23 février 2010

Les fellateurs meurent prématurément.


Dans les bons westerns, mes personnages préférés sont ces bigotes agressives qui défilent, habillées de noir, pour la moralisation des bistrots, l’interdiction du jeu ou la lapidation des putains. Ces mères la pudeur ont une phrase qui fait mouche à tous les coups, et qui revient comme un slogan publicitaire : « ce n’est pas ce que nous voulons pour nos enfants ». Sésame censé ouvrir toutes les portes du Progrès, cette phrase-sentence ne saurait recevoir de contradiction. C’est probablement pour ça qu’elle continue de faire partie du vocabulaire courant des Américains, qui savent aller au plus court quand il le faut.
Les représentants français de ces pies morales sont au travail depuis des lustres pour éradiquer la cigarette de la surface du globe, mais s'y prennent toujours plus mal. D’année en année, elles inventent et renouvellent l’art de s’enliser au service de la bonne santé. Leurs campagnes de propagande sont stupides, ce qui ne saurait être reproché à une campagne de propagande : les pubs du camp adverse le sont tout autant. Seulement, les fabricants de clopes, eux, ne prétendent pas s’adresser à la raison, ils ne prétendent pas proposer le résultat d’études, de réflexions, d’une subtile prise de conscience. Ils disent des choses aussi simples que « Hum, la clope, c’est bon » en pensant que ça va suffire à faire aimer la clope (et ça marche !). Ils montrent Lauren Bacall en train de fumer et, aussitôt, des laideronnes s’y mettent en pensant devenir séduisantes. C’est de la pub, c’est bête. De leur côté, en revanche, les militants anti tabac se présentent comme des gens ayant mené une réflexion, ayant analysé un phénomène et repéré ses dangers, mais se comportent toujours de la même façon que ces imbéciles de pubards. On se souvient tous du ridicule de certaines campagnes célèbres. Une question se pose alors : est-il possible de réaliser une publicité quelconque qui ne soit pas débile ? La réponse est non.

Les militants anti tabac se mêlent de ce qui ne les regardent pas : c’est le propre des militants, toujours portés à militer sur les pieds des autres. Ils essayent désormais de faire disparaître une pratique dangereuse, honteuse, abominable et « qu’on ne veut pas léguer à nos enfants » : la fellation. Leur dernière campagne montre en effet qu’avaler la fumée est une pratique menant à la mort, quelle que soit la nature de la fumée. Très peu gay friendly, manifestement mal renseignée aussi, cette campagne associe une bonne vieille pipe à l’esclavage, à la plus grande surprise des pompeurs de dards volontaires (PDV, association reconnue d’utilité publique par le Président Félix Faure, en son temps). Si on ne les connaissait pas si bien, on pourrait encore se demander dans quel monde vivent ces militants-là, et ce qu’ils font de leurs longues soirées d’hiver. Au vu de la campagne et de ce qu’elle dit des phobies de ses auteurs, on déduit qu’ils sont plus à plaindre qu’à blâmer. On comprend aussi qu’il est nécessaire de leur expliquer deux ou trois choses sur la sexualité, et d’abord celle-ci : elle ne regarde pas la ligue anti-tabac.


La filiation entre les thèmes abordés successivement par les « militantitabas » (néologisme que je propose à la Postérité), dessine le tableau de la société hygiéniste parfaite qu’ils appellent de leurs vœux, de moins en moins obscurément. Entre l’injonction de ne pas mourir de tabagie, celle de conserver des dents saines et celle, inattendue, de ne pas mettre de quiquette dans sa bouche, il y a là un programme propre à rassembler les bigots au-delà des différences millénaires, au-delà des schismes, au-delà des mythologies ! Qu’on ne s’y trompe pas, ce rapprochement soudain entre sexualité et tabagisme montre que les militantitabas se sentent acculés : malgré la montée vers le trash, ils constatent que leurs messages ne sont pas efficaces, alors ils décident d’affirmer ce qu’ils pensaient secrètement depuis le début. Ne jouissez pas ! Ne vous faites pas plaisir, et surtout, ne faites pas plaisir aux autres !

