24 mars 2016

Bruxelles Dead End






"Bon y'aurait eu des attentats à Bruxelles y'a 15 minutes... qu'est ce que je fais ? c'est quoi la Belgique ? ... Tintin ! ah ouais voilà je dessine Tintin... Tintin... Tintin qui pleure des frites ! ça c'est bon ! ça mon coco c'est les likes assurés !"


Le lecteur trouvera peut-être que ce billet est une resucée de ce que j'avais écrit en novembre dernier. Il aura entièrement raison, dès lors que les Belges s'appliquent à resucer les Français avec une application et un enthousiasme qui forcent le respect.

En effet, s'il y a quelque chose à saluer aujourd'hui, ce sont bien les progrès croissants faits en matière de réactivité citoyenne depuis les événements de Paris. Le 13 novembre dernier, on avait dû attendre le lendemain avant de pouvoir se rassembler autour de #PrayForParis, #PrayForDog et autres hashtags, dessins et symboles de notre solidarité. Cette fois-ci, les Tintins et Manneken Piss sont sortis dans l'heure, presque dans la minute. Impressionnant de réactivité et de créativité citoyenne, mobilisation émouvante des réseaux sociaux. L'article rassemblant les meilleurs "dessins sur les attentats de Bruxelles" a pu sortir dans l'après-midi, et pour ne rien gâcher, une expo des meilleures caricatures ouvrira dès ce dimanche.

Au même moment, un grand quotidien publiait un éditorial plein de noble affliction et de haute philosophie, titrant doctement "La barbarie n'est jamais admissible" (sans rire ? Et l'eau mouille toujours ?): un édito à l'aune des réactions des médias qui toutes se montraient si matures, si sereines dans la tristesse, si nobles dans le tourment, si élevées dans la détresse, à l'unisson avec la haute stature de Laurent Joffrin qui, quelques heures à peine après les explosions, penchait déja sa digne silhouette sur notre petit pays pour nous entretenir du chagrin, voyez-vous, et déclamer son amour pour "Bruxelles la bigarrée, la cosmopolite, la ville de l'accueil", l'éventuel lien de cause à effet entre ladite bigarrure et lesdits attentats n'étant pas analysé outre-mesure...


Ah baste de tout ceci ! LaVieEstBelge ! Bruxelles Ma Belle ! brusel jtm bb ! We love you Bruxelles ! On t'aime, "Bruxelles la ville de l'effervescence et de la création, Bruxelles l'imaginaire", Bruxelles des bars à vins du Chatelain et du parvis Saint-Gilles ! Bruxelles des halles Saint-Géry et de la place Flagey ! Bruxelles des galeries d'art et des brunchs au MIM et du marché aux puces de la Place du Jeu de Balle ! Bruxelles la sale ! la dégueulasse ! la pourrie ! la ghettoïsée ! la cloisonnée ! la bureaucratique ! la vérolée de technocrates expatriés bétail à pubs irlandais sans âme ! l'erdoganisée ! la socialiste ! la putifiée ! la grotesque ! l'attachante petite chiée de merde européenne ! l'usine à scandales architecturaux ! Bruxelles Ma Belle !

Admirable, admirable, en effet, tant de contenance recueillie, tant d'imperturbable impassible acceptation dans l'affliction, tant d'amour et de tendresse alors que les entrailles des victimes fument encore dans la station de métro Maelbeek. Merveilleuse réactivité du monde extérieur, également, l'empathie qui ne connait pas de frontières, love knows no borders, etc.,: la tour Eiffel, la Porte de Brandebourg ont pu être illuminées dans la soirée, alors que les hommages du monde entier ne cessent d'affluer: les footballeurs du Celtic nous rendent hommages, Adèle nous rend hommage, Barack Obama, Kim Jong Il, Youssouf Islam, écoutez la chanson bouleversante de la petite Léa... Nous ne sommes pas seuls ! Regardez cette vidéo !


Mais tout cela ne serait rien, le tableau ne serait pas parfait si les victimes ne jouaient pas également leur partition, tellement élevées, tellement altruistes, les sourcils brûlés par l'explosion mais le coeur impolu, réaffirmant leur foi en l'amour et la tolérance et la solidarité et le non-aux-frontières et le refus des amalgames, c'est une tragédie, la vie est plus forte, il va falloir beaucoup s'aimer, free-hugs for everyone devant la Bourse, on dirait des touristes allemands victimes d'un tsunami sur une plage ceylanaise, ou de soudains experts en théologique politique, à croire que l'explosion de la rame de métro d'à côté les a oint d'une subite et inattendue connaissance approfondie du monde musulman: l'islam, ce n'est pas ça, nous disent les survivants: "celui qui a tenté de me tuer n'a pas de nationalité, ni de religion. Il ne représente que la barbarie et la folie".

Oui, voila le mal, voilà les dangereuses idéologies qui nous ont déclaré la guerre: la barbarie et la folie. Et nous les victimes que notre ordalie a lustré d'une autorité morale incomparable, nous te l'affirmons: "nous sommes morts mais nous ne serons pas les outils d'une propagande raciste", parce que voilà ce qui est vraiment important, quand on vient de manquer être assassiné, qu'on a des échardes de métal dans le corps et de la fumée plein les poumons, quand les murs du métro Maelbeek sont repeints sous nos yeux au moyen des viscères de notre voisin: ne pas être l'outil d'une propagande raciste.

