4 décembre 2008

Eric Zemmour n'existe pas !

Cet individu n'est pas scientifique!

Malgré l’incertitude qui caractérise toutes les opinions humaines, il est possible de penser qu’Eric Zemmour est un con. La part de vrai contenue dans cette affirmation est probablement forte, mais pas totale : comme chacun de nous, Eric Zemmour est plus ou moins con.
Quand il forme le projet de prendre le contre-pied des tartineurs de bons sentiments médiatiques (que leur fréquentation permet la plupart du temps de classer dans la catégorie des faux culs), il a raison. Quand il aspire à se battre contre les icônes du Bien, quand il veut débusquer la sottise conformiste planquée sous les discours convenus, le plus souvent rebelloïdes d’ailleurs, il a raison. Mais ça ne le met pas à l’abri de la connerie. Comme lorsqu’il s’est frité avec Augustin Legrand (pourquoi pas) en s’en prenant aux SDF eux-mêmes. Il était peut-être excédé que la France entière fasse une statue de saint laïc à Legrand (jalousie ? envie ?), ou que ce dernier passe pour moralisateur (et lui, ne l’est-il pas ?), mais il s’est trompé de cible. Les gens qui dorment dans la rue ne le font pas pour poser au rebelle, ni parce que c’est cool. Ils sont dans la merde et, à part quelques punks à chiens englués dans le romantisme antisocial, ils aspirent à en sortir. Les mépriser parce que Legrand les défend, c’est un peu comme si on s’attaquait aux femmes battues au simple prétexte qu’elles sont défendues, représentées voire « sanctifiées » par un type qu’on n’aime pas. C’est con.
En ce moment, Zemmour est emmerdé par une affaire de vocabulaire. Qui a dit que les Français ne s’intéressaient plus à leur langue ? Quel est cet autiste ? Le mot en question, on le devine, est le mot « race ». L’existence de Zemmour, son opinion sur la chose et ce qu’il en dit ne change rien à la question de savoir si oui ou non il y a des races humaines. Comme toute chose, si les races humaines existent dans les faits, il suffit d’en démontrer l’existence. Or il est facile de démontrer qu’il existe des êtres humains noirs, d’autres jaunes, d’autres blancs, etc. mais il est beaucoup plus compliqué de se satisfaire du mot « race » pour les regrouper. Pourquoi ? J’essplique.
Tout le monde sait ce qu’est un phénotype (mais je précise quand même) : ce sont les caractères morphologiques et anatomiques d’un individu, en gros, c’est l’apparence de quelqu’un. Quand on dit qu’un mec est noir ou blanc, on n’a rien fait d’autre que constater son phénotype. Mais des Noirs et des Blancs, il en existe beaucoup de variétés : quoi de commun entre James Brown et Naomi Campbell, entre Hulk Hogan et Gandhi ? Dur à dire. La chose qui peut paraître la plus formidable, devant ce débat passionné où l’on veut convoquer les Tribunaux, le Droit et le Cachot, c’est qu’on s’acharne à se crêper le chignon sur une broutille. Une broutille, oui. Quand on dit « race noire » ou « race blanche », on ne fait, après tout, que désigner la couleur de la peau, c'est-à-dire ce qui se voit d’emblée, même si on est nul en maths, même si on ne sait pas lire, même si on est aux Jeunesses UMP! Quel intérêt en retire-t-on ? S’il y avait encore une seule personne pour prétendre que les « races » sont inégales entre elles, ou plus précisément qu’appartenir à l’une d’entre elles déterminerait non seulement un phénotype mais aussi des comportements, des aptitudes morales ou intellectuelles, des compétences, un psychisme, etc. l’usage du mot « race » serait justifié. Mais puisque personne, ni Zemmour ni un autre, ne vient jamais prétendre ça dans le débat public, puisque tout le monde convient que les différences s’arrêtent au phénotype, c'est-à-dire à l’apparence, au physique et qu’on ne peut rien déduire d’elle au sujet du potentiel intellectuel d’un individu, pourquoi se cabrer autour de ce mot ? Je précise que cette remarque devrait valoir autant pour les fanas du mot « race », que pour ses adversaires. Si le mot ne désigne rien d’autre que l’apparence (et bien imparfaitement, d’ailleurs), il perd à la fois son intérêt (en effet, pourquoi l’apparence serait-elle un critère plus important qu’un autre ?) et son potentiel scandaleux (puisqu’en parlant d’apparence, on ne déduit rien des capacités et qualités de l’individu désigné, on ne le situe pas dans une hypothétique hiérarchie).
