12 avril 2009

CGB Dimanche 12/04/09

6 commentaires:

  1. bourgeois lopette!!

    (joli pléonasme)

    RépondreSupprimer
  2. Ça y est,j'étais sur bourgeoislopette.com et je l'ai bien corrigé cette tafiole(merci pour l'adresse,ça fait plaiz),cela dit je préfére quand meme aller sur www.cailleravirile.com!

    Comme tout bon Catholique à babouches qui se respecte(ouhla faut que j'arrete d'aller sur Ilys moi),je prends un peu d'avance sur mon temps et je fais tout bien ce que dit leur livre sakré-tro-bien-ki-tu-sa-race,"tranche la main du faible et baise la main du fort"...c'est vraiment chouette le coran,vous trouvez pas??

    RépondreSupprimer
  3. Bon, y a bien ce nez, mais sinon je dois dire que votre Attali est très ressemblant. Pour le reste c'est tout à fait ça, parfaitement Rance Dimanche.

    RépondreSupprimer
  4. Ah ah ah, la marionnette pour Jacques Attali c'est bien trouvé ! C'est son portrait craché...

    RépondreSupprimer
  5. L'équation de l'invention jargonesque

    L'attrait du jargon et des circonlocutions nébuleuses peut très bien s'expliquer par la lutte normale que mènent les êtres humains pour se procurer de l'argent et atteindre la gloire en investissant le moins possible d'eux-mêmes dans l'effort mental et en évitant de "se mouiller" ou de "faire une gaffe". Sans exposer à de pareils risques, ni exiger la possession de vastes connaissances, la verbosité fumeuse permet à des gens dont les limites apparaîtraient en plein jour s'ils devaient énoncer ce qu'ils ont à dire de façon claire et succincte, d'accéder aux postes les plus prestigieux. En fait, la relation entre le personnage du marchand de jargon et sa quantité de verbiage peut être exprimée dans la formule ci-dessous que je propose d'appeler l'équation de l'invention jargonesque et que l'on peut appliquer de la manière suivante. La première démarche consiste à attribuer de manière intuitive des points à l'ambition d'un auteur, désignée par A, et à son savoir, désigné par S (toujours supérieur à 0 puisqu'il n'est personne qui soit totalement dénué de savoir). A doit également être positif, parce que si l'ambition littéraire d'un individu est nulle, il n'écrit rien et notre relation ne peut s'appliquer. V est mis pour verbiage. Notre équation est donc :

    A/S - 1 = V.

    Pourquoi -1 ? Parce que lorsque le savoir va de pair avec l'ambition, il n'y a pas de verbiage. Quand le savoir est supérieur à l'ambition, V devient négatif, et un verbiage négatif équivaut à de la concision. Cependant, puisqu'il y a une limite à la concision, V ne peut jamais être inférieur à -1 ; alors qu'il n'y a pas de limite au verbiage et donc V s'accroît indéfiniment, au fur et à mesure que grandit l'ambition et que le savoir disparaît.


    Stanislav Andreski. Les sciences sociales, sorcellerie des temps modernes.


    Sur ce, je vous laisse trois livres à lire (en anglai):
    "Game Theory : A Very Short Introduction" de Ken Binmore
    "Evolutionary Psychology : A Beginner's Guide" de Robin Dunbar
    "Mindfucking" de Colin McGinn


    enfin, où est René Jacquot ?

    RépondreSupprimer
  6. René ?

    Il etait avec moi a Tokyo voir un match de purowrestling.

    N'empeche, pourquoi on a pas droit de punir Attali dans le noctambus sur "bourgeoislopette.com" ?

    C'est de la discrimination !!!!

    Clarence, au bout du monde

    RépondreSupprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Annonce Gogole: Faites de l'argent rapide et facile. Formation manager globe trotter sous 24h

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?