4 mai 2010

Entretien avec un viking


Un peu de pub pour un scriptoblogien

29 commentaires:

  1. Yen a des comiques en France dis donc. Pour ca j'aime le CGB c’est toujours drôle, surtout quand les gens se prennent au sérieux dans une sorte de réflexion complètement dénuée de rationalité.

    Apres son « Pourquoi ?» et « Comment ? » il nous fera un livre pour expliquer « Parce que ».Son trip psy c’est énorme le mec est tellement conscient que c’est bidon ce qu’il dit qu’il passe du coq a l’âne en cherchant une sorte de lien entre les thèmes abordés. Bouuuu j’adore.

    Voler des analyses dans des livres par ci par la et tisser un lien entres ces idées qui n’ont aucun liens entre elles pour justifier son opinion. wow quoi !

    Tu m’étonnes qu’il soit sur une vidéo E&R c’est Soralesque comme mécanique.C'est sa marque de fabrique ou plutôt son "code".

    RépondreSupprimer
  2. Et tes arguments, ils sont où ?

    RépondreSupprimer
  3. @BadJoke

    Normal que ça ne fasse pas de sens, ce que dit le bonhomme. Il parle de la crise de sens... tu piges ?

    RépondreSupprimer
  4. bof...je vous trouve bien durs.
    C'est vrai que le début est catastrophique (la mise en scène, le pathos) et qu'après ce n'est pas terrible quand même.
    Mais bon, ça vaut bien la sociologie contemporaine où l'inflation des concepts et des néologismes cachent une flemme de faire des enquêtes de terrain.

    RépondreSupprimer
  5. Interessant. Je dirais même que Drac est meilleur à l'oral qu'à l'écrit. Il devait faire plus de videos.

    RépondreSupprimer
  6. Le probléme de Michel Drac, c´est qu´il ne va pas au fond du dossier. Il passe complètement à côté de l´ultime vérité qui est la domination des reptiliens.

    RépondreSupprimer
  7. Je sais si c'est un gage de qualité, mais je le trouve plus pertinent que Soral…

    RépondreSupprimer
  8. @Anonymous: Car pour Soral y'a un ou des responsables identifiés. Drac dit juste "c'est pas si simple".

    Je me suis toujours demandé ce que Michel Drac foutait à ER. C'est encore plus flagrant dans cette vidéo.

    RépondreSupprimer
  9. Depuis 6 ou 7 ans, il a changé 4 fois de nom et 50 fois d'orientation: Pour un nouveau protestantisme, américano-Dantecquiste, FN, pro-Finkie, Soralien, ex-Soralien... Un peu de cohérence.

    Pourquoi ne développe-t-il sa nouvelle théorie de "traitement de l'information", plutôt que d'enchainer pendant 25 minutes des concepts abscons qui arriveraient à endormir un aficionado des congrès universitaire en "Sciences" Humaines?

    Pascal Berthon

    RépondreSupprimer
  10. C´est fantastique, j´ai l´impression d´avoir affaire à l´incarnation moderne de Diafoirus: seul compte la maitrise d´un discours compliqué et vide de sens pour paraitre savant et expliquer le monde.
    J´aimerais avoir plus de détail sur ce Protée. quels sont ces autres pseudonymes, ces autres variations ?

    RépondreSupprimer
  11. Babouche à lunettes5 mai 2010 à 19:15

    J'avais maté la vid sur son site et je n'ai pas franchement compris par quel tour de passe-passe tout devient "codage" ; il commence par développer sur les codes d'interprétation du réel, le fait qu'ils se mettent à plier le réel à leur profit et non l'inverse puis subitement tout est codifère, bourse comprise...

    Si un spécialise draconien traîne dans les parages je suis preneur d'une petite explication de texte.

    RépondreSupprimer
  12. ça ressemble un peu aux analyses du site dedefensa.org . beaucoup de "recul" et "d'ironie", le prisme de la psychopathologie, pour dire euh… pas grand chose.

    RépondreSupprimer
  13. http://www.dailymotion.com/video/xd10rw_entretien-avec-ahmed-moualek-lbs_news

    Allez, revenons à des considération plus pratique, les juifs, et le deux poids deux mesure (le système métrique sûrement).

    RépondreSupprimer
  14. Ah ah ah, les mecs ont rien pigé, donc c'est un con.
    Personnellement j'ai tout compris, je suis donc un génie?

