4 octobre 2008

Le Disneyland obligatoire


AUSCHWITZ-BIRKENAU

29 commentaires:

  1. Hou hou hou c'était sur quelle chaîne, ça ?

    RépondreSupprimer
  2. "Aucun cours ne pourra remplacer ce qu'ont vu ces élèves"

    Bref, commémore et ferme ta gueule. La négation de l'Histoire résumée en une phrase... Plus besoin d'étudier l'histoire, la chronologie, les relations entre les évènements, il suffit de visiter et de pleurer.

    Génial...

    RépondreSupprimer
  3. Effets visuels, musique, rien n'est trop beau pour faire monter la sauce. Ca manque de larmes quand même, la caméra les cherchent mais ces djeunes sont décidement peu collaboratifs.

    RépondreSupprimer
  4. Lycée Notre-dame de Saint Germain, ils n'ont vraiment pas pris de risques! J'attends avec impatience la visite du Lycée Youri Gagarine de Bondy.

    Sinon des souvenirs d'ancien de 14 en petite classe, et de résistants en collège me font conclure avec cette vidéo que les vieux adorent casser les couilles des jeunes, ces gens frais, beaux et qui ont l'avenir devant eux.

    RépondreSupprimer
  5. Au 2e anonyme après LBDD,

    Insulte pas les vieux résistants, moi ils me font bien marrer. Sérieux, le pépé qui te sort un "j'pardonnerai jamais aux boches!" tout en te vantant les mérites de "vos pères en Algérie", quand ce n'est pas "le cul d'la Gigi" en rappelant que "les jeunes y respectent rien"...

    Je me souviens d'un de ces petits papis venu aux urgences après un malaise hypotensif (résistant oui, mais pas aux médocs). Il m'a vanté la gentillesse, la dextérité, la compétence et -last but not least- la belle frimousse de l'externe qui l'avait examiné (salaud de vieux pervers).... eh eh la gueule du vieux quand il a appris que c'était une Saxonne pur jus!

    RépondreSupprimer
  6. Oui, bon, pour certains commentaires...


    Quant à cet article et son titre, je le trouve particulièrement odieux, pour moi qui ai eu un grand-père mort dans un camp.


    Tombé d'un mirador...



    KarimRossmann

    RépondreSupprimer
  7. J'ai employé "casser les couilles" au sens vraiment castrateur du terme.

    Soyez rassuré "un fan" je n'ai rien contre les petits vieux, les résistants ou les survivants des camps. Je pense simplement qu'il faut être logique. Les jeunes ont déjà suffisamment à faire avec la société difficile dans laquelle ils vont devoir se faire une place.
    Comme si çà ne suffisait pas on leur colle encore toute une série de culpabilisations supplémentaires. Et les mêmes enseignangnans de s'étonner de leurs élèves qui se tapent des comas éthyliques en 10 mn top chrono.

    RépondreSupprimer
  8. In Hervé we trust4 octobre 2008 à 20:42

    Je ne comprend rien à ces histoires j'ai un trou de devoir de mémoire.
    Et pour peu que je me penche dessus voilà que je choppe la migraine. Pas de chance vraiment. Un bout de vidéo un semblant de phrase : "...voyage dans l'incompré..." et zap !! J'ai la migraine, la gerbe, obligé de changer de chaine.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai particulièrement apprécié le passage avec le battement cardiaque, ça faisait très Steven Spielberg.
    Comme tout bon Spielberg qui se respecte, il devrait pas tarder à nous pondre un deuxième volet !

    RépondreSupprimer
  10. quand je pense que en 40 les juifs ne payaient pas pour entrer dans le camp !!!!

    RépondreSupprimer
  11. La boutique de produits dérivées elle est où. Y a un tee shirt du Che en pygama rayé?

    A part ça les éternels commentaires gnagnan ; n'ayant aucune connaissance historique on fait dans le jugement moral.

    RépondreSupprimer
  12. A part ton commentaire, Todomodo, j'en trouve difficilement un qui soit "gnangnan", regarde dans un dico avant de lâcher tes coms qui ne renseignent pas beaucoup sur TA connaissance historique.

    RépondreSupprimer
  13. Todo parle des commentaires du documentaire.

    RépondreSupprimer
  14. Merci de la précision Kroulik, je n'ai pas pris la peine de regarder la vidéo -je sais d'avance le genre de lieux communs et autres conneries que j'y trouverai.

    Pour Todomodo, mes plus plates excuses -je l'f'rai pu.

    RépondreSupprimer
  15. C'est magnifique l'endoctrinement par la culpabilité générationnelle. ibdd le résume bien dnas son commentaire.

    RépondreSupprimer
  16. Avec la musique de Gladiator, du rachma, encore du gladiator... Et vous savez le titre de la musique de Hans Zimmer qui commence à la neuvième minute??
    "Now we are free"...

    Bon, je fais pas d'humour, il est surveillé votre site.

    RépondreSupprimer
  17. Je viens de le regarder jusqu'à la fin...
    "Pour ces lycéens, plus rien ne sera jamais comme avant."
    En gros, Auschwitz dans ta gueule de petit parisien.