N’étant pas fumeur, je m’accommodais sans peine des interdictions frappant les accros de la tige. Solidaire dans le principe mais me fichant concrètement de leur sort, j’écoutais d’une oreille distraite le constat de fascisme mou qu’il appliquaient à cette société d’interdits bien pensants, chaque fois qu’une campagne ou qu’une mesure contraignante frappait leur petit plaisir fumeux. En toute franchise, je trouvais qu’ils poussaient un peu mémé dans les cendriers. Mais la prévisible criminalisation de la pipe me fait entrevoir la chose d’une façon différente, et j’avoue que la perspective de voir débarouler une M.A.B. (milice anti bouffarde) dans ma chambre à coucher risque d’avoir des effets désastreux sur mon aptitude virile. Oh, bien sûr, on peut passer sa vie sans bander, les militantitabas en sont la preuve vivante, mais enfin, quand on a certaines habitudes, et l’âge venant, abandonner des loisirs si doux pour faire plaisir à ceux qui ne s’en donnent jamais serait ressenti comme une punition pour une faute qu’on n’a pas commise, et qui n'en est pas une.

20 commentaires:

  1. Excellent Beboper!

    Les hygiénistes en veulent à notre St Claude!

    Ces pisse-vinaigres sont des pervers-puritains!

    RépondreSupprimer
  2. " ce rapprochement soudain entre sexualité et tabagisme montre que les militantitabas se sentent acculés "

    Le rapprochement est assez fréquent. Symbolique phallique de la clope. C'est pas Bernays qui avait mis des femmes sur les trottoirs new yorkais pour qu'elles réclament une pseudo émancipation via le droit à aspirer la fumée...?
    On s'arrange avec les signes selon les époques...
    Ceci dit, excellent article. Comme d'habitude.

    RépondreSupprimer
  3. Faut comprendre, les communicants responsables de cette merde (du "marketing éthique" siouplait!) sont les enfants de Dominique Ambiel, zont l'habitude de payer des gamins(es) bourreurs de pipe.... ça altère leur perception de la chose.

    RépondreSupprimer
  4. Moi ca me donne plutôt envie de fumer ce genre de pubs.

    RépondreSupprimer
  5. Bernays doit rire dans sa tombe apparement fumer ca donne un plaisir aussi consequent que celui de faire une fellation.Et ca oulala c'est mal.

    Le méchant de la pub ben c'est le sex apparament. La fellation serait une soumission sexuel?¿?
    He be!

    Le mec qui a pondus cette idée doit etre un putain de frustrer ou bien à comme client une marque de tabac.Et moi qui pensait que mes blagues etaient mauvaises.

    RépondreSupprimer
  6. J'avoue que Ronald a une classe folle avec sa cigarette.

    Au prochain noël, moi aussi je penserai à envoyer des cartouches de Chesterfield à tous mes amis. Beboper inclus !

    A croire que dans ce pays la clope va finir en produit de luxe festif.

    Les communicants se frottent déjà les mains.

    Clarence, contrebandier

    RépondreSupprimer
  7. ça marche pas sur Richard Virenque cette campagne: http://4.bp.blogspot.com/_xVaF1njDqOw/Sc0CpxH56hI/AAAAAAAAEKU/L-XAB2xYN9M/s400/141008h.jpg

    RépondreSupprimer
  8. excellllllent !!!!!
    prof choron a écrit des choses très sensées sur le tabac ("je bois je fume et je vous emmerde" je ne me souviens plus de l'éditeur - entretiens avec jean philippe florentin)
    si je range mon désordre je vous les enverai
    sinon la photo de la pompeuse lui fait une telle tête à claques qu'on est tenté de hurler "avale tout .salope !"(en espagnol: "suck it all you bitch !")
    enfin.....
    aujourd'hui on criminalise la pipe
    demain le coït anal
    après demain la zoophilie....
    bon dieu de merde !
    on n'est plus en république !