On se cabre sur des mots. Personne, dans ce genre de débat affligeant, n’est à l’abri de ce qu’il reproche à l’adversaire. Quand on reproche à Zemmour d’utiliser un concept n’ayant aucun fondement scientifique, qui n’est pas précis, on oublie qu’on a soi-même salué la victoire d’Obama quelques semaines avant, l’élection d’un « Noir » à la Maison Blanche : pas plus précis. Le mot « race » n’est pas précis, il n’est pas scientifique, et d’ailleurs à l’exception de quelques connards exclus du débat public en France, personne ne prétend qu’il l’est. Quand on parle d’une passion, et l’attachement à la « race » (ou parfois son refus) en est une, il est donc important de faire le tri entre les arguments solides et les galéjades. Le mot « race » n’a aucune base scientifique, OK. Mais « je t’aime » non plus, ne repose sur rien de scientifique. « J’ai la tête dans l’cul », « je suis à la bourre », « la flexibilité du droit du travail est un bien », « ami », « peuple » ou « une baguette pas trop cuite s’il vous plait » sont des expressions dont on use quotidiennement SANS QU’ELLES AIENT LE MOINDRE FONDEMENT SCIENTIFIQUE. En fait, n’en déplaise aux adversaires du mot, personne ne prétend à une quelconque scientificité. En face de Zemmour, nous avons même des gens qui arrivent à exiger que le mot « race » ne soit pas prononcé : puisque les races n’existent pas, il ne faut pas en parler. Ça paraît logique, mais on pourrait objecter que l’humanité parle sans cesse de dieu alors qu’il n’existe pas plus. Faut-il interdire qu’on l’évoque ? On parle également de « l’amour » alors que c’est un des concepts les plus imprécis qui soient. On évoque volontiers « l’amitié entre les peuples » dans le flou poétique le plus total, et ça ne gêne personne, etc. Il semble donc clair que dans ce domaine passionnel, la raison et le bon sens aient été massivement écartés du rang des méthodes valables.
« Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots », dit Jean Jaurès en son temps. T’avais raison, Jeannot, et il semble bien qu’on soit ici devant un cas d’école ! Traumatisés à la seule évocation du mot « races », certains en arrivent non seulement à soutenir qu’elles n’existent pas au sens strict mais aussi qu’il n’y a pas de Noirs, de Blancs, de Jaunes. Comme Sartre prétendit que le Juif n’est juif que dans l’œil de celui qui le définit comme Juif, on serait blanc ou noir uniquement selon l’opinion qu’on se fait de vous… Je vous laisse méditer là-dessus. Partant de là, il ne resterait plus qu’à bannir totalement le mot « race » pour que mécaniquement, disparaisse le racisme… riche idée ! (j’ai moi-même essayé de pas prononcer le mot « taxe d’habitation » depuis trois jours : rien à faire, cette garce est toujours là, impayée, menaçante, sur ma table, rappelant les heures les plus sombres de mon portefeuille). Il est évident que quiconque croit à ce simpliste passe-passe quitte instantanément le monde des humains pour s’installer dans celui, plus peuplé, des grosses têtes de nœuds. Mais il faut parler aux têtes de nœuds, même aux grosses. Il faut leur dire que si le mot « race » était universellement remplacé par le mot « phénotype », par exemple, nous assisterions à un développement du phénotypisme, et ça ne changerait rien. A quand une dénonciation des ravages de la mélaninophobie ? Si on arrêtait de prononcer son nom, Eric Zemmour disparaîtrait-il? Croire et soutenir de facto que le racisme n’existe que par amour d’un mot devrait vous interdire l’accès aux émissions de télé, même celles du plus bas niveau.
Pourquoi Zemmour est-il un con ? Parce qu’il préfère provoquer d’autres cons en utilisant des mots-clés dans un rapport frontal plutôt qu’essayer de les amener à reconnaître que tout ça n’a pas beaucoup de sens. Ce metteur de pieds dans le plat tend progressivement à ne plus rien faire d’autre que scandaliser les bien-pensants (qui ne sont pas automatiquement dans l'erreur parce bien-pensants) : exercice limité, petit plaisir fugace qui l’entraîne souvent à avancer des propositions ridicules. C’est dommage parce que, tout con qu’il soit, il n’est pas bête… Et j’espère qu’on aura tous compris que Zemmour n’est pas, loin s’en faut, le seul con dans cette affaire.
En somme, il apparaît bien que le mot « race » répond à un désir de classification (j’écarte de ma conclusion les authentiques racistes, dont Zemmour n’est pas, ceux qui pensent qu’il y a une hiérarchie et qu’ils en occupent le haut) mais qu’il ne classifie rien de bien précis, ni de bien utile.

