22 décembre 2008

Manu Chao bye bye

Le CGB inc. est heureux de vous présenter la dernière démonstration de Manu Chao, Professeur es Droit & Gestion de l'Entreprise, sobrement intitulé "Les Vicissitudes économiques de l'industrie du disque expliquées à un enfant trisomique de 5 ans défoncé au lexomil" !!


Soit :

1. Le concept de gratuité généralisée, utopie ou démagogie crasse pour blaireaux prépuberts ?

2. La bonne vieille cassette Ferro-Chrome, mythes et mythologie du piratage des temps post-modernes.

3. Dialectique sur la schizophrénie freudienne des maisons de disques.

4. Euh coco, t'oublie pas de faire de la pub à mon dernier skeude because mon label Warner !!


Quelle fulgurance ! Quelle pédagogie ! Perso j'ai tout compris ! Econoclaste n'a qu'a bien se tenir !

Merci à JayDee2k9 pour ce pur moment de foutage de gueule intégral.

20 commentaires:

  1. C'est moi ou il a des vieux tics d'ancien tapeur de speed ?

    sinon sur le fond, je crois pas qu'on puisse lui donner tord.

    RépondreSupprimer
  2. À part Sony qui vend des graveurs, je ne vois pas où il a vu que les majors vendent des moyens de piratage ou des lecteurs numériques audio. À moins qu'elles ne soient actionnaires de ces boites.

    RépondreSupprimer
  3. Dans un pub irlandien où l'on boit sans doute l'une des meilleures stout de l'île (démerdez-vous, j'ai oublié le nom du bled), il y a une table réservée aux musicosses, avec un micro qui pendouille du plafond. Quiconque se radine avec un instrument et en joue peut picoler gratuit toute la soirée. Qu'on tripote un peu ce principe en l'étendant à la bouffe ou au logement, et on aura à la fois de la musique gratuite ET des musiciens qui vivent.

    C'est quoi un tic de tapeur de speed ?

    RépondreSupprimer
  4. Avec 20 euros tu vas manger où avec ta copine? 20 euros c'est à peine un resto pour une personne sans l'apéro et sans le digeo.

    RépondreSupprimer
  5. L'aplomb de ce con ! Malgré le fait qu'il soit un musicien connu, donc écouté, donc un peu surveillé, il n'hésite pas à dire sciemment une grandissime connerie: l'industrie du disque s'est recyclé et vend désormais des graveurs de CD, des abonnements internet, des ordinateurs et des disques durs! C'est à la fois la preuve qu'on peut dire absolument n'importe quoi quand on est irresponsable (comme un chanteur), et qu'il préfère désigner un bouc émissaire commode (car pas gentil par définition: l'industrie du disque) que se renseigner sur le problème. La fainéantise intellectuelle de ce naze aurait dû être déduite de la pauvreté harmonique de ses tubes.

    RépondreSupprimer
  6. Généralement ce débat du téléchargement est souvent décrit de la même manière. Ce que j'aime sur cette vidéo c'est qu'il pause le débat du téléchargement de manière différente, après on peut être d’accord ou pas. J’aime bien écouter des points de vue différents peu importe la personne. La diversité d’opinion à la tv moi j’en vois pas souvent.

    Depuis quand l'accès aux medias numérique est gratuit? Qui profite du piratage? En gros qui se fait du fric sur ca? Un baladeur numérique sans connexion c'est une boite vide. Ce qui fait l’attrait d’internet ce n’est pas aussi le téléchargement dit illégal ? Pour télécharger un mp3 illégalement j’ai besoin d’un abonnement à internet, d’un mac ou d’un pc. Pour l’usager ce n’est jamais gratuit, c’est plus ou moins cher. Dans ce débat du téléchargement celui qui rigole le plus c’est le fournisseur d’accès à internet.Enfin c'est mon avis.

    RépondreSupprimer
  7. Hum...je suis pas de l'époque, mais quand il y avait du piratage de cassette, c'était franchement pas à la même échelle qu'aujourd'hui ?! si ?

    RépondreSupprimer
  8. *défoncé à l'exomil*

    *au lexomil

    RépondreSupprimer
  9. @ Tib.

    Aucune comparaison. Aujourd'hui un clique et 5 minutes suffisent pour telecharger le dernier album de la Star'Ac !

    RépondreSupprimer
  10. Faux débat. La vérité c'est que grâce a internet les gens ne sont plus obligé d'écouter la merde déversé à l'infinie sur les chaînes musicales et les stations radios de merdes. Grâce a internet les gens découvrent des artistes pas connu qui n'aurait jamais été signé et donc exposé a un public, qui vendront un volume moins important que les "gros artistes" des majors mais qui infiniment plus nombreux que les 3 produits marketing bien ficelés qui passent en boucle sur MTV a longueur de journée.