    Michel Drac a changé d'orientation? Putain, il y en a qui ne savent pas encore que la Terre tourne et que le temps existe.

    Le Nouvel Ordre Mondial aussi a changé de nom. Vous ne saviez pas?

    Retournez sur le site de Dorothée ou éclairez moi de vos lumières intersidérales.

    Merci Michel, c'est grâce à des types comme toi que j'ai compris comment les types qui écrivent certains commentaires se font entuber jusqu'à la moëlle et en redemande.

    Sébastien

    RépondreSupprimer
  15. Bravo sébastien.

    RépondreSupprimer
  16. @ Pascal Berthon :

    Je n'ai jamais été américano-dantecquiste, j'ai parlé avec des dantecqiens, parce que Dantec m'intéressait, c'est tout. Je n'ai jamais été soralien, puisque je ne sais pas ce qu'est un soralien. Je partage une partie des analyses de Soral, mais je ne sais toujours pas ce qu'est un soralien ! Enfin, je n'ai jamais été pro-Finky, j'ai dit que Finkielkraut était chargé par le système de trouver la vérité compatible avec le mensonge (comme pro-Finky, on fait mieux !).

    On peut parler avec les gens sans être pour autant d'accord avec eux, vous savez ?

    @ Babouche à lunettes :

    Par "codage", j'entends, en gros, le processus qui fait que pour vous vendre l'air que vous respirez, on parle d'instaurer la taxe carbone (c'est ce que je dis dans la vidéo). Par surcodage, j'entends le processus qui fait que pour vous vendre l'air plus cher, on le mettra un jour dans des boîtes de marque !

    @ Anusidéral : je suis allé chez Soral pour rencontrer ces Français issus de l'immigration avec lesquels un dialogue est constructif, et sous cet angle, je ne regrette pas d'y être allé.

    Sinon, merci au CGB, et bon courage avec vos trolls.

    RépondreSupprimer
  17. @ Babouche à lunettes :

    Je relis mon commentaire, et réalise que je ne réponds pas entièrement à votre question.

    Donc, pour être aussi clair qu'un post de quelques lignes le permet...

    Je parle de "codage" pour décrire le processus par lequel la société pense collectivement le réel. Dans notre système, cela se réduit à l'argent (fixer les prix, rendre le plus de choses possibles commercialisables, jusqu'à l'air que vous respirez). C'est une spécificité de notre système. D'autres systèmes ont connu d'autres manières de coder, en général à côté de l'argent (l'honneur féodal, par exemple, ou encore le système des rangs dans la société russe post-Pierre le Grand).

    Le lien entre la construction du sens "posé sur le monde par l'homme" et ce "codage par l'argent seul" est le suivant : dans un système où le sens est construit par le regard de l'homme sur le monde, le monde est "valorisé" en fonction de son utilité pour l'homme (et plus précisément : pour l'homme qui a de l'argent). Donc l'origine de cette réduction de la vision du monde à l'argent, c'est l'idée que l'homme peut s'emparer du monde, dans une logique utilitariste.

    En espérant vous avoir un peu éclairé sur ce que j'essaye de dire ! J'admets que c'est assez difficile à suivre. Dans "crise éco ou crise du sens", j'ai tourné ça comme une suite d'anecdotes, suggérant l'analyse, justement pour ne pas trop faire de philo casse-bonbons !

    RépondreSupprimer
  18. C'est vrai, c'est assez clair pourtant. On est avec toi Michou ! J'ignorai cette anecdote sur le propagandiste Bernays.

    RépondreSupprimer
  19. Est il un ancien communiste?
    Il me fait penser à un agent d'influence de l'Est...

    RépondreSupprimer
  20. Je viens de m'apercevoir que dans mon ignorance j'en savais encore plus que certains comiques qui viennent commenter !

    Question à Michel Draс : manquant de culture philosophique, mais comprenant néanmoins votre thèse dans les grandes lignes, je comprends que pour vous la solution consiste à sortir d'une compréhension moderne libérale où l'individu projette sur le monde le sens qu'il veut lui donner, pour une vision hégélienne transcendantale du monde où l'Homme révèle le sens préexistant dans le Monde.
    J'avoue que je trouve ça pas assez clair.
    - Est ce que je comprends bien votre thèse en disant que la religion est une solution pour sortir de cette vision du monde moderne pour en adopter une qui serait transcendantale ?
    - Quelle autre solution que la religion envisagez-vous ? On sent chez vous un penchant pour un manifeste hégélien de la reprise du sens ... est-ce donс cela que vous nommez matérialisme, chose que n'est pas le libéralisme ?
    - Pourquoi confondez-vous libéralisme et modernité ?