25 commentaires:

  1. Une petite citation de son attaque contre les SDF? J'ai la mémoire courte, ça m'a échappé.

    Et il y a des SDF cons... mais cons... c'est scientifiquement prouvé.

    RépondreSupprimer
  2. http://www.dailymotion.com/video/xzw3j_le-drame-des-mal-logs_news

    Tu vois le studio dont Jojo ne veut pas, pas mal de gens à Paris et en région ont habité dans bien plus petit...
    Quand ils n'ont pas dormi dans leurs bagnoles.

    RépondreSupprimer
  3. Bien dit! Et c'est vrai que la position de Zemmour qui voulait choquer son monde en jouant l'anti-sdf était au moins aussi grotesque que celle du Grand résistant Legland.

    Ps: "S'il ya avait...., un psychisme, etc. l’USAGE du mot « race » serait justifié"...
    Tu ne voulais pas dire "bannissement", plutôt que "usage"?

    RépondreSupprimer
  4. Retirez vite ce texte affligeant de bêtise et d'ignorance. Votre ridicule allégeance au panmuflisme ambiant n'est même pas bouffon !


    "S’il y avait encore une seule personne pour prétendre (...) qu’appartenir à l’une d’entre elles déterminerait non seulement un phénotype mais aussi des comportements, des aptitudes morales ou intellectuelles, des compétences, un psychisme, etc. l’usage du mot « race » serait justifié"


    PS : si les type morpho-*psychologique* n'existent pas comment se fait-il que partout, quelque soient les généalogies individuelles, les langues, les cultures, etc, sur tous les continents les noirs par exemple se montrent les mêmes ?

    RépondreSupprimer
  5. Il est peut être un peu tard pour moi mais comprends pas le PS précédent...
    Bref.

    Le mot race est évidemment tabou. La racine du mal racisme... Le prononcer est d'emblée une provocation, surtout lorqu'on est blanc de peau...
    Il est cependant amusant d'entendre, notamment certains rappeurs, capitaliser sur leur couleur noire pour nous parler de leur sexe, qu'ils auraient, selon les racistes blancs de l'époque coloniale, qui voulaient les faire passer pour des animaux sensuels, lascifs et feignants, prohéminents... Le serpent, pardon le Sheitan, finit toujours par se mordre la queue... Effectivement, on ne s'embarrasse jamais de réflexion à propos du racisme lorsqu'il relève de la discrimination positive.

    Sinon : Zemmour exploite de manière industrielle, bien souvent sans qu'il soit réellement capable de sortir d'un certain pathos, preuve à mon sens qu'il a du mal à jouer avec les concepts qu'il tire de ci de là de ses lectures, le créneau réac, laissé carrément vacant à la téloche avant qu'il ne débarque sur ITV. Un vrai poseur. Ce type est invité partout. Il me fatigue littéralement. Un vrai faucheur de blé.
    Mais, au niveau professionnel, ne faut-il pas agir quand on a une fenêtre de tir ? Il a au moins le mérite d'incarner un certain esprit de contradiction. Un tout petit mérite, tant il le discrédite souvent à mon sens.

    RépondreSupprimer
  6. On pourrait isoler des caractèristiques morpho-PSYCHOLOGIQUES chez des chiens, des chats avec la même facilité qu'on fait des vaches laitières c'est à dire en quelques générations mais dans l'espèce humaine que nenni ! ici même contre des siècles de sélection, prévaudrait la pataphysique de la libertêêêê ! Oh redescendez ! Vous vous n'êtes pas payés VOUS pour dire (répeter plutôt non ?) de pareilles anneries. Débranchez votre télévision. La propagande vous a eu ! Votre perception du réél et même du vraisemblable s'oscurcit. Vous êtes devenus des mongoliens, pire... des existentialistes !

    RépondreSupprimer
  7. Bah, la question serait plutôt de savoir pourquoi Zemmour doit faire le boulot des cinquante autres qui sont blacklistés par les médias. Si il était moins seul on aurait moins l'impression de son omniprésence.

    A noter qu'on se garde bien de donner la paroles à des avocats potentiels. Seuls les procureurs habituels ont micro ouvert. Zemmour doit donc assurer sa défense, préparer la riposte et faire son numéro... C'est le Rémy Bricka de la réaction.

