24 avril 2014

Amateurs de bel art, foncez la voir !

Le siège du Parti Socialiste n'a pas coutume d'accueillir des expositions, mais cette fois l'occasion était unique de réunir autant de pièces d'art issues de collections privées. L'expo est ouverte depuis quelques jours et vaut vraiment le coup d’œil si vous avez la chance d'être de passage à Paris. Une initiative qu'on ne peut que saluer.



6 commentaires:

  1. je vous recommande la salle R. Dumas pour voir des bottines cirées ,des Berlutti
    L'appartement J. Lang ou celui de S. Kahn place des Vosges valent également le déplacement.
    Et un petit tour dans le Luberon chez le même Lang pour terminer la virée.
    Bon w.e.

    RépondreSupprimer
  2. Sans oublier les fantastiques collections de pot-de-vin et autres casseroles.
    Quand au Luberon, pourquoi s'arrêter à Lang, il y à bien d'autres zélus de gôche qui cachent d’authentiques bijoux péniblement accumulés sur le dos des camarades.

    RépondreSupprimer
  3. Ne loupez pas les jeffkoonseries dans la collection privée de Pinault. On signale aussi une exposition de slips de rockstars tirée des fonds de Matthieu Pigasse, PDG de la banque Lazare et patron des Inrocks... 'Paraît kya sui de Keith Richard!

    RépondreSupprimer
  4. alors là, j'applaudis ! Très bonne idée de montage.

    RépondreSupprimer
  5. Glouglou Biboulga30 avril 2014 à 22:32

    Suivi de la lecture de quelques vers tirés de "Homos et camés" du prince des poètes "Téo fil ? Goat yeah."

    RépondreSupprimer
  6. La Merluche nous montrera-t-elle sa collection "apparatchik", contenant des pièces de collections provenant de l'ex URSS, XIX? Tu es commissaire de l'expo?

    RépondreSupprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Annonce Gogole: Faites de l'argent rapide et facile. Formation manager globe trotter sous 24h

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?