22 janvier 2012

Attention : zone sous le feu des Pseudonymous


Pour Franz-Olivier Giesbert, la fermeture de Megaupload par le FBI est une bonne nouvelle. « C’est de la démagogie de protester contre cette fermeture », s’est-il indigné sur le plateau du Grand Journal. Pour notre encarté de la presse à chevelure d’argent, « c’est du vol », « ça détruit des dizaines de milliers d’emploi », « ça coûte 500 millions de dollars en droits d’auteur ». Et pour un peu, FOG prendrait la roue de l’Elysée, dont le communiqué publié aux alentours de minuit vendredi 20 janvier disposait : « La lutte contre les sites de téléchargement direct ou de streaming illégaux, qui fondent leur modèle commercial sur le piratage des œuvres, constitue une impérieuse nécessité pour la préservation de la diversité culturelle et le renouvellement de la création. » On n’aurait su trouver meilleurs arguments pour encourager le téléchargement illégal…

A un moment, on avait cru l’art en danger. Non, pas de panique, il s’agit de préserver la diversité culturelle et le renouvellement de la création. L’art faisande depuis un siècle dans des mausolées de verre…
Diversité culturelle en danger. Renouvellement de la création menacé.
Où ça ? Quoi ça ? Chez nous ? Depuis l’Hypermarché ? La société Recherche & Développement de l’obsolescence organisée, de l’innovation perpétuelle ? Cette monarchie où la mode règne, reine, nous intimant chaque seconde de manger de la brioche ? Cette matrice qui nous promet le tous artistes et l'argent facile avec ? Cette caisse enregistreuse crée les besoins comme l’artiste contemporain pisse incontinent sur les boîtes de conserve conceptuelles.


Nous sommes les monstres infantiles que vous avez enfantés


Nous avons grandi, nourris au sein des machines : hifi, télé, ciné. Les crocs, rendus accros dès tout petit au divertissement, au loisir, à la consommation culturelle, aux coupures. Bombardés, disloqués. A 3 ans, tu touches à ton premier film d’animations ; à 8 ans, c’est les premiers disques, à 15, c’est la carte UGC ; impossible de décrocher (à résilier). T’es foutu. C’est à vie. Perpette. Camé. Manque permanent. Boulimique. Fétichiste. Quand ça s’arrête, tu t’ennuies, tu déprimes, c’est la mort, bientôt. T’oublies jamais. C’est un ordre ; tous les soirs au JT : ciné, scud, concert, à voir, à entendre, à vivre, absolument ; ça deale ; c’est TF1, M6, Canal qui coproduit, tu comprends ? Mais faut pas confondre, c’est pas de l’autopromo. C’est pas parce que le crime profite. On se fait une toile ? Elle est où l’araignée ? Elle est là, elle a faim. 10 euros la place. Un budget. Et le popcorn putain. Mangez car ceci est ton corps. Jamais repus. Nous sommes les ogres, les gloutons, les carnassiers de l'abondance. Les dévoreurs d'éternité. Le téléchargement est une nécessité.


We see u, we know u


La seule question qui vaille : t’as la maille pour ton fix ? Du lait à traire ? Les moyens ? Comment y va ton pouvoir d’achat ? Les plans sociaux s’amoncellent sous le soleil des majors américaines et des Studios Canal. Le taro de l’énergie flambe (essence, électricité, gaz), les prix des produits alimentaires s’envolent, mais il faudrait qu’on paye jusqu’à la lie, jusqu’au trognon, au sang. Jusqu'à l'os. Les démagogues, c’est nous. 500 millions de dollars dans la nature, rendez-vous compte, rendez-leur compte ; une goutte d’eau dans l’océan des déficits. 500 millions, dont 95 % iraient directement dans les poches des maquereaux/promoteurs de ce néant culturel, pas plus qu’un bourdonnement, dont l’objet est de nourrir la bête, surtout pas votre esprit critique, et dans les fouilles de leurs meilleurs tapins, peoples à l’aise, toujours prêts à s’outrager, à s’outrancier pour de grandes questions de société. Les artistes ne rêvent plus que d’un public de clients. Mercenaires. Collabos. Indics prêts à balancer à la brigade financière, pour un petit billet de plus, une petite pièce envers et contre tout, votre bon coeur surtout. Disques, concerts, DVD des concerts, promo TV, interviews monnayées, pub, on ratisse pourtant large… C'est sûr, ça peut sortir les violons sur les sans-pap, la Palestine, et la disparition du thon rouge en sushi.
Ça leur suffit pas de faire du blé en semant de la merde, de vivre et prospérer, de spéculer sur du caca. C’est pourtant beau déjà non ? Non, y veulent la thune, toute la thune. Xavier Niel, volailler à larmes à l’œil, a eu le cœur de nous le rappeler lors du lancement de Free mobile : « C’est vous les pigeons. » Le téléchargement illégal est une résistance.