    RépondreSupprimer
  8. Mais, enfin, c'est plus simple que ça. Pour mettre les choses au clair, on ne peut pas parler de races chez l'humain, pour deux raisons :
    - il n'y a pas eu de reproduction dirigée par l'homme ! On parle de race, quand pendant des siècles, des hommes font se reproduire les mêmes chiens, qui finissent par acquérir des caractéristiques semblables, or, l'isolement le plus long qu'il ait existé chez l'homme, c'est pour les réfugiés du Bounty, et voyez comme le nombre de reproductions a été faible...
    - la variabilité au niveau du génome est continue : de même que s'il on rassemble un certain nombre de personnes et que l'on veut les classer en "grands" et petits", il est nécessaire de prendre une limite, comme 1,80m par exemple, qui n'a rien d'incontestable. Quelqu'un qui ferait 1,79 ne serait pas grand ? Idem pour la couleur de peau.

    Le concept de race est bien scientifique, et clairement défini, on ne peut simplement pas l'appliquer à l'humain. Celui qui parle de race pour désigner des différences culturelles chez l'homme fait une erreur, de même que l'on fait une erreur en confondant amour et passion. Et pourtant, on n'en fait pas un trou au cul des gens qui parlent d'amour pour une passion. Et à mes yeux, les conséquences ne sont pas plus grandes, que de parler de race de manière inappropriée. Celui qui dit ça passe pour un con, c'est tout, le fond de l'article est bon.

    RépondreSupprimer
  9. Je suis blanc mais quand j'ai bu je suis noir

    RépondreSupprimer
  10. A K: Zemmour prend le "parti" des riverains dans l'affaire du Canal St Martin, comme si des nuisances (réelles) apportées à une population bourgeoise qui n'a rien demandé pouvaient se comparer à la vie des gens à la rue contraints de faire ce coup médiatique pour qu'on cesse de s'en foutre. Je crois que tu fais la même erreur que ceux qui pensent que le chômage est une affaire de feignants, parce que leur beauf-frère ne veut pas bosser. Maintenant, tu as raison: c'est parce qu'il est seul sur le "créneau" que Zemmour nous fait chier, et qu'il en fait trop (Remy Bricka: très bon!)

    A l'Amiral: non, non, le mot usage est celui qui donne le sens de ce que je veux dire... A part quelques commentateurs aveugles, personne ne soutient que la couleur de la peau INDUIT des comportements, des capacités intellectuelles, un psychisme particulier. C'est donc pour cela que l'usage du mot "race" ne devrait pas satisfaire certains affoler autant les autres, parce qu'il est vidé de son sens (celui des races animales, par exemple).

    A L: ben oui, c'est simple, mais on dirait qu'un truc aussi simple devient compliqué dès qu'on l'expose... Merci du coup de main.

    RépondreSupprimer
  11. Il est clair que la couleur de peau n'est liée a aucune mythologie et ne produit aucune relation au monde particuliere: j'en veux pour preuves les blacks qui s'identifient sans probleme a Vercingétorix et Napoléon.

    J'ai bon?

    RépondreSupprimer
  12. " la variabilité au niveau du génome est continue"

    je suis très impresionné par ce langage scientifique. Malheureusement le passage du jaune au rouge aussi est continu (Il y a le orange)... dois-je en déduire que la couleur rouge n'existe pas ? Il faut apprendre à réflechir.


    "A part quelques commentateurs aveugles, personne ne soutient que la couleur de la peau INDUIT des comportements, des capacités intellectuelles, un psychisme particulier"

    no en effet ce serait aussi stupide que de dire que les Golden Retrievers font des chiens d'aveugles PARCE QUE leur poil est jaune !

    bon brisons-là. vous n'avez pas d'arguments. Mais qu'alliez-vous vous mettre aussi dans les approximations et mensonges modernes.

    RépondreSupprimer
  13. Mouais, mouais, mouais.

    Considérant que ce brave Zemmour est totalement isolé et marginalisé dans le paysage formidablement démocratique et tolérant du PAF, je m'abstiendrai de cracher dessus.

    Quand ses poses réactionnaires malhabiles ne feront plus recette il tombera en disgrâce, se fera virer, et l'on en entendra plus jamais parler. C'est peut-être même pour dans trois mois, qui sait ?

    En attendant, j'aime autant ne pas bouder mon plaisir. Les visages décomposés des multiples bobos compassionnels par Zemmour démolis rachètent très largement la médiocrité de ce débat médiatique d'arrière-garde sur la race, la couleur, et la taille de nos bites.

    RépondreSupprimer
  14. D'après certaines thèses ésotériques, seuls les noirs sont issus de Gaïa. Les jaunes et les blancs descendent des étoiles. Ce qui prouve indubitablement l'existence des différentes races.
    Le débat est clos !