Oublions-même "la barbarie et la folie", c'est encore désigner un ennemi ! C'est encore pointer du doigt, or pointer du doigt, c'est mal. Oublions la barbarie et la folie, concélébrons plutôt notre tristesse et mirons nous dans la glace, la larme à l'oeil, pleins de cette noble affliction qui fait l'admiration du monde. Ne déshonorons pas nos morts en libérant des paroles de haine ou de vengeance. Rendons-leur plutôt hommage en les dessinant à l'image de frites maculées de ketchup (authentique). Voilà: des frites au ketchup. Hommage aux victimes. Nous dessinons des frites au ketchup, imperméables aux tréfonds de bouffonnerie que recèlent ces hommages qui ne révèlent qu'une chose: les victimes, on s'en fiche un peu, finalement: ce qui est important, c'est que l'on vit des trucs. Et nous allons pouvoir encore en vivre une bonne semaine, puisque s'annoncent déja les rassemblements pour la solidarité, les marches contre la violence, et les minutes de silence que l'on peut revivre comme si on y était grâce à une vidéo à 360 degrés.

Il n'y a rien à dire, notre comm' post-attentats, elle est au poil. On maîtrise ça à la perfection, les attentats.

***


En guise de conclusion, un exemple concret, tiré de mon expérience d’homme moderne total, c’est-à-dire d’utilisateur d’un réseau social bien connu.

Facebook est couvert depuis hier matin de gens en train de faire risette en noir-jaune-rouge. Les gens recyclent des photos prises à l’occasion de la dernière coupe du Monde, parce qu'ils y sont peinturlurés des trois couleurs nationales. On dirait qu'on a gagné l'Euro 2016.

C'est la réalité. 

Essayons, nous qui sommes des esprits ouverts, et, même, déliés, essayons d'imaginer la chaîne logique à l'oeuvre sous le crâne de ces miens concitoyens : 

"hum j'aimerais manifester ma solidarité, ma belgitude inébranlable, dire que je suis là quoi... #LaVieEstBelge, tout ça quoi.... Ah ben tiens quid de cette photo de moi lors de Belgique-Bosnie en 2004 ? ... non attends, celle de Belgique-USA 2014 elle est mieux, y'avait du soleil ce jour là. En plus on avait gagné."

Voilà, mieux que tous les mots, l'essence, la substantifique moelle de cette rencontre magique entre le terrorisme et notre société du Spectacle.


La suite en images:





8 commentaires:

  1. "les victimes, on s'en fiche un peu, finalement: ce qui est important, c'est que l'on vit des trucs."
    bien vu, c'est tout à fait ça... avec en plus ce délire mystique qui les poussent à prétendre que plus on les frappera, plus ils seront amour..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet le noeud du phénomène. Les Charlie français sont d'ailleurs ravis de cette occasion de prendre sous leur aile les Belges, comme à la sortie du Grand 8 de la fête foraine : "Alors, ça fait quelque chose hein ! Je peux te le dire, j'en ai fait l'année dernière ! Et c'est pas fini, tu vas pouvoir faire des rassemblements, ou monter une opération lolcats sur Twitter, c'est que du bonheur !"

      Je n'oublie pas cette phrase entendue en novembre dernier : "Il ne faut pas avoir peur, parce que rien de bon ne peut sortir de la peur". => Il faut que quelque chose de BON sorte de tout ça, le reste, les angoisses ou les réflexions que ça suscite, le questionnement des responsabilités, on n'en veut pas. Les victimes d'attentats ? Elles sont honorables en ce qu'elles allument un petit arc-en-ciel dans nos coeurs, mais en dehors de cela, qu'elles veillent à ne pas trop casser l'ambiance, avec leurs tripes à l'air...

      Supprimer
    2. plus ça va plus j'envisage l'exil vers l'europe de l'est Ca tombe bien, mes grands parents sont nés la bas, il ne me reste plus qu'a demander mon passeport Russe

      Supprimer
  2. Finalement ces gens réagissent comme des lâches mais des lâches que l'on voudrait aider. Ils ne veulent pas se soumettre à la peur mais il est évident que leur fuite en avant émoticone-festiviste est une conséquence de leur peur et la conséquence de cette fuite en avant c'est l'impossibilité de penser le monde tel qu'il est.

    On se retrouve avec une partie du peuple, les bombardés, qui sous un tapis de bombes s'accroupissent et se bouchent les oreilles. A nous de voir : soit on les laisse là, soit on leur met un coup de pied au cul et on leur met des claques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef7 avril 2016 à 18:20

      mais qui veux tu aider , l'ami?
      est tu bien sûr qu'ils le méritent ?
      et puis , entre nous, tu crois qu'on n'aura pas assez de nous autres pour nous occuper?
      nous ,nos familles , nos gosses ,nos veaux ,vaches , cochons , couvées?
      nos ancêtres ou dans le pire des cas , nos dieux lares ?
      recentrons nous sur l'essentiel , nous, puisque nous nous sommes mis en dehors du destin commun en refusant de nous considérer comme des victimes
      comme les pionniers , l'ami, les femmes et les enfants à l'intérieur du cercle des chariots et les hommes valides au créneau pour faire le coup de feu ...
      vois tu une autre solution?
      et vous autres , avez vous d'autres idées ?

      Supprimer
    2. On dirait que personne n'a d'autre idée, Kobus.

      Supprimer
    3. kobus van cleef18 avril 2016 à 23:27

      Dommage
      Un peu de jus de cerveau n'aurait pas été de trop

      Supprimer
  3. Ben moi, des connards pareils, je ne leur souhaite qu'une chose: c'est d'aller se faire enculer par Alain Wouakbar.

    RépondreSupprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Annonce Gogole: Faites de l'argent rapide et facile. Formation manager globe trotter sous 24h

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?