    Il suffit de voir la croissance des offres de téléchargemnt légales (itunes, beatport, etc...) pour se rendre compte que les gens sont prêt a payer leurs musique, mais rémunèrent désormais directement les artistes, sans passer par ces professions de macros que sont les majors.

    Bref, vivement que cette industrie de proxénètes crève la gueule ouverte, on a plus besoin d'eux à l'heur d'internet.

    RépondreSupprimer
  11. Bien d'accord avec toi.

    RépondreSupprimer
  12. Il est aussi bon orateur que parolier.

    RépondreSupprimer
  13. Pour une personne qui télécharge gratuitement dans le but noble de découvrir des artistes qu'elle va rémunérer par la suite, il en existe 10'000 qui ne paieront jamais rien à qui que ce soit, parce que "tant que j'ai la possibilité de pécho quelque chose gratuitement, je le fais".

    Affirmer que le téléchargement fait vivre les vrais artistes est une hérésie quand on sait que l'internaute moyen qui télécharge 20 albums par semaine n'a jamais le temps ni l'énérgie de se plonger à fond dans un album "difficile" qui aurait besoin d'être apprivoisé sur le long terme. L'internaute moyen écoute donc de la daube jettable, mais facile à comprendre à la première écoute. Des trucs comme Manu Chao par exemple. :)

    RépondreSupprimer
  14. Pas sûr que les musiciens doivent faire leur blé en vendant des CD, Mozart ne percevait strictement rien sur l'interprétation de ses oeuvres, il touchait sur la création, c'est tout.

    Non, le job d'un musicien, c'est de faire des concerts, des spectacles, où effectivement il peut gagner sa vie tranquillement. Mais sur les CD dont le prix est bien trop élevé, le changement de rapport de force est une bénédiction qui va forcer les majors à se reinventer pour survivre. C'est pas plus mal.

    Au fait, pourquoi on pourrait pas essayer la licence globale, juste pour voir ce que ça donne ?

    RépondreSupprimer
  15. Oublie pas que Mozart a été obligé de donner des cours toute sa vie, que ça le faisait chier à fond, que ça lui bouffait du temps, mais qu'il y était contraint par manque de blé...
    Quant à la licence globale, y'a quand même un hic: quand tu télécharges légalement un titre, on sait à qui verser les droits, même s'il s'agit de Jules Lampion. T'as payé un euro, ça lui rapporte tant. Si on passe en licence globale, les millions de clics sur le nom de Madonna ou de Manu Tchao rendront mécaniquement "invisibles" les cents clics sur Jules Lampion. Certes, il ne touchait pas grand-chose avant, mais là, il touchera encore moins. Comme c'est le cas aujourd'hui à la sacem, la répartition avantagera plus que proportionellement les gros, parce que les gros sont juridiquement organisés et puissants.

    RépondreSupprimer
  16. Marley Davinson : ouai mais ces gens on s'en fou puisque par définition ils n'entrent pas dans la cible des petits artistes. Je dis juste que la situation actuel pour un petit artiste est mille fois mieux ( et ça va aller en s'améliorant encore ) que l'époque ou il fallait sucer rien que pour avoir sa démo d'écouté.

    Polydamas > comme expliqué par beboper, la licence global comme tout ces plans de "sauvetage de l'industrie du disque" a été pensé uniquement dans l'intérêt des majors. Le petit artiste l'aurait doublement profond dans le cul. Les petits labels, quelque soit le pays n'ont jamais cautionné ces plans car : ils n'en profitent jamais, et car le piratage leur fait beaucoup plus de publicité que de tort.

    Ensuite pour celui qui a dit "un artiste doit vivre de ses concerts etc". Ben c'est actuellement le virage qu'est en train de prendre la "profession", voir même c'est ca que vive une grande partie des artistes de musiques électronique depuis pas mal d'années. Et c'est très bien comme ça.

    Les majors on perdu des parts de marché par une concurrence qui produit autre chose que de la merde en barquette et qui est désormais facile d'accès, alors on connais la musique des grosses industries qui font jouer leur relation politique.

    Je vais me répéter: qu'ils coulent.

    RépondreSupprimer
  17. ,ridicule, vulgaire, bete, demago à mourir, c'est ça aussi manu chao. putain, ms pourquoi personne ne peut lui dire??

    RépondreSupprimer
  18. Et comme pour ces autres "combats" , toujours à la pointe, le rebelle : la musique est déja gratuite .
    Sur Deezer ou autre, et avec l'accord des vilaines majors.
    Sur Deezer le demago y a 606 chansons !!!

    RépondreSupprimer
  19. Il a un faux air de Johnny Halliday.
    Le problème, c'est qu'il est aussi défoncé avec trente ans de moins

    RépondreSupprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Annonce Gogole: Faites de l'argent rapide et facile. Formation manager globe trotter sous 24h

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?