    Merci d'avance pour vos réponses en ce lieu pas forcément adéquat à une longue discussion

    RépondreSupprimer
  21. Je pense qu'il n'y a pas de solution globale à ce stade. Le simple examen des faits démontre que la plus grande partie de la population est littéralement sidérée. C'est tragique, même si c'est aussi comique : nous vivons littéralement entourés de gens qui ne peuvent plus penser. Ce n'est pas qu'ils sont bêtes, c'est que TF1 a saturé le temps de cerveau disponible. Lo-bo-to-mi-sés !

    Dans ces conditions, la religion ? Il ne faut pas rêver : si le religieux revient, ce sera sous ses formes les plus "compatibles avec le Marché". Bien sûr, pour une minorité de gens qui parviennent vraiment à décoloniser leur cerveau, cela peut être une forme de libération. Mais pour une minorité seulement. Pour la majorité, ce sera l'islam "su'l coran" de nos belles banlieues, ou alors des sectes pseudo-chrétiennes "avec Jésus tu vis plus fort". On n'a pas fini de rigoler.

    La seule chose à faire, à mon avis, c'est de former des petits groupes qui s'organisent en réseaux de plus en plus solides, de plus en plus vastes, pour fabriquer progressivement une sorte de sécession culturelle, en gros le milieu des gens qui n'ont plus la télé et ne savent pas qui a gagné la starac. On aimerait bien pouvoir sauver la majorité, mais c'est impossible. Alors sauvons-nous nous-mêmes, déjà, dans la minorité.

    Voilà, en gros, le projet.

    RépondreSupprimer
  22. Et sinon, pourquoi je confonds libéralisme et modernité. Très schématiquement :

    Michéa trouve, dans l'Empire du moindre mal, une unité du libéralisme. Eh bien, j'ai plutôt l'impression, quant à moi, qu'il existe une unité de la modernité, et que l'unité du libéralisme n'est qu'une version particulière de cette unité plus globale.
    Cette unité de la modernité tient au mode de pensée des modernes, dans l'affirmation que le sens est créé par le regard de l'homme.

    Au final, qui a réellement, concrètement, été hégélien ou marxien, dans la modernité ? Personne, pas à travers un système, en tout cas. L'URSS a fini en capitalisme d'Etat mafieux, d'où sa très facile conversion au libéralisme débridé. L'Allemagne nazie, dominée au départ par des adversaires de la pensée moderne, a fini en caricature de la modernité (et si Hitler avait gagné, la suite aurait de toute évidence été aussi "moderne" que possible). En fin de comptes, pour l'instant, quiconque sort de la vision verticale traditionnelle finit dans l'utilitarisme, le relativisme et le subjectivisme total contemporain.

    Conclusion : pour l'instant, l'hégélianisme et le marxisme restent de purs concepts, ils n'ont fait réellement vivre aucune société. La modernité, en fin de comptes, s'est progressivement réduite à son expression libérale, au sens philosophique du termes. D'ailleurs, si vous reprenez les arguments de Michéa, vous constaterez qu'il finit, en partant d'Orwell, par le reconnaître implicitement.

    En espérant avoir été un peu plus clair...

    RépondreSupprimer
  23. Bonsoir Michel Drac et merci de votre réponse,

    Vous dites que le retour au religieux ne peut être une solution pour retrouver le chemin de la transcendance seulement pour une minorité, et j'ai envie de vous répondre que ... il en a toujours été ainsi. Le gros des troupes est toujours basé sur la foi du charbonnier, comme on dit.
    Quant au réseau de personnes qui vivrait en dissidence intellectuelle du système actuel, bien sûr c'est une piste mais de la même façon elle s'adresse à une minorité de gens éclairés, ou tout du moins s'il doit y avoir des suiveurs ils ne saisiront pas forcément tous les tenants de ce choix de la dissidence.
    Mais je suis d'accord avec vous pour dire que le recours au religion traditionnelle est peut-être une solution illusoire et que le système les phagocytera à terme comme le reste, la question est ouverte ...
    Pour le reste je suis plutôt d'accord avec votre analyse des liens entre libéralisme et modernité. La modernité s'exprime pour l'essentiel dans le libéralisme au sens large, et on peut dire que tout cela est le fruit de l'idéologie des Lumières, et de l'idée que l'Homme est la mesure de toute chose.
    Si donc ni le religieux ni le libéralisme ne sont en mesure de résoudre cette crise du sens, quelle est l'autre voie ? A vrai dire ce serait un système de pensée arrivant à faire une synthèse entre d'une part toutes les connaissances scientifiques faites depuis la victoire de l'idéologie des Lumières sur les églises, et d'autres part avec une compréhension transcendantale et verticale du monde. Une nouvelle religion, le défi est phénoménal.
    Moi non plus je n'ai pas de solution ...