Anonymous ou Big Bro


Mais quand tu télécharges Brel, tu voles qui ? Sa maison de disque ? C'est qui ? C'est quoi eux ? Ses ayant-droit ? Peuvent pas tafer ? Si la diversité culturelle est menacée, c’est par les firmes de l’entertainment et leur fordisme appliqué à l’art. La menace vient de la source. Il n’y a qu’à compulser les hits au box office, où le même succède inlassablement au semblable ; blockbuster revu 1 000 fois qui allume comme à la foire. FOG, tu crois qu'on paierait pour ça ? Le prêt à divertir, le produit culturel de masse, prêt à consommer en conversations de salon, de saloon, c’est tout le cœur de métier de notre société. Qualité oublie : une chanson bien sur l'album ; 20 euros la bouse ; cash ou CB. Avant, l’artiste préexistait au marché. T’occupe, occupe-toi, divertis-toi. Dors. Mais insomniaques, on regarde les épiciers de la culture nous marchander en courant continu les mêmes têtes de con de gondole à la critique feutrée, la subversion courtisane. Ils nous dégueulent comme vache qui pisse leur propagande à effets secondaires : égoïsme, indifférence, anxiété ; peut provoquer des troubles de la personnalité. Le téléchargement illégal est un moindre mal.


Masque de clown à visage humain


FOG, putain de brouillard démagogue, et son minable petit chantage à l’emploi. Pour un peu, il nous aurait presque promis la disparition du chômage grâce à la fermeture de Megaupload. Pas étonnant, qu’a contrario de cette démagogie brute, les Anonymous incarnent aujourd'hui une espèce de dernier baroud d’honneur libertaire et anarchique ; enfants gâtés. Mais contre les sheriffs disney-xiques qui somment le Wild Wild Web de se rendre, il faudra plus que du bris ponctuel de vitrines virtuelles. On vous promet la cyberguerre comme un nouveau divertissement ; dommage, elle devrait dégénérer en ultime lutte pour la défense de la liberté. Le droit repousse sa frontière dans le World Wide West. Un domino tombe : exclusion de responsabilité dans les conditions générales d'utilisation de Megaupload, fourniture des fichiers de flux, poursuites pénales contre chaque pirate, puis chaque téléchargeur, on peut rêver les yeux ouverts au premier procès hypermondialisé...
Qu’est-ce que le téléchargement illégal ? Un mode de survie en société d’hyperconsommation ; loin d'un engagement politique. Troc, échange, partage, entraide, joués contre profit et séparation ; pas dénué de morale. Las Zetas, les Anonymous, une tête de pont ? Au Cultural, on est trop nul en informatique pour faire Anonymous dans la vie. Mais rayons Azer en main, nous sommes les Pseudonymous.