    RépondreSupprimer
  9. Seigneur, mais quand va-t-on comprendre que ces affiches font en fait d'une pierre deux coups, en dénonçant deux pratiques qui augmentent les risques de cancer de la gorge : la cigarette et la fellation ? C'est pourtant évident.

    RépondreSupprimer
  10. J'ai perçu ça comme "quand tu fumes tu suces les multinationales et le gros business corporatiste.." Mais j'ai dû idéaliser le message.



    Dans ma ville, Genève.. y'a un fumoir "Che Guevara" qui va ouvrir..avec slogan «viva la libertad»… en tant que non fumeur suis plutôt content que la dictature des fumeurs ait cessé.. sinon les gens chez eux, dans la rue etc.. si ils ont envie de se foutre en l'air.. et que leur esclavage nicotinique et nerveux leur paraît une liberté… c'est eux qui voient moi… ça me va ;-)

    C'est le dernier de mes soucis… sauf quand ce sont des gens que j'aime et qui me disent systématiquement qu'ils aimeraient arrêter.. le fumeur qui assume à fond.. je l'ai pas encore rencontré…

    Pour revenir à ce bar/fumoir Che Guevara.. Associer Che Guevera ou n'importe quel rébellion à un acte d'esclavage économique et physique qui en fout plein les poches de multinationales corporatistes et autre American Tobacco… C'est énorme ! La nouvelle rebellion sur fond "punk et rebelle" de Toyko Hotel et Lady Gaga. La rébellion n'est plus ce qu'elle était ;) J'adore l'époque.. c'est un gag après l'autre.

    RépondreSupprimer
  11. C'est à dire qu'il y a tellement de rebelles qu'on se demande bientôt s'il reste encore des oppresseurs... Les militantitabas qui se rebellent contre les multinationales ("quand tu fumes, tu files du fric à ces gros fumiers") d'un côté, et de l'autre les rebelles guevaristes à la mors-moi-le-bout-filtre qui se noircissent le poumon pour la Liberté, olé ! C'est vrai que si on recherche les imbéciles, les exemples ne manquent pas.
    Maintenant, il y a la grande masse des "simples" fumeurs, dont quelques spécimens assument à fond le truc, j'en ai rencontré. Mais ils se font rares. En fait, comme dans d'autres domaines, on cherche des responsables à ça, on désigne donc maintenant les multinationales tabagières, en faisant une croix sur la RESPONSABILITÉ INDIVIDUELLE des fumeurs eux-mêmes, comme cette campagne atroce le fait.

    RépondreSupprimer
  12. sans déconner je me demande comment le pubart (j'ai pas dit le tubard) de base pourra mettre en scène l'équivalence "fumer c'est se faire enfiler" avec un visuel explicite (vous voyez où je veut en venir)
    à ne pas manquer !
    ceci dit les visuels excellents de la campagne aides contre le sida (où l'on voyait une superbe créature s'agitter sur la tige à hitler avec la mention "aids is a mass murderer") ont été retirés peu de jours après leur mise en ligne
    corrélation vie/mort/cycle permanent des saisons toussa toussa ; on vit dans l'instant mon gars /carpe diem et jouis sans entraves
    pas bien de faire penser qu'un coït même irréprochable peut te mener à la tombe plus vite que tu ne crois
    là je parie que la pub assimilant la clope au pompage de goumi ne fera pas de vieux os
    pas que ça choque les bonnes moeurs mais ça va heurter l'idée que le sexe est sain et bon en soit (alors que c'est une forme d'alliénation comme les autres activitées humaines qui te font déêndre des autres)relire à ce propos houellebec
    dans toutes mes patientes il y en a un bon nombre qui me disent "docteur ça fait des années que j'ai pas touché un homme!" "et........." "hé bien j'en meurt de besoin!" mais putain regardez vous les vachasses ! tarderies ménopausées /ventres secs/ou alors baleines échouées !faites une croix là dessus et retournez à la ferme !

    RépondreSupprimer
  13. "là je parie que la pub assimilant la clope au pompage de goumi ne fera pas de vieux os
    pas que ça choque les bonnes moeurs mais ça va heurter l'idée que le sexe est sain et bon en soit (alors que c'est une forme d'alliénation comme les autres activitées humaines qui te font déêndre des autres)relire à ce propos houellebec"

    pas évident que houellebec soit le plus avisé en la matière...

