29 janvier 2015

La grande frayeur du matamore



La grande frayeur du matamore, son obsession, c’est le réel. Clamer et déclamer restent toujours possibles, le matamore y trouve son rôle favori. Mais en son for intérieur, il craint de devoir passer à l’action.
La France a-t-elle un génie spécial sur ce point ? Sa nature favorise-t-elle l’apparition de ce type d’hommes ? Ce serait étonnant. Au moment propice, de nombreux pays voient naître un matamore en forme de ministre qui, toute glotte dehors, vient remplacer la sincérité par les décibels, le courage par le rodomont, l’intelligence par le gueulage, et qui fait passer aux yeux des benêts, l’incantation hurlée pour de la grandeur. Nous, nous avons Manuel Wallz.


Soyons juste : s’il est difficile d’écouter Manuel Walz, ce n’est pas tant pour ce qu’il dit que pour l’horrible son que produit sa bouche. Sa voix rappelle celle d’un mec qui double des acteurs grimaçants d’une série Z japonaise des années 70 : mélange de sécheresse surjouée, d’efforts pour paraître terrible et de ridicule tartarinesque. Il ne parle pas, il claque des portes. Son timbre métallique, l’énergique conviction qu’il met dans la moindre de ses phrases et sa maîtrise absolue du froncement de sourcils le désignent sans conteste comme le Michel Sardou de la politique.

Il porte le stigmate de l’adjudant : même parvenu au sommet du pouvoir, il n’imagine pas possible de s’arrêter de gueuler pour se faire entendre. Devenu général, il continue de faire lui-même la revue de chiottes. Et que ça brille ! D’où ce ton martial qui tourne un peu à vide. Étonnamment, aucun des ses nombreux parasites conseillers ne l’a averti que ni l’autorité ni le charisme ne sont fonction des effets de mâchoires. La chose serait pardonnable si le premier ministre n’avait pas, sous les yeux, le déplorable exemple du précédent Président de la république, lauréat du titre de « plus grande trompette de France » (titre ravi à Charles Pasqua). Le verbe guerrier et la crâne assurance de Sarkozy ne l’ayant pas protégé de la défaite, pas plus que ses promesses virilement trompettées, Manuel Valse devrait réfléchir à deux fois avant d’endosser le rôle…

A moins qu’il ne s’agisse d’une tactique de renards : composer, entre les deux têtes de l’Exécutif, une sorte de couple efficace en renouvelant le bon vieux truc des contraires qui s’assemblent ! Comme dans les séries policières, où toutes les variations de la combine furent tentées (un flic blond et un flic brun, un flic blanc et un flic noir, un type et une nana, un jeune et un vieux, un finaud et un abruti, etc.), c’est peut-être sciemment que la France est dirigée par un gueulard pète-sec et un mollasson joufflu ? Comme Chirac et Raffarin, comme Elie et Dieudonné, comme Doublepatte et Patachon avant eux, Hollande et Valtz renouvellent peut-être, sous nos yeux, le duo comique.

Les années 1980 avaient vu l’émergence de ce qu’on appelait les battants. Aux jeunes générations, il faut d’abord expliquer que ce terme n’avait aucun rapport avec les portes ni les fenêtres. Il décrivait une certaine attitude belliqueuse, une soif de gagner, un esprit d’entreprendre qu’on voulait faire passer, en ce temps-là, pour totalement nouveaux. Jacques Chirac, déjà cité, était le type même du battant en politique (il fut longtemps aussi le type du battu, mais c’est un autre sujet). Bernard Tapie en fut un autre, et de quelle façon ! Le battant devait être jeune de corps et d’attitudes, il devait bien entendu se battre chaque jour pour faire triompher ses convictions, il devait mettre de l’énergie dans tous ses actes, même quand il nouait son nœud de cravate. La franche poignée de main d’un battant pouvait, disait-on alors, briser la main d’un assisté social…


La mode des battants est heureusement passée, ils ont laissé la place. Avec l’aggravation de tous les problèmes qu’ils promettaient pourtant à une solution rapide, nous sommes aujourd’hui passés à l’étape supérieure : les guerriers. On ne combat plus, on écrase. On ne lutte plus, on ratatine. Serait-ce à coups de mots, on escagasse, on foudroie, on démantèle. Nicolas Sarkozy fut le premier à en lancer la mode, et à en codifier pour longtemps le gymkhana. A la Force tranquille mitterrandienne, à la Force pépère de Chirac 2, il a opposé la Force qui te casse les couilles : footing chaque matin, cyclisme d’élite en compagnie de Michel Drucker, inflation d’initiatives, verbe haut, parlé non seulement « vrai », mais aussi « n’importe comment », omnipotence fonctionnelle, index levé, menaces publiques, bellicisme verbal, promesses vertigineuses, etc. Avec lui comme avec Manuel Walss, toute décision relève d’un engagement total, tout projet, même quand il traite des crèches maternelles, ressemble au D.Day.

Les moments dramatiques de ces dernières semaines ont été une nouvelle occasion d’entendre rugir le matamore. En particulier quand il s’est agi de faire barrage à la seule et vraie menace qui pèse sur le pays : Dieudonné. Promptement embastillé, celui-ci est accusé d’apologie du terrorisme (!) par le Pouvoir. Il a déclaré se sentir « Charlie Coulibaly », expression qui plonge derechef tout homme normal dans la dubitation : que peuvent bien signifier ces deux mots accolés ? Question qui n’effleure ni la cuirasse matignonne ni le Parquet : en taule ! Les pires châtiments sont évoqués pour ce mot : sept ans de prison et cent mil euros d’amende ! Un ivrogne a bien pris quatre ans fermes pour moins que ça… (A titre de comparaison, pour trois infanticides, Véronique Courjault fut condamnée à 8 ans, et n’en purgea que 4…).