    RépondreSupprimer
  18. "Tu l'as voulu,
    Ouais, tu l'as eu,
    un grand coup dans ton cul!"

    RépondreSupprimer
  19. Je ne sais pas bien ce que voulait dire Paracelse en titrant "le Disneyland obligatoire". Peut-être voulait-il se moquer de la façon dont ce reportage est monté, avec la musique, les chants, etc. On peut en effet trouver des défauts à ce film-là. Bon.
    Concernant les commentaires, en revanche, je suis quand même abasourdi du ton cynique, lui aussi obligatoire, adopté quand on parle des EVENEMENTS dont traite le film. Ces Juifs vous font vraiment chier d'avoir été exterminés, on dirait! Mais bordel de merde, je rêve où chaque village de France possède son monument aux morts? ça dérange personne? Il y a des millions de gens, nos grand-parents, qui ont vécu un truc invraisemblable, une guerre mondiale, des bombardements, des massacres, un génocide etc, et vous voudriez qu'ils ferment leurs gueules pour que vous puissiez continuer à vous éclater peinards dans l'inconscience de vos adolescences éternelles? Je m'oppose totalement à ce qu'on appelle le "devoir de mémoire", mais ça ne signifie pas que je refuse aux victimes un DROIT à ce qu'on se souvienne d'eux!
    Imagine, commentateur malin, que ta mère (ton père, qui tu veux) marche dans la rue. Soudain, on l'arrête et on le balance dans un wagon à bestiaux. On le déporte et on le tue. C'est aussi simple et humain que ça. Qu'est-ce que tu comprend pas là dedans, benêt?

    RépondreSupprimer
  20. " "Aucun cours ne pourra remplacer ce qu'ont vu ces élèves"

    Bref, commémore et ferme ta gueule. La négation de l'Histoire résumée en une phrase... Plus besoin d'étudier l'histoire, la chronologie, les relations entre les évènements, il suffit de visiter et de pleurer.

    Génial... "


    Très bien résumé par LBDD. Le coup classique de l'émotion qui empêche une analyse (surtout philosophique plus que politique en fin de compte) du nazisme. Il faut se souvenir, être compatissant et horrifié, mais surtout cacher le fait que le nazisme était la version méga-ultra-giga hard de notre système nihiliste actuel et qu'il peut toujours re-muter comme dans le passé. Ce n'est pas de l'événement que je moque, mais surtout du show. Peut-être que mon titre est mal trouvé, mais ça me fait réellement l'effet d'un parc d'attractions. J'ai même failli pousser le vice de faire un montage photoshop avec l'entrée d'Auschwitz avec Mickey, Donald et Pluto à l'accueil et le château de la belle au bois dormant en fond.

    RépondreSupprimer
  21. @Bepoper:

    ay ay ay mon frièèèère!

    tiens, le yid sous couverture s'affole et devient communautariste fanatique quand on touche à ses "élus" qui se cachent sous leur lit en temps de guerre et ne ressortent que pour affirmer haut et fort, qu'ils sont des HEROS!.. surtout quand on touche à la cash machine!.. l'homme qui valait trois milliards! (de deutsh marks quotidiens arrachés le couteau sous la gorge au pauvre peuple allemand exsangue)..



    ..

    http://www.youtube.com/watch?v=GrBNE_djX8g&eurl=http://borislelay.blogspot.com/

    ..

    au fait mon friiiièèèère youde,

    SHANA TOVA!!

    RépondreSupprimer
  22. @Bepoper,

    "Imagine, commentateur malin, que ta mère (ton père, qui tu veux) marche dans la rue. Soudain, on l'arrête et on le balance dans un wagon à bestiaux. On le déporte et on le tue. C'est aussi simple et humain que ça. Qu'est-ce que tu comprend pas là dedans, benêt?"


    Connard, c'est le quotidien des Palestiniens depuis 100 ans..

    Mais cela n'a pas l'air de t'arracher des larmes, hein?

    Il n'y en a que pour la Moshe Connexion.. le Kippa Gang!..

    RépondreSupprimer
  23. "c'est le quotidien des Palestiniens depuis 100 ans"

    Il suffit de répondre à ça: non.

    Tout simplement. Jusqu'à présent, pas d'extermination de la part des juifs, en revanche septembre noir... c'était qui déjà?

    Concernant la vidéo, je pense que les monuments sont nécessaires et légitimes pour la sphère privée, mais que les lycéens Français, avant d'aller en Pologne, devraient visiter Alésia (si ils trouvent), Azincourt, Waterloo, Verdun. Et si on tient absolument à la repentance... Drancy?

    Avec un prof d'histoire, pas un show larmoyant dans un décors en parti reconstitué.
    Pas ce pèlerinage cathartique à l'américaine qui se roule dans l'émotion la plus malsaine. Quel est le but? Vraiment comprendre l'histoire ou juste susciter la haine de soi, comme s'acharne à le faire l'ami BHL depuis des lustres.

    Est-ce que c'est ça l'enseignement en France? Transformer les élèves en touristes? Voir... Voir plutôt que se projeter, ne pas faire confiance à la raison, ressentir... Bientôt on les habillera en pyjamas rayés et on les enverra prendre une douche.

