24 novembre 2017

Guest Star CGB - Le IIIème Reich durera mille ans, par KPDP

Guest star CGB, rubrique enviée du CGB ! Une rubrique pour vous faire profiter des textes qu'on reçoit, propositions diverses, avis et points de vue.

Le principe en est simple : vous avez un texte à proposer au web mondial, une fusée poétique, un solo halluciné, un argument solide, un fait divers joliment troussé, un récit historique, une révélation, une illustration ou toute autre forme qui vaille le coup d’être vue (et commentée) ? Envoyez-la-nous par mail, on la fourre dans notre algorithme infaillible, on la soumet à un impartial jury reflétant la diversité et le transsexualisme, on la juge selon la charte européenne des droits universels, on la passe au détecteur d’amalgames et, selon leurs conclusions, on la publie ici-même ou on la balance au panier. Cette rubrique peut évidemment constituer une première étape pour une collaboration plus soutenue.

Aujourd'hui, nous publions le texte de KPDP, qui s'étonne de l'omniprésence des nazis dans la France du XXIème siècle...

*****************

Devine qui vient nous lire le Goncourt cette année ?

Le verdict est tombé: le Goncourt ? Un livre sur les nazis. Le Renaudot ? Un livre sur les nazis. Quelle audace ! Quel courage ! Et surtout, quelle originalité ! Cela faisait bien trois ans qu'on n’avait pas eu un prix littéraire sur le nazisme et du coup la Vigilance Citoyenne battait de l'aile, le Devoir de Mémoire avait Alzheimer. Enfin, pas trop quand même puisque télévision, cinéma et BD redoublent d'audace et de matraquage pour nous rappeler trois fois par semaine que Hitler égal caca.

23 novembre 2017

Le retour du Plug


Noël revient. Le boulevard Haussmann dévoile ses vitrines. Chaque année, il rivalise de féérie pour attirer les foules. Une dizaine de saynètes construites autour d'un thème général ; chacune faisant s’animer des automates habilement mus par d’invisibles mécanismes. On parsème de quelques articles de consommation sublimés, un jeu de lumières, et le tour est dans le sac : Parisiens, Japonais, Pakistanais, gogos du monde se pressent. Une foule d’enfer. Devant chaque vitrine, de petites estrades en bois sont installées pour que les petites têtes blondes soient aux premières loges. Oui mes amis, c’est beau : au milieu de la pagaille, du dégueulis de paquets promo, d’hectares d’écharpes, de murs d’écrans plats, de tranchées de DVD, des monticules de flacons de parfum… quelqu’un a tout de même pensé aux z’enfants et concocté ce petit ilôt de magie préservée : les vitrines du Printemps et des Galeries Lafayette.

Quoique, à regarder de plus près… Dans l’édition 2017, deux détails se détachent de la scénographie globale. De touts petits détails. Discrets, mais bien présents. Quelque part suspendu : un mug à fond arc-en-ciel avec l'inscription « I'M A FUCKING UNICORN ». Plus loin, insérée dans une sorte de kaléidoscope de petites vidéos, une boucle d'animation montre un pigeon installé au-dessus d’une chaîne de production où défilent des cornets de glace ; chaque cornet s'arrête sous le columbidé, qui chie alors dedans en forme de glace à l'italienne. Et l’image tourne en boucle.

22 novembre 2017

L'interdiction du mois - Fumer dans les films.



La France possède un ministère au nom curieux, le ministère de la santé, censé tout mettre en œuvre pour favoriser la bonne santé des gens, y compris ceux qui ne lui demandent rien. Comme cette grand-mère qui couvre de trois pulls en laine son petit-fils de douze ans, le ministre de la santé prend des mesures avec l’absolue certitude d’œuvrer pour le bien du populo. Le ministre actuel ne manque pas d’idées pour répandre ses baumes apaisants sur une population qui se porte pourtant bien, qui vit longtemps, si l’on compare nos chiffres avec ceux de ces abrutis d’étrangers. Qu’importe ! Comme le bon docteur Knock, un ministre saura toujours sortir un chiffre effrayant pour prouver que le patient vigoureux est un malade qui s’ignore. Il meurt un contribuable toutes les 24 secondes, monsieur ! Inacceptable ! Un mort sur trois est un fumeur, un mort sur sept est un fanatique de la charcuterie, un mort sur vingt n’a pas de statut Facebook ! Plutôt que reconnaître que tout le monde meurt, un ministre de la santé essayera toujours de nous faire croire que des catégories particulières de gens meurent plus que les autres… Comme si un fumeur de Gitanes mourrait trois ou quatre fois de suite, avant que sa voisine, bigote vegan ne faisant aucune folie, ne livre son dernier souffle. Privilège indécent ! Cumul des enterrements ! Discrimination des asticots !