Dieudonné sera jugé bientôt, et nous verrons ce que la justice décidera. Entre-temps, il a donné l’explication de texte de son mot incriminé : il n’avait visiblement pas vocation à être drôle, ni provocateur, ni surtout à vanter la geste coulibalienne, il décrivait le traitement dont Dieudonné estime être victime : agissant comme Charlie, je suis traité comme Coulibaly. Mais visiblement, le seul fait de prononcer le nom du salopard, du moins quand on s'appelle Dieudonné, ne peut être qu'une sorte de crime. On a connu des libertés de s'exprimer plus réelles... Valche n’a pas pu s’empêcher d’évoquer Dieudonné dans son discours devant l’Assemblée nationale, confirmant ainsi que son écrabouillement est bien désormais une affaire d’Etat. Devant la simplicité et la cohérence de la mise au point de Dieudo, on se demande bien ce qui restera de ces envolées terribles au point de vue pénal. Même s’il n’en restait rien, le matamore saura déplacer ailleurs ses paquets de décibels et continuera d’employer la foudre contre les adversaires dérisoires. D'ailleurs, devant l'absence absolue de résultat de sa politique dans tous les domaines, pourquoi ne pas imaginer que le beuglement soit le seul programme de l'Ambitieux ? Il sait que la France aime ça, et qu'elle attend qu'on la malmène... On a la politique qu’on peut. Au moins n’a-t-il pas promis, lui, d’inverser la moindre courbe.

23 commentaires:

  1. Parfois j'ai envie de redevenir simple lecteur du CGB pour pouvoir laisser un "Excellent article" en commentaire...

    Gotlieb a su dessiné de magnifiques "battants" comme tu les décris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu parles de Gotlib?

      Supprimer
    2. Plus malin eus-tu été de me signaler la faute dans "a su dessiné"

      Supprimer
    3. 'eusses-tu été'

      Supprimer
    4. Ouais voilà, exactement.

      Supprimer
  2. bah euh ouais... Excellent article !

    RépondreSupprimer
  3. Bon alors Xix good cop, moi bad cop...c'est parti.
    L'attitude de Manuel n'est pas surprenante puisqu'il est éternellement lié à Israël, merde quand même.
    Donc il a sûrement suivi un cours accéléré de chutzpah, spécialité historique des piétons de la mer Rouge. Voilà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. lié à Israel mais par sa femme...
      me demande à la maison qui c'est qui baise l'autre.

      Supprimer
  4. Comme tout ça est bien troussé. Admiration !

    RépondreSupprimer
  5. Quand le jeune Manuel Walss imitait Sarko en se posant en défenseur de l'esprit républicain face à Tariq Ramadan : https://www.youtube.com/watch?v=B4-i9APUsfA c'est à partir de la 31' minutes.

    RépondreSupprimer
  6. BEBOPER à l’Élysée !

    RépondreSupprimer
  7. C'est de la merde cet article!!!

    Ha ha! NAAAAAN, je déconne : Excellent! :D

    RépondreSupprimer
  8. Merci. Pour l'Elysée, faudrait que je me fasse tirer la peau, que j'apprenne à tromper ma femme en scooter, que je me mette au jogging et que je planque du pèze au Luxembourge. C'est un boulot pas possible !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas seulement! Faudra aussi faire subventionner le CGB! ^^

      Supprimer
  9. Je suis un matamore
    j'aime Valls à la folie
    et aussi, je les adore
    les socialistes qui multiplie
    la pauvreté et la mort
    je suis un veau tout ramollie
    j'ai peur des carnivores
    je suis Charlie.

    RépondreSupprimer
  10. voilà un article bien branlé...
    Dans la même veine, imaginons un instant que l'article ci-dessous:
    "Yiddish is quickly supplanting Latin as the spice in American legal argot"
    n'ait pas été signé 'Judge Alex Kozinski & Eugene Volokh' mais 'Dieudonné'.


    RépondreSupprimer
  11. ha ,très bien , l'ami bebop !
    ce sont tous des politrouks de combat!
    même le hottentot de l'élysée s'y met !

    RépondreSupprimer
  12. le matamore , c'est , littéralement parlant , le tueur de maures , de gris , de misilmons , en somme
    le matamore par excellence , quasi ontologique , c'est saint jacques
    logique puisque l'espagne s'est construite contre les misilmons , contre l'andalousie heureuse ( mais qu'en sais tu couillon, si elle était heureuse ? qui te l'as dit ? le corbeau de ta concierge ? t'étais là ? à ce moment là ?)

    or , en dépit d'ascendances espagnoles , je vois pas que le pommier minustre aie tué beaucoup de maures

    sarko , lui , en a affiché un au dessus de sa cheminée

    ghataffi himself !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu comme ça, on ne peut que te donner raison. On pense ce qu'on veut de Sarko, mais on est obligé de reconnaître qu'en matière de défense des droits de l'homme et de respect de la différence, sur ce coup-là, il a mis la barre très haut.

      Supprimer
    2. C'est en matière des droits de Shlomo qu'il a mis la barre très haut, à mon humble avis.

      Supprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Annonce Gogole: Faites de l'argent rapide et facile. Formation manager globe trotter sous 24h

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?