22 juillet 2015

Le mur de l’antiracisme ? C’est tout droit !



On rebondit sur trois articles du Parisien mis en ligne cet après-midi.

Souleymane, le Clément Méric noir et pas mort

Pauvre Souleymane…  Vous vous rappelez de Souleymane ? Non ? Mais si, c’est cet homme noir atrocement lynché dans le métro parisien par tout un wagon de supporters de Chelsea en février dernier. Enfin, quand on dit atrocement lynché, on exagère à peine plus que Souleymane quand il parle d’attaque , et carrément moins que le Parisien.fr qui avait consacré plus de 30 articles à l’affaire en à peine cinq jours. Une couverture digne d’un lynchage, mais, d’une… bousculade ?!!!... « Je ne prends plus le métro. Pour la première fois dans ma vie je suis traité pour dépression et j'ai dû prendre des arrêts maladie. C'est comme si je n'étais plus la personne que j'étais avant l'attaque. » C’est sûr Souleymane, au CGB, on ne va pas te jeter la première boule de pétanque venue à la gueule parce que tu veux tout simplement profiter de cette situation gonflée au buzz médiatique hystérique antiraciste pour ne plus rien branler, alors que la réalité, c’est que ton fait divers ne constitue qu’une vulgaire anecdote mesurée 0,01 sur l’échelle de la violence. Une dépression, ça se mesure comment ? Si tous ceux qui ont été bousculés une fois dans leur vie se mettaient en arrêt maladie, le trou de la Sécu, mais ça serait un putain de Grexit ! Bon et sinon, on tient quand même à te rassurer Souleymane : t’as moins de chance de tomber dans le métro sur un groupe de fachos blancs que… Non, on ne fera pas de publicité comparative au CGB.


 
Équipement anti-émeute préconisé par le Défenseur des droits
Cette position du Défenseur des droits est consécutive à la blessure par flashball d’un ado de 14 ans qui, après son passage à la mosquée en plein ramadan, était parti à 2h du mat rejoindre ses petits copains alors occupés à mettre le feu à la cité. Question : qui laisse trainer dans les rues un pré ado en pleine nuit ? D’autant plus quand la situation du quartier est au guet-apens pyrotechnique de pompier ou de flic et à l’autodafé de voiture ? Voici une question que le Défenseur des droits ne s’est a priori pas posée. Mais l’important, comme la vérité, était ici aussi évidemment ailleurs. L’important, c’était la religion, l’origine ethnique, le faciès de la victime. C’est le délit de faciès positif, le délit de faciès inversé camouflé sous un faux déni de faciès ! On comprend ainsi que l’urgence pour le Défenseur des droits, dans le contexte où tous les quartiers de toutes les villes de France étaient en mode canicule sur l’échelle de l’émeute urbaine au mois de juillet, était d’enjoindre aux forces de l’ordre de se sacrifier à un très libéral et very hype laisser-faire-laisser-passer. On attend la prochaine injonction de cette institution farces et attrapes à destination des forces de l’ordre : répondre aux tirs de mortier et aux jets de pavé par un lâcher de ballons et/ou de colombes. La situation n’est semble-t-il pas suffisamment hors de contrôle…

La BAC fait passer un oral de rattrapage
Une enquête préliminaire pour « provocation non publique à la discrimination et à la haine raciale » a été ouverte il y a quelques jours par le parquet de Créteil (Val-de-Marne) après un télégramme policier « raciste, qui émanerait de la brigade anticriminalité (BAC) du commissariat du Kremlin-Bicêtre. Cette décision complète l'enquête administrative ouverte au lendemain des faits. Révélé par l'hebdomadairesatirique « le Canard enchaîné », dans son édition du 1er juillet, ce télégramme portait sur l'interpellation de quatre jeunes pour une tentative de vol de voiture à Cachan la nuit du 26 juin, mais, il contenait une description desdits jeunes qualifiée de « déplacée » dans les rangs mêmes de la police. « Corpulence : très grasse voire morbide », « aspect des cheveux : crépus comme d'hab », « type : sale nord africain »... ponctue le télégramme. 