20 novembre 2017

Choses vues au Globalistan - 5

Depuis la Périphérie, 20 novembre 2017 

R.I.P + PLUG 

 Dans « Saint-Laurent et moi, une histoire intime », le courageux Fabrice Thomas (avec Aline Apostolka) décrit ses relations intimes (et de travail) avec Saint-Laurent et Pierre Bergé (2017, éditions Hugo & Cie). Ce récit doit nous parler à nous, les Périphériques, en enfants du Peuple : il nous donne un portrait en soubresauts éjaculatoires flapis de deux patrons aux aspirations esthétisantes et aux pratiques intimes caligulâtres. Proust est invoqué partout, entre deux fist-fuckings ou des fellations multiples dans les caves et glory-holes du demi-monde, comme si l’auteur de la Recherche était l’horizon indépassable de tous ces êtres, unis dans une relation complexe Sexe-Haine, mais avec un pouvoir d’achat évidemment conséquent. Pour s’épancher à loisir dans la contemplation aristocratique et sensible du monde – peignoirs en soie, cuvées de prestige et château –, il faut en effet du pognon. C’est la base. 

19 novembre 2017

Le son du jour qui te reste dans la feuille

Spéciale dédicace à l'ami Lest(a)t, qui a tendance à en pincer pour ce qui est féminin et chante gentiment des chansons bien foutues.


Rickie Lee Kroell est allemande, elle est même munichoise et vous n'en avez jamais entendu parler.

17 novembre 2017

Un Ami qui vous veut du Bien


Il y a le bien connu « ami noir » : celui qu’une personne accusée de racisme invoque pour se disculper. L’ami noir se décline en ami arabe ou en ami homosexuel selon les circonstances. A noter au demeurant : l’alibi de l’ami noir, pourtant imparable du point de vue du sens, est néanmoins disqualifié d’office, écarté d’un revers de manche sans autre forme de procès. Personne n’ira vérifier si vous avez effectivement un ami coloré, ou gay, ou si c’était du bluff. Le simple fait d’avoir usé de l’argument, même vrai, ne fait que vous enfoncer, et prouve s’il était encore besoin votre racisme congénital.

A côté de « l’ami noir », posons à présent le concept de l’Ami du Noir. L’Ami du Noir, c’est ce Blanc qui lui non plus, ne compte pas nécessairement de Noir dans son entourage, mais qui pourtant est extrêmement sensible à ce que ce Noir se sente bien. Prévenant, il oeuvre à un monde où rien ne pourrait froisser un Noir si d’aventure il en entrait un dans sa vie.

Pour ce faire, l’Ami du Noir a une conscience raciale aigüe, il anticipe tout ce qui, dans les discussions et dans le débat public, pourrait mécontenter une personne de couleur. En soirée, si dans le vif de la discussion quelqu’un demande à l’Antillais assis dans le canapé ses origines, l’Ami du Noir intervient : « il est Français voyons ! Pourquoi demandes-tu ça à lui et pas à moi ? ». Mieux que le Noir lui-même, l’Ami du Noir conçoit la douleur d’une telle question – douleur inexplicablement supérieure à celle du Toulousain à qui l’on demanderait d’où vient son accent. 

L’Ami du Noir, lui aussi, existe en version « ami du Gay ». A la même soirée, s’il entend dans son dos deux types se traiter « d’enculé » pour rigoler, il s’interpose et les prie de choisir un autre vocabulaire, un juron qui ne stigmatise aucune pratique sexuelle librement choisie. Pas par égard pour l’éventuel homo qui rôderait dans la pièce, mais pour lui-même, dont les oreilles progressistes ne souffrent plus de telles offenses. Seul, avec ses petits bras, il s’est mis en tête de faire évoluer la langue française vers quelque chose de plus gay friendly.

16 novembre 2017

Courrier des lecteurs : Le temps des Eurydice, par François Sanders


 
- 1, 2, 3, Soleil ! - Ah mais t'es vraiment trop con Orphée !

Accidental : néologisme qualifiant l’accident de civilisation qu’est l’Occident moderne, autrement appelé : bob monde, ou donc : monde accidental.

       C’est Homère, avec Ulysse, qui invente la nostalgie. Elle est primale. Il s’agit de revivre son passé dans la réalité. Ulysse se souvient moins qu’il ne revient. La fable en raconte l’histoire.

La nostalgie par le souvenir lui succède. Considérer son passé appartient au temps orphique, c'est-à-dire au temps légué par Orphée dont le mythe estime que s’arrêter pour se remémorer dessille celui qui préfère s’illusionner. Le retour des ombres n'est pas possible : ce qui l’est, c’est de se retourner sur elles. Les aviver n’est permis que par le recueillement. Alors la fable ne suffit plus, il faut une abstraction supérieure pour ne plus seulement toucher les corps, mais atteindre à l’âme : c’est la poésie. Elle ouvre chez les Grecs la voie à la musique qui prononce en notes ce que disent les mots. Le verbe succède définitivement à la parole.

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?