2 mars 2010

Rien ne vaut les nichons.

video

"On ne naît pas femme, on le devient". C’est par cet aphorisme que Simone de Beauvoir résume la thèse de la construction sociale du sexe. La phrase est assez percutante d’un point de vue formel, mais très imprécise. On peut, par exemple, démontrer scientifiquement qu’on ne naît pas fraiseur mouliste, mais qu’on le devient après formation. On peut faire de même pour les coiffeurs, les assistantes sociales, les ministres de la Défense et les agriculteurs bio. Pour ce qui est des femmes (et des hommes, donc), il ne s’agit, tout au plus, que d’une thèse sociologique ayant quelque chose à voir avec la sémantique. Car il faut s’entendre sur le sens du mot « femme ». Biologiquement, on naît femme, on ne le devient pas (passons sur ces extravagances de la nature que sont les hermaphrodites, qui ne démentent pas la règle générale). Disons, au minimum, qu’on naît « fillette », et qu’une fillette est toujours une femme en devenir. L’affirmation beauvoirienne désignait la femme en tant qu’être social (c'est-à-dire femme dans les rôles que la société lui confère), et alors oui, on peut y aller de la tautologie suivante : on ne naît pas femme (sociale), on le devient (socialement). Si laisser un nom à la postérité repose sur ce genre d’exploit, on comprend que Simone soit dans les dictionnaires.

Quoi qu’elle en dise, Elisabeth Badinter participe au plus haut point à cette construction sociale de la femme. Sa théorie et les derniers rebondissements de la polémique qu’elle déclenche tendent à assigner bel et bien un rôle à la femme dans notre société : un rôle de citoyenne active, travailleuse, un rôle qui a correspondu à une avancée dans l’histoire des luttes féministes, et sur lequel il ne faudrait pas revenir. Selon elle, comme l’instinct maternel n’existe pas, comme la nature n’existe presque pas dans l’individu femme (puisqu’elle est « construite » socialement), il faut continuer à dire aux femmes qu’elles peuvent nourrir leurs bébés au lait Nestlé sans devenir de "mauvaises mères" pour autant. Pourquoi pas ? Sauf que la science se fiche pas mal des convictions de nos féministes sexagénaires, et qu’on sait maintenant que les qualités du lait maternel sont irremplaçables. Que faire ? Faut-il interdire les publications scientifiques pour conserver le féminisme dans ses indéboulonnables commandements ?

Evidemment, la nature n’a que peu à voir avec ce que les hommes font en société, et elle n’a pas de droit particulier à réclamer, autres que ceux auxquels on ne peut se soustraire. Mais il faudrait être fou pour croire qu’il n’y a pas de prix à payer pour ça. On lutte contre les maladies et le vieillissement, certes, mais on doit en assumer les conséquences, aux niveaux individuel et collectif. Si on est capable de nourrir les petits avec du lait industriel stérilisé, permettant donc aux mères de courir retrouver les joies du bureau, de l’usine ou de la caisse de supermarché pendant qu’une inconnue s’occupe du biberon, on doit froidement regarder en face les conséquences mises en lumière par la science, et ceci quels que soient nos avis sur la liberté des femmes. De la même façon, on peut parcourir les continents en avion, on peut partir chaque week-end dans les Alpes pour y faire glissette, on peut retrouver dans son assiette des pommes venues du Guatemala, mais ça a des conséquences, notamment en termes de pollution, et personne ne nie plus que le progrès technique doive se subordonner à la bonne santé générale de l’homo sapiens, tant qu’il en reste. Et si c’était pareil pour l’allaitement ? Si le modèle des féministes des années 60 devait être amendé, sous peine de risques divers pour la santé des gens ? Il est quand même curieux que cette question simple ne soit pas envisageable sans qu’on déchaîne les points Godwin, et sans qu’on traite ses contradicteurs de réactionnaires.