    RépondreSupprimer
  15. Dire que la variabilité au niveau du génome est continue, ça veut dire qu'il existe une variété de couleurs très étendue, qu'il existe du orange, du orange clair, du foncé, et aussi du jaune et du rouge, mais que pour mettre une barrière entre ce que l'on va dire rouge, et ce que l'on va dire jaune, il faut introduire une variable discriminante. C'est encore de langage scientifique, pas un détournement, les mots sont pesés, ça signifie qu'il faut fixer une barrière, une limite, qui n'existe pas, entre le rouge et le jaune. Il y en aurait, mais à peu près autant que d'individus. De plus, suivant de quel côté tu te places, et suivant ton regard, cette limite que tu placerais entre le rouge et le jaune, changerait.

    En dehors de ça, si le génome peut influencer et être à l'origine de certains comportements, particulièrement chez les animaux, l'environnement, l'éducation, y jouent pour beaucoup chez l'homme. Les deux y participent.

    RépondreSupprimer
  16. D'accord avec toi, Hank, mais où as-tu vu que je crachais sur Zemmy? Non, non. Qu'il soit (parfois) con ou pas, ça n'enlève rien à son rôle, qui est certes un jeu de dupes qui se finira mal, mais qui est mieux que rien. OK là dessus.

    RépondreSupprimer
  17. QUAND EST CE QUE VOUS ALLEZ ARRÊTER DE FOUTRE DES CARICATURES ANTISÉMITES DANS VOS ARTICLES!? ÇA COMMENCE A BIEN FAIRE LA!

    RépondreSupprimer
  18. Que vient faire Hulk Hogan dans cette galère?

    Je sais... il a trop abusé des UV...

    RépondreSupprimer
  19. Hulk Hogan? hé bien il "de race blanche", comme Gandhi... Superscientifique comme précision, non?

    RépondreSupprimer
  20. Non, Hulk Hogan est au-delà du noir et du blanc... Il est immortel, il est le "real american"!

    RépondreSupprimer
  21. I am a real American, Fight for the rights of every man,
    I am a real American, fight for what's right, fight for your life!

    When it comes crashing down, and it hurts inside,
    ya' gotta take a stand, it don't help to hide,
    Well, you hurt my friends, and you hurt my pride,
    I gotta be a man; I can't let it slide,
    I am a real American, Fight for the rights of every man,
    I am a real American, fight for what's right, fight for your life!

    I feel strong about right and wrong,
    And I don't take trouble for very long,
    I got something deep inside of me, and courage is the thing that keeps us free,
    I am a real American, Fight for the rights of every man,
    I am a real American, fight for what's right, fight for your life!

    Well you hurt my friends, and you hurt my pride,
    I gotta be a man; I can't let it slide,
    I am a real American, Fight for the rights of every man,
    I am a real American, fight for what's right, fight for your life!
    I am a real American, Fight for the rights of every man,
    I am a real American, fight for what's right, fight for your life!

    RépondreSupprimer
  22. http://fr.wikipedia.org/wiki/Drépanocytose

    RépondreSupprimer
  23. Merci Kroulik, je suis sûr que Métaprophète vibre également au son de cet hymne.

    RépondreSupprimer
  24. "D'accord avec toi, Hank, mais où as-tu vu que je crachais sur Zemmy?"

    Nulle part, je sais, je sais. Tu as raison.

    Mais à vrai dire je voyais ça d'un œil généraliste. Je veux dire qu'au début, ce débat à la con sur la race m'intéressait. L'hystérie que déclenche le mot "race blanche" après trois semaines hyper-festives de "On a enfin élu un noir aux USA !", franchement, il y a de quoi rigoler.

    Et puis à la longue, les papiers s'enchainant les uns derrière les autres, la polémique enflant, ça m'a fatigué. Les papiers des uns et des autres, pour et contre, vilains fachos à éliminer au Zyklon B contre gentils antiracistes à promouvoir rapidement à la télévision...

    Beboper, tu aurais fait un montage avec Dominique Sopo et Patrick Lozès récitant des stances antisémites tirées de Mein Kampf, avec un Zemmour tatoué d'une numéro quelconque, ça aurait eu plus de gueule ! Ça et une bite (noire) ajoutée dans un coin pour faire universaliste, le compte était bon.

    Mais un énième papier, même intéressant, je ne sais pas si c'était très porteur. Zemmour n'est plus à ça près.

    Tenez, faites un truc sur Cespedes ! Là il y aurait de quoi se marrer !

    Revolucion !

    RépondreSupprimer

Attention : le CGB n est pas une démocratie. Si t es qu un gros con de troll, tu seras irrémédiablement réduit au silence.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d exercice.)

Annonce Gogole: Faites de l'argent rapide et facile. Formation manager globe trotter sous 24h

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?