19 janvier 2009

Obama et cotillons





Habemus papam, l'intronisation du nouveau président des Etats-Unis ("le premier président noir" disent les plus racistes) est à coup sûr l'évènement pop par excellence de ce début de siècle!


Obama c'est Hollywood au secours de Wall-Street qui cherche désespérement "un choc psychologique" pour pouvoir relancer la machine boursière ou quand le panem et circenses devient plus réel que les bulles spéculatives.

Les USA sont en perdition mais comme on dit là-bas "the show must go on", alors on appelle la grosse artillerie: vedettes du billboard et stars du grand écran, chanteurs "born in the USA" et sportifs méritants tout cela dans une ambiance post-historique où le récit national est folkorisé (les deux aigles "Challenger" et "Lincoln" ou comment prendre son public pour des buses...) avec Barack Obama comme clown au milieu de ce cirque.

La fête, la fête immense et bleue semble se répandre à la planète toute entière avec nos médiacrates en guise de convulsionnaires de St Médard... Au nécrofestif de la crise généralisée ("c'est atroce, le crise va tout emporter!!!!") répond un ultrafestif Obamaniaque ("Barack, save us... Barack guérit les écrouelles et règle le conflit Israelo-Palestinien"), l'entertainment total...

Peter Sloterdijk parlait de fascisme du divestissement, eh bien... je crois que nous assistons aux premières parades du fachotainment!

Des esprits chagrins (Mélenchon) rappellent avec malice, qu'il ne sert à rien d'être béat d'admiration devant un président qui recycle l'équipe Clinton... principale artisane du libre-échange généralisé... mais silence, aujourd'hui on divertit!

11 commentaires:

  1. salut le CGB.
    il y a eu comme qui dirait un glissement dans le positionnement du gang, cf banner :)
    on se radicalise, on se radicalise...

    vous avez raison, too much is too much!

    amicalement

    RépondreSupprimer
  2. L'Obamanisme, stade suprême du capitalisme? :p

    Voir aussi l'excellent article, comme toujours, de dedefensa:

    http://www.dedefensa.org/article-_keynesianisme_inaugural__19_01_2009.html

    RépondreSupprimer
  3. @jm:

    http://www.youtube.com/watch?v=1Yz6OrUxBFc

    RépondreSupprimer
  4. Ils pensent tous avoir elus Will Smith alors que c'est Samuel Jackson motherfucker(Comme Jules Winnfield il cite dieux avant de te niquer).

    RépondreSupprimer
  5. Obama est le seul à pouvoir battre Sarko en 2012.

    RépondreSupprimer
  6. bien vu le mélenchon.

    RépondreSupprimer
  7. Cherche layette floquée Obama pour offrir à la petite Zohra...

    RépondreSupprimer
  8. Le CGB a tout à fait raison !
    Crions le tous ensemble !

    No pasaran !
    Le fascisme ne passera pas !

    RépondreSupprimer
  9. Suis-je le seul à trouver que toute l'actualité de ces derniers mois a un parfum de "dernier feu d'artifice du délire collectif mondial avant l'apocalypse" (de Allah Houackbar/Zieg Heil partout en Europe à l'explosion concrete de l'illusion du vivre-ensemble même dans la pravda, en passant par monsterlaw) dont l'hystérie planétaire va atteindre son paroxysme demain avec le couronnement hollywoodien du messie Obama au milieu de U2, Beyoncé et de negro-spiritual, visionné en direct par 6 milliards d'individus attendant qu'il se mette à multiplier des pains et apporter la paix dans le monde?

    RépondreSupprimer
  10. Il nous reste encore un feu d'artifice rigolo, l'élection d'un Pape noir: "Habemus nigrum papam" YEAH MAN ! Après, ça pourra péter dans tous les coins. En plus, c'est Mitch qui l'a dit.

    RépondreSupprimer
  11. Ne pas oublier que dans Ses conseillers figure le funeste Brzezinski, théoricien du "tititainment."
    J'apprécierai terriblement de vérifier si le Obama résiste aux balles....
    Pas touche à cette magnifique et grande dame qu'est Hilary Clinton, certes, l'administration est un poil responsable pour l'ex Yougoslavie...mais ne chipotons pas.

    RépondreSupprimer

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?