    RépondreSupprimer
  14. Au contraire, je crois qu'en matière d'aliénation, les analyses de Houellebecq sont parfaites. Et son rapport étrange à la sexualité illustre bien ce que rapporte le Misoslame (t'es doc en quoi?)

    RépondreSupprimer
  15. @ beboper
    ha ça a déconnecté pendant un moment sur le fil de blogger
    chuis pas sur que ce soit reconnecté d'ailleurs....
    mon doctorat........médecine
    je sais c'est banal mais je me soigne
    la preuve ; je lis cgb et rebatet

    RépondreSupprimer
  16. Babouche ultrax premium en force4 mars 2010 à 11:34

    J'ai du mal à voir comment le sexe pourrait être ontologiquement aliénant...

    Pour tout dire j'ai ouvert mon petit dictionnaire à la lettre A, histoire de vérifier que je ne suis pas totalement à la ramasse, et que ce soit l'aspect de perte/cession de quelque chose ou celui de "trouble mental qui rend l'individu comme étranger à lui-même", je vois mal en quoi le sexe en général pourrait être aliénant.
    Certaines visions de la sexualités, certaines pratiques ou dérivés je ne dis pas, mais LE sexe je dis nein. Voir même nein-inverse, y'a des paquets de fois ou après un bon coup de queue on se sent bien plus "soi" qu'avant, revigoré et pas aliéné pour un sou !

    Y'a forcément un peu de cession de liquide mais bon, pas de quoi désintégrer son Moi profond.

    RépondreSupprimer
  17. @ babouche
    tu as raison l'ami
    le sexe en lui même n'est pas plus alienant que la cigarette ou l'écoute des concertos baroques
    ce qui le rend alienant c'est cette compulsion à quoi tout nous pousse
    le sexe à la télé dans les journaux la pub les autofictions (autofrictions c'est la branlette )
    le sexe comme un autre mode de consommation
    comme support à la consommation
    à force d'à force ça rend dingue
    mais ça rend déjà dingue certains

    RépondreSupprimer
  18. Pour appuyer grandguignolplanet,
    "Comme personne n'a compris cette pub, même pas l'Express, je vous l'explique. Les personnages de la pub sont jeunes et sont agenouillés devant un adulte en costume symbolisant l'autorité. Ce n'est pas la fellation en elle même qui est le symbole de la soumission mais l'adulte qui l'impose au jeune. C'est pourtant pas compliqué."
    C'est un commentaire trouvé sur l'express à propos de cette pub (mais vous l'avez deviné, j'espère).
    Je trouve l'article très bien écrit dans la forme, mais il me semble aussi que Beboper passe à côté de cette interprétation!

    RépondreSupprimer
  19. @miso

    Bah oui, j'me disais aussi.


    Moi j'attends qu'ils fassent la version pédo, qui dénonce le tabagisme passif de bébé en lui mettant une b...clope au bec comme ci-dessus.

    Ensuite ils pourront passer à la version Auschwitz, la cheminée fumante sous-titrée "fumeurs, plus jamais ça" et là tout les fumeurs arrêteront enfin leur forfaits et nous vivrons un monde meilleur, dénicotinisé.

    Ou alors un con criera "kamoulox" et on arrêtera le partie.

    RépondreSupprimer
  20. Freewill, tu me sembles promis à un bel avenir dans les écoles maternelles, tu sais. Je ne sais pas si tu as pris la peine de lire avec autant d'attention quelques articles de ce blog, mais tu pourras y trouver des indices qu'on était tous intellectuellement capables de comprendre cette subtile publicité...
    Je formule donc une hypothèse : ne serait-ce pas toi qui serais passé à côté de l'interprétation correcte de mon article et des commentaires qui s'ensuivirent?
    HYPOTHESE !
    Cordialement.

    RépondreSupprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Annonce Gogole: Faites de l'argent rapide et facile. Formation manager globe trotter sous 24h

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?