Avec le Whisky, la pilule contraceptive est probablement ce que l’Homme a inventé de mieux pour son confort. Il est hors de question de revenir là-dessus. Cependant, si des études révèlent qu’il y a des risques à boire du whisky ou à prendre la pilule, il serait criminel de ne pas en tenir compte, ou simplement de ne pas s’interroger. Quitte, ensuite, à continuer la picole et le reste, mais en connaissance de cause. Mais ce bon sens est interdit aux militants de tous poils, qui ne sont pas là pour raisonner mais pour plier le monde à leurs conclusions, fussent-elles totalement contredites par la science. Les médecins du XVIIème siècle qui traitaient les MST au mercure n’étaient pas des bourreaux, ils faisaient ce qu’ils pouvaient avec les moyens du bord, c'est-à-dire exactement comme nous autres aujourd’hui. Et s’ils se sont trompés, nous pouvons le faire à notre tour. La pilule contraceptive, l’allaitement industriel, le traitement hormonal de la ménopause comme tout autre pratique humaine, doivent être en permanence remis en question, étudiés, évalués et, en cas de danger, abandonnés. Que ça plaise ou pas, que ce soit gênant ou pas pour la carrière professionnelle ou le confort.

Madame Badinter dit avoir peur des visées réactionnaires des partisans de l’allaitement naturel, qui voudraient tout simplement « renvoyer les femmes à la maison ». On croit rêver. Elle est manifestement atteinte du syndrome de Drogo, avec tout l’attirail pour lutter contre des ennemis totalement absents. Elle fait ici penser à ces militants anti-fascistes dont parle Muray, à qui il ne manque que les fascistes pour être crédibles. A part quelques immigrés descendus fraîchement de leurs montagnes reculées d’Anatolie ou juste débarqués de leur désert soudanais, qui, en France, considère que la place des meufs est aux fourneaux ? Qui ? Personne. Il n’y a que madame Badinter pour entendre ça. Si l’allaitement au sein prend six ou sept mois, voire un an par enfant, et que les femmes font 2,5 enfants en moyenne, il ne s’agit donc pas de les renvoyer à perpette à la maison, mais seulement pendant le temps nécessaire à l’allaitement. CQFD.
La position de madame Badinter est intenable au sens où elle subordonne les conclusions de la médecine et les données de la statistique à ses propres options de vie, qu’elle défend comme une sorte de paradis indépassable. En ce sens, elle rejoint une longue tradition d’obscurantisme où elle devient l’associée d’une flopée de réactionnaires, authentiques, cette fois.

33 commentaires:

  1. Non mais ça se voit que vous n'avez jamais allaité... cela peut être une vraie torture, imaginez que l'on vous suce toutes les deux heures sur une ampoule fraichement claquée (crevasses et sang dans le lait sont le lot de beaucoup de femmes)!

    Sinon l'argument fallacieux comme quoi on arrête d'allaiter pour retourner vivre les joies trépidantes du bureau ne tient pas non plus! Il y a des femmes au foyer qui n'allaitent pas car elles ne le peuvent vraiment, certaines femmes n'ont parfois que peu de lait!

    Elisabeth Badinter a raison avec le retour des couches lavables et des petits pots maison bio, la femme est condamnée soit au mieux à bosser plus de 35h par semaine sans week-end, ni vacances et au pire à la triple journée si elle travaille.

    Quant au portage en écharpe comme les africaines, essayez de porter en permanence 10 kg sur le ventre et vous apprécierez la poussette.

    Et vive la péridurale! Cela n'enlève en rien en ce qui concerne la joie de la naissance d'un enfant.

    Pour conclure, je dirai qu'il vaut mieux avoir une maman épanouie qu'une maman bo-bio épuisée et endolorie.

    RépondreSupprimer
  2. J'en ai aussi connue qui n'accouchait plus en hôpital, qui trouvait que l'accouchement relevait de l'expérience extra-sensorielle, qu'user de tirettes à lait jusqu'à 3-4 ans c'est fantastique, que vivre son "petit bout" attaché sur soi 1 ou 2 ans c'est génial, que dormir avec lui 1-2 ans c'est le pied, si vous grattiez un peu, il y avait une découverte à faire : que certaines femmes ont tellement en haine les hommes (c'est à dire l'ambivalence du désir, le réel grosso modo)qu'elles plongeront leur enfant dans la psychose ou la dissonance plutôt que de retrouver cette réalité où personne n'est tout-puissant ou la fusion n'existe pas, où la déception de l'idéal est au principe de tout rapport.

    RépondreSupprimer
  3. L'allaitement et les couches lavables sont fascistes.

    RépondreSupprimer
  4. Daria, entièrement d'accord, tout comme ces insultes que sont les publications scientifique qui expliquent depuis 40 ans qu'il ne faut pas fumer quand on est enceinte. Nazis de scientifiques, mon corps m'appartient.

