15 mars 2009

Eglise troglodytique de Saint Cristofol de Peyre



Comme d'autres de mes camarades Cégébiens, j'ai la particularité d'être un athée passionné d'architecture religieuse, visitant chaque église, chaque cathédrale se trouvant sur mon chemin en attendant le jour d'y entrer à cheval.
Ce dimanche c'est l'étonnante église de Saint Cristofol de Peyre qui eut le bon goût de se dévoiler à moi. Eglise semi-troglodytique de base romane, datant du XIème et fortifiée au début XVII siècle, aussi aride que la roche de tuf sur laquelle elle est construite.

la bête vue du cimetierre

passerelle permettant de rejoindre les galeries de grottes. Non ouverte au public

Dites "ami" et n'entrez pas c'est fermé de ce côté

détails du fronton

la voute travaillée par l'homme et polie par le temps

Etage surplombant la voute, rencontre du travail de l'homme et de la falaise

Fonds baptismaux 100% bio

intégration de l'église dans la falaise


L'autre rencontre de la journée aura été la méconnue bière de l'aubrac, bière trouble, douce et agréable qui doit faire une parfaite bière d'été.


Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir

10 commentaires:

  1. Babouche d'égout16 mars 2009 à 11:12

    Si tu es amateur d'églises troglodytes l'Anatolie est faite pour toi. il y a des dizaines (centaines ?) de petites églises planqués dans les reliefs de cette région vallonnée aux paysages extraterrestres, creusées à même la roche au sein de grottes naturelles suite aux persécutions subies par les catholiques dans ce pays.
    Malheureusement les petits cons de là-bas ont une fâcheuse tendance à bousiller les visages christiques sculptés sur les parois.

    RépondreSupprimer
  2. Babouche d'égout, tu remarqueras que si des gens martellent des sculptures, c'est qu'ils croient à leur puissance. Un iconoclaste voit vraiment la représentation d'une figure humaine comme un sacrilège, jamais comme une oeuvre d'art. Il la détruit donc et, de ce point de vue, il est cohérent.
    Rien de tel qu'un bon athée (c'est à dire un athée sûr de lui, n'ayant nul besoin de fanatisme, ni de bouffer du croyant) pour apprécier et surtout conserver toutes les oeuvres d'art religieux, quoi qu'elles représentent.

    RépondreSupprimer
  3. Certes. En tout cas ces sculptures ont traversées les siècles entourées de populations musulmanes qui connaissaient ces églises discrètes et les laissaient en paix, voir les visitaient en cachette. Leur régularisation brevetée "sans idoles" est très récente.
    "Petits cons" est sorti de la bouche de mon guide pour désigner des jeunes de là-bas ressemblant fortement à ceux d'ici, gavés dans un même mouvement d'mtv et d'al-jazeera et se croyant garants d'une religion dont ils ne connaissent que les lieux communs.

    RépondreSupprimer
  4. Ce qui vient nous vient d'un guide, ce doit toujours d'être offert au plus grand nombre. C'est ainsi, nous n'y pouvons rien. Ne vous excusez pas.

    RépondreSupprimer
  5. Je me demande souvent comment on peut visiter un lieu comme une cathédrale ou une église (autrement qu'en tant que touriste japonais) et ne pas être terrassé par la puissance divine qui y souffle. A moins d'être un touriste ou un apothicaire, tout homme devrait se jeter à genoux en visitant Notre-Dame.

    RépondreSupprimer
  6. A genoux devant le génie humain, oui, tout à fait d'accord.

    RépondreSupprimer
  7. Non, l'homme inspiré par le génie divin. Le génie humain inspiré par le génie humain, on sait ce que ça donne, ne serait ce qu'en terme d'architecture

    RépondreSupprimer
  8. Pas vraiment, les nouveaux architectes sont des nombrils géants, pas des humains marchant dans les pas d'autres humains...

    Le génie humain qui ne sait pas se faire humble et ne se reconnaît ni maître, ni héritage... Voilà la catastrophe.
    L'anus démiurge... ça, on sait ce que ça donne SCHPLLOUUUFF!
    *bruit de chasse d'eau*

    RépondreSupprimer
  9. à croire que nous avons les mêmes occupation dominicales puisque j'ai visité hier l' abbaye troglodytique de St Roman à deux pas de Beaucaire.

    La nef et les cellules creusées dans un roc surplombant le Rhône offraient aux premiers anachorètes chrétiens du Vième siècle (menant la vie des moines du déserts égyptiens, doctrine diffusée dans la région par Saint Jean Cassien fondateur de l'abbaye de Saint-Victor de Marseille) un panorama s'étendant des Cévennes au Mont Ventoux. Le mont, d'une magie presque orientale est criblé de sépultures taillées dans la pierre ... tous les pieds pointant Jérusalem...

    un site paléochrétien dans les premières terres évangélisées de France, quoi de plus nourrissant ...

    ... le dimanche sûr que les grands esprits se rencontrent dans des communions inconscientes.

    le site:

    http://www.abbaye-saint-roman.com/

    http://rupestre.free.fr/StRoman/index.php

    http://www.beaucaire.fr/spip.php?article69

    http://archeos.info/article.php?id_article=33

    RépondreSupprimer
  10. Merci Bébert, je connaissais pas. Décidément, Gaby a eu une très bonne idée en faisant cet article (le premier d'une série, à mon avis...)

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?