2 septembre 2014

Deux esthétiques révolutionnaires

gavroche
Youh youh youh youhyou !

Le premier romantisme attaché à l’idée de Révolution est évidemment celui du révolutionnaire exalté : le gars qui a vu juste avant les autres, dont le désir préfigure celui du monde, le type qui a choisi de se lever et qui entraîne à sa suite l’ensemble de la société. Le révolutionnaire exalté porte la voix du peuple, du corps social, c’est un meneur. Il se tient au sommet d’une vague qui raflera tout sur son passage, ouvrant le chemin vers la Liberté – et que crèvent les bourgeois et ceux qui s’entêtent à ne pas comprendre son rêve ! Le profil est bien connu, mille fois représenté et exploité : c’est la figure de Guevara, de Rimbaud, de Robespierre… 

Il existe malgré tout un autre romantisme de la Révolution, certainement moins vu à la télé : celui de la figure contre-révolutionnaire, comme on pourrait l’appeler. Non pas le réactionnaire militant, mais celui que la soudaine agitation sociale importune ou menace. Celui qui se trouve sur le passage des excités alors qu’il n’a rien demandé. Celui dont la tranquillité est subitement mise en péril par la Nouvelle Société et ses desiderata. Celui qui est bien où il est et qui n’entend pas bouger.


On en trouve un exemple dans le film Le vieux fusil, où Philippe Noiret fait face à une troupe de soldats allemands qui ont squatté son château, tué sa fille et sa femme, et qui pillent allègrement ses vivres. Si l’on veut bien considérer cette troupe comme « révolutionnaire », elle fait irruption, saccage tout, et le personnage de Noiret lui oppose une curieuse vengeance : une vengeance froide, réactive, méthodique, dépourvue d’idéologie et de passion. Il vient simplement « nettoyer toute cette merde ».

On trouve un peu de cette esthétique également dans l’étonnant Skyfall, où James Bond, dans le dernier acte, semble se réfugier au fond de lui-même, se replier dans sa maison, et, plutôt que d’aller se battre, attendre un simple fusil à la main que la folie du monde, qui gronde dans le lointain, vienne le prendre.

skyfall-1424
A single bullet loaded in each one

Nous nous ressentons de plus en plus comme ce personnage. La bêtise des révolutions en marche est trop énorme et implacable. Et les « révolutionnaires » du moment, comme ceux d’hier et de toujours, ne sont finalement animés par rien d’autre qu’un vague instinct de détruire ce qui se tient debout. Aussi n’irons-nous pas à leur rencontre. Nous préférons attendre, seul, dans la grange, fusil sur les genoux, qu’ils osent pousser les portes.

Le contre-révolutionnaire est typiquement l’homme que l’on dérange. Figure posée, détachée, apaisée, résignée aussi : le contre-révolutionnaire est celui pour qui la partie est perdue d’avance (c’est sans doute pour cela aussi qu’il a notre sympathie). A l’inverse du révolutionnaire triomphant qui a le sens de l’Histoire avec lui, le contre-révolutionnaire sera battu, balayé, et il le sait un peu. Il est un Cyrano qui ne peut guère compter que sur un succès d’estime, un brin de panache, un bon mot déclamé face à la foule lorsqu’il montera sur l’échafaud. Le « sourire par lequel il s’excuse d’être sublime ».

On peut tout à fait apprécier ces deux esthétiques opposées en même temps, mais peut-être bien aussi, après tout, que le monde se divise en deux catégories, entre les gens qui sont sensibles à l’un de ces deux romantismes plutôt qu’à l’autre.

11 commentaires:

  1. Je dirais simplement qu'il y a un temps pour tout. Un temps pour révolutionner les immobilités de plomb des systèmes de castes, un temps pour contrer - en mode de résistance passive - les agitations funestes des rebellocrates. Je dirais aussi, mais ce point de vue n'engage que moi, qu'à travers l'histoire ceux qu'on retrouve de l'un ou de l'autre côté du manche, selon que le besoin social s'en fait sentir ou non, sont les mêmes. Les postures ont simplement changé. Le bien-fondé demeure.

    Sinon, excellent texte à mon goût.

    RépondreSupprimer
  2. « La "vraie droite" ne constitue plus elle-même qu’une tribu de survivants, qui vit dans la connivence et l’entre-soi. Elle a ses rites et ses mots de passe, ses slogans et ses rancœurs, et chaque jour qui passe la voit se tenir un peu plus à l’écart d’un monde "extérieur" rejeté et diabolisé, sans aucune possibilité d’infléchir le cours des choses. Il ne lui reste plus alors qu’à commémorer ses défaites, ce qu’elle fait avec une telle constance qu’on peut la soupçonner de les chérir secrètement, puisque les défaites sont souvent plus "héroïques" que les victoires. »

    http://criticusleblog.blogspot.fr/2013/03/la-plupart-des-gens-de-droite-nont-pas.html

    RépondreSupprimer
  3. J'ignore ce qu'est la vraie drouate
    Je crois que cette expression est un oxymore au même titre que gaucheu moraleu ou islam modéré
    Sinon, j'aime les défaites
    Surtout celles des autres
    Putain, ce pied, le 21 avril 2002!
    Comme dit muray " j'aime que ce qu'ils aiment soit en déconfiture "

    RépondreSupprimer
  4. Pas oublier qu'à la fin du vieux fusil, la baraque de Noiret ( coquette, la bicoque.... qui pourrait s'offrir ça de nos jours ? Emmanuel peut être, et encore, faudrait qu'il bosse un peu plus) brûle de la cave au grenier
    Purification par le feu, si vous voulez
    Rite antique, en somme
    Ça et abattre le troupeau entier.....
    Y a une séquence mémorable dans le film, à la toute fin, lorsque Marielle s'avance vers Noiret, interrogatif.... Qui parmi nous peut se targuer d'avoir des amis, voire même un seul ami qui s'avance vers toi sans poser de question, lorsque ton malheur est consommé ?
    Personne

    RépondreSupprimer
  5. bien sûr
    c'est le pote de Noiret,chirurgien comme lui à ....Rodez? Mende? Montauban?
    lui aussi amoureux transi de Rommy Schneider
    moustaches tristounes,calvitie, il ressemble trait pour trait à un de mes potes
    pas sûr que ce dernier vienne me voir quand mon malheur sera consommé , il est dans l'océan indien pour le moment...va savoir s'il va pas y rester....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en n'ai pas souvenir. Ca fait un petit bail que je l'ai vu.

      Supprimer
  6. peut être pour ça que muray est mort

    RépondreSupprimer
  7. C'est aussi la posture du héros du Camp des saints, de Raspail.

    RépondreSupprimer
  8. SI cela n'a pas déjà été fait, je rajouterais Noiret dans "les Chouans"

    RépondreSupprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Annonce Gogole: Faites de l'argent rapide et facile. Formation manager globe trotter sous 24h

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?