    Pour conclure, je dirais qu'il vaut mieux une mère qui allaite son enfant à une pétasse éduquée à Elle et Femmes Actuelle, ou qui croit qu'une actionnaire principal de Publicis travaille pour l'épanouissement des femmes.

    RépondreSupprimer
  5. Moi j'ai connu un type qui allaitait lui-même son enfant toute les deux heures et ne s'en plaignait pas... un Belge (ou un Ch'ti, je ne sais plus trop)

    RépondreSupprimer
  6. sans commentaire3 mars 2010 à 11:39

    Des fois comme polanski non?

    d'ailleur la petite
    Nastassja Kinski n'a pas trop l'air de s'en plaindre
    http://oglobo.globo.com/blogs/arquivos_upload/2008/04/129_425-Nastassja%20Kinski%20e%20a%20Serpente.JPG
    même que le petit né 9 mois plus tard et comme son papa consanguin
    http://fe.img.v4.skyrock.net/feb/justapic/pics/1876309131_small_1.jpg

    RépondreSupprimer
  7. K, d'après Suétone, l'empereur Tibère surnommé le grand bouc pour son goût immodéré des cunnilingus, adorait se baigner à poil avec des bébés tout autout qu'il appelait ses dauphins, votre ch'ti ce serait pas une réincarnation maigrichonne ?

    RépondreSupprimer
  8. Sans commentaire bis3 mars 2010 à 13:02

    suétone étais à l'époque ce que la presse comme le figuamonde et aujourd'hui en plus les écrit date 100 ans après que les principaux intéressés ais été digéré par les asticots

    RépondreSupprimer
  9. Pur moment de bonheur que ce morphing magnifique. Merci à son auteur (d'ailleurs qui est-ce ?)

    RépondreSupprimer
  10. Oui, un merveilleux morphing, tous ces visages de femmes se fondent ; se fondent dans le sens de fondu-enchainé mais aussi dans le sens de d'une construction des uns sur les autres, comme la peinture se nourrit de son histoire.

    Comme pour bien montrer que LA Femme dont se préoccupe Simone c'est d'abord chacune de toutes les femmes et ce qu'elles ont appris de leur histoire... ceci dit toutes celles là sont quand-même issues de l'élite et ont eu la chance de croiser un jour un peintre (un homme !) resté à la postérité. Et puis le violoncelle c'est pas vraiment ce qui se fait de plus tendance sur Skyrock.

    A quand un morphing avec des visages "d'hôtesses de caisse" et de "techniciennes de surface" sur un bon vieux rap gangsta ?

    Aussi, Simone de Beauvoir et Elisabeth Badinter sont des exemples parfaits de ce que j'appelle le "féminisme bourgeois".

    Salut et Fraternité.

    RépondreSupprimer
  11. Christy Hartburg...mouahhh

    Le meilleur des Russ Meyer, ça reste quand même Megavixen avec la mythique séquence d'introduction où un Adolf libinineux subit le SM soft de poulettes à grosse poitrine venues de tous les coins de l'Empire.

    Raven De La Croix en dominatrice lubrique pré-féministe, un mélange de Natasha Polony et de Sasha Grey aux gros seins, quelle panard putain !

    Vous aimez la techno muraysienne au CGB ? Voili voilou je fais ma pub:


    http://www.myspace.com/paysreel
    http://www.myspace.com/paysreel
    http://www.myspace.com/paysreel

    RépondreSupprimer
  12. J'aurai dit "muraldienne" moi, ça fait plus "savant"... quasiment imam.

    RépondreSupprimer
  13. Sans commentaire, le jour où les analphabètes scribouillards du Monde et du Figaro écriront comme Suétone tu me fais signe, ensuite lui construit une tératologie, il dit clairement les Julio-Claudiens nos maîtres (donc ceux qui leur ont succédé) ont un tel pouvoir qu'on ne peut plus les compter parmi nous, quant aux mêmes analphabètes leur exercice préféré est de lécher le cul de leurs maîtres ce qui est un exercice très différent, enfin Suétone savait que Néron n'avait pas hésité à contraindre au suicide Sénèque qui était autrement plus puissant que lui, il prenait donc ses précautions, on n'en était pas à la servitude volontaire, fini pour la parenthèse

    RépondreSupprimer
  14. Il a p'têt confondu avec Martial? Quoique Martial, ça fait plus Voici.