14 commentaires:

  1. Là, je ne pige plus...Le plan de nos zélites c'est bien de réduire au maximum le nombre d'employés en occident pour minimiser les coûts, non ? Avec quelques millions de chômeurs et l’explosion des temps partiels, on y arrive doucement en France. Sauf que, quand le péquin moyen n'a plus rien à foutre, il y a un risque, minime c'est vrai, que ce con se rende compte qu'il se fait mettre dans les grandes largeurs et décide d'aller casser la gueule à qui de droit.
    Pour éviter ça, et les romains l'avaient compris, le populo, on le distrait : avec les jeux du cirque avant, la télé et le net maintenant. Il parait même qu'il y a un mot pour désigner ça : le tittytainment.
    Alors va falloir m'expliquer pourquoi on coupe brutalement la source de distraction de certains accros. Encore une fois, la goinfrerie de nos zélites leur fait commettre une grosse bourde politique, finalement c'est rassurant, il ne sont pas si malins que ça.

    RépondreSupprimer
  2. Pour devenir numéro 1, microsoft a délibérément rendu ses logiciels facilement piratables. Le piratage ne détruit pas les emplois, par contre il réparti les flux financiers là où avant ceux-ci n'auraient alimentés que quelques poches. Ce n'est pas les fabricants de disques durs ou de NAS, ni les FAI, ni les fabricants de graveurs ou de DVD vierges, qui me contrediront.

    RépondreSupprimer
  3. Article purement génial. je l'attendait avec impatience celui sur les anonymous. La liberté d'expression, les libertés individuelles se réduisent aussi vite que la côte présidentielle du nain. A noter en parlant de Nain, sa fabuleuse déclaration sur la fermeture de Megaup...

    RépondreSupprimer
  4. Allons, allons, positivons. Avec Frazer et Bergson dans le domaine public depuis le 1er janvier, on peut se tenir à la pointe de l'information en lisant gratuitement les salades écrites par des mecs morts y'a 70 ans.
    Bon article. Et puis pour une fois qu'Anonymous fait autre chose que tenter de faire planter Facebook, ou défiler dans la rue avec des masques de Guy Fawkes, ça le fait.

    Et si vous êtes tellement un rebelle que même acheter le masque vous fait mal au cul, faîtes le en origami : http://www.instructables.com/id/Guy-Fawkes-Mask-in-Origami/

    RépondreSupprimer
  5. Je ne comprends pas. Vous vous plaignez qu'on ne vous propose que de la merde, puis vous revendiquez le droit de la télécharger gratuitement ?

    Tu ne m'as jamais prêté de marmite.

    D'ailleurs je te l'ai déjà rendue.

    Et puis je te ferai remarquer qu'elle était toute trouée.

    RépondreSupprimer
  6. Quand on a été habitué à bouffer de la merde depuis le berceau, on devient scatophile. Prenez MacCrado, on a beau savoir que c'est fadasse, diététiquement infâme et quand plus ça réussit l'exploit de ne même pas rassasier, on a rarement fait plus séduisant qu'un agglomérat de graisse, de sucre et de sel.

    RépondreSupprimer
  7. je trouve un peu étonnante cette indignation. moi quand je download des films ou de la musique, j'ai pleinement conscience d'enculer le système. gamin je volais des disques et je me faufilais au cinéma par la sortie de secours, plus tard je copiais sur cassette. et jamais jamais je n'ai pensé que c'était bien mon droit. pour moi le téléchargement est la continuation logique du fait que pour les maquereaux des artistes, j'ai vraiment des oursins dans les poches.
    en ce qui concerne mégaupload, il semble qu'ils se sentaient tellement à l'aise qu'ils n'ont même pas pensé à se couvrir, aussi cons que des dealers de cité... vous en faites pas ils seront vite remplacés. le plus marrant, c'est les couillons qui ont payé leur abonnement éternel à 200 dollars. il manque plus que les flics viennent leur demander des comptes. les gens sont parfaitement inconséquents.
    en tout cas je n'ai pas une larme pour megaupload ni une goutte de bave pour F.O.G. ils sont là pour le pognon et ça je peux comprendre.

