4 avril 2009

Peser le pour et le contre


Wild Side Vidéo...cela vous parle ? Certainement si vous êtes cinéphile. De loin un des meilleurs éditeurs qu'il puisse y avoir en france dans son domaine. Anciens de Studio Canal, les fondateurs de Wild Side ont ironiquement symbolisés la fin des belles années de la maison d'édition affiliée à Canal+. Car en matière d'éditoring et de packaging, Studio Canal avait grandement fait avancer l'industrie du DVD. Quand Wild Side est né, c'est devenu très vite une nouvelle référence. Venant même grapiller quelque parts de marché à HK vidéo, avec la réédition de films édités quelques temps avant par ce dernier ( L'affaire "Baby Cart" ). Depuis, la team s'est efforcée de proposer un catalague riche en petite perles, en films inédits en france sur le support dvd, et en nouvelles vagues et autres pépites venues d'ailleurs. Mais aussi avec pas mal de films méconnus, voirs cultes, pas toujours disponibles en bonne qualité avant leur éditions. Niveau packaging, en étant conscient que leur catalogue touche directement de vrais cinéphiles, donc collectionneurs entres autres, on peut dire qu'ils ont toujours mis la dose en matière de qualité du contenant : superbes digipacks donnant tout son sens au terme "collector", livres accompagnant les films...

Seulement voila, se faire chier à pondre des éditions risquées commercialement parlant ( genre les collections "les introuvables" ), sa va un moment. Le problème, c'est que niveau ventes, forcément, on ne vend pas des coffrets Kurosawa comme on vend du Bienvenue...

Financièrement, chez Wild Side, ça commençait à tirer un peu la gueule. Voila pourquoi, l'optique des digipacks s'est faite un peu oubliée depuis un certain moment. Hormis quelques titres, beaucoup d'éditions double DVD ont fleuries dans des boitiers de type Amaray. De quoi faire rager les habitués. Moi y compris.

Il y à quelques mois, Wild Side à fait naître des débats au sein de la communauté d'actuels et des potentiels acheteurs de DVD collectors. Un partenariat invraissemblable avec la fnac est arrivé, et c'est tout une éthique qui s'éffondre. Je vais pas m'étendre sur ce que peut représenter la fnac dans le domaine culturel, mais force est de constater qu'offrir à la fnac une exclusivité sur la collection entière des "Introuvables" ( qui du coup perd son sens ) n'est pas justifié. Enfin, on se comprend. Des jaquettes très discutables, un doute sur la politique non-durable de prix verts, et du coup, l'impossiblité d'acheter ces éditions chez un autre revendeur de drogue numérique.

Mon questionnement est le suivant. Oui, Wild Side aurait pu à la longue faire faillite ( au pire ), ou être grandement en difficultés financières, en continuant de travailler au corps le cinéphile incorrompu. Non, ce n'est pas concevable de changer sa ligne directrice et sa politique éditoriale lorsqu'en quelques années on atteind un tel niveau et une telle réputation. Mais le but de la démarche n'est-elle pas de continuer à pouvoir proposer un catalogue digne de ce nom ?

Maintenant, je préfère personnellement, voir Wild Side se couper la main, que devoir se couper un bras. Si cela leur permet d'exister ( un étalage Fnac important leur permet d'exposer à la grande majorités leur catalogue ) et donc permet à des oeuvres importantes voir le jour en dvd avec une qualité soignée, et des bonus interessants, alors je dirais comme le dr manhattan : Je n'approuve pas, mais je comprend.

Bien sûr, l'arrivée du Rayon Bleu y est aussi pour quelque chose. Il faut savoir que Wild side fait partie de la moitié des éditeurs qui avaient optés pour le HD-DVD ( -30% de coûts en production ). Bref, de son côté la fnac ne joue pas la carte du total partenariat, quand ici, à perpignan, l'édition de MARTYRS était royalement mise à l'ombre en tant que nouveauté. D'un autre point de vue, REC à été édité en digipack, alors que se prônant défenseurs entre autres de films de genres français, Martyrs n'y a pas eu le droit lui.

En attendant, vous me direz, l'important c'est les films en tant que tels. Et vous aurez bien raison. Il faudra se contenter à l'avenir, comme c'est trop souvent et trop rapidement le cas dans notre société de consommation, de ce qu'on nous propose, sans forcément profiter du petit "plus" qui fait la différence.

2 commentaires:

  1. Se pourrait il que ce soit justement ce genre de "petit plus' qui permette de mieux relancer la machine ?

    Ne vous faites pas de bile, la prochaine nouveauté ne tardera pas à apparaître sur le marché. Vous nous la ferez partager et je suis certain qu'il s'en trouvera parmi nous pour vous exprimer leur reconnaissance.

    RépondreSupprimer
  2. Wild Side ne doit certainement pas rentrer des ses frais avec les coffrets Kurosawa, a contrario du "cinéphile". D'ailleurs, les risques éditoriaux qu'ils prennent me semblent tout à fait inexistants. Editer du Jap et du Coréen hypé à mort, de l'Américain sponsorisé par "les inrocks", "telerama" et "mad movies", c'est tout de même un minimum bankable. Mais je crois que c'est surtout leur jingle de merde avec le miaulement de chat abominable et les trois notes de guitare "B.O. de Tarantino" qui m'insupportent le plus dans cette boîte de branchés à calculettes. Au moins eMule et .torrent ne m'emmerdent pas avec un soit disant "habillage" qui ferait la différence.

    RépondreSupprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Annonce Gogole: Faites de l'argent rapide et facile. Formation manager globe trotter sous 24h

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?