    RépondreSupprimer
  15. sans commentaire tiers3 mars 2010 à 19:01

    Selon le wiki
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Suetone

    "Suétone porte peu d'intérêt à l'histoire et à l'administration de l'Empire; il ne s'intéresse qu'aux actes et à la personnalité des premiers Césars, et plus particulièrement à leurs vices et à leurs travers, ce qui a valu à Suétone la réputation de colporteur de ragots. Il a ainsi recueilli au cours de sa carrière nombre d'anecdotes et d'histoires colportées par la rumeur, dont l'authenticité est souvent douteuse."

    Mais comme le wikipédia n'est pas une science exacte, qui plus est entretenue par les gueux de la même espèce que le figuamonde alias voici

    "Mais qu'il n'a certainement pas inventées et qui donnent une idée assez fidèle de ce qui se disait au sujet des empereurs à son époque."

    MAIS je dit bien MAIS de préciser

    "On a même dit que, pour écrire son livre, Suétone avait écouté aux portes et qu'il avait souvent mal entendu ce que l'on disait..."

    En relisant s'article,
    suetone me fait penser à l'autre raclure des bas fonds de Stephan berne, l'enfant né d'une colique par un pet foireux comme disait Guillaume Apollinaire

    RépondreSupprimer
  16. "une maman épanouie [plutôt] qu'une maman bo-bio épuisée et endolorie"

    Je ne comprends pas trop l'opposition. Et puis qu'est-ce qu'une maman épanouie ? Est-ce qu'une femme qui bosse 40h par semaine, fout ses gosses 10h par jour à la crèche et refuse d'allaiter son bébé parce "ça fait mal et ça rend mes seins moins jolies" est une mère épanouie ? De plus pour qu'une mère puisse travailler, il faut une nourrice, donc l'épanouissement de ces femmes se fait toujours sur le dos d'autres femmes, car la nourrice, elle, a double peine : travail salarié + travail au foyer. Elle pourrait même être forcé d'abandonner l'idée de maternité pour préserver son gagne-pain. Derrière le concept galvaudé de l'épanouissement se cache la volonté de certaines femmes de pouvoir jouir sans entrave des plaisirs de la vie moderne. En un mot : des pétasses.

    "certaines femmes n'ont parfois que peu de lait!"

    Heu... oui, alors je crois qu'on est tous d'accord la-dessus, on ne va pas brimer une femme qui n'a pas de lait parce qu'elle n'allaite pas son bébé. Tu parles d'arguments fallacieux mais tu nous balance une situation exceptionnelle pour justifier une position générale, quoi de plus hypocrite ?

    "Elisabeth Badinter a raison avec le retour des couches lavables et des petits pots maison bio, la femme est condamnée soit au mieux à bosser plus de 35h par semaine sans week-end, ni vacances et au pire à la triple journée si elle travaille."

    On retiendra déjà que la maternité est une condamnation, quelle belle mère tu fais ! Ensuite si la femme refuse de faire tout cela, qui s'occupera de l'enfant ? La nourrice ? C'est donc sur elle que s'abattra la "condamnation". Et puis c'est vrai qu'avec un chiard, ç'en sera fini des soirées entre copines dans les pubs : Mon Dieu quelle malheur ! Fous donc ton gosse à la DASS si ça te fais tellement chier de t'en occuper, il y sera tellement mieux qu'avec une mère-gamine capricieuse qui le considère comme un boulet.

    Je m'arrête là, mais avec ce genre de coms on aurait de quoi faire une dissert entière.


    Enfin l'avenir de ce type de mouvement féministe est dans la grossesse ex-utero et la maternité par procuration. Et pourquoi pas à terme, la croissance en couveuse des gamins jusqu'à 3 ans (voire plus ?).

    RépondreSupprimer
  17. Wikipedia et pourquoi pas Oui-Oui encule Néron ou Potiron est-il l'enfant posthume de Caligula et d'une jument ?
    Pour le reste la tafiole de salon archéo-monarchiste Stéphane Bern est à dix mille lieux de Suétone, quand Suétone dresse une fresque, Stéphane Bern se branle derrière le trou de la serrure c'est une autre posture

    RépondreSupprimer
  18. Attention, il me semble qu'il y a eu une querelle scolastique "et si Jésus avait ressuscité sous la forme d'un potiron?"