    RépondreSupprimer
  8. Clairement d'accord avec Robert Marchenoir. "Cette culture c'est trop de la merde, c'est trop insipide, le système, kwa ; DONC je la vole et je me régale avec."
    Comme si on ne piratais que Brel. Et que les Anons faisaient autre chose que foutre le feu à des serveurs en les surchargeant de requêtes, vous inquiétez pas, c'est même à votre portée de changer votre ordi en un de leurs bots, c'est génial. Du grand art niveau hacking.

    RépondreSupprimer
  9. "Vous vous plaignez qu'on ne vous propose que de la merde, puis vous revendiquez le droit de la télécharger gratuitement ?"

    C'est pas parce que t'es accro à la merde que tu sais pas que c'est de la merde. C'est le principe même de l'addiction.

    RépondreSupprimer
  10. V pour Vasoconstricteur24 janvier 2012 à 14:04

    Ah ouais, j'avais pas compris ! le FBI a tout simplement pour but de faire décrocher toute l'humanité de la consommation. C'est une bonne nouvelle quoi ! Merci le FBI !

    RépondreSupprimer
  11. Excellent article qui résume bien tout le problème. J'ajouterais que, si effectivement ce ne sont pas Gould, Rubinstein, Rostropovitch ou Karajan que l'on télécharge illégalement, il y a matière à se demander à quoi sert en grande partie la rénumération globale des "artistes" pop/rock/techno concernés par le téléchargement, sinon à des dépenses de mauvais goût (villas style Kadhafi, voitures de sport tunnées), et surtout à acheter et consommer de la drogue. FOG aurait pû déplorer ce manque à gagner considérable pour les cartels de narco-trafiquants.

    RépondreSupprimer
  12. Je les emmerde moi les anonymous et autres indignés rebelles de pacotille.

    Aux manifs de chômeurs les anonymous et les indignais ils sont trois à tout casser. Et puis aux manifs à la con pour réclamer l'imitation du modèle suisse ou le droit au téléchargement illégal, là y'a une cohorte.

    Ha ça ouais, pour réclamer le droit de regarder gratuitement des séries télé de merde, de la musique de merde et autre propagande capitaliste de merde, ha ça oui ils sont légion.

    Par contre pour réclamer du fric pour les pauvres y'a plus personne.

    C'est pour ça que la démocratie c'est de la merde, la majorité c'est une bande de connards égoïstes qui votent capitaliste.

    RépondreSupprimer
  13. 4 grands groupes produisent 85% des enregistrements de musique vendus dans le monde.
    7 majors américaines du cinéma se baffrent 80 % du marché mondial.
    Quand j'entends le mot Kultur, je pense aux dividendes d'un bon placement financier.

    RépondreSupprimer
  14. Ben ouais, là, je suis plutôt en phase avec les douteurs, comme d'hab. Je doute qu'il y ait du vrai dans les envolées lyriques sur le partage, surtout celles venant de gens qui ne mettent rien dans le panier. Le partage, ça suppose une mise de chaque côté, non? Quand on télécharge (comme moi), on ne partage QUE DALLE. On prend, et c'est marre. Le faire n'est sans doute pas bien moral, mais revendiquer le DROIT de le faire, ben merde !
    Après, la question de la licence globale, c'est autre chose, et ça peut se discuter.

    La musique, le cinéma, au niveau des acteurs majeurs, ce sont des intérêts gigantesques, des investissements énormes etc.. L'idée qu'on puisse impunément leur sortir l'oseille des poches en téléchargeant comme des porcs, et en croyant qu'ils ne vont pas tenter de répliquer, ça me troue le fion. Ils répliquent donc, et ça n'en fait pas des Méchants pour autant. Cette opposition entre les Méchants producteurs de cinéma et les Gentils téléchargeurs comme des porcs, c'est à crever de rire. Et puis, aller faire des manifs pour ça, là, c'est à se défoncer les côtelettes!

    Quant à dire que ce qui est téléchargé est de la merde, je comprends pas. Quand je télécharge l'Evangile selon St-Matthieu de Pasolini, ou l'Homme à la caméra, j'ai pas l'impression de choper de la caque. Le téléchargement pour les gens curieux, c'est une merveille.

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?