    RépondreSupprimer
  24. Il n'est pas interdit d'être un fervent religieux et libéral économiquement... Je dirais même qu'il s'agit de la meilleure alliance pour à la fois se préserver de la dictature (limiter le pouvoir de l'Etat) tout en accordant un sens à la vie. Ce n'est pas le libéralisme qui a tué le religieux occidental mais bien les Lumières. Le libéralisme est tout le contraire de l'idéologie des Lumières qui a enfanté les étatismes athées via socialismes qu'ils soient nationalistes (allemand) ou internationalistes (russe). N'est ce pas Rousseau à travers son contrat social qui propose à l'Homme de se résoudre?
    C'est la chrétienté qui a construit notre société et donné un sens et des valeurs aux vies de nos ancêtres et c'est son retour (qu'il faut souhaiter en réaction à l'Islam) qui les rétablira. Le libéralisme correctement appliqué (et modéré par le religieux) est le seul cadre durable, la moins mauvaise solution, permettant une répartition des richesses la moins injuste...

    RépondreSupprimer
  25. Il faudrait que Michel Drac nous réponde à cela. Croit-il en le christianisme et croit-il en la possibilité de reprendre sa place dans notre civilisation occidentale ? Pareil, je n'ai pas de réponses à cela, disons que d'expérience la plupart des catholiques qu'il m'a été donné de côtoyer se sont trouvés navrants sur ce terrain là, beaucoup plus attachés à l'autorité de l'église qu'à la transcendance du christianisme, à la forme qu'au fond.

    RépondreSupprimer
  26. Mmh, cela lui ferait trop mal de proclamer que la solution serait dans la foi et le catéchisme pour nos enfants (cela limiterait leur penchant pour le matérialisme et la drogue)... Trop ringard et pas assez intellectualisant.. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? Pourquoi chercher au loin ce que l'on a à portée de main depuis toujours?
    Les catholiques sont certainement imparfaits mais c'est chez eux que la télé est le moins souvent allumée.

    RépondreSupprimer
  27. "Les catholiques sont certainement imparfaits mais c'est chez eux que la télé est le moins souvent allumée."

    En ce domaine les témoins de Jéhovah font mieux Réac.

    RépondreSupprimer
  28. Bonjour,
    Michel Drac nous propose 3 options pour "donner sens au réel".
    Or il y en a peut être une 4ème, non considérée, dans son modèle : la démarche constructiviste de la science.
    En gros, en science (en physique en particulier) le sens - défini par Drac comme l'organisation cohérente des données - n'est pas "donné par le regard de l'homme", ni émanant d'une "dialectique de la matière", ni découvert dans la contemplation des Idées.
    Le sens vient d'observations donnant des modèles provisoires validés - ou non - par des prédictions (cf. Karl Popper).
    Cette construction progressive du réel implique une forme d'éthique (libre discussion, confrontation des idées au réel, capacité de modifications constantes de ses "vérités" longtemps provisoires).
    La question centrale devient donc : la méthode scientifique peut-elle être importée, d'une façon ou d'une autre, dans d'autres champs?
    La façon d'aépprocher et de construire des vérités"biodégradables" serait-elle une réponse à la crise de sens?
    A mon avis, ce qui manque aujourd'hui, ce sont des lieux où se rencontrent les différents courants de pensée, les multiples disciplines, pour faire un "état des lieux" des connaissances, des débats, voir ce qui est résolu ou non, etc. bref une sorte d'équivalent moderne au projet des Encyclopédistes.
    Emmanuel

    RépondreSupprimer
  29. @Michel Drac

    Merci pour les réponses.

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?