On aurait aimé que le Canard Enchaîné nous révèle, outre cette note qui n’était pas destinée à circuler, que les policiers du Kremlin-Bicêtre, régulièrement victimes de provocations et de violences, ont des ordres très strictes de non intervention émanant de leur hiérarchie. L’axiome est simple : ne pas intervenir, c’est ne pas montrer qu’on n’a plus les moyens de garder le contrôle ; on garde ainsi le contrôle par le laxisme, on a envie d’écrire CQFD. Mais après tout, tout ça se tient, comme de toute façon les juges remettent tout le monde dehors…  Ainsi, aujourd’hui, dans cette commune limitrophe de Paris, toute Chance pour la France a un blanc-seing pour par exemple faire un rodéo en pleine ville en deux-roues, sans casque, en faisant fi de toutes les règles du Code de la Route. Pour le reste, l’important dans la propagande de masse, c’est évidemment les trois points Godwin, et la victoire du seul postulat antiraciste. Que les suicides de keufs soient en pleine croissance, que les pompiers soient à bout de nerfs, que les citoyens lambda soient en état de déréliction, que les agressions ultraviolentes se banalisent ça, mais alors ça camarades, on s’en bat les couilles au Canard ! Ce qui compte, c’est l’antiracisme, voire simplement de faire antiraciste. Ah, ce qu’on aime ce journalisme aux ordres qui fait coin-coin...

Le plus marrant dans tout ce merdier : tandis que l’antiracisme est devenu depuis longtemps la pierre angulaire du prisme médiatique, les minorités sont  passées à l’expression identitaire assumée… au faciès. Mort de rire.

6 commentaires:

  1. Je suis en général censuré, mais bon pour ce coup-ci, c'est pas très grave. Néanmoins, prenez en compte que les 2 dentisterie liens ne sont pas corrects.

    RépondreSupprimer
  2. Putain le défenseur des droits c'est Toubon, le mec qui a été au gouvernement avec Pasqua...la vieillesse est un putain de naufrage...plus progressiste & gauchiste que ceux qui l'ont nommé...c'est pitoyable... Quelle sale engeance ces politicards qui ne veulent pas tirer le rideau...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il est passé par la direction du musée de l'immigration si je ne m'abuse... Merci d'avoir vérifié qui incarnait la fonction. J'avoue que je ne connais pas l'institution en plus... La complexité avance.

      Supprimer
  3. Les problèmes d'immigration, c'est bien gentil tout ça, bande de futurs-ex bobos… Bien sûr, vos textes et l'iconographie légendée sont de bon aloi. Mais vous savez tous que le ver est dans le fruit… Too late, Babies! Arrêtez donc de vous pignoler sur les sourcils de Léonarda! Revenez donc à l'essentiel…
    Étant le président-trésorier et unique membre de la S.A.M.B.A. (Secte des Adorateurs de Mike Brant Associés), je me permets de vous rappeler que, cette année, nous célébrons le quarantième anniversaire de son dernier voyage… (6 étage, respect!) Donc, j'en appelle à une marche blanche devant se dérouler chez tous les CGB, dès ce soir sur votre balcon ou, à défaut, dans votre cuisine. Et ce, jusqu'à l'apéro… Exécution !
    PS: Mike Brant, persona non grata sur CGB ? Personne – je dis bien personne sur ce blog – n'a encore osé évoqué Celui qui berça mon adolescence… Celui dont je veux restaurer la mémoire. Je l'ai connu… Bien connu… Trop connu… Il m'a tout donné, tout repris…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. génial!associez vous donc avec JEAN CLAUDE CHRYSTAL (voir son site hilarant) , spécialiste des chanteurs morts, qui sévit dans l'ouest de la France. Bisous et qui saura, qui saura!

      Supprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Annonce Gogole: Faites de l'argent rapide et facile. Formation manager globe trotter sous 24h

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?