    RépondreSupprimer
  24. "Tout simplement. Jusqu'à présent, pas d'extermination de la part des juifs, en revanche septembre noir... c'était qui déjà?"

    ahaha, réviSioniste!..

    mentir à ce point, c'est... charmant..

    en 48?.. expropriation par la force de milliers de maisons palestiniennes, massacres de femmes et d'enfants etc etc..

    tu parles de "septembre noir"?..
    quid des massacres perpétrés par les commissaires bolchéviques JUIFS dans les années 20?.. des millions de bons Ukrainiens et Russes bien nés exterminés par les fanatiques JUIFS.. on en parle jamais hein..

    plus jamais ça!

    RépondreSupprimer
  25. Voilà où ça mènent aussi ce genre de show:
    Concurrence victimaire

    RépondreSupprimer
  26. A Paracelse:
    "Ce n'est pas de l'événement que je moque, mais surtout du show". J'avais bien compris. Le show est regrettable, mais je ne suis pas sûr que ses organisateurs puissent faire autrement. D'ailleurs, ça consisterait en quoi, cet "autrement"? Quant aux séances d'allumage de cierges, bon, là, à froid, je reconnais que ça fait bizarre. Il ne faut pas oublier quand même qu'à la différence de Disneyland, à Auschwitz, on a quelque chose de réellement incroyable à montrer.
    Maintenant, je vois que le thème de la culpabilisation revient dans les coms alors que je n'ai rien entendu à ce sujet dans le docu. Pourquoi donc en parler, et ne parler que de ça? Je crois que le sujet n'est pas là.
    A K
    Tu as raison, on pourrait envoyer les lycéens à Verdun, au Mont Valérien, etc. Je crois d'ailleurs que ça se fait. Tant mieux si ça sert à "incarner" l'histoire et à les intéresser au passé du pays. En tous cas, je n'ai jamais dit que les "shows" ou voyages sur des lieux historiques devaient remplacer l'étude, jamais. Les deux se font. Mais il faudra expliquer pourquoi les lycéens seraient susceptibles de visiter tous les lieux historiques, SAUF les camps de la mort...
    Allez visiter Oradour sur Glane, vous verrez, ils ont fait à peu près la même chose: l'émotion, le recueillement, le sensible. C'est normal: on ne pontifie pas dans les cimetières.

    RépondreSupprimer
  27. @beboper:

    Il y aurait beaucoup à objecter sur Oradour: des intentions réelles qui ont poussé à garder les ruines en l'état, du rôle davantage diviseur qu'unificateur de ce souvenir sur les consciences françaises, de l'innocence réelle d'une partie de la population (je ne parle pas de la puérile version de Reynouard que Tex Avery aurait pu écrire, je parle du lynchage des deux estaffettes, qui AURAIT bien eu lieu sur la place du village et non près d'un poteau indicateur), en dépit de tout le respect qu'on peut éprouver pour Mr Hébras.
    Plus sérieusement, des massacres dans le genre, presque chaque canton en a vécu au moins un au cours de l'Histoire, et il est assez hypocrite de dénoncer les bouchers des dernières guerres quand on encense encore ceux des plus anciennes (Turenne, on le déboulonne quand?).

    RépondreSupprimer
  28. Un Fan :"Plus sérieusement, des massacres dans le genre, presque chaque canton en a vécu au moins un au cours de l'Histoire, et il est assez hypocrite de dénoncer les bouchers des dernières guerres quand on encense encore ceux des plus anciennes (Turenne, on le déboulonne quand?)."
    Assez d'accord avec toi en ce sens qu'une partie de l'histoire des hommes est une longue enfilade de guerres ou de crimes. On parle beaucoup des dernières tout simplement parce qu'elles sont les plus proches, qu'on ne les a pas encore oubliées, et qu'il existe des survivants les ayant personnellement connues. Quand j'étais petit, il m'est arrivé plusieurs fois de rencontrer des anciens Poilus, et la guerre de 14 n'était pas encore rangée totalement dans l'Histoire. C'est en train de se faire, et la seconde guerre mondiale y passera dans une trentaine d'années. Un peu de patience...
    Je crois que la grande nouveauté du regard contemporain sur les guerres (je ne dis pas que c'est mieux), c'est qu'il s'attache plus à leurs victimes qu'à leurs héros. Il arrive même à faire quasi automatiquement des héros avec des victimes (Guy Môquet, par exemple- http://beboper.blogspot.com/2007/10/saint-guy-mquet-des-victimes.html)C'est moins romantique que l'ancienne mode, c'est moins exaltant, c'est moderne...

    RépondreSupprimer
  29. "Voilà où ça mènent aussi ce genre de show:
    Concurrence victimaire"

    quand on parle d'ochvitsse ou de bouchenvalde (sic) c'est bien..
    Mais parler d'autres "malheurs", cela devient "concurrence victimaire" (sic!)..

    RépondreSupprimer
Annonce Gogole: Faites de l'argent rapide et facile. Formation manager globe trotter sous 24h

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?