    RépondreSupprimer
  19. @ Atrebate

    Et toi tu sais t'occuper des gosses?

    On peut tout à fait s'en occuper sans saigner des nibards pour l'allaiter et sans nettoyer ses couches à la main... Le progrès a parfois du bon et je ne suis pas complétement antimoderne!

    Quant aux soirées entre filles, il faut arrêter de croire à la propagande Taillefine Fizz.

    Pour moi "épanouie" signifie dormir une fois six heures par nuit et non une soirée échangistes avec des filles forcément "décoincées".

    Il y a deux types d'extrémistes: celles qui s'amusent avec leurs godes-ceintures et qui lisent Jalouse, Grazia et 20 ans ( évolution de la bimbo jetsetteuse), et celles très "matrices" qui bouffent bio, éduquent leurs enfants comme s'ils étaient des petits génies pour reporter leurs frustrations et qui lisent Bébé Nature :

    http://trucsdebobo.wordpress.com/2008/04/28/11-avoir-des-enfants-omniscients/

    RépondreSupprimer
  20. Mme Badinter n'a jamais fait le ménage ou le récurage de toilette après la gastro de son "Kévin", je comprends donc sa distance avec les attributs féminins (Balayette et fer à repasser...). Au moins, c'est plus en phase avec son style de vie, c'est déja ça ! Il m'eut été insupportable qu'elle défende les couches lavables et la compote maison de figue bio épépinée à la main.

    Ce qui est insupportable avec les bobos, c'est surtout la transmission suicidaire de l'ethno-masochisme tout en traitant leurs morveux comme des Einstein en puissance. La schizophrénie est LA valeur de cette époque sordide.
    Et bien moi, j'ai refusé d'allaiter pour pouvoir biberonner à nouveau les bons vins de France après 9 mois d'abstinence et pouvoir laisser au papa le plaisir de nourrir son tétard pendant que je sortais retrouver mes chères pédales cocaïnomanes... Ca ne m'empêche pas d'être une super maman.

    RépondreSupprimer
  21. Moi si je sais m'occuper des gosses ? Pas comme une mère, c'est certain mais j'ai pas mal appris en torchant le cul de mes petits frères et sœurs.


    "On peut tout à fait s'en occuper sans saigner des nibards pour l'allaiter et sans nettoyer ses couches à la main"

    Mais QUI a dit ici que la femme devait continuer à allaiter son enfant même si elle saignait des nibards ? Qui a dit que les femmes devaient laver les couches à la main ? Tu te fais des films toute seule, tu t'imagines des propos extrémistes qui n'existent même pas, ni dans cet article, ni dans mes propos. L'article parle du fait que le lait maternelle est doté de qualités essentielles et irremplaçable, est-ce qu'il en a conclue que les femmes devaient allaiter même les seins en sang : NON ! Faut pourtant pas être un génie pour comprendre ça, merde !


    "Pour moi "épanouie" signifie dormir une fois six heures par nuit "

    Et tu fais quoi pour remédier à ce problème ? Tu mets des boules quies et tu laisses bébé dormir dans sa merde ? OUI c'est dur de s'occuper d'un gosse, OUI c'est éprouvant et cela demande des sacrifices. Mais c'est l'avenir, ce sont les êtres humains qui nous remplaceront quand nous serons, pourris, en décomposition dans nos boîte à sapins. Donc OUI ils méritent tous nos efforts. Et entre nous, tu n'es pas obligé de te lever systématiquement quand il chiale. Si tu t'es levé y a 30min et qu'il se remet à brailler, n'y va pas ! Il se fout de ta gueule ! Ou bien envoie le papa... ;)


    Pour le dernier paragraphe, on tombe d'accord. Des bébés surprotégés, choyés à l'excès, ce n'est pas le modèle à suivre. Les enfants, derrière leur fragile apparence, sont beaucoup plus résistants qu'on ne le pense. D'ailleurs quand je dis qu'ils méritent tous nos efforts ce n'est pas faire tout ce qu'ils veulent évidemment !


    PS: Si tu es maman, je t'envoie toutes mes félicitations et je te souhaite bon courage.

