilite-du-vote-16-ou-18-ans.html .

      Supprimer
  8. Le suffrage universel pour la constitution, le tirage au sort pour les parlementaires, l’élection de l’exécutif par les parlementaires. http://democratiedirecte.reponse.net/

    RépondreSupprimer
  9. salutation a la "réacosphére"..je réagis a cet article car dedans il y a un texte que je connaissais déja de Mirbeau (contestataire selon moi,mais intentions louables avait il,selon moi selon ce que j'ai deja ouïe de lui(oui il est possible autrement qu'en PDF...trouvez le bon site,genre "litteratureaudio" et là ensuite le plomb en tête fera son poids),autre auteur qui fait dans le même sens que Mirbeau a la même epoque et en plu bref:Zo d'Axa:"vous n'êtes que des poires",ces auteurs bien inspirés souvent,avaient a mon gout,tout aise pour aiguiser leur sens de la critique,trés souvent judicieusement dite (il faut aussi entendre ce Aurelien Scholl dans "tableaux parfaits"(ou vivants),dire ce qu'il pense de la medecine,toujours dans le 19é S (je deduis de son texte visionnaire qu'il ne se trompait pas,que ce que je constate(sans l'avis de Scholl) moi sur nous autre,le "lessivage" du Q blanc est bel est bien effectif et arrive a son terme,propitiatoire a substitution demographique;comprenez,ethnocide,invoulu il se peut,par nos elites soignante,mais toujours est il que le fait est là.
    Concernant le coté politique de l'article,je juge qu'il est un peu trop facile de sortir ce genre de propos (gauche droite tous incompetents) vrai c ertainement,alors il faut quand même donner,selon mon avis,leur chance a:ou extréme droite ou extreme gauche au pouvoir,vu qu'ils n'ont jamais eté plenipotentiaire...
    voila,simple remarque d'un réac qui parcours peut etre trop de blogs..
    bien a vous gentes dames et gentils damoiseaux.

    RépondreSupprimer
  10. Oui, Roman Bernard, la réalité du pouvoir, pour autant qu'on puisse la choper, échappe totalement à l'élection. C'est une des limites les plus radicales de la démocratie, surtout la démocratie moderne. Et pour rappeler les travaux de Jacques Ellul, par exemple, ne parlons même pas du pouvoir déterminant de la Technique.
    Quand on est un libéral bon teint ou quand on est un altermondialiste cohérent, on parle beaucoup des bureaucrates (et on se moque d'eux parce que dans l'esprit de chacun, un bureaucrate est TOUJOURS incompétent et inutile) mais on oublie que les mecs qui savent ce qui se passe quand tu appuies sur "envoyer" sur ton ordi, ou qui savent à 100% comment fonctionne un I-pad, une fusée, la physique en jeu dans une caméra numérique etc, ils ONT le pouvoir.
    Sarkozy, non.

    RépondreSupprimer
  11. @ Beboper : vous avez raison. James Burnham parlait de « Révolution managériale » pour décrire la prise de pouvoir des techniciens, que la technique fût appliquée à l'entreprise ou à l'administration.

    Nous vivons depuis l'après Seconde Guerre mondiale au moins dans un État managérial et nous continuons à parler du pouvoir comme si nous étions sous la Troisième République.

    Il y a quelque chose qui ne va pas.

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?