    RépondreSupprimer
  22. sans commentaire quattro3 mars 2010 à 22:57

    dans cette période de l'histoire, L'orateur était considérer à l'époque ce que l'ont nomme aujourd'hui un scientifique. C'est a dire, baser sa science,ses savoirs sur du bouche à oreilles

    suetone à propos des Julio-Claudiens,
    lui n'a fait que de suivre vulgairement la tendance, de fantasmer des dérives d'une Illustre famille à partir de ragots de haineux et ce bien longtemps après la mort du dernier représentant des ceasars

    comme l'éducation marxiste dites national qui apprend aux élèves décérébrés que la France n'existe qu'a partir de 1789 et continue 200 ans plus tard à d'acharné sur l'ancien régime comme si ils y avaient vécu

    d'ailleurs sofia coppola en est l'exemple parfait avec son film Marie Antoinette qui confond la politique de l'ancien régime avec la jetset cocainomane ump-ps pc-vert

    RépondreSupprimer
  23. sans commentaire quinto3 mars 2010 à 23:04

    quel coïncidence le sort voulut par l'ennemi aux deux familles qui ne meurt jamais et non ne meurent jamais, mais ça ta médiocrité ne peut pas saisir, seul les plus concernés comprendront ;-)

    RépondreSupprimer
  24. Merci pour cette superbe video.

    RépondreSupprimer
  25. y'en a déjà de trop des gosses sur cette foutue planète, faudrait voir à arrêter. Je trouve donc que nos féministes donnent un bel exemple de responsabilité et d'intelligence.

    RépondreSupprimer
  26. Ce qui est une plaie pour la femme, c'est de se faire baiser (par des salauds forcément) et de pondre des chiards. Qu'elles arrêtent donc tout ça et tout ira mieux pour elles. En attendant, qu'elles nous emmerdent pas avec tout ça en nous faisant porter le chapeau.

    RépondreSupprimer
  27. @ Zefa

    Yess, Zefa is back et il n'est pas content! Tu es pour la démographie responsable?

    RépondreSupprimer
  28. Salut Zefa !
    Ponds-nous un article pour ton retour.

    RépondreSupprimer
  29. Il convient aussi de bien remarquer quels mots utilise Elisabeth Badinter :

    - elle dit "élevage des enfants" plutôt que "éducation"

    - elle dit "le sale boulot" pour désigner l'entretien du foyer.

    Sans commentaire.

    RépondreSupprimer
  30. @PI

    Bon bah allons dans son sens, aidons les OS du foyer-usine et soutenons l'idée de donner un petit salaire pour les femmes au foyer, ça ne pourra qu'aider un peu la démographie des bl... des blonnes gens n'est-ce point, plus les crèches, plus l'éducation toussa toussa.

    Badinter en force !!!

    RépondreSupprimer
  31. Depuis quelque temps nous recevons des spams que nous modérons pour ne pas vous infliger ces immondices.
    Sauf que je vous laisse admirer celui-ci duquel j’ai juste enlevé le lien vers le produit.


    ---------------------------------------------------
    Allo!

    Je suis nouvelle ici, j'ai deja deux bebes et j'espere en avoir bientot un troisieme. Je ne sais pas si vous etes comme moi, mais suite à ma premiere grossesse j'ai eu de la cellulite à quelques endroits sur mon corps. Suite à cela, j'ai fait des recherches sur internet et j'ai essaye quelques produits.

    J'ai finalement trouve quelque chose qui fonctionne!! Le nom du produit est Cellulean Je ne sais pas si vous avez de la cellulite mais c'est deplaisant et je suis tres satisfaite des resultats! Je vous en fait part, essayez le ca en vaut vraiment la peine. L'essaie est gratuit en plus :)

    Voici le lien qui mene au site du produit (c'est en anglais mais facile à comprendre)

    J'espere vraiment aider quelques unes d'entre vous ! C'EST POSSIBLE de s'en sortir..

    Laissez moi vos impressions! :)

    RépondreSupprimer
  32. Je confirme ma femme et moi sommes tres content de ce produit , en plus de touchez des royalties pour la pub
    cellulean fait un miracle pour les petit ange pas bien dans leur peaux

    http://www.generationfa8.com/images/importer/obese-couple2.jpg

    RépondreSupprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Annonce Gogole: Faites de l'argent rapide et facile. Formation manager globe